Livre – « Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés » Journal de la consultation Souffrance et Travail – Marie Pezé

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Citoyen93 dit :

    Oui et dans la même veine il y a le livre « L’open space m’a tué ».
    L’auteur qui est un ancien de HEC est passé sur France Inter un vendredi soir et son témoignage était édifiant. C’est un livre très intéressant sur le management au travail et les dégâts collatéraux que cela engendrent.
    Pour ma part j’ai fait le choix depuis 10 ans de me mettre à mon compte (je suis consultant) car justement je ne supportais plus ce type de management que j’assimile à une forme de totalitarisme qui fini par broyer l’individu.
    Il est à noter que le nombre de personnes qui décident de créer leur propre activité à littéralement exploser (200 000 en 2009) et le statut d’auto entrepreneur est une véritable bénédiction pour ceux qui veulent se mettre à leurs comptes. sans pour autant effectuer le parcours du combattant du créateur d’entreprise.

    0

    0
  2. Sam dit :

    Merci pour le tuyau, je vais lire ça.

    Je travaille dans le milieu de finance (informatique), certaines méthodes appliquées dans certains services sont « suspectes ». Je vois des personnes autour de moi souffrir et me sents incapable de faire quoi que ce soit. Juste des mots de soutien…
    Ces techniques sont infaillibles et peuvent atteindre n’importe qui car l’usure est une arme infaillible !

    Je manage moi-même et franchement il faut ruser pour esquiver certaines consignes…au risque d’être étiquetée « électron libre » et faire un peu peur à la hiérarchie. Mais mieux vaut être « craint » que « méprisé » n’est-ce pas ? au moins on est en phase avec soi-même.

    Mais je n’exclue pas de me mettre à mon compte un jour…car il y a trop de cons au mètre carré dans certaines structures. L’homme est un instrument !

    Je pense que les plus à plaindre sont les ouvriers et techniciens…car eux n’ont guerre d’autres perspectives et ne peuvent que subir.

    0

    0
  3. Thomas dit :

    Salut à vous,

    Citoyen93, peux-tu m’expliquer quels sont les avantages du statut d’auto entrepreneur, et s’il est possible de monter une structure « auto entreprenante » à deux personnes pour éviter la galère d’une création d’entreprise comme tu l’expliques?

    Et oui, la pression et les méthodes de management de chef d’établissements qui ont de plus en plus de pouvoir font des ravages aussi dans l’éducation nationale…

    Cordialement

    0

    0
  4. Lola dit :

    Et la souffrance au travail est en ce moment un thème d’actualité:
    Article du Figaro

    0

    0
  5. Citoyen93 dit :

    Un auto entrepreneur est un statut qui s’adresse à des personnes désireuses de monter leur activité en facturant.
    Le plafond du chiffre d’affaires est fixé à 31 000 euros à l’année avec un plafond de cotisation à hauteur de 21 % du chiffre d’affaires.

    Dans le cas ou vous êtes deux c’est différent on ne peut pas parler d’auto-entrepreneur, il faut dans ce cas réfléchir à deux statuts ou bien vous déclarer tous les deux en tant qu’auto entrepreneur avec dans ce ce cas deux déclarations bien distinctes à produire aux administrations (Urssaf, impôts et régime social indépendant).

    C’est très simple et franchement cela vaut le coup.
    Il y a aussi le statut de travailleur indépendant (mon statut) au régime micro entreprise spécial BNC (Bénéfice non commercial), il permet comme le statut d’auto entrepreneur de ne pas être redevable de la TVA.

    Il y a des sites Internet qui expliquent cela très bien mot clé « auto- entrepreneur ».
    Sinon les impôts expliquent cela très bien et sont très coopératifs sur ces questions.

    0

    0
  6. Sam dit :

    Comment réagir lorsque pendant vos congés votre bureau a été attribué à une personne externe à la société… et qu’à votre retour de congés on vous invite à récupérer vos affaires pour vous installer à un autre bureau dans un open space ?

    0

    0
  7. Thierryb dit :

    Quand ça s’appelait « chef du personnel » c’était au moins clair, on savait sans hypocrisie quelle était la nature des rapports (de classe ?). Ce terme de « ressources humaines », comme le montre le beau film du même nom, m’a toujours paru une hypocrisie, destinée à masquer, tout en le montrant d’ailleurs à ceux qui ne sont pas dupes, que les personnels sont devenus des « moyens », tenus dans un rapport hiérarchique avec un contrat de travail inégalitaire par nature (c’était dans les textes avant qu’on détruise le droit du travail il y a quinze ans),et possédant un métier, ce qui permettait de se situer, se sentir solidaire, etc.. 

    Aujourd’hui, il n’y a plus de métiers, mais des tâches, des compétences. Même dans l’Éducation nationale, on ne parle plus de professeurs, mais de « moyens d’enseignements » dans les nouveaux textes. 

    Les contempteurs du soi-disant archaïsme ont réussi à installer une barbarie soft

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *