Lionel – Courrier au maire – « 4ème semaine de grève dans les centres de loisirs de Saint Denis… »

Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. sam dit :

    Et bien les mamans de ma résidence galèrent un peu. Elles se relaient à tour de rôle pour récupérer mes petits voisins…pas si simple.

    Une question, pourquoi à Saint-Denis les grèves sont plus importantes qu’ailleurs ?

    0

    0
  2. LettreAnimateurs dit :

    « Les animateurs et les directeurs des centres de loisirs en grève depuis le 18 mai ne sont pas défavorables à une réorganisation de la pause méridienne. Bien au contraire ! Faire de ce temps un moment de prise de repas plus serein, convivial, d’échanges, avec du personnel qualifié (animateurs, Atsem, enseignants), avec un projet commun découlant d’une politique de l’enfance portée par l’ensemble des élus, quelle recette ! Mais certaines réponses quand à la mise en place de ce plat bien alléchant restent vagues et amères :
    – Aucune rémunération n’était envisagée pour les animateurs et les directeurs à qui la municipalité propose d’être responsables du temps de restauration ; depuis notre réunion, les élus nous disent y travailler…
    – On nous propose que les animateurs à temps partiel qui ne travaillent pas sur la pause méridienne soient obligés de travailler sur ce temps
    au détriment des heures d’accueil des enfants au centre de loisirs (moins de 30 animateurs sont à temps partiel alors que le personnel pour la restauration représente 550 adultes : leur non-engagement
    sur ce temps serait-il donc préjudiciable au bon déroulement de la pause méridienne ?).
    – Les heures de ménage qu’effectuaient les Atsem, par qui et quand seront-elles accomplies ?
    – Les enseignants sont capables d’encadrer les enfants sur le temps de restauration tout en déjeunant avec ces derniers, mais les animateurs n’en seraient pas capables : la municipalité s’y oppose.
    – Nous attendons que les élus se positionnent clairement concernant la mise en place de l’aide personnalisée des enfants le midi ; ce positionnement est indispensable sur des heures de travail municipales.
    De plus, dans notre tambouille, la pause méridienne n’est pas l’unique point de discorde :
    – Depuis plusieurs années, la municipalité refuse de gardienner 5 écoles/centres de loisirs appelés « sites isolés » (ce qui créé une insécurité pour le public et les équipes), alors que des créations de postes de gardiens suppléants voient le jour dans le cadre de la réorganisation de la pause méridienne…
    – La municipalité, qui l’a toujours fait jusqu’à présent, ne rémunérera plus les animateurs vacataires à la fin du mois d’été travaillé mais le mois suivant ; notre action a sauvé cet été, mais la municipalité affirme sa volonté de ne plus payer pleinement les vacataires à la fin de leur mois de travail l’été prochain. De quoi « grogner » !
    L’ensemble du personnel en grève affirme qu’il adhère et défend au quotidien la politique tarifaire et sans critères aujourd’hui mise en place. Nous ne rejetons pas le projet que porte la municipalité sur la pause méridienne, mais nous pensons que sa mise en œuvre telle qu’elle est définie pour septembre 2010 sur les sites pilotes est prématurée et manque de réelle concertation avec les différentes directions.
    Nous vous adressons ce droit de réponse au moment où nous sommes toujours en négociation avec la municipalité. À ce jour, nous recevons de plus en plus de messages de soutien de membres de la FCPE, d’enseignants et de parents.

    Le collectif animateurs et directeurs des centres de loisirs en grève – Source le JSD publié le 1er juin 2010 

    0

    0
  3. RéponseMaireAdjoint dit :

    Nous nous félicitons que les animateurs des centres de loisirs soutiennent le projet d’allonger la pause du midi d’une heure pour accueillir les enfants dans de bonnes conditions et leur assurer la présence d’une équipe d’animation plus stable, mieux formée et plus à l’écoute. Nous souhaitons préciser les points suivants :
    – Pour les animateurs qui pourront désormais être responsables de restaurant, nous reconnaissons le travail que cela impliquera ; nous nous sommes engagés dès notre rencontre du 20 mai dernier à trouver une solution de rémunération dans le cadre réglementaire et de la politique municipale en ressources humaines.
    – Pour les temps partiels accordés sur la restauration scolaire : nous avons proposé dès le 20 mai de les maintenir pour l’année scolaire 2010-2011, et d’étudier avec les agents concernés les modalités d’organisation pour la rentrée 2011.
    – Les heures de ménage qui ne seront plus réalisées par les Atsem seront prises en charge par l’équipe d’entretien du groupe scolaire qui sera réorganisée et renforcée par des moyens supplémentaires.
    – Sur les repas : compte tenu du nombre d’enfants qui fréquentent la restauration scolaire, les animateurs n’ont matériellement pas le temps de déjeuner à table tout en assurant une présence attentive auprès de chaque enfant. Nous ne pouvons appliquer cette règle aux enseignants qui sont en journée continue, sans risquer de se priver de leur participation à la restauration scolaire. Mais nous proposons aux animateurs un repas
    à tarif préférentiel après le service.
    – L’organisation de l’aide personnalisée relève de la responsabilité de l’Éducation nationale.
    Depuis novembre 2009, nous avons rencontré et échangé avec plus de 650 agents, les syndicats, la FCPE et l’Éducation nationale. La concertation est bien réelle. C’est pourquoi nous regrettons ce blocage, qui intervient alors même que la discussion reste engagée.
    Des difficultés existent, mais nous nous attachons, avec les personnels, à les surmonter, sans jamais oublier l’intérêt des enfants et des parents. •

    David Proult – Source le JSD publié le 1er juin 2010 

    0

    0
  4. Lila dit :

    Bonjour,
     
    j’habite Saint-denis depuis 1998 d’abord près de la porte de Paris et depuis 4 ans Boulevard Marcel Sembat.

    Mon premier enfant n’a pas fait sa scolarité de maternelle à saint denis mais dans la ville où je travaille. A son entrée en C.P, nous l’avons mise à J.B.S.

    Pour mon deuxième enfant, nous avons voulu faire pratique et l’avons inscrit à la maternelle Lestrée : quelle déconvenue: des toilettes sales, l’accueil du matin très bruyants , des parrents irrespectueux de tout, un centre du soir située dans l’ecole primaire et ouvert à tous vents et qui est en grève depui 1 semaine. C’est scandaleux!!

    j’ai demandé une dérogation et je vous le dit tout net  : l’enseignement privé a de beaux jours devant lui.

    Nous aimons cette ville mais la municipalilté commet une grossière erreur de politique de la ville et risque de voir sa classe moyenne s’en aller. Il est urgent de réagir.

    0

    0
  5. gege dit :

    je viens de lire que le maire se representait en 2014.les problèmes vont continuer car lui meme ne se rend pas compte de son incompètence

    0

    0
  6. goldo dit :

    moi aussi je viens de lire que le maire se représenterait et celà me désespère. Une rumeur disait qu’il voulait démissionner c’est que beaucoup d’entre nous prennent leurs rêves pour des réalités et ont envie de le voir partir. En ce qui me concerne j’espère qu’il ne sera pas réelu. Ce n’est même pas pour une question de droite ou de gauche mais tout simplement parce-que cette ville est à un point de non retour qui demande a ce que des personnes nouvelles prennent les rennes.

    0

    0
  7. Ingrid dit :

    Oh rage Oh désespoir ! En effet c’est dans le JSD voir lien ci-dessous :
    lien vers l’article
    Je suis sans voi(e/x) !

    0

    0
  8. thierryb dit :

    Alors qui est responsable de la situation lamentable de certaines écoles? Il y a un conflit social des animateurs avec leur employeur, certes, et les fermetures sont très gênantes pour les parents.
    Je lis: « des parents irrespectueux de tout », « en grève… c’est scandaleux »; « l’enseignement privé a de beaux jours devant lui. « 
    Certes, loin de moi l’idée de reprocher aux parents le choix libre de l’école pour protéger leur enfant, mais les dés sont pipés d’avance, non?:
    Une population pauvre à 80%, un taux de RMI et de chômeurs hallucinant dans certains quartiers, un encadrement de moins en moins suffisant face aux dérives comportementales en hausse, des situations d’apprentissage défavorables pour l’élève « normal »…On sait que les « classes moyennes » restent environ 3 à 5 ans seulement ici.
    Continuons donc 🙁 d’aller dans le sens voulu par le ministère, qui diminue sans cesse la présence humaine, et choisissons l’école privée (financée aussi par l’argent public), qui virera nos enfants avant le bac s’ils ne rentrent pas dans ses statistiques…
    Il semblerait que les personnels des écoles aussi aient quelques difficultés avec les parents, dont les enfants ont perdu tout savoir vivre en commun…

    Est-ce qu’on se pose une fois la question des conditions de travail des personnels, qui sont obligés d’accueillir tout le monde, et d’enseigner tout le monde, eux; la difficulté croissante de faire un métier qui même exercé avec talent et dévouement, est sans cesse critiqué par un pouvoir à la recherche d’économies brutes, taillant sans finesse dans les budgets, sans cesse amputé de moyens humains (bientôt 100 000 empois supprimés en cinq ans) et dont on vient de supprimer la formation en alternance (qui existait depuis la création des écoles normales d’instituteurs – au 19e siècle!!!) des professeurs des écoles qui vont exercer devant vos enfants (y compris pour ceux du privé qui sont recrutés par les mêmes concours et formés en commun par l’institut catholique et les ex-iufm)!!
    Alors oui, il y a des raisons de s’inquiéter, mais aussi de se mobiliser avec les fédérations des parents d’élèves (y compris celle du privé d’ailleurs) contre une dérive de l’enseignement, qui va laisser les territoires les plus pauvres s’enfoncer dans l’apartheid (exagéré? regardons autour de nous!) social et culturel – et personne n’y gagnera rien !
    Enfin, à condition d’avoir encore un peu foi dans le projet centenaire d’une république composée de citoyens égaux, notamment grâce à l’école pour tous…j’ai la désagréable impression que ça devient un peu lointain, tout à coup, ce projet… 😉

    0

    0
  9. habitant dit :

    Je comprends que la fermeture de centres soient gênantes pour les parents et les enfants.Je comprends tout autant les animateurs et directeurs de centres de loisirs qui expriment leurs revendications.
    A la base, leur travail (sans oublier les personnels de cantine) n’est pas toujours reconnu et encouragé à leur juste valeur. Cela date pas d’hier.
    Ils méritent un peu plus de considération de la part de la municipalité pour qu’en retour les enfants et les parents puissent bénéficier d’un bon fonctionnement des services de centres de loisirs en école publique.

    0

    0
  10. Sam dit :

    Bonne nouvelle : la grève des animateurs s’est arrêté le jeudi soir.
    Mauvaise nouvelle : la grève des cantines a commencé vendredi (hier) …
    Bon courage aux parents !

    0

    0
  11. Lionel dit :

    En réponse à Ingrid, il ne faut pas tout mélanger ! l’éducation des enfants est une chose, les grèves une autre. Oui Saint Denis a une population très pauvre. Mais comment le ticket de restauration dans les écoles pour cette population pauvre peut être à moins de 50 centimes le repas, si ce n’est sans la compensation de tickets repas à 4,5 euros pour ceux qui ont les moyens ? un système ne vit jamais sans l’appui de certaines population… je ne vais pas non plus financer toutes les carences de la mairie et aller replanter moi même des arbres achetés chez Truffaut parce que la mairie oublie aussi d’entretenir nos espaces verts. il y a des limites. les classes moyennes paient, elles ne disent rien mais elles ne vont pas en plus s’abstenir de râler parce qu’elles sont plus pénalisées par les grèves ! STOP ! le maire doit comprendre que sa ville vit grâce aux impôts… fonciers, locaux….

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *