Marianne : Quand la gauche radicale s’acoquine avec des accros de l’intégrisme

Vous aimerez aussi...

83 réponses

  1. Thierryb dit :

    Allez, je le dis sans nuance : en matière d’environnement politique, vous vivez en marge du reste de la France…l’article, en tout cas, est très pertinent. Qu’est ce que le FDG, le NPA, et le PCF vont faire dans un truc pareil. Est-ce un choix local ou est-ce accepté des instances nationales – ce qui m’étonnerais de Laurent ?

    0

    0
  2. alain dit :

    Je vais prendre le temps de lire les différents éléments dédiés à cette initiative prévue sur St-Denis. Quand je vois la liste des appelants je suis inquîet. Décidément rien ne nous sera épargné dans notre ville. La laïcité n’occupe pas trop nos édiles de la mairie, ça les dérange de parler de ça dans la mesure ou leurs interlocuteurs communautaires, y compris des élus, ne comprennent rien à l’intérêt de vivre dans un pays laïc. Alors ils préférent débattre du sexe des anges plutôt que des questions de fond. A force de flatter les communautaristes ils finiront par se faire bouffer de l’intérieur. Le prosélitisme n’est pas réservé que pour les discours hors les murs, il existe aussi en mairie.
    Bientôt le 8 mars ! Est-ce que le 6 mars les intervenants oseront se déclarer solidaire des femmes soumises au diktat des religieux, sur le voile, sur la burka qui se répend en ville, sur les libertés individuelles, sur l’émancipation des femmes, etc. ?
    Je reviendrai sur ce site un peu plus tard.

    0

    0
  3. Bill dit :

    @Thierryb

    C’est quand j’ai la chance d’être en province et de discuter des sujets évoqués à St Denis et la façon dont ils sont abordés chez nous, que je réalise à quel point nous sommes en décalage. C’est normal que certains se sentent exclus ou ne comprennent pas les positions républicaines laïques qui semblent de base pour tous citoyens lorsqu’on voit à quel point la situation intellectuelle ici est particulière et constitue une rupture soigneusement entretenue avec le reste de la communauté nationale au profit d’un tout petit nombre et aux détriments de la grande majorité des habitants stigmatisés. 

    0

    0
  4. Bill dit :

    La position d’Ornella Guyet qui explique son problème à participer à un meeting anti racisme en compagnie de l’UOIF trop proche des nationalistes et intégristes à son goût. « L’anti-racisme oui, mais pas à n’importe quel prix ». http://www.streetpress.com/sujet/1425034331-pourquoi-je-n-irai-pas-au-rassemblement-contre-l-islamophobie-aux-cotes-de-l-uoif#

    Nos élus locaux n’ont pas l’air d’avoir de souci avec ce type d’alliance et après ils vont pleurer parce que le FN monte alors qu’ils sont ceux qui introduisent le loup dans la bergerie. Faut-il rappeler que les Le Pen ne sont pas les seuls représentants en France de l’extrême droite et des relents fascistes ? 

    Un petit complément avec cet autre article de Marianne. Le sujet est le lycée Averroès de Lille et la polémique lancé par un des enseignants démissionnaire. Ce sujet ne nous concerne pas directement sauf le rôle joué par l’UOIF et la description des dangereuses liaisons entre cette organisation dite proche des Frères Musulmans et les membres d’extrême droite / intégristes cathos / antisémites  http://www.marianne.net/averroes-lycee-modele-environnement-douteux-100231557.html

    A St Denis, nous avons un collectif anti FN et extrême droite, je suis curieuse de savoir comment il va se positionner. 

    0

    0
  5. Sam dit :
    Je ne trouve pas les mots…

    0

    0
  6. Sam dit :

    Autrement dit, si on est attaché à la république on est donc islamophobe…hein ?!!!

    Comment après ce que nous venons d’endurer, peut-on encore justifier l’injustifiable et se poser en victimes ?

    Question : y-a-il des républicains et des défenseurs de la laïcité parmi la classe politique locale ??? 

    0

    0
  7. alain dit :

    Aussi loin que ma mémoire me le permet, je n’ai pas souvenir de débat sur cet aspect de notre Etat républicain à Saint-Denis et encore moins en mairie ou à l’initiative de la ville, comme un peu partout en France il faut bien l’admettre. La laïcité a toujours été comprise comme élément intangible du paysage de la Nation française, alors pourquoi débattre de quelques chose qui semble acquit par tout le monde ? Aujourd’hui, le temps ayant fait son oeuvre, les remises en causes incidieuses et très nombreuses depuis 10 ou 15 ans, n’ont pas succité de réaction pour reprendre la main en quelque sorte. La laïcité s’est trouvé prise à contre pied, et faute de citoyens éclairés sur la question, le silence en guise de réponse. La nature ayant horreur du vide, c’est valable partout, la place a été prise par ceux qui n’ont pas intérêt à ce que la laïcité leur pique « des parts de marché » si j’ose dire. On trouve même cela à Strasbourg au sein même des locaux du parlement. Des officines lobistes religieuses sont installées et subventionnées en toute légalité. Je rappelle que l’affirmation de la laïcité est une exception française. L’Europe n’en veut pas. On voit où cela nous conduit y compris en France, puisque nos Présidents et bien d’autres représentants de la Nation s’affichent avec des représentants religieux dans les locaux républicains et laïcs par définition, à leur invitation.
    Il aura fallu 17 morts en France en Janvier 2015 pour que la laïcité redevienne à la mode. Malheureusement ce n’est pas toujours bien fait. En plus le matraquage incessant fini par agacer plus que convaincre. Mais l’Etat demande au corps enseignant de faire face et de « convertir » tous les momes à la laïcité comme si c’était une religion. Erreur, funeste erreur.
    Donc les défenseurs de la laïcité au sein d ela classe politique on en trouve, mais on en trouve aussi ailleurs, très nombreux ceux-là, la question est de savoir comment ils se font entendre, car personne ne les invite, aucun micro n’est tendu.
    Alors à Saint-Denis……je connais bien, nous ne sommes encore moins prêt qu’ailleurs à entendre nos élus sur le sujet, sinon ça se saurait depuis logtemps, je l’affirme.

    0

    0
  8. Bill dit :

    Je ne comprends pas comment des personnes se réclamant des droits de l’homme, de l’anti-racisme, de l’anti-fascisme puissent se réunir avec des personnes qui ont participé aux manifs anti mariage gay, aux journées de retrait des écoles contre les ABCD de l’égalité, qui instrumentalisent la théorie des genres, contre le droit à l’avortement… 

    Il y avait des problèmes de gestion mais ce n’est rien si on prend la pente du bastion islamiste.

    0

    0
  9. contribuable93200 dit :

    Pour les contribuables dionysiens l’entretien de la Bourse du Travail a un coût.

    L’utilisation ne devrait pas être gratuite.

    Espérons que la ville facture au moins à prx coutant la location samedi 6 mars 2015 d’une salle de la bourse du travail par l’union des organisations islamiques de france.

    0

    0
  10. Sam dit :

    @Bill

    C’est incompréhensible et surtout nauséabond.

    @alain

    A St Denis, on tend le micro sur les propos de MMle maire le soutient, les autres consentent par leur silence. 

    A St Denis plus qu’ailleurs on ne s’exprime pas sur ces sujets-là …

    Surtout en cette période électorale, n’est-ce pas Mr le député Hanotin ? Comme disait Bill « on est moins frondeur sur ce coup » ?

    Bref, la laïcité n’est pas vendeur…le communautarisme ça rapporte des voix ! 

    @Marguerite MB

    Qu’en pense l’observatoire de la laïcité de ce débat ?

    0

    0
  11. Françoise MB dit :

    @ Sam
    Voilà plus bas, le 3ème courrier adressé au maire avant d’avoir une réponse qui est du même ordre que celle que vous avez reçue.
    J’ajoute que lors d’une conférence organisée à Saint-Denis en avril 2014 par Farida Belghoul (Journée du retrait), le service d’ordre était assuré par le directeur de la mosquée de la rue de la Boulangerie. Alliance des extrèmes-droites ! Et M. Messaoudène assurait la « médiation » entre la cinquantaine de manifestants et le service d’ordre.
    Pour le collectif anti FN de Saint-Denis, il n’existe pas d’autre extrême droite que le Front national. Jamais un mot sur le fascisme de l’islamisme politique, sur l’antisémitisme qui fait des ravages ici, notamment parmi les jeunes.
    La réponse que vous avez reçu du maire indique bien que sa priorité, c’est le combat social, pas la laïcité. Il se méprend gravement. Le combat social est indissociable de celui pour l’émancipation, la culture, les droits humains, particulièrement pour les femmes, etc…
    Aveuglement terriblement dangereux qui peut être lourd de conséquences dans notre ville, particulièrement pour notre jeunesse. Cela fait des années que l’Observatoire de la laïcité de Saint-Denis alerte, demande à ce qu’une charte de la laïcité soit mise en place pour les services municipaux, où les dérives sont nombreuses. Sans réponse pour l’instant et surtout pas à ce que nous dénonçons, le lien entre religion et politique. Mais nous continuons le combat laïque. Prochain rv le 14 mars, une conférence dans le cadre des journées des droits des femmes.

    Monsieur le Maire de Saint-Denis

    Lors du conseil municipal de novembre 2014, M. Messaoudène, conseiller municipal délégué FDG, (Égalité femme/homme, lutte contre les discriminations, égalité des droits, services publics), dénonce l’Observatoire de la laïcité de Saint-Denis (OLSD) comme une association qui, « sous couvert de laïcité montre du doigt les musulmans, l’islam et le voile » et « écrit sur son site et dans ses publications que l’islam politique est un danger à Saint-Denis ».
    Le 14 janvier 2015 sur les ondes de France Info, au lendemain du carnage dans les locaux de Charlie Hebdo et de la tuerie dans l’Hyper Casher, il remet en question les mesures prises en urgence par les pouvoirs publics pour protéger les écoles et lieux de culte juifs, au motif que les deux religions ne sont pas traitées sur le même pied d’égalité; il remet en cause la loi de 2004 sur les signes religieux ostentatoires et celle sur la burqa. Enfin, il insulte Mohamed Chelghoumi en le qualifiant « d’analphabète », d’« imam autoproclamé » et « rejeté par la majorité des musulmans ».
    M. Messaoudène ne s’embarrasse d’aucun scrupule. Dans son blog, il part « en guerre » « contre les ennemis de l’islam », se déclare en « résistance » contre les lois de la République et fustige les adeptes de la « laïcité exclusive ».
    L’OLSD rejette ses allégations fallacieuses qui tendent à le présenter comme l’ennemi d’une religion, en l’occurrence l’islam. L’OLSD s’inscrit en faux contre toute religion qui refuse de se soumettre aux lois républicaines et instrumentalise la croyance religieuse et les croyants à des fins politiques. L’OLSD tient à réaffirmer son droit à clamer son attachement aux valeurs républicaines
    Comme nous le prouve notre histoire et les récents événements, la politique et la religion n’ont jamais fait bon ménage. Manifestement, M. Messaoudène n’a pas tiré les leçons de cet épisode sanglant de janvier 2015. C’est pourquoi, nous condamnons son discours dont le seul but est de battre en brèche la laïcité en assurant le retour du religieux dans la vie publique.
    Nous dénonçons sa campagne haineuse qui vise le citoyen Mohamed Chelghoumi, imam partisan de la laïcité dont le crime est de prôner la fraternité et de rejeter la violence.
    Nous avons soutenu et nous soutiendrons toujours que l’islam politique est un danger à Saint-Denis, ce que d’autres voix au sein de l’islam dénoncent aussi.
    Nous n’admettrons jamais qu’un élu de la République puisse se dissimuler sous le masque de « l’islamophobie » pour encenser le voile et la burqa, symboles de la soumission des femmes, et porter atteinte à la liberté d’expression et au droit de critiquer les religions.
    Contrairement à M. Messaoudène, nous nous battons contre l’éclatement de notre ville en communautés assignées à des croyances religieuses ou à des origines. Notre République n’est ni une République de communautés, ni une République de croyants. La France transcende ces différences en construisant la République des citoyens. Notre objectif est de faire vivre la laïcité, toute la laïcité, rien que la laïcité telle qu’elle s’impose comme loi commune à toutes et à tous pour garantir le vivre ensemble.
    Pour toutes ces raisons, l’OLSD considère que M. Messaoudène est indigne de porter dans notre ville les couleurs du combat pour l’Humanisme, pour l’égalité entre les femmes et les hommes et celles des luttes contre toutes les formes de discrimination.
    C’est pourquoi l’OLSD invite Monsieur le Maire à prendre les mesures qui s’imposent pour suspendre la délégation d’un élu qui jette le discrédit sur les valeurs républicaines notamment la laïcité, pousse au communautarisme et soutient «l’ islam politique » vecteur de barbarie et ennemi des valeurs universelles.

    L’Observatoire de la Laïcité de Saint-Denis

    0

    0
  12. Lazare dit :

    Dans le n°774 de Respublica, dans la  » chronique d’Evariste  » intitulé  » Après janvier 2015, l’Autre Gauche dans l’impasse « , l’auteur traite de la sinistre farce organisée à Saint Denis sous couvert de lutte contre l’islamophobie  » Le communautarisme, maladie infantile de l’Autre Gauche « .

    0

    0
  13. alain dit :

    @Sam
    Pour connaitre l’avis de l’Observatoire National sur la Laïcité, il faut consulter son site internet et par ailleurs aller sur le site de l’UFAL, Union des FAmilles Laïques, qui a publié récemmment un article critique sur l’ONL, justement à propos d’une récente position sur la laïcité.
    Cela dit je ne suis pas certain que l’ONL soit au courant de l’initiative du 6 mars à St-Denis. Peut-être serait-il utile de l’informer. Parmi tous les intervenants sur ce site il s’en trouvera bien un ou une qui prendra cette initiative.
    Le communautarisme pour acheter la paix sociale c’est extrêmement dangereux. Cette attitude de la ville est observable à partir des années 90. Pas tellement visible en tant que tel au début. Au fil du temps les dérives de ce genre ont trouvées leur paroxisme lorsque P. Braouzec lors d’une assemblée à Franc Moisin en présence de la Police Nationale,et de la population excédées par les rixes, incendies, provocations etc , et des voyous en tout genre les auteurs eux-mêmes, a accusé la Police de provoquer les jeunes dans le quartier. Il les a conforté dans leurs dérives et a découragé les forces de Police d’intervenir sur ce quartier. D’autres exemples aussi graves voir plus, en centre ville avec l’inénarable Langlade pourrait aussi être évoqués. Donc la montée du communautarisme va de paire avec l’achat de la paix sociale. C’est triste et grave. Il n’y a pas de retour en arière possible mais la perspective de tous les virer est envisageable avec des forces nouvelles, prises dans le creuset de gauche (je préfère) car des gens honnêtes ça existe. Les partis ont fait leur temps à Saint-Denis, un rassemblement démocratique est possible, à condition que l’esprit républicain et laïc ne soit pas qu’une formule opportuniste. Déjà pour les cantonales une candidate, anciennement encartée, a le courage de se présenter contre les autres. C’est peut-être le début, il faudrait entendre ce qu’elle dit.

    0

    0
  14. suger dit :

    Que cache le terme « islamophobie » ? Dire « actes anti-musulmans » n’est pourtant pas difficile mais il s’agit pour certains d’étendre l’application juridique de ce délit bien au-delà de ces manifestations, condamnables et condamnées, de violence ou de discrimination à l’égard de personnes.
    Historiquement, le terme islamophobie est une arme idéologique des ayatollahs iraniens pour essayer de faire taire les critiques à l’égard de leur dictature théocratique et de leurs atteintes aux droits de l’homme. Ce terme a été repris par l’Organisation de la Conférence islamique pour stigmatiser toute critique de l’islam. L’OCI avait ainsi systématiquement mis en avant ce néologisme lors de la conférence de l’ONU contre le racisme à Durban en 2001, précipitant l’échec de cette conférence. Puis l’OCI y a associé le blasphème pour tenter de limiter la liberté d’expression sur l’islam et les régimes politiques qui s’en réclament.
    En France, comme le montre, une fois de plus, cette réunion programmée à Saint-Denis pour le 6 mars, le terme « islamophobie » est constamment utilisé pour s’attaquer à la laïcité, c’est-à-dire à l’organisation des garanties légales de la liberté de pensée et d’expression, de la séparation de l’Etat et des organisations religieuses, de la distinction entre l’espace public et l’espace privé.

    0

    0
  15. Sam dit :

    @Alain

    Merci pour les infos. Je vais regarder le site de l’UFAL.

    @Françoise MB

    Merci pour votre réponse. On est d’accord. Très bien votre lettre.

    Pour info, d’autres associations se manifestent également. Cela contraste avec le mutisme politique

    @Suger

    Merci pour ce rappel historique qui permet de mieux comprendre l’usage de ce mot.

    Ce type de débat affiche clairement un slogan anti République …n’est-ce pas là une incitation à la haine de la République et de ses valeurs ?

    0

    0
  16. Nat dit :

    Et qu’en pense nos élus socialistes ?
    Ras le bol (un de plus…) de vivre dans une ville aux mains de dangereux apprentis sorciers.

    0

    0
  17. Dans Libération du 22/07/14 dit :

    L’extrême droite en a rêvé, l’extrême gauche l’a fait

    TRIBUNE GÉRARD BENSUSSAN PHILOSOPHE, PROFESSEUR À L’UNIVERSITÉ DE STRASBOURG 22 JUILLET 2014 – Libération

    Après les violentes manifestations de la dernière semaine, où des synagogues ont été attaquées sans vergogne, je voudrais revenir sur ce qui me paraît relever d’une forclusion généralisée et retracer, très sommairement, la généalogie d’un phénomène singulier, inquiétant, attristant – auquel divers éléments (les déclarations d’un élu écolo du 93 ou encore les récents propos de Gianni Vattimo) ajoutent encore un affligeant relief. Il est clair désormais que les extrêmes droites dieudonnéisées ou soralisées sont parvenues à intégrer, à leurs discours et pratiques, des pans idéologiques entiers de provenance d’extrême gauche.

    Un premier point : il est de peu d’intérêt de s’indigner contre le déferlement antisémite et de le faire dans l’habituelle rhétorique sans pensée, c’est-à-dire bien-pensante, de l’«antifascisme» militant, si l’on n’est pas capable de méditer encore et à nouveau l’effet de choc produit, il y a quelques années, par les développements badiousiens sur les «portées du mot «juif». Ce texte constitue un tournant […] Lorsqu’on écrit, en dépit de tout bon sens, que «le nom de juif» est «une création politique nazie» sans référent préexistant, qu’il constitue une invention hitlérienne au service de l’extermination, quand on affirme que «juif» est désormais le signifiant-maître des nouveaux aryens, que les Israéliens sont tout sauf juifs (à la limite le seraient seuls Spinoza, Marx, Freud et quelques autres Ehrenjuden !), quand on claironne qu’Israël est un pays antisémite, quand on pose avec une telle assurance «ontologique» tant de sottises, on donne à la logique diabolique du retournement, soit de la perversion, le statut d’une figure de pensée : non seulement les «juifs» ne sont pas juifs, mais ils sont, eux, les véritables nazis. Et, par voie de «conséquence», ceux qui les combattent, ici, là-bas, sont d’authentiques antinazis, courageux et exposés à la vindicte haineuse et meurtrière des juifs-nazis ou des nazis-juifs.

    Cet ectoplasme de pensée est devenu, en quelques années, un topos de l’idéologie et de l’action d’extrême gauche, décliné sous tous les registres et tous les tons. On ne le doit pas, me semble-t-il, à la seule force de conviction de Badiou (ses hypothèses, sur ce point précis, sont vraiment indigentes), mais à une conjoncture, à un climat, à un état des forces politiques, à une sinistre mutation.[…] Sous ce préalable et cette mémoire, que s’est-il passé, il y a quelques mois, politiquement, culturellement, idéologiquement autour de «l’affaire» Dieudonné ? Que recèle et que montre ce «moment» insigne ?

    […]

    Pour la première fois depuis très longtemps, le pavé parisien a retenti en janvier, puis de nouveau ces jours-ci, de cris de haine et de mort, «mort aux juifs», «juifs hors de France». Rien de neuf d’une certaine façon, simplement, au contraire, un retour à la normale, la restauration publique et politiquement assumée d’une très ancienne détestation après une brève interruption d’une cinquantaine d’années – d’où l’effet de souffle d’une parole «libérée». […]

    Le «moment» Dieudonné, sa «nouveauté», la pensée qui l’autorise, ses retombées en cascade obligent à regarder en face la nécessité, douloureuse, d’avoir à penser les extrêmes droites dans leur intime connexion avec les extrêmes gauches.

    Je me souviens d’une génération, celle des grands aînés, Sartre («pas un Français ne sera en sécurité tant qu’un juif, en France et dans le monde entier, pourra craindre pour sa vie») ou Blanchot («la renaissance de l’Etat d’Israël, ainsi que la conscience plus vive que nous avons de ce qu’est une condition d’oppression peuvent nous faire avancer») – génération pour laquelle le soutien au mouvement d’émancipation nationale du peuple palestinien pouvait aller avec un attachement inconditionnel à l’existence de l’Etat d’Israël. Ceci semblera aux plus jeunes incongru ou intenable. C’est qu’entre-temps, et l’intervention badiousienne joue un rôle crucial à cet égard, sous le couvert d’un antisionisme parfois furieux, l’extrême gauche, ou plutôt une certaine extrême gauche, pas toute, mais presque, aura contribué à redonner à l’antisémitisme le plus plat une légitimité dont la vieille extrême droite rêvait et que le gauchisme aura donc fait ou refait. Car il est vrai aussi qu’il renoue ainsi avec les courants antisémites les plus forcenés, de Proudhon à Dühring en passant par beaucoup d’autres, qui ont toujours été implantés dans les mouvements socialistes européens. C’est là que se profile, selon moi, une menace croissante, à en juger par la nature de certains propos venus de l’«islamo-gauchisme», pour utiliser une expression sans doute trop indéterminée. Le péril, c’est que la jonction finisse par se produire entre une extrême gauche «antisioniste» et l’antisémitisme d’extrême droite (ce que plusieurs manifestations récentes ont partiellement réussi dans la rue et ce dont elles sont le prodrome voire le premier symptôme effectif). Si cette condensation devait parvenir, comme force politique, à rassembler la jeunesse déshéritée, ou une partie d’entre elle, alors les conséquences en seraient vraiment redoutables.

    0

    0
  18. Françoise MB dit :

    @Alain
    L’Observatoire de la laïcité de Saint-Denis a été créé en 2009. Ce n’est pas l’Observatoire national avec lequel nous n’avons aucun lien et dont les prises de position ne nous conviennent pas toujours.

    0

    0
  19. A B C contre Poirot , dite aussi c s p , pour les intimes dit :

    TROP, C’ EST TROP !
    Même si mon post n’est pas publié ,SAM ET BILL ! ah ! Bill si NEUTRE ! ) et sans doute . . . qques autres StDenisMaVillien ) : je tiens à demander à la personne qui reproduit les propos de Gérard BENSUSSAN et les chapeaute d’un titre . . . DE SON CRU ? :
    CONNAIT_ELLE BIEN LE FOND DE COMMERCE de G. BENSOUSSAN ?

    CLAUDINE S . P .

    0

    0
  20. Sam dit :

    @Claudine

    C’est la première fois que j’entends ce nom, j’aimerais bien en savoir plus.

    0

    0
  21. CARNOT dit :

    Mais pour qui roule vraiment cet irrresponsable M.Messaoudene ?…….

    0

    0
  22. Bill dit :

    Et sinon, vous en pensez quoi de cette alliance anti-islamophobie Claudine ? Partagez-vous l’opinion de d’Ornella Guyet, militante antifa qui ne souhaite pas s’associer avec certains des organisateurs ? 

    0

    0
  23. suger dit :

    L’article de G. Bensoussan me semble être d’abord une réponse aux thèses dangereuses d’Alain Badiou. Je connais peu le monde de la philosophie; par contre, je connais, hélas, certains écrits et déclarations d’A. Badiou. Je ne sais pas si ce dernier a un « fonds de commerce » (comme dirait Claudine), mais sa haine de l’occident l’ont amené aux pires dérapages. Il faut rappeler notamment le soutien d’A. Badiou aux Khmers rouges, soutien qu’il n’a jamais renié, malgré l’assassinat du tiers du peuple cambodgien par ces fous sanguinaires. C’est pourquoi ce qu’écrit G. Bensoussan contre A. Badiou ne peut qu’être intéressant et certainement utile pour défendre les valeurs de la démocratie.

    0

    0
  24. Claudine ,obstinée , et curieuse . dit :

    @ Bill ,qui ,commed’habitude , (relisez vos archives . . . ) ME repond-quand elle fait passer mes posts – par une AUTRE question censée me mettre en difficulté ,au fait :

    Et sinon VOUS ,vous en pensez quoi de G. Bensoussan et de son  » fond de commerce  » ?

    Après VOTRE REPONSE , je dirai ,puisque mon avis a l'air de vous intêresser , ce que je pense de cette  "alliance anti -islamophobie ( à St Denis ,bien sur , car si j'ai bien compris les  . . . commentateurs. . . pour ne pas être "langue de bois " il NE FAUT PARLER QUE DE Saint Denis !

    0

    0
  25. A B C contre POIROT dite ICI . . . Claudine dit :

    @ Françoise M .B. ,
    tu en as ,toi de la chance ,que la mairie TE REPONDE même si tu as du insister ! Moi depuis 11 MOIS , j’ai beau en poser des questions . . . qui deviennent de+ en + » assassines  » , RIEN ! WHY ? ? ?

    0

    0
  26. Bill dit :

    @CSP son fond de commerce, je ne le connais pas mais ce qu’il dit sur la jonction entre l’extrême gauche et l’extrême droite me semble illustré par l’assemblage des assocs présentes à ce rassemblement, également dénoncé par d’autres.

    Et vous qu’en pensez-vous ?

    0

    0
  27. Sam dit :

    Y a-t-il un juriste parmi vous ? un avis sur cette affiche scandaleuse …

    Autre question : Est-ce que cette asso est subventionnée par les pouvoirs publics notamment par la ville ?

    0

    0
  28. Europe 1 - Le Lab. politique dit :

    « Le lab. Politique Europe 1 »
    C’est un cafouillage révélateur des vifs débats qui traversent Europe Ecologie-Les Verts (EELV) sur les questions de laïcité, d’intégration et de discrimination.
    Jeudi 19 février, une tribune publiée sur Mediapart annonce la tenue d’un « Meeting contre l’islamophobie et le climat de guerre sécuritaire » le 6 mars à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Parmi les signataires de cet appel censé faire suite aux attentats de janvier, des associations communautaires ou de défense des minorités et des formations politiques, comme le Parti communiste (PCF), Ensemble (parti affilié au Front de gauche) le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) et EELV donc.
    Le projet suscite toutefois des remous dans les rangs écologistes. La présence au meeting d’organisations comme le Collectif contre l’Islamophobie en France (CCIF), Les Indivisibles, les Indigènes de la République et l’UOIF (Union des organisations islamiques de France) agite le fil de discussion interne d’EELV.
    Dans ces échanges de courriers, que le Lab a pu consulter, le délégué du parti et d’autres responsables des Verts remettent en cause la décision de la « Commission transnationale », un organe interne du mouvement, d’avoir apposé la signature d’EELV au côté d’organisations souvent décriées pour leur hostilité revendiquée à la laïcité.
    l’animosité que ces groupes militants ont exprimé face aux caricatures du magazine, souvent présentées comme islamophobes, les attaques des Indigènes de la République contre une société taxée de racisme ontologique contre les immigrés ou encore les accointances de l’UOIF avec les Frères musulmans passent mal.
    Lors de sa réunion du mardi 24 février, le Bureau exécutif du parti (l’organe de décision) décide donc d’annuler la participation d’EELV au rassemblement (même si le nom de la formation n’avait pas encore été retiré de l’appel ce vendredi 27 février).
    Contacté par le Lab, François de Rugy précise que « ceux qui avaient donné notre signature pour cet événement n’étaient pas habilités à le faire ». Le chef des députés écolos dit voir dans ce raté l’opportunité pour son parti de clarifier sa conception de la laïcité et de la République :
    « Il y a une gêne d’un certain nombre de gens de gauche qui cultivent une sorte de mauvaise conscience liée au passé colonial de la France. Ce qui fait qu’on en vient parfois à accepter les discours insupportables d’organisations pour qui les discriminations justifieraient quelque part la radicalisation des jeunes et in fine les attentats. C’est le moment ou jamais de trancher une bonne fois ces débats entre nous. »
    http://lelab.europe1.fr/EELV-annonc

    0

    0
  29. Sam dit :

    @Claudine

    Si le fond de la réponse de Bill ne vous convient pas, votre désaccord ne peut justifier les formes. Bill est une bénévole et nous fait le plaisir d’animer ce blog, cela mérite un peu de respect. 

    Encore une fois, si ce blog ne vous convient pas (c’est votre droit)…il n’y a aucune obligation à vous faire du mal en le lisant.  

    Pour être dans le sujet : Que pensez-vous du thème du débat organisé le 6 mars ? Que pensez-vous des méthodes employées ? Pensez-vous que « La République est une religion islamophobe » ?

    @Celui qui a mis le lien vers l’article d’Europe1. 

    Merci.

    « ceux qui avaient donné notre signature pour cet événement n’étaient pas habilités à le faire »

    Question : Qui a a donné la signature d’EELV ?

    0

    0
  30. Marion dit :

    @ Sam
    Il n’existe pas de délit d’opinion en droit public français, et c’est heureux !
    Cette affiche est scandaleuse, mais inattaquable juridiquement.
    La République Française est bonne fille….
    Le trouble à l’ordre public pourrait constituer un motif d’interdiction de cette manifestation par la puissance publique, en l’espèce, le préfet de Seine-Saint-Denis.
    Dans un passé tout relatif, des groupes radicaux extrémistes violents ont été dissous, à l’instar de groupuscules identitaires, tel par exemple, celui de Maxime Brunerie en 2002 (auteur d’une tentative d’assassinat sur la personne du Président Jacques Chirac le 14 juillet 2002).
    A ce stade ultime, c’est le ministre de l’intérieur qui prononce la dissolution.

    0

    0
  31. suger dit :

    A ce jour, les sites du PC local et des élus locaux PC, tel Ph. Caro, ne disent pas un mot sur ce meeting anti-laïque et anti-républicain du 6 mars à Saint-Denis. Comme pour EELV, on peut se poser la question : qui a donné la signature du PC pour l’appel à ce meeting ?
    Mais la direction nationale d’EELV a eu la bonne réaction en retirant sa signature. Qu’attend le PC pour le faire ? Qu’attendent les élus locaux du PC pour dénoncer la participation de leur parti à ce meeting anti-républicain ?
    Sinon, l’expression « qui ne dit mot consent ! » s’appliquera, et ils porteront la responsabilité de cette compromission avec des groupes racistes, violemment anti-laïques et avec des organisations religieuses ou communautaristes proches des « Frères musulmans » intégristes. C’est cela que serait devenu le PC ?… Triste destin !

    0

    0
  32. Gabriella dit :

    L’avis du fondateur de la sociologie de la laïcité Jean Baubérot ( membre du groupe Sociétés, religions, laïcités (CNRS-EPHE)
     » la laïcité est utilisée à géométrie variable et de façon plus sévère et injuste envers l’islam. En 2010, le FN a d’ailleurs fait de la laïcité l’une des pièces maîtresses de son argumentaire identitaire.
    Evitons les discours laïcistes, les amalgames, rassurons les musulmans et ISOLONS LES EXTREMISTES. En ce sens, l’idée de transférer le Bureau central des cultes du ministère de l’Intérieur vers celui de la Justice me semble nécessaire. Le rattachement des religions à l’Intérieur incline en effet à une vision sécuritaire et à une regrettable confusion, surtout par ces temps de risque terroriste »
    Démagogie et instrumentalisation de l’islamophobie pour ce meeting du 6 Mars : attention Danger !

    0

    0
  33. Sam dit :

    @Gabriella

    Le Ministère de l’Intérieur garantit la sécurité des citoyens et des bien mais administre AUSSI le territoire :

    Il assure sur tout le territoire le maintien et la cohésion des institutions du pays et c‘est l’outil de l’Etat pour garantir aux citoyens l’exercice des droits, devoirs et libertés réaffirmés par la constitution de la Vième République. Par ex : c’est le ministère de l’intérieur qui organise les élections politiques.

    L’argument « Le rattachement des religions à l’Intérieur incline en effet à une vision sécuritaire et à une regrettable confusion » est réducteur et n’est pas pensé…

    Comment cela va se décliner sur le territoire ? Vous imaginez les procureurs de la Républiques gérer cela sur le territoire auprès des assos et divers corps constitués ?

    Pour info, les associations sont également gérées par le ministère de l’intérieur via les préfectures…

    0

    0
  34. Bel-Air dit :

    @ Sam :
    Je constate simplement que la France n’a pas encore guéri de son passé (guerre d’Algérie, massacre du 17 octobre 1961, d’autres blessures encore plus anciennes liées au colonialisme). Sans aucune forme de logique, le raccourci est vite fait et ce sont les piliers de cette haine. Malgré l’entrée dans une ère moderne, l’exclusion économique et le racisme ordinaire alimentent également quotidiennement ce mal, on ne peut que le constater. Le conflit israëlo-palestinien et les thèses complotistes s’invitent en filigrane dans ce nouvel imbroglio (je ne sais pas si c’est le cas ici). C’est complètement fou de voir que tout se mélangent et qu’il y a globalement une baisse du niveau des débats en France. Les arguments sont complètement empreints de passions souvent malsaines. Aucun recul.
    Beaucoup de personnes qui ne sont pas issues de ce passé vont y retrouver des résonances dans leur propre histoire, religion, vont y trouver des justifications à leur exclusion. Cela va donner naissance à un discours victimaire qui mélange tout. Je suis persuadée qu’ils ne parlent tous d’une seule voix. Ce qui est certain c’est que les extrémismes vont pouvoir utiliser ce puissant outil de propagande pour asseoir leur légitimité sans que des bêtas soucieux de conserver leur place (en faisant du clientélisme basique) ne s’en rendent compte.
    En tout cas en tant que laïque je ne comprends pas pourquoi il y a si peu de réactions.

    0

    0
  35. Bel-Air dit :

    Je rajoute que l’un des symptômes de l’extrémisme religieux est de justifier l’injustifiable par de vieux arguments qui n’ont absolument aucun rapport les uns avec les autres. C’est dangereux…

    0

    0
  36. Gabriella dit :

    @Sam
    Jean Baubérot défense la thèse que l’on confonde laïcité et neutralité : depuis plusieurs années prospère cette neutralité qui confond le combat pour la laïcité avec la négation de la religion ou sa relégation dans l’intime; dans la loi 1905 qui garantit la liberté de conscience et le libre exercice des cultes ainsi que la non-discrimination et l’égalité des citoyens devant la loi, quelle que soit leur religion. Dans la loi 1905, l’obligation de neutralité est faite à l’état et à ses représentants et non aux citoyens.
    N’Est-ce pas un piège de dire que la mise au pas des religions par les lois règle tous les problèmes.

    0

    0
  37. M dit :

    Je vous propose la lecture de cet article d’Arnaud Teyssier qui incite à la réflexion.
    Pour information, Arnaud Teyssier est historien, diplômé de l’ Ecole Normale Supérieure. Enarque, il est actuellement inspecteur général de l’administration en poste au Ministère de l’Intérieur.

    De « la religion civile républicaine »

    0

    0
  38. bill dit :

    @M

    Je me suis permise de faire un billet avec le texte d’Arnaud Teyssier pour faciliter la lecture, le post de M en intégralité est donc disponible ici Le-Figaro-19/02/15-De-la-religion-civile-républicaine

    0

    0
  39. Bill dit :

    Claudine Saur attire notre attention sur l’organisation d’une journée de débat au Palais du Luxembourg le 12 mars intitulée « Juifs et musulmans : retissons les liens ». Avec 3 débats : « Pourquoi cette rupture ? » « Le dialogue interreligieux, une solution suffisante ? » et « Juifs, Musulmans, croyants ou non, tous citoyens ». L’entrée est gratuite mais l’inscription est obligatoire. Plus d’infos sur les intervenants et programmes Le Pari(s) de vivre ensemble

    « Au lendemain des attentats de Paris et de Copenhague, il est plus que jamais indispensable de renouer le dialogue entre Juifs et Musulmans.

    C’est pourquoi, ce 12 mars, au Palais du Luxembourg, nous organisons dans le cadre du « Pari(s) du Vivre-Ensemble », et en partenariat avec Libération, une journée d’échanges, intitulée: « Juifs et Musulmans : retissons les liens ! ». Elle réunira, au fil de trois tables rondes, des acteurs de terrain, des artistes et des écrivains, des intellectuels, des ministres du culte et des militants associatifs venus d’horizons divers. Et la parole sera largement donnée à la salle.

    Juif/ve/s, musulman/e/s ou pas, croyant/e/s ou non, nous reconnaissant ou non dans une « communauté » particulière, nous pouvons toutes et tous, comme citoyens, comme citoyennes, contribuer à clarifier les enjeux de relations devenues si difficiles et à apaiser un climat que certains s’ingénient au contraire à rendre chaque jour plus délétère.

    Venez nombreux, venez nombreuses, pour entendre, pour dire, pour échanger. L’inscription est gratuite (mais obligatoire).

    A bientôt!

    Esther Benbassa, sénatrice du Val-de-Marne, directrice d’études à l’EPHE (Sorbonne)

    Jean-Christophe Attias, directeur d’études à l’EPHE (Sorbonne) »

    0

    0
  40. Gabriella dit :

    A préciser que Esther Benbassa est l’auteur d’un livre publié en 2009 « être juif après gaza » dans ce livre Esther Benbassa parle naturellement du conflit israélo-palestinien et de la position des juifs de France sur ce conflit, le titre de ce livre est lui-même dangereux et l’amalgame est présent :  » être juif après gaza  » Cela veut dire que quand on vit en France et qu’on est juif et censé  » être français de confession juive  » on doit se justifier ou justifier sa position par rapport à gaza ?? ; c’est comme si on demandait à un français de confession musulmane de se positionner par rapport à la Syrie par exemple. A mon avis le conflit israélo palestinien va être le nœud du débat.

    0

    0
  41. Gabriella dit :

    Sam,
    Je voulais juste dire que la laïcité est un « peu mise à toute les sauces » et peut servir d’argument aux extrémistes et en ce moment entre l’extrême droite et l’extrême gauche on est servi ! j’ai été interpellé par un exemple que donne le sociologue Jean Baubérot il parle de Latifa Ibn Ziaten, la mère du soldat tué par Mohamed Merah qui multiplie les interventions à l’école pour parler de citoyenneté alors qu’on asticote des mères de famille voilées qui accompagnent les sorties scolaires. Or qui écoutera le plus un gamin tenté par le djihad ? un professeur de classe moyenne étranger à sa culture ou une femme qui porte un foulard ?
    Amitiés

    0

    0
  42. Marion dit :

    Gabriella a parfaitement raison de souligner le danger, que constitue ce livre, d’importer un conflit étranger sur notre sol.
    Madame Benbassa – sénatrice EELV – et Jean-René Lecerf – sénateur UMP – ont publié des travaux contestés et contestables : « la lutte contre les discriminations : de l’incantation à l’action »

    Malika Sorel-Sutter, à la pointe de la lutte contre les tentations communautaristes, procède à une analyse critique de ces travaux que vous trouverez :

    http://www.marianne.net/Malika-Sore

    0

    0
  43. suger dit :

    Le dialogue inter-religieux n’est pas la laïcité. Il concerne seulement les croyants et les organisations religieuses. La laïcité a pour principe d’assurer la liberté de pensée et d’expression, pour les croyants, les incroyants et les agnostiques.
    La République, laïque, ne reconnait aucune religion. Elle est indifférente aux opinions religieuses, mais elle garantit la liberté du culte, dans le cadre des lois. Les lieux de culte sont gérés par des associations cultuelles, reconnues comme telles, et relèvent donc, comme toutes les associations, du Ministère de l’Intérieur.
    Jean Bauberot est très critiqué par les défenseurs de la laïcité car il défend des positions qui visent à des « accommodements raisonnables » (comme on dit au Canada). Ces derniers font le lit du communautarisme et mettent en danger le « vivre ensemble » que garantit la laïcité. Faut-il rappeler que d' »accommodements raisonnables » en « accommodements raisonnables », on est arrivé à la revendication d’une justice et d’un droit séparés, appliquant la charia, pour les musulmans en Ontario (Canada) et qu’il a fallu une campagne internationale notamment des féministes canadiennes pour faire échouer ce projet en 2005 ?…

    0

    0
  44. sam dit :

    @Gabriella
    Merci pour ces précisions.

    Concernant ma remarque sur Jean Bauberot qui propose de transférer la gestion des cultes au ministère de la justice, il montre son manque de connaissance des institutions françaises. C’est pour cela que je dis que ce n’est pas pensé…ce n’est pas sérieux.

    @Suger
    Pas d’accommodements avec les fondamentaux, pas d’accommodements avec la république. 

    0

    0
  45. JasOn Est là dit :

    A Suger : L’histoire d’Ontario c’est vrai ??

    A Bel-Air : Constat assez vrai, j’y ajouterai la société de consommation, les politiques résignés… Je voudrais vous répondre sur le fait que vous pensez que le « clientélisme basiques » des politiques n’est pas totalement voulu. Je ne suis pas sûr justement.

    A Alain : Vous dîtes : « A force de flatter les communautaristes ils finiront par se faire bouffer de l’intérieur » 100% ok. Mais n’est ca pas déjà trop tard ??

    J’ai toujours rêvé de voir les politiques dans leurs contradictions.

    A toujours vouloir donner à l’individu une liberté illimitée, on arrive à une société sans aucunes cohésions.

    Quand j’affirmais que cette ville, ce pays était en plein doute et que rien ne s’arrangerait, on me prenait de haut….

    La France de demain arrive. Si vous êtes contre, le système vous rappellera à l’ordre !!!!!

    0

    0
  46. Sam dit :

    @Jason

    Beh je te lis depuis 2010, l’optimiste que je suis aurait aimé t’affirmer que tu t’es complètement trompé…difficile en effet. Le malaise est profond, St Denis est un cas entièrement à part 🙁

    0

    0
  47. suger dit :

    @Jason: j’ai rarement l’habitude de plaisanter ici (on me le reproche parfois…) et, bien évidemment, c’est vrai, même si cela peut paraître insensé ! On peut suivre l’évolution de cette affaire à travers notamment trois articles du « Monde » (5 mai 2005, 10 septembre 2005 et 12 septembre 2005).
    Voici des extraits du dernier article :
    « L’Ontario n’autorise pas l’instauration de la charia, la loi islamique, pour régler des litiges familiaux. L’annonce a été accueillie, lundi 12 septembre, avec soulagement par des organisations féminines et inquiétude par des groupes religieux au Canada. Par ailleurs, l’Etat canadien a affirmé son intention d’interdire les tribunaux religieux existants.
    Ce projet controversé d’instauration de la loi islamique avait suscité la semaine dernière des manifestations de protestation au Canada et dans plusieurs villes européennes.
    « UN REVERS POUR L’ISLAMISME RADICAL »
    En attendant l’interdiction, la loi de l’Ontario permet le règlement de différends familiaux ou matrimoniaux concernant la garde des enfants ou le divorce par des »tribunaux » d’arbitrage, sans passer par la justice traditionnelle.
    « C’est une victoire pour les droits des femmes et un revers pour l’islamisme radical », a déclaré à l’AFP Homa Arjomand, l’une des coordonnatrices des manifestations internationales de la semaine dernière. Les adversaires de l’introduction de la charia faisaient valoir que son application n’aurait pas été compatible avec la Charte canadienne des droits, pierre angulaire de la Constitution.
    DES IMAMS UTILISENT DEJÀ LA CHARIA
    En revanche, Mohammed Elmsary, président du Congrès islamique canadien, juge que les autorités de l’Ontario ont « eu tort d’écouter la voix d’une petite minorité », estimant « qu’un arbitrage reconnu et réglementé vaut mieux qu’un arbitrage non reconnu et non réglementé (…). Ces médiations font partie de notre tissu social », a-t-il dit à l’AFP.
    Le Monde.fr le 12.09.05

    0

    0
  48. Lazare dit :

    @Suger. Mais en Belgique, le ver, je veux dire l’islamisme, est non seulement dans le fruit mais est en train de le grignoter. Déjà, un parti du nom d’Islam a fait élire deux conseillers communaux à Bruxelles; il a ,en toute simplicité, pour programme d’instaurer à court terme la charia et dans un temps que l’on espère aussi lointain que la planète Mars, un état islamique dans le pays. Ce parti a, de toute évidence, bénéficié de l’aveuglement et de la complaisance criminelle de certains politiques. Heureusement qu’il nous reste l’Ontario !

    0

    0
  49. bill dit :

    @citoyen93200 votre dernier post est hors sujet sur cet article mais souhaitez vous que nous le publions sur l’article PLU-de-St-Denis-%3A-présentation-pour-validation-fin-2015-2016

    0

    0
  50. Bill dit :

    Dans les blogs de Mediapart, Monica M. s’insurge contre les alliances contre-nature de ce meeting. Elle décrit dans son article Quelles-alliances-pour-lutter-contre-lislamophobie ? l’incompréhension des militantes féministes. Attaque en règle…

    0

    0
  51. Dame Catule dit :

    Pour mieux apprécier avec qui le PC ou « Ensemble »(le mouvement du Front de Gauche auquel adhère P. Braouezec) s’acoquinent, à l’occasion de ce meeting du 6 mars, on peut rappeler que « Les Indivisibles » avait publiquement demandé au Qatar de racheter Charlie Hebdo afin d’empêcher la publication des caricatures de Mahomet…et que sa dirigeante Rokhaya Diallo s’est déjà illustrée dans le combat pour faire abolir la loi du 15 mars 2004 sur le port des signes religieux ostentatoires à l’école ! Ou encore que « Les Indigènes de la République » sont des défenseurs d’une conception raciale des luttes sociales, certains des leurs défendant une théorie délirante de l’existence d’un « capital racial » qui bénéficierait à ceux qu’ils appellent, de façon volontairement blessante, les « souchiens » (les prolétaires « blancs »…). Quant à l’UOIF et la nébuleuse d’associations qui y sont associées, son lien avec le mouvement politique intégriste, d’origine égyptienne, des « Frères musulmans » est bien connu.

    0

    0
  52. Dame Catule dit :

    J’allais oublier de souligner que le PC et « Ensemble » vont se retrouver aussi le 6 mars aux côtés de « Présence et Spiritualité musulmane » (PSM) qui organise des réunions communes « pour la défense de la vie » avec « Alliance Vita », organisation d’extrême-droite, anti-avortement. Mais c’est vrai que le mouvement tutélaire, l’UOIF, a soutenu la « Manif pour tous » et refuse le droit à l’avortement…

    0

    0
  53. Qui paye ? dit :

    La mairie doit donner son accord pour utiliser une salle de la Bourse du travail. Est-ce gratuit ? Espérons que les dionysiens ne financent pas en partie cette sauterie anti-républicaine…

    0

    0
  54. suger dit :

    Qui paye ? Hélas ! C’est bien nous qui finançons car la salle de la Bourse du travail a certainement été prêtée gratuitement comme c’est le cas pour toutes les réunions de l’extrême-gauche à Saint-Denis depuis es années. D’ailleurs le PC local ne se gêne pas pour réquisitionner à tout moment le Théâtre de la Belle Etoile financé par la ville (exemples récents seulement sur le dernier mois : une fête-débat sur la victoire de Siryza en Grèce, puis il y a quelques jours un débat sur la « finance » animée par Françoise Davisse, la compagne du maire). Les locaux municipaux devraient être payants pour ce genre d’événements qui n’ont rien à voir avec la vie municipale ou des campagnes électorales officielles).

    0

    0
  55. Sam dit :

    Alors qq’un peut nous dire qui parmi les élus locaux étaient présents ?

    0

    0
  56. suger dit :

    Madjid Messaoudene, bien évidemment ! Mais qui d’autre ?

    0

    0
  57. reveplus dit :

    Quand le PC es charlie puis ne l’ es plus es ce un appelle des departementale ? je vous copie l article du Huffington Post

    de Caroline Fourest ( ex-journaliste à Charlie Hebdo, )

    Ces progressistes qui crachent sur les morts du 7 janvier

    Nous sommes le 5 mars et à ma connaissance, contrairement à EELV, le Parti communiste Français n’a toujours pas retiré sa signature d’un appel à une manifestation « contre l’islamophobie et le climat de guerre sécuritaire » en compagnie d’organisation intégristes ou proches des Frères musulmans comme l’UOIF, Présence musulmane, le CCIF (qui classe tout propos laïque comme « islamophobes »), le Parti des Indigènes de la République, les Indivisibles, Oumma.com, Junta islamica (indiquée seulement sur le tract)…

    Que le NPA et ATTAC maintiennent leur signature, cela ne surprendra personne. Il y a longtemps que ces deux organisations ont cédé aux alliances douteuses sous prétexte de séduire « les quartiers populaires » (réduits à leur seule expression religieuse et réactionnaire). L’alliance nouée avec Tariq Ramadan lors de différents Forum Sociaux n’a fait que transformer certains ateliers altermondialistes en tribunes intégristes, tout en faisant fuir les plus progressistes… Ce n’est pas un hasard si ces deux organisations sont en perte d’adhérents et de dynamique, totalement décrédibilisées, dans une période où la critique du capitalisme financier est pourtant plus partagée et a besoin d’eux.

    Mais que fait le PCF ? Quand j’ai vu sa signature au bas de cet appel, j’ai cru au dérapage d’une section. Quelques jours plus tôt, nous étions entourés de militants du PCF pour enterrer Charb. Dans les travées, il n’y avait pas assez d’agents pour nous protéger. Il n’y en a toujours pas assez. Les équipes de protection sont débordées par le nombre de cibles à abattre, d’amis menacés, en pleine explosion… C’est pourtant « le sécuritaire » que le PCF rend responsable de ce « climat de guerre », pas le terrorisme, en compagne d’organisation islamistes.

    L’UOIF, avec qui ils signent, a milité contre le mariage pour tous, porté plainte contre Charlie Hebdo lors de l’affaire des caricatures et son théologien de référence, Youssef al Qaradawi, propose de brûler les homosexuels et autorise les attentats kamikazes contre les Juifs…

    C’est avec eux qu’ils veulent donc combattre l’« islamophobie » : ce concept fumeux confondant racisme et blasphème, transformant tout laïque en cible, que Charb dénonce dans son dernier livre (1). Faut-il rappeler qu’il paraîtra à titre posthume ?

    En signant cet appel, le PCF crache sur sa tombe et celle des victimes de l’attentat du 7 janvier. Odieux. Comme l’est la signature d’un collectif se revendiquant du Front de gauche (le Parti de Gauche n’a pas signé en tant que parti) : « Ensemble ».

    « Ensemble » contre le fait de nous protéger ? « Ensemble » pour nous traiter d’ « islamophobes » ? « Ensemble » pour refuser le droit au blasphème ? « Ensemble » pour légitimer l’intégrisme et l’extrême droite musulmane ? « Ensemble » pour refuser de soutenir Charlie Hebdo comme l’a fait le Parti des Indigènes de la République au lendemain de l’incendie du journal en 2011 ? « Ensemble » pour demander au Qatar de racheter Charlie Hebdo pour éviter les caricatures blasphématrices envers Mahomet comme l’a fait Les Indivisibles à la même période ?

    En tout cas, les Indigènes de la République et les Indivisibles ont eu bien raison d’attaquer physiquement la conférence que le PCF m’avait demandé de donner à la « Fête de l’humanité » sur l’extrême droite il y a trois ans. Le SO a eu si peur qu’on m’a escortée vers la sortie. Depuis, je n’ai plus été invitée à la fête de l’Huma mais le PCF signe avec ces adversaires de Charlie, juste après l’attentat, contre « l’islamophobie et le climat de guerre sécuritaire ».

    La prochaine étape, c’est quoi, nous traiter de « sales pédés » et nous jeter du haut d’un mur ? Tenir la kalachnikov ?

    (1) « Lettres aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des communautaristes et des racistes », Charb, Les Echappés.

    http://www.huffingtonpost.fr/caroli

    0

    0
  58. suger dit :

    Intéressants le double jeu du PC :
    « Après en avoir débattu, le PCF a décidé de maintenir sa signature à l’appel mais il a été décidé de n’envoyer aucun représentant au meeting, précise-t-on place du colonel Fabien. » (L’Express)
    et les mensonges de Madjid Messaoudene :
    « Pour écouter ces prises de parole véhémentes, les politiques ne se sont pas bousculés. Madjib Messaouedene, conseiller municipal délégué de Saint-Denis, prend le micro pour expliquer l’absence du maire (PCF) de la ville Didier Paillard. S’il n’est pas là, c’est pour ne pas « se faire accuser » de vouloir récupérer des voix, assure-t-il. » (L’Express)
    et, pourtant, il paraît que Bally Bagayoko, candidat aux départementales, était présent à ce meeting, sans doute, lui, pour « récupérer quelques voix »…
    http://www.lexpress.fr/actualite/po

    0

    0
  59. reveplus dit :

    bien Mr Bally Bagayoko était présent je m interroge sur ça présence peut être obtenir de voix pour les départementales mais dans le doute et lui accorder le bénéfice du doutes !!!
    ( certaines amies et personne croiser mon signaler qu il arrive dans certain assoc ce prendre en photo et 5 minutes plus tard le voila repartie ) 🙁

    L’égalité des droits s’arrachent ! C’est ce message qui a été tenu tout au long du meeting a la bourse du travail ou plus 600 personnes avaient fait le déplacement. Un big up pour mon collègue Madjid Falastine pour l’introduction au débat. Bally Bagayoko
    vu sur Fb https://www.facebook.com/bally.baga

    Je trouve bien triste tous cela le vivre ensemble dans le respecte de toutes et tous le vivre ensemble pour moi la religion n a pas sa place dans la politique ( c’est personnelle soi même face a notre créateur ou ses croyances ) Mais bon
    Je suis attrister par tous cela

    0

    0
  60. suger dit :

    Bally Bagayoko a vu 600 participants !?…Dans une salle de 350 places environ et alors que les organisateurs n’osent annoncer que 500 participants ? Pourquoi pas 10 000 ?… Je ne sais pas si l’UOIF fait aussi dans les miracles (j’espère ne pas blasphémer…), mais cela fait penser à la multiplication des pains et des poissons. Surtout des poissons, d’ailleurs, car M. Bagayoko était venu pêcher des voix ! Que ne ferait-on pas pour retrouver un siège de conseiller départemental ? La laïcité, le droit à l’avortement, les droits des femmes à l’égalité, tout cela n’a pas d’importance quand on cherche à se faire élire à n’importe quel prix.
    Quant au maire qui n’était pas là parce que, lui, il ne veut pas « se faire accuser de venir récupérer des voix » (Madjid Messaoudene), il avait envoyé sa compagne qui tenait un stand à l’entrée de la salle. C’est vrai que l’on peut se répartir le travail pour lancer des filets.
    Et ses grandes déclarations sur la laïcité là-dedans ? Des mots, des paroles, des discours, bref du vent, comme pour toutes les promesses faites et refaites sur la gestion de la ville, sur la propreté, sur la sécurité. Toujours du vent !

    0

    0
  61. Marion dit :

    @ Suger,
    Le nombre de participants qu’a compté B. Bagayoko (600 pour une salle de 350 places) pour ce meeting anit-républicain, voire francophobe, prouve le manque de sérieux de cet élu/candidat.

    A 15 jours à peine du premier tour des départementales, il ne faut pas être grand clerc pour subodorer que ce sulfureux meeting, non seulement constitue une piètre manoeuvre de racolage électoral, mais surtout une provocation froide et calculée pour faire monter le vote FN.

    Mais il n’y a pas que de la provocation, loin s’en faut ! Aux Européennes de 2014, à Saint-Denis, le FDG a totalisé 19,77 % des voix exprimées, l’union de la gauche (PS +) 15,78, le FN 15,53, et EELV 12,59.
    Pour ces prochaines élections départementales, le PS est allié avec EELV, le MRC, le MGC, et le PRG, plus les déçus du PSG.

    Même si l’arithmétique ne fait jamais une élection, la seule chance du FDG/PC/Ensemble pour l’emporter au second tour est de se retrouver face au binôme FN/RBM.

    Tablant sur un record d’absentéisme qui caractérise habituellement cette élection, c’est un double-jeu pervers certes, mais le seul qui puisse, éventuellement, permettre au FDG/PC/Ensemble de l’emporter le 29 mars.
    Une triangulaire étant improbable puisqu’il faut avoir 12,5 % des inscrits pour se maintenir au second tour. Supposons 50 % d’abstention, il faut faire 25% des inscrits, c’est donc quasiment impossible.

    « Quand on cherche à se faire élire à n’importe quel prix », il n’y a plus aucun scrupule ni de limite. C’est cela le calcul politicien de très bas étage !

    0

    0
  62. suger dit :

    Merci à Marion pour cette analyse des enjeux électoraux locaux de ce meeting anti-républicain. J’espère que des électeurs PC et PG vont prendre conscience des dérives des candidats étiquetés « Front de Gauche », qui sacrifient les valeurs républicaines pour des calculs politiciens minables, et vont les sanctionner.
    Pour ma part, je n’étais pas très mobilisé pour ce 1er tour des départementales et devais partir en lointaine banlieue pour ce dimanche 22 mars. Votre analyse m’a confirmé dans l’idée que ce n’était pas très malin… Je partirai donc un peu plus tard et voterai tôt le matin. Une heure de sommeil en moins ce dimanche vaut bien la possibilité d’exprimer mon opinion !

    0

    0
  63. reveplus dit :

    j’irais Egalement voter une voix sais peu mais cela conte

    je suis Egalement concerter par le JJD prend le parti de la municipalité comment peut être appeler cela de la désinformation ? propagande ?

    je lis a ce jour ;
    Départementales : « les gens n’ont pas la tête dedans »En allant à la pêche aux chalands, la sentence tombe : « J’ai pris leur feuille mais bon… », explique cette dame en pliant le tract du Front de gauche. Cette autre, d’une soixantaine d’années, repart avec la propagande PS en main mais avoue qu’elle ne savait « pas du tout qu’il y avait des élections bientôt

    Donc FO distribuerais des tracts mais les opposants de LA PROPAGANDE???

    JE mes le liens pour la suite
    Accueil JSD

    ma voix vaut ce qu’elle vaudra mais j’irais votre le 22 et 29 mars

    0

    0
  64. Hélène dit :

    Badiou et les Khmers rouge : et oui un homme d’une grande intelligence comme Badiou peut être aveuglé et ne rien voir d’un génocide. Il aurait pu, comme tant d’autres avant lui, fuir les questions ou s’indigner. Il a pourtant publiquement expliqué son aveuglement, son errance et ses regrets.

    0

    0
  65. Gabriella dit :

    @marion
    Ce matin j’ai entendu Anne Levade professeur de droit parler de bi-angulaire savez-vous quel peut être leur impact sur les départementales? merci

    0

    0
  66. suger dit :

    @Helène : Alain Badiou aurait exprimé des regrets ? Je serais curieux de connaître les références de ses « regrets ». Pourriez-vous les donner ? Compte tenu de ses positions anti-occidentales délirantes, aujourd’hui comme hier, il serait intéressant de lire ses explications à ce sujet…

    0

    0
  67. Marion dit :

    @ Gabriella,
    « bi-angulaire » est un néologisme que je ne comprends pas, puisqu’on parle de duel pour un second tour …. sauf que là, pour les départementales, ils seront quatre, puisque ce sont des binômes.
    Etonnant qu’un professeur de droit emploie un mot nouveau ou le crée pour lui donner un nouveau sens ? J’ai eu, à l’université, un certain nombre de professeurs de droit, et ils sont habituellement extrêmement pointilleux avec le langage, d’autant plus que le sens juridique diffère du sens commun. Donc, point n’est besoin d’en rajouter !
    Désolée mais je ne suis pas en mesure de vous répondre.

    0

    0
  68. Sam dit :

    Pour ceux qui ne connaissent pas Johann Sfar, je conseille son film plein de tolérance et d’humour « le chat du rabbin »…qui tâcle avec finesse les intolérants des deux religions.

    Bref, je partage son constat…et j’en veux à cette gauche qui activement ou passivement fréquente des infréquentables et nient par conséquents ses convictions et ses combats passés.

    Nous avons écrit au président du PCF, aux députés Hanotin et Leroux…toujours aucune réaction. Ce silence est éloquent…chacun en tirera les conséquences. Dégoûtée mais pas résignée…on continue les z’amis.

    SCG-JohanSfar-11032015.png

    Pour que cela n’arrive pas! Pour que l’extrême droite ne soit pas le seul parti à défendre une réelle mise à pied des extrémistes religieux, je rêve que la gauche et la gauche de la gauche se rappellent d’où elles viennent! Je me rappelle de cette phrase de mon grand père « Le BUND nous incitait à fuir Et les pogroms ET les rabbins! ». je rêve que la gauche, plutôt que de dérouler le tapis de prière aux islamistes, se réinvente un discours limpide. Je rêve enfin que l’extrême gauche ose porter sur la religion le discours qu’on attend d’elle: la religion nous emmerde en ce moment! Pourquoi Mélenchon ne dit-il pas ça? Pourquoi le NPA n’est il pas vent debout contre l’opium du peuple? C’est leur rôle, c’est leur histoire, de dire que la religion nuit au monde dès qu’elle sort de l’intime! Expliquez moi pourquoi le Parti Communiste Français accepte de défiler avec des religieux? Qui veut prendre d’assaut les instances dirigeantes de ces partis là et les remplacer par de nouvelles voix qui se souviennent de ce que doit être la mission d’un parti ouvrier? Et d’un parti d’intellectuels? Qui a décidé que les gauchistes devaient être copains avec les barbus? Le BUND organisait des festins de cochon au milieu des Shtetls le jour de Kippour!!! Où sont les provocateurs aujourd’hui, qui sauront renvoyer les barbus à leur place: dans l’intimité des foyers, et pas dans l’espace public! Moi je suis diversement qualifié car depuis la mort de mon papa je n’arrête pas de faire des prières! Mais je les fais dans mon coin! Moi je ne suis pas clair, sur la religion, moi un jour je suis croyant et un jour je ne le suis pas. Mais la gauche, et la gauche de la gauche, elles devraient être limpides! Sinon elles servent à quoi?

    Johann Sfar – publié sur son compte faceboock le 9 mars 2015

    0

    0
  69. Article Marianne 10mars2015 dit :

    Comment en arriver à de telles contradictions ?
    Sam

    Marianne – « Islamophobie ? Adieu gauche radicale ! »

    (…)

    En 2010, Clémentine Autain concluait une tribune publiée dans Libération par ces mots : « Le temps des avant-gardes éclairées et des partis guides est révolu. Des coopérations nouvelles sont à imaginer avec les mouvements de la société, les syndicats, les intellectuels critiques, les quartiers populaires (…) L’aggiornamento idéologique passe par cet effort de novation des formes. La refonte d’une espérance, moteur de mobilisations populaires et donc d’émancipation humaine, est à ce prix ». Cinq ans plus tard, les « coopérations nouvelles » éclatent au grand jour et valident l’accusation désormais légitime et irréfutable d’islamo-gauchisme.

    Deux mois après l’exécution à la kalachnikov en plein Paris des dessinateurs et journalistes de Charlie Hebdo par des fanatiques décérébrés – que dis-je, des « victimes » de la France coloniale – toute une partie de la gauche a choisi de manifester contre ce qu’elle considère être la maladie de notre époque, notre pêché collectif : l’islamophobie. En vérité, la gauche a substitué à l’antiracisme, une cause noble et légitime, la lutte contre l’islamophobie, une cause dégradante et illégitime. Si le racisme est une abjection, la critique des religions, des textes religieux dits « sacrés », est légitime et fait partie de la culture républicaine. La gauche a-t-elle oublié Condorcet, Diderot, Voltaire ?

    La loi de 1905 qui consacre la séparation du politique et du religieux n’est pas respectée dans notre pays. C’est d’ailleurs au nom du caractère blasphématoire des caricatures de Mahomet que ces meurtres ont été commis. Le fondamentalisme musulman progresse partout. Les ennemis ne sont pas les intégristes nous dit-on, mais celles et ceux qui ont peur des intégristes ! Allez comprendre. Quant à ceux qui formulent des critiques raisonnées, argumentées et sans concession des interprétations ou expressions les plus archaïques de l’islam, on les accuse au mieux d’ethnocentrisme, au pire de lepénisme. Comment la gauche peut-elle être aussi lucide quand il s’agit de l’intégrisme catholique, et aussi aveugle quand il s’agit de l’intégrisme islamique ?

    Comment peut-on, comment ose-t-on se réclamer de la gauche et du féminisme, et rallier l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), dont l’idéologie réactionnaire d’inspiration essentialiste n’est plus à démontrer ? Qu’il s’agisse du mariage des couples de même sexe, de la filiation, du droit à l’avortement – « Il est illicite de porter préjudice au fœtus de manière générale et il convient de punir quiconque lui porte atteinte » dit l’article 5 de la Charte de l’enfant en islam –, de son apologie permanente du voile, l’UOIF, caisse de résonnance des Frères musulmans en France, est profondément étrangère aux idéaux républicains, à la culture de gauche et aux combats féministes.

    Faut-il rappeler à ceux qui défendaient hier les ABCD de l’égalité à l’école, pour lutter contre les stéréotypes dès le plus jeune âge, que le théologien de référence de l’UOIF, Youssef Al-Qaradawi, définit l’homosexualité comme « une dépravation de la virilité et un crime contre les droits de la féminité ». Que les hommes laissent entrevoir leur part de féminité, et les femmes leur part de virilité, serait « le signe du chaos et de la dégradation des mœurs ». Et l’islamologue de s’interroger : « Est-ce que l’on tue l’actif ou le passif ? Par quel moyen les tuer ? Est-ce avec un sabre ou le feu, ou en les jetant du haut d’un mur ? Cette sévérité qui semblerait inhumaine n’est qu’un moyen pour épurer la société islamique de ces êtres nocifs qui ne conduisent qu’à la perte de l’humanité ». Ces nouvelles alliances auxquelles nous assistons, impuissants, ne sont pas seulement contre-nature. Elles sont moralement, intellectuellement et politiquement criminelles.

    Il y a par ailleurs une erreur de diagnostic. « Les musulmans » ne sont pas un tout homogène. « Les musulmans » est une formule insane et démagogique qui assigne les Français d’origine maghrébine ou africaine à une appartenance religieuse. Mais la liberté de conscience s’applique aussi à eux. En enfermant tous ces Français dans une islamité supposée, vous compliquez la tâche de celles et ceux qui tentent péniblement de s’extirper des pressions religieuses de leur environnement social ou familial. En défendant sans relâche le droit des femmes à se voiler, vous détournez le regard de celles qui portent le voile par obligation, vous condamnez toutes celles qui aspirent au mode de vie occidental dont vous jouissez au quotidien, et vous souillez la mémoire de toutes ces femmes qui ont été assassinées pour avoir refusé de porter le voile.

    Vous n’avez que le mot « musulman » à la bouche. Votre combat féministe se résume à un activisme en faveur du voile islamique dans les écoles, dans les collèges, dans les lycées, dans les universités, dans les entreprises, partout. Après que des « blasphémateurs » ont été exécutés à Paris, que des millions de Français se sont rassemblés pour défendre le libre examen, la liberté d’expression et la laïcité, certains gauchistes rejoignent les rangs de ceux-là mêmes qui ont trainé Charlie Hebdo en justice pour avoir critiqué l’islam. Parviendrez-vous, un jour, à vous extraire de la culpabilité coloniale pour voir le monde tel qu’il est ?

    J’ignore si mes amis gauchistes ont vu l’un des derniers dessins de Riss dans Charlie Hebdo, qui résume parfaitement la situation absurde et désespérante où nous nous trouvons. On y voit un journaliste à l’entrée d’une mosquée, demander à un imam « Où sont passés les intellectuels de gauche ? ». Et l’imam de répondre : « Deuxième tapis, en entrant sur la droite ». Hilarant. Oh pardon, c’était islamophobe ?

    Alban Ketelbuters – Mardi 10 Mars 2015

    0

    0
  70. Bel-Air dit :

    Je n’ai pas été jusqu’au bout de ce texte parce-que ça me répugne. Je ne veux pas émettre de jugement lapidaire mais cette madame Autain que je trouvais si « intéressante » il y a quelques années m’a figé sur place par des propos d’une violence inouïe à l’encontre d’une autre femme pétrie de douleur suite à la perte de l’homme qu’elle aimait. Je ne pourrai désormais jamais l’écouter et la regarder à la télé sans avoir le spectre de son fiel récemment déversé.

    Bref, au-delà de mon jugement personnel qui n’est pas le propos ici, je viens de tomber sur cet article dans mes alertes mail… Au final même si je ne suis pas religieuse ni d’une culture religieuse (hé oui, ça existe!) je trouve que la démarche de ce groupe plus intelligente que celle de nos ultra-gauchos/religieux.

    « Depuis samedi et jusqu’au 14 mars, en hommage aux attentats de janvier dernier à Paris, une rencontre réunira chrétiens, musulmans, juifs, bouddhistes et non croyants, jeudi 12 mars à Saint-Denis (93).

    Deux mois après ces dramatiques et douloureux événements, les religions réagissent et invitent à une démarche spirituelle. Ainsi, à l’initiative de La Vie, du Père Patrice Gourrier (prêtre catholique), de Mohammed Chirani (écrivain musulman), de Avraham Weill (rabbin de Toulouse) et de Matthieu Riccard (bouddhiste), un appel a été lancé pour une semaine de jeûne, prière et partage contre la violence et la division, du 7 au 14 mars. Suite à cet appel, auquel des personnalités se sont associées dont Patrick Pelloux, médecin urgentiste et chroniqueur à Charlie Hebdo, Tareq Oubrou, recteur-imam à Bordeaux, Jean-Claude Guillebaud, écrivain et essayiste, Martin Steffens, philosophe, Joshin Luce Bashung, nonne bouddhiste, Gabriel Hagaï, rabbin, les moines de l’abbaye bénédictine d’En Calcat… un mouvement collectif s’est constitué, rassemblant durant ces sept jours, plus de 500 groupes de jeûneurs (formels ou informels) de toute la France mais aussi au-delà des frontières (voir sous notre carte interactive), aspirant tous à une communion pour plus de paix et de respect.

    Parmi les diverses propositions qui ont fleuri, privées ou publiques, la rencontre de jeudi à Saint Denis aura un caractère plus officiel. Elle accueillera tous ceux qui souhaitent s’associer à la commémoration des victimes des attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Casher, survenus il y a deux mois à Paris, alors que l’émotion nationale est retombée. Cette manifestation se tiendra dans les locaux de l’IESH, l’Etablissement d’enseignement théologique et de formation de cadres religieux musulmans, dès 19h. Sont attendus chrétiens, juifs, musulmans, bouddhistes et non croyants. Ils seront accueillis par Ahmed Jaballah, doyen de l’IESH et imam de la mosquée de La Courneuve, aux côtés notamment de Jean-Pierre-Denis, directeur de la Vie, de deux des signataires de l’appel -le Père Gourrier et Mohammed Chirani. Cette initiative reçoit le soutien et la participation active de Coexister, le mouvement interreligieux des jeunes.

    Elle débutera par une rupture du jeûne à 18h54, dans les locaux de l’IESH, 22 rue Charles Michels et sera suivie d’un temps de prières pour la France et la République, avant d’honorer le dîner et le buffet casher, offert aux participants. Par cette initiative, osons croire que la fraternité est l’affaire de tous. »

    Article de Véronique Durand Lavie.fr, 10/03/2015

    0

    0
  71. Marion dit :

    Voilà un texte (ou plutôt une bouillie sulfureuse) issu du site de la FASE signé par certains élus locaux islamogauchistes de Saint-Denis et candidats aux prochaines départementales :

    Baily BAGAYOKO, Florence HAYE, Patrick BRAOUEZEC

    et bien-sûr l’inquiétant Madjid MESSAOUDENE + quelques autres dionysiens que vous reconnaîtrez au passage ….A croire qu’ils n’ont plus que l’instrumentalisation jusqu’à la nausée de ce thème obsessionnel de ‘l »islamophobie »pour se raccrocher maladivement à leur petit pouvoir et à leur siège.

    Je suis allée au bout de cette élucubration, mais comme notre amie Bel-Air « ça me répugne » tant il s’agit d’un discours de fermeture et d’exclusion. Les valeurs de la gauche authentique qui refuse obstinément de mêler le Politique et le Religieux sont piétinées et jetées dans les basses fosses. AU SECOURS !

    Militant-e-s et sympathisant-e-s du Front de Gauche contre l’Islamophobie

       Page d'accueil    Écrivez-nous

    Refuser la confusion et la xénophobie

    Source : Site de la Fédération pour une alternative sociale et écologique

    Enquêtes et études se multiplient avec les mêmes constats : avec la xénophobie et l’antisémitisme, l’islamophobie est, en France, un mal qui va croissant. Ces dérives inquiétantes sont favorisées par les campagnes médiatiques consacrées à un « islam » construit médiatiquement pour faire peur, ignorant la volonté de paix de l’immense majorité des musulmans ; et aussi par des prises de positions émanant de tout le spectre politique. Cela constitue un problème auquel nous devons faire face.

    En effet, cette forme de racisme s’en prend d’abord aux populations les plus précaires, au salariat dans ses catégories les plus défavorisées et stigmatise – au prétexte de leur religion réelle ou supposée – une grande partie des habitants et surtout des habitantes des quartiers les plus déshérités. Ce sont aussi celles et ceux dont l’exclusion politique est la plus marquée et la plus préoccupante. Ce sont celles et ceux que les forces de gauche devraient avoir pour vocation première d’écouter et d’entendre pour engager des luttes communes.

    Le combat indispensable pour le droit à la libre critique et pour les droits des femmes à disposer de leur vie – rendu nécessaire par certaines conceptions, en particulier religieuses, que ce soit au nord, au sud de la Méditerranée ou ailleurs – n’est jamais passé par des mesures de stigmatisation de signes religieux.

    La lutte pour l’émancipation passe par des combats qui incluent la défense de la laïcité, contre les discriminations, les inégalités, les dominations. Il est donc stérile et dangereux de jouer de la logique répressive. La Cour de cassation a réaffirmé le cadre légal du Code du travail. Pour ces raisons, il est insupportable d’entendre des membres du gouvernement socialiste mêler leurs voix à ces campagnes. Tel est le cas pour les réactions publiques à l’affaire « Baby-Loup » de Manuel Valls, ministre de l’intérieur, et de Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement.

    Sur cette affaire nous ne partageons pas la position exprimée par le Parti de Gauche.

    Nous, membres de la FASE, avec d’autres, entendons être solidaires des personnes victimes de l’islamophobie comme de celles victimes de toutes les autres discriminations, lesquelles constituent l’une des armes de division dont l’ordre dominant use et abuse en permanence. Ces fantasmes xénophobes traduisent la peur de l’avenir dans toute l’Europe : pour nous, cela même souligne l’importance de faire émerger un horizon politique commun. Les monstres sortent quand la nuit dure trop !

    Nous prendrons tous les contacts utiles, dans la prochaine période, pour développer les initiatives de lutte contre ces discriminations et pour construire une alternative dont le Front de Gauche est porteur.

    Premiers signataires :

    Étienne Adam
    Gilles Alfonsi
    Clémentine Autain
    Bally Bagayoko
    Tarek Ben Hiba (Conseiller régional Front de Gauche-FASE)
    Catherine Bottin-Destom
    Jean Brafman
    Patrick Braouezec (membre honoraire du Parlement)
    Jean-Claude Charitat
    Pierre Cours-Salies
    Christian Darceaux
    Julien Dioudonnat
    Véronique Dubarry (élue EE-LV)
    Mustapha El Hamdani (conseiller municipal Fase 67)
    Jean-Marie Fouquer
    Fabienne HALOUI (Lutte contre le Racisme et les Discriminations au PCF)
    Florence Haye
    Yannick Hervé
    Rémy Jean
    Michèle Kiintz
    Catherine Krcmar
    Pierre Laporte
    Stéphane Lavignotte
    Philippe Leclercq
    Francis Lecomte
    Olaf Lek
    Cécile Leroux
    Jean-Paul Leroux
    Laurent Lévy
    Madjid Messaoudène (élu FdG)
    Martine Michaudet-Rainaud
    Patrice Moingeon
    Gilles Monsillon
    Jacqueline Rouillon
    Patrick Silberstein
    Marie Christine VERGIAT (Députée européenne)
    Pierre Zarka
    Quelques textes à lire

       A mes camarades du Front de Gauche : Cachez cet islam que je ne saurais voir...    Le Parti de Gauche et l’islam : chronique d’une haine ordinaire ?    Refuser la confusion et la xénophobie    Tirer dans le tas ! De l’avenir des musulmans en France    Une révolution conservatrice dans la laïcité    Laïcité, voile, etc.

    Sites

       Le blog de Madjid    Les mots sont importants    Regards    Collectif contre l'Islamophobie en France    Coordination contre le Racisme et l'islamophobie    Mamans toutes égales    Alain Gresh - Nouvelles d'Orient    Christine Delphy - Nouvelles questions féministes    Le blog de Roger Martelli

    0

    0
  72. reveplus dit :

    Je ne comprend pas la positon du maire quand Samira a fait ce courrier ce que je lie et vois dans ce qu a poster Marion on mélange politique et religion es ce cela la république laïque je ne comprend pas le position des la municipaliser es une stratégie politique ??

    cela ressemble a mon sens a le propagande et initiative a la haine ( au mémé titre que le partie extrême droite ) entre les communautés il me semble ?
    Que de Haine que l’on ressens dans les écris de Mr Madjid Messaoudene
    je met le lien trouver http://fdg-islamophobie.fr/
    Samira es ce que vous avez adresse votre courrier a Mr melanchon ? peut être en tenir informer et voir ce qu il en pense ?

    cela es inquiétant d avoir dans des repentants de la municipaliser devient dans l’extrême des signataire qui fond tous pour diviser je suis CONSTERNER déjà que ce Mr ne m inspirais pas trop de sympathie

    0

    0
  73. Gabriella dit :

    Une information sur le mode de scrutin des départementales. En cas de triangulaire à l’issue du premier tour, que prévoit la loi si l’un des membres du duo souhaite se retirer pour faire barrage au FN quand son colistier est, lui, déterminé à se présenter ? la loi prévoit que « le retrait doit être signé par les deux membres du binôme »
    Les exclusifs -l’Express du 11 au 17 Mars

    0

    0
  74. reveplus dit :

    Bonjour
    j ai trouver cela sur mediapart ce qui sais dit lors de ce meeting je vous poste l’intégrale et le liens
    voir aussi ce que pensent ce personne ou organisme qui ce sont délasser
    Puisque ce poste concernait sur le sujet de ce meeting

    A Saint-Denis, la lutte contre l’islamophobie fait le plein
    07 MARS 2015 | PAR STÉPHANE ALLIÈS

    Près de cinq cents personnes ont écouté, trois heures durant, témoignages et appels. Les organisateurs espèrent continuer à faire converger militants associatifs des quartiers, citoyens musulmans et gauche plus traditionnelle.

    « Il n’y a pas de problème musulman en France. Pas de problème noir. Pas de problème rom. Il y a un problème français ! » Ces mots de conclusion de Sihame Assbague, porte-parole du collectif Stop contrôle au faciès, résume la tonalité du meeting « contre l’islamophobie et la guerre sécuritaire », qui s’est tenu vendredi soir à la bourse du travail de Saint-Denis. Plus de trois heures durant, une vingtaine de responsables associatifs ont dit leurs inquiétudes quant au climat politique post-attentats de Paris, et ont appelé à la mobilisation la plus large.

    Ravis de l’affluence nombreuse, les organisateurs se sont réjouis de n’avoir jamais été si nombreux et divers à se mobiliser pour la cause. « Le gouvernement voulait nous terroriser, les islamophobes de salon pensaient avoir gagné la partie et que nous serions désormais tétanisés, lance Youssef Boussoumah du parti des Indigènes de la république (PIR). Mais grâce à vous, ils ont échoué. Valls n’a pas compris qu’il n’avait pas en face des jeunes désemparés, mais l’avenir de ce pays ! »

    En dépit des réticences et critiques affichées par plusieurs personnalités de gauche (de l’essayiste Caroline Fourest au journaliste Jack Dion, en passant par la féministe Caroline de Haas ou la militante antifa Ornella Guyet), qui ont entraîné la défection des écologistes de EELV parmi les signataires de l’appel au meeting (même si certains, comme Eva Joly et Yannick Jadot, ont maintenu leur soutien), la coalition de plus de 80 organisations n’a pas jugé rédhibitoire la présence parmi elles de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), dénoncée comme « sexiste et homophobe », ou tout simplement trop proche des Frères musulmans.

    C’est donc soutenu par le PCF et Ensemble – membres du Front de gauche –, le NPA ou la fondation Copernic, ainsi que plusieurs comités du MRAP ou de la CGT, que le meeting a eu lieu, sans affichage ni prise de parole de ces organisations, ni de l’UOIF. « La question qui se pose à nous, c’est comment la gauche considère l’UOIF ?, résume un des organisateurs en marge de la tribune. Font-ils partie du paysage religieux ou doit-on les combattre ? Par le passé, il y a eu des tas de cause où l’on se mobilisait sans être d’accord. Contre la guerre au Vietnam, on acceptait de faire tréteaux communs avec des courants politiques pas franchement ouverts sur les enjeux sociétaux… S’en prendre à leur présence, c’est un prétexte pour des gens aux yeux desquels l’islamophobie n’a de toute façon jamais été considérée comme un réel problème. D’ailleurs, s’ils veulent se mobiliser contre l’islamophobie sans nous, qu’ils le fassent… »

    À plusieurs reprises, divers intervenants ont rappelé qu’il était « naturel » de ne pas être tous d’accord, soulignant même qu’il était « très sain » que ces débats se posent à l’intérieur des partis de gauche, « ouvertement, et non plus en catimini ». Mais l’une des modératrices, Ismahane Chouder (membre de Participation et spiritualité musulmane), s’est étonnée que l’on veuille « lutter contre l’islamophobie sans les musulmans, ou alors seulement avec ceux qu’on juge bons, et dont il faudrait jauger au préalable l’irréprochabilité. Mais cette irréprochabilité n’existe pourtant dans aucun groupe constitué ». Estimant devoir faire face « toujours aux mêmes suspicions de sexisme ou d’homophobie de la part des féministes blanches », elle a tenu à affirmer « l’attachement de tous aux libertés individuelles et publiques, comme l’attachement aux droits sociaux ».

    Une bonne partie de la soirée a été consacrée à une succession de témoignages recueillis par le Comité contre l’islamophobie en France (CCIF), où les émotions de musulmans aux pratiques diverses ont recueilli les applaudissements d’une assistance de tous âges et origines. Son président, Samy Debah, a d’abord rappelé quelques chiffres recensés par le collectif. Près de 2 000 sollicitations par an, 764 actes islamophobes en 2014, 208 en janvier et février 2015, 80 % des cas concernant des femmes musulmanes, dont 22 agressions physiques… « Les Français ne sont pas islamophobes, mais c’est parce qu’on se tait qu’on subit ces discriminations et ces violences, dit le président du CCIF. On doit désormais marcher main dans la main contre ceux qui cherchent à diviser les citoyens français. »

    Parmi la demi-douzaine de témoignages, se croisent les récits de pères d’enfants interpellés à tort pour apologie du terrorisme, celui d’une femme inscrite à une salle de sports en « béret » mais à qui l’on refuse finalement l’accès « pour des raisons d’hygiène » quand elle vient « en bandana », celui d’une étudiante ayant décidé de se voiler à ses 18 ans et qui a quitté l’école « pour ne pas subir l’affront d’un conseil de discipline » avant de se dire « persécutée par le regard des professeurs jusqu’à mon doctorat », ou encore celui d’une lycéenne à qui l’on a demandé d’enlever sa robe un quart d’heure avant de passer un oral du bac, « car la proviseure considérait que ma robe transparente, mon jupon et mon legging était une tenue religieuse, car elle comportait plusieurs couches ». Souvent, une même crainte revient, exprimée par ce père : « Comment je peux élever mon fils dans le respect et l’amour de la République ? Aujourd’hui, mon fils voit des racistes partout, même là où il n’y en a pas. À 13 ans, il a intégré qu’il était déjà un citoyen de seconde zone. »

    L’inquiétude est la même chez Anissa, membre du collectif Mamans toutes égales qui se bat pour l’abrogation de la circulaire Chatel, interdisant aux mères voilées de participer aux sorties scolaires. « En maternelle, j’étais une mère digne d’accompagner, en primaire je suis devenu une mère indigne, dit-elle. Mes enfants ne comprennent pas pourquoi toutes les mamans sont acceptées sauf la leur. L’un d’eux le vit très mal, et se met à tout confondre entre Gaza et les attentats de Paris, dit que tout ça c’est la faute des juifs. Alors je dois tout recommencer, lui expliquer qu’en Israël c’est un gouvernement, et que ce n’est pas la faute des juifs. Depuis l’affaire Merah, j’ai peur que mon enfant n’en vienne à avoir la haine. »

    « Tenir les deux bouts en permanence »

    Tout au long de la soirée, les références aux attentats de Paris a été constante, et à chaque fois ont été mentionnés Charlie Hebdo ou le caractère antisémite des assassinats à l’Hyper Casher du XXe arrondissement. À la tribune, Michèle Sibony de l’Union des juifs pour la paix a longuement expliqué pourquoi, selon elle, lutte contre l’islamophobie et lutte contre l’antisémitisme devaient aller de pair. « Aujourd’hui, le racisme tue des juifs parce qu’ils sont juifs. Aujourd’hui, le racisme tue et toutes les émeutes françaises dans les quartiers sont parties de la mort d’habitants de ces quartiers », dit-elle.

    À ses yeux, depuis le début des années 2000, « islamophobie et soutien à Israël sont intimement associés ». Elle détaille : « Israël est un allié indéfectible de l’axe du bien, il est impensable de sanctionner sa politique coloniale raciste, et les juifs sont assignés au « bon côté » et au soutien, quel qu’en soit le prix, de la politique israélienne. À l’inverse, les musulmans sont assignés à la classe dangereuse et au « mauvais côté », celui de l’axe du mal. » Dénonçant cette « double instrumentalisation », elle estime sous de nombreux applaudissements, que « racisme islamophobe et racisme anti-juifs sont les deux faces d’une même médaille ».

    Ancien candidat aux européennes du NPA, depuis retiré du militantisme politique mais investi dans le collectif de soutien à la mémoire d’Ali Ziri, octogénaire mort en garde à vue à Argenteuil, Omar Slaouti a lui aussi enflammé la salle, en dénonçant « l’arsenal idéologique » déployé par les gouvernements de droite comme de gauche, qui « ethnicisent la question sociale, avec l’idée qu’une ethnie serait supérieure aux autres », et qui permettrait aujourd’hui « d’arrêter des enfants de 8, 9, 10 ans, sans que cela ne choque ». Selon Slaouti, face à cette « grille de lecture appliquée pour faire la guerre à l’étranger comme la guerre à nos quartiers », il convient de « tenir les deux bouts en permanence : la question sociale du partage des richesses et la question de l’égalité ».

    Responsable d’Attac, Jean-Michel Dupont a lui rappelé combien « le racisme a toujours eu vocation à diviser les classes populaires pour entretenir la domination des dominants ». D’après lui, « il faut dénoncer les amalgames faits avec l’islam, de la même façon que nous défendons la liberté d’expression », ainsi que « réaffirmer la laïcité comme garantie de la liberté des cultes, pour ne pas la laisser au FN et à ceux qui la dévoient ». Secrétaire générale du syndicat de la magistrature, Laurence Blisson est de son côté revenue sur « l’hystérisation du climat de suspicion généralisée » provoquée au lendemain des attentats de Paris par « le cumul de la circulaire Taubira et des directives du ministère de l’intérieur ». Elle a toutefois appelé à « ne pas se tromper de combat » et à ne pas « trop attendre de la pénalisation des actes islamophobes, car ce n’est pas cela qui changera la société ».

    Comme l’avocat Hosni Maati après elle, Blisson a ainsi expliqué pourquoi il faudrait se mobiliser aussi pour que « les sanctions restent dans le cadre de la loi sur la presse de 1881, qui garantit et encadre la liberté d’expression », alors que le gouvernement réfléchit à en « sortir » les paroles racistes, comme auparavant l’apologie de terrorisme. Cette revendication sera sans doute l’un des axes futurs de mobilisation d’un collectif voulant « continuer à convaincre les syndicats, les fondations, les cercles de réflexion et les partis de gauche » de les rejoindre. Avec une « ligne rouge » en point de mire, rappelée par le médecin Abdel-Rahmène Azzouzi (qui vient de démissionner du conseil municipal d’Angers, où il avait été élu sur une liste PS), que serait la mise en œuvre d’une loi interdisant le foulard à l’université.

    « On nous demande de rester à notre place, comme on a demandé avant aux juifs de rester à leur place, dit Youssef Boussoumah du PIR. Mais aujourd’hui, les musulmans sont sortis de l’enclave dans laquelle on voulait les enfermer. Il n’y a plus uniquement des ouvriers ou des femmes de ménage, mais aussi des instituteurs, des chercheurs, des avocats, des médecins. Ensemble, nous voulons juste banaliser la dénonciation de l’islamophobie. Comme la dénonciation de l’antisémitisme va de soi. » Tous ont prévu de se revoir, notamment lors d’une manifestation le 21 mars prochain à Paris. Son mot d’ordre : « Ensemble contre tous les racismes et le fascisme. L’égalité ou rien. »

    0

    0
  75. Bel-Air dit :

    Désolée de remettre ce sujet délicat sur le tapis. Ca ne me fait pas plaisir d’en parler plus que ça.
    J’ai été au marché de St-Denis à deux reprises depuis mon arrivée. La première fois on m’a distribué un tract pas très peace and love qui me semblait aller bien au-delà du discours habituel des pro-palestiniens ou bien encore une fois je n’ai pas compris… La prochaine fois je ferai une photo avec mon portable. Bref, chacun ses convictions après tout! Le dimanche d’après je croise une femme en niqab… d’ailleurs qu’est-ce qui prouve que c’est une femme. A la sortie de mes courses je croise un prêcheur qui fait la quête pour une mosquée. Bon après tout les prêcheurs de toute religion, j’en ai l’habitude et à une époque j’ai même adoré entrer dans des débats houleux avec certains d’entre-eux, allant jusqu’à leur ouvrir ma porte, c’est pour dire! Mais là impossible de communiquer puisqu’il ne s’adressait vraisemblablement qu’à des musulmans arabophone…Franchement, je suis choquée!

    0

    0
  76. Sam dit :

    @Bel-air

    Même pour les gens de confession musulmane, c’est choquant. 

    Welcome to St Denis…où la laïcité laisse place au communautarisme.

    0

    0
  77. Bel-Air dit :

    Franchement je n’avais pour l’instant vu ces fait qu’à la TV mais naïvement je ne m’attendais pas à une telle visibilité de ce phénomène à St-Denis ! A Asnières qui est à deux pas, je n’ai jamais rien vu de tel en 7 ans. Et bien évidemment je ne doute pas que les personnes de confession musulmane soient également choquées. Je ne suis pas pour la falsification des cultures ou leur éradication mais pas non plus pour le communautarisme, et encore moins dans le contexte national actuel.

    0

    0
  78. Marion dit :

    Chère Bel-Air,

    Comme je ne t’ai pas vu depuis un certain temps, je te souhaite la bienvenue parmi nous.
    Bon, ici des fois c’est très sympa, et d’autres, c’est beaucoup plus rude, voire choquant. Hélas, plus rien ne me choque ici ! Mais j’y suis et y reste au moins pour les 5 années à venir …
    Enfin, si tu insistes, tu t’entendras dire : « retourne chez toi dans ta forêt » Si Si ….
    Une femme avertie en valant deux : ça te laisse le temps de cogiter à une réponse amusante…

    Après cet émoi de « débutante », tu verras que parfois ici, nous nous mettons en état de sur-adaptation …. Puisque nous y vivons …. Enfin jusqu’au jour où on te dira que « si t’es pas contente, tu peux partir »…. C’est le grand truc des partisans de la mairie et des élus de la majorité municipale… Jusqu’au sommet : Paillard et Braouezec inclus.

    Beh , moi je dis que dans 5 ans c’est eux qui dégagent ! Et pan sur le bec comme on dit dans le canard !

    0

    0
  79. Bel-Air dit :

    Bonjour Marion ! Oui, je suis débutante, la preuve! lol. J’ai voulu venir à st-Denis et j’assume. Certains « corbeaux » m’avaient prévenu mais que veux-tu, je ne suis pas la seule à décider et j’ai vraiment eu un coup de coeur pour le projet, la ville, les gens aussi dionysiens anciens et nouveaux. 🙂 Je pense qu’il faut quand même l’ouvrir quand cela est nécessaire et témoigner sans cesse de ce qui nous dérange ou heurte comme il est possible de le faire sur ce blog.

    0

    0
  80. Gabriella dit :

    Ma chère Bel-Air , aller au marché le dimanche matin surtout, peut être très éprouvant, je dirais que pour rester « cool » il faudrait ouvrir une oreille et fermer l’autre et puis fermer un œil et ouvrir l’autre mais cela devient très compliqué lorsqu’on doit surveiller son porte-monnaie et son sac de provisions; moi je file chez mon poissonnier préféré, mon traiteur cambodgien (il est bien cambodgien) il y a aussi une dame que j’adore avec sa fille qui vend du maquillage et qui me met de côté des produits que je lui commande avec beaucoup de gentillesse, je suis complétement hors sujet …..
    Comme dit Marion on continue, on s’habitue et l’on tient et on espère que cette ville qui est la nôtre et la vôtre va retrouver les couleurs du bien vivre ensemble on va y arriver !! amitiés

    0

    0
  81. Bel-Air dit :

    Merci Gabriella ! Mis à part ça, j’ai beaucoup aimé plonger dans cet univers grouillant de senteurs, de produits exotiques. Moi qui aime la cuisine, je suis servie ! J’ai découvert les mini flans portugais, le vendeur de vin (pas cher, sympa et de bon conseil!), les vendeuses de galettes, crêpes et brioches orientales supers mignonnes à vouloir tout expliquer alors qu’elles sont sous l’eau. J’ai repéré la vendeuse aux épices, les olives, en revanche les Antilles ne sont pas toujours au rendez-vous (j’attends de choper leur planning, je ne les ai vu qu’un seul dimanche) Ce marché est bien trop précieux pour être pollué par le communautarisme. Je ne fais pas de politique mais je suis certaine que l’immense majorité des gens ne souhaiterait pas que tout cela parte en vrille… Vaut mieux prévenir que guérir !

    0

    0
  82. Bill dit :

    Le débat est relancé avec le clash médiatique Caron/ Fourest http://www.challenges.fr/politique/20150504.CHA5493/sous-le-duel-fourest-caron-la-haine-des-gauches-entre-elles.html 

    et le dernier ouvrage d’Emmanuel Todd et sa discussion avec Patrick Cohen http://www.franceinter.fr/emission-le-79-emmanuel-todd-ce-qui-minquiete-le-plus-cest-la-montee-de-lantisemitisme 

    et enfin pour détendre l’atmosphère, la réaction de Sophia Aram http://www.franceinter.fr/emission-le-billet-de-sophia-aram-chkoune-charlie.

    0

    0
  83. reveplus dit :

    https://www.youtube.com/watch?v=seb… ce n est pas parce que une minoterie est raciste , que tous les français le sont il faut arrêter la generalisation au final en écoutant les discourt cela me fait pense au Fn https://www.youtube.com/watch?v=Z_Z… ( ecoeurant ) dans tous sens
    Et malheureusement le racisme existe de tous les coter ( a l ‘écoute ou a la lecture des d’article , blog ect ) ou allons nous ? on a franchie un mur celui de la haine de l’autres cela es dessolant affligent je ne me reconnais pas dans tous cela ( issu d’un famille pauvre et ouvrière ) je suis fille d’immigrer mes enfants aussi , je ne me souviens pas quand dans la banlieue et le quartier ou j’ai grandit que un jour on pourrais arriver a ce genre de constats ou la peur et la haine de l’autre prendrais aussi d importance , et j ai peur pour la jeunesse ( pour mes enfants ) j

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *