Libération – « Toulouse, ville sans alcool »

Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. Chris dit :

    Je ne sais pas si la mesure est transposable chez nous. Trop d’impunité, trop de gens qui se permettent beaucoup, et personne pour tenir l’ordre.

    0

    0
  2. Sam dit :

    le contexte est sans doute très différent entre Toulouse et St Denis mais ici l’alcool cause beaucoup de troubles sur l’espace public parfois des drames..
    Ce dimanche soir, une de nos adhérentes de la résidence docks du canal nous a contacté complètement bouleversée par la mort suite à une noyade sous sa fenêtre d’un homme alcoolisé…c’est si horrible mais si prévisible ! Paix à son âme !

    0

    0
  3. mimile dit :

    Tout ceci est bel et bon mais s’il fallait arrêter tous les mecs un peu bourrés qui ne demandent rien à personne, tous les fumeurs qui ne demandent rien à personne non plus, on serait pas loin du triomphe de l’ordre moral triomphant.
    Ceci bien entendu n’excuse rien ni personne. Ce matin à quatre heures trente la vitrine de Lissac a été explosée. Rien à voir directement avec l’alcool ou le shit et pourtant ça fait peur. En tout cas ça réveille. C’est ça aussi l’insécurité.
    Je ne veux en venir à rien mais qui n’a pas pleuré sur les malheurs de Gervaise et Coupeaux, il est vingt deux trente heures et il y a encore du bordel rue de la République et les épiceries sont fermées. Et pourtant oui la ville est cradingue, oui il y a des zonards, des zombies, des déchets sociaux, des emmerdeurs, des gens qui parlent fort, des mômes pas encore couchés et des culs à la fenêtre à l’Hotel de la Poste. Les villes pauvres sont ainsi faites et je ne me résigne pourtant pas pour autant parce que j’ai décidé à la réflexion que ce n’est pas à moi (à nous ? ) de partir et que malgré tout je suis (nous sommes) ici chez moi (chez nous). Chacun d’entre nous sait que les dirigeants s’en battent les c… des histoires d’alcool ou de came mais faut-il pour autant foutre les flics à chaque coin de rue, des poubelles à chaque carrefour.
    Il n’y a pas de bonne solution chacun peut en convenir avec un peu de bonne foi. Les problèmes d’alcool, pour en revenir à ça, sont vieux comme mes robes, au début de l’autre siècle pendant qu’on allait au café on n’allait pas au syndicat qui faisait la morale lui aussi…
    Bon ce site n’est un défouloir, je m’arrête un peu, je ne suis ni un bisounours ni un contemplatif de la misère, je veux qu’un peu avoir la paix, sans trop de flics et sans du tout de dealers. Etonnant non ?

    0

    0
  4. LEON dit :

    Mimile,
    Je vais d’accords en désaccords en te lisant.
    Au bout du compte, je me demande si tu veux le beurre OU l’argent du beurre -ou les deux, comme on dit. Or, dans cette affaire, il n’y a pas de beurre -pas de vache (?…) pour en faire et pas d’argent (pour financer les moyens nécessaires). Alors quoi ? On reste le pied en l’air ? En suspens au-dessus du vide de l’escarcelle ? Et parce que Coupeaux tombait du toit bourré à mort et que Gervaise boitait à cause de l’alcoolisme d’un papa violent, il faut trouver normal qu’on en revienne -ou qu’on en reste- à ce genre de misère du temps de Napoléon le Petit?
    A force d’y revenir et d’y rester, on finira bien par trouver ça banal ? Et ce qui est banal finira bien par devenir normal ? C’est comme ça ? On dirait que c’est ce que tu dis. T’as peut-être raison Mimile. Et c’est ce qui me fout en rogne : que t’aies peut-être raison! Si toutefois c’est bien ce que tu dis. Mais J’espère me tromper.
    Sinon, il faut préciser un peu plus que tu ne le fais : il y a eu les soi-disant « nouveaux philosophes » -je ne dirai aucun nom. Il devrait donc y avoir aussi les « nouveaux Coupeaux-Gervaise », avec la fait nouveau que l’alccol aujourd’hui n’est plus tout seul ; il a maintenant une bonne copine : la drogue aux visages divers, qui fait ami ami avec lui depuis pas mal de temps. Le couple du siècle ! A côté de ça, les noces de Monaco qu’on nous sert pour nous faire dormir, c’est de la bibine à dix sous. Et comme il faut s’adapter à la nouveauté, on va bien sûr changer bientôt la loi, ça fera plus moderne. On pourra se droguer et se saoûler librement et légalement la gueule. Quand on fait tout pour que ce qui donne encore quelque sens à l’éducation des tout petits, (et des moyens, et même des un peu plus grands) s’en aille peu à peu en eau de boudin, il faut bien changer un peu la règle! On aurait l’air de quoi avec une loi qu’on n’a plus la capacité de faire respecter ? Voilà où nous allons. C’est logique.
    En fait Mimile je te relis pour la troisième fois : tu as raison surtout dans les coins de ton texte où tu dis que pourtant tu ne veux pas de ça, que ce n’est pas à toi de partir. Dans ces recoins de texte-là, tu continues à dire « non »! Et c’est là que tu as raison. Dis-le bien fort avec tous ceux qui le disent.
    Allez, à bientôt Mimile, puisqu’on se connaît.
    On en reparlera, … en buvant un coup à notre santé
    LEON

    0

    0
  5. sam dit :

    @Léon et mimile
    Cela faisait longtemps…toujours un plaisir de vous lire entre deux tétées 😉

    0

    0
  6. mimile dit :

    Finalement on s’accorde presque pour dire que l’alcool n’est dangereux que s’il est bu par les autres, les pas comme nous, les mal dégrossis, les pas torchés. Je plaisante à peine et ça me fout la rage de devenir un poil réac. La soixantaine approchant sa sale gueule tenterait-elle de dissoudre mon vieux fond libertaire ?
    On peut en tout cas se poser le problème de l’éducation, de la culture de ces messieurs de la rue Fontaine ou Emile Connoy, pour ceux que je voient tous les jours. En tout cas, pas envie de trinquer avec eux. Même pas envie de les respecter des fois.
    En tout cas mon Léon pourquoi dis tu qu’on pourra se saôuler librement et légalement la gueule, c’est le cas non ? Et sans cette putain de fée verte aurions-nous eu des génies comme Toulouse-Lautrec ou Gaston Couté ?
    Alors bon, oui je reste le pied en l’air, j’ai trois heures de transport par jour, un patron qui m’emmerde, l’envie souvent de voir ma douce à la campagne, et puis des fois de boire un coup avec les voisins. Tu m’as compris Léon.
    Bon perso je pars trois semaines en août, Banyuls, Rivesaltes, Byrrh… Tout ça fait un peu perso sur ce blog alors j’en profite pour claquer la bise à Sam et son bébé, et si un jour il est fier (ou elle ?) de dire je suis né à Saint-Denis, au moins on n’aura pas tout perdu.

    0

    0
  7. Sam dit :

    @mimile

    Gros bisous d’Inès, née le 28 juin en pleine forme !

    0

    0
  8. habitant dit :

    Bienvenue Inès dans cette ville trépidante!
    Félicitations Sam.

    0

    0
  9. Sam dit :

    Merci !!!

    0

    0
  10. goldo dit :

    elle est toute mignonne,félicitations aux parents et bienvenue a Inès.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *