Lycées et réussites au Bac à Saint-Denis

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. JASON X dit :

    Est-il vrai que l’examen du bac n’est pas national et que les sujets sont différents selon les départements, quelqu’un a une réponse là dessus ?
    Jean Baptiste de la Salle reste un bon lycée et un fournisseur de premier choix de téléphones portables pour nos jeunes en manque de repères, c’est ça la « mixité sociale » ??

    0

    0
  2. stephanie dit :

    Jason X

    Je laisse les professionnels répondre à la question du bac mais pour moi les sujets sont nationaux.

    Les « jeunes en manque de repères » sont nombreux et n’ont pas grand chose à voir avec la mixité sociale. Ou alors j’ai peur de comprendre autre chose ….

     

    0

    0
  3. suger dit :

    Les sujets du Bac sont plutôt « territoriaux » du fait des différences dans les calendriers scolaires et des décalages horaires… Il y a donc des sujets métropolitains, des sujets pour les divers DOM et TOM, et des sujets pour les Centres étrangers. Ainsi les sujets du Centre d’examens de Pondichery, en Inde, sont célèbres car le Bac s’y déroule avant la fin de l’année scolaire en France ! Par contre, les barèmes de notation qui servent de réfèrence aux correcteurs sont souvent élaborés au niveau académique.

    0

    0
  4. pitch dit :

    où peut-on trouver les statistiques ministérielles sur ce sujet ?

    0

    0
  5. suger dit :

    @pitch

    Sur le site de « L’Express » (cliquez sur « Palmarés de L’Express » dans le billet) ou sur le site du Ministère. Et pour Saint-Denis sur : http://www.lexpress.fr/palmares/lyc

    0

    0
  6. suger dit :

    Un témoignage intéressant concernant probablement le Lycée de l’ENNA, sur le site de « Plaine Commune Terre d’avenir », en réponse à un début de polémique anti-enseignants :

    Théo dit : 20 novembre 2010 à 11 h 06 min
    Au lieu de polémiquer entre parents et école, essayez de regarder la réalité du travail fait par certains lycées contre le décrochage et l’absentéisme: j’ai un neveu qui ne faisait plus rien à l’école et qui a été orienté en LP à Saint Denis, et sa famille était inquiète car les Lp sont mal connus et on ne sait pas que les professeurs y sont souvent très motivés, qu’il y a des stages en entreprise,et qu’ils cherchent à faire progresser les élèves, malgré leur difficultés de langue, de comportement, etc . J’ai eu le plaisir de voir que les professeurs organisaient des réunions avec les parents pour expliquer leur travail, qu’ils appelaient dès 9 heures le matin en cas d’absence de l’élève, que les cours manqués pour absence d’un prof étaient rattrapés (ils sont convoqués, ils ont des enfants, et les absentéistes sont quand même très rares et mal notés). J’ai vu mon neveu changer, devenir moins rebelle, s’intéresser au métier qu’on lui apprenait, et même au français et aux maths, car il y a des méthodes pédagogiques qui insistent sur la réussite et non sur l’échec. Il a eu son bac pro l’an dernier avec mention et s’est inscrit en BTS, il est en quelque sorte sauvé. J’ai vu dans l’Express cette semaine que ce lycée a des résultats au-dessus des exigences du Ministère. C’est grâce à l’engagement des professeurs et aux parents qui suivent leur enfant avec et non pas contre l’école, et je trouve qu’on ignore trop les réussites, qu’on se focalise seulement sur les échecs. Avez-vous déjà pensé comme il doit être difficile de faire cours à des élèves qui ont l’impression d’être des « ratés de la vie », à 16 ans?

    0

    0
  7. thierryb dit :

    Cher Suger, je suis absolument ravi de voir que mes collègues et moi (et nous ne sommes pas les seuls, loin de là) bénéficient d’une telle médiatisation (locale, mais c’est déjà ça, il est loin le temps où un président de la République venait visiter les lieux)!
    En fait, ce lycée a une histoire (ancien lieu de formation de professeurs, personnels impliqués à l’ex-IUFM, dans l’académie, l’Université et les concours, etc, voir:http://www.lyceedelenna.ac-creteil….) qui explique en partie la continuité d’une pratique collégiale et une bonne réputation auprès des dyonisiens depuis qu’il était lycée d’application d’une ENNA. Malheureusement, je puis vous dire que nos classes, au lycée plus qu’au LP, depuis un an, peinent à recruter, tant les parents, sensibles aux discours alarmistes sur le « niveau », veulent à tout prix placer leurs enfants à JBS ou dans les grands lycées de Saint-Denis, qui ouvrent des classes tant qu’ils peuvent -car, tout le monde ne le sait peut-être pas, il y a une sorte de compétition quantitative entre les établissements d’un même district pour exister et attirer budgets et inscriptions.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *