Nouvelle dyonisienne – « …je me demande ce qu’il faut faire concrètement pour que la ville évolue dans le bon sens. »

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Clément dit :

    Les choses vont avancer quoi qu’il arrive mais à une échelle de temps variable suivant les quartier.
    St Denis souffre trés fortement d’une mauvaise image.
    Il m’est souvent arrivé d’entendre de la part de personne habitant dans des secteurs d’ile de France carrément moins vivable que st denis, que c’était la zone, quand je passe en voiture je stress etc… sans parler de l’image d’une ville rempli de tour délabré…
    Alors que bon, franchement il y a énormément d’endroit, même à Paris intra-muros qui sont aussi (sinon plus) sale et flippant… niveau ville, passé le periph il y a peu de secteur qui ai du charme et une histoire, faite le test ça vous remonte le morale surtout quand on voi le prix que certain paye pour habiter dans ces secteurs il y a de quoi se poser des questions…
    Mais des problème délicat persiste dans cette ville, il faut espérer qu’ils se règlent sans vider l’essence multi-culturel de la ville… Se qui se fait trop souvent dans beaucoup de ville/quartier.
    Toute ces mauvaises idée qui circulent sur notre ville donne de mauvaise habitude à pas mal de monde.
    Nous habitons face à un super wc sauvage et je peut vous dire que toute classe social y passe.

    0

    0
  2. thierryb dit :

    Les faits dont vous parlez ne datent massivement que d’une dizaine d’années. Rien n’est obligatoirement durable, mais une conjonction de facteurs a permis cette dérive : politique de la ville incertaine depuis que Braouezec n’est plus maire (mais c’est un point de repère dans le temps plus qu’un jugement de valeur), dureté de l’économie mondialisée pour les moins armés, migrations de masse se focalisant là où elles peuvent, vers les territoires les moins discriminants, avec pour conséquence une énorme incivilité, le fatalisme, le repli, l’abstention aux élections (de plus la proportion de non-électeurs dans la population est ahurissante), l’absence d’une culture du bien commun qui recoupe l’égoïsme du chacun pour soi dans d’autres groupes sociaux, enfin toutes ces tartes à la crème de l’analyse sociologique. J’ajoute à cela que l’enfermement dans ce monde rend les enfants assez imperméables au « désir de savoir » à l’école,vécue comme une obligation improductive, et la création de modèles de comportement assez aliénants (plus je fais « caillera » plus j’existe).
    Ce que je constate au contact des enseignants et de leurs élèves, en circulant pas mal dans le département, c’est tout de même un micro -climat assez tendu ici, une sorte de relâchement assez clair du sens des obligations vis-à vis d’autrui. Des trucs aussi simples que ne pas jeter des papiers par terre, dire bonjour, ne font plus partie de la panoplie d’une partie des jeunes; on ne leur a pas dit. Il y a aussi comme une acceptation de ce qui ne va pas de soi pour nous – les trafics, les rapports tendus avec toutes les autorités, un discours victimaire couplé à une tolérance insensée pour les actes délictueux, un discours archaïque à propos des femmes, un repli communautaire mais aussi une mésestime de soi liée aux réelles discriminations vécues ou ressenties ou colportées.
    Ces comportements (« comment peut-on…? », dites-vous? sont le fait d’une déculturation, d’une misère.
    En ayant un discours intégrateur, le courage de respecter les gens en exerçant une répression sur la minorité qui détruit le lien social, et en valorisant ce que sont la plupart des habitants, c’est à dire des gens « normaux » qui ne demandent qu’à vivre décemment, on obtiendrait bien mieux.
    Je suis là depuis dix ans et j’y travaille depuis 25 : il doit bien y avoir de bonnes raisons à cela (;0) !

    0

    0
  3. Pgase90 dit :

    En tout cas, comme mentionné dans le message initial, la seule solution viable et gagnante pour tout le monde, c’est plus d’ambition côté mixité sociale. Et ça, ça ne fait pas partie des plans de la municipalité actuelle, qui aurait trop à y perdre, que ça soit au niveau de la ville ou de l’intercommunalité. La conclusion s’impose d’elle-même: tout passe par un changement de majorité municipale en 2014 !

    0

    0
  4. habitant dit :

    Bonjour nouvelle dionysienne,

    Qu’entends-tu par  » Mais à cause de la concentration de la population pauvre, ces problèmes sont exacerbés. » ? Non je ne crois pas cela.
    Partout en Europe et ailleurs, les classes moyennes quand elles emménagent dans des quartiers se renseignent sur le coin, les transports, les équipements à proximité etc. parce qu’elles ont le choix. Du coup, la mixité sociale tombe à l’as aussi.
    Il y a aussi et surtout la gestion politique de problèmes de la vie quotidienne qui n’ont pas été pris en compte et traités en priorité parce que réduits aux crottes de chien.
    Et ceci encore plus depuis une dizaine d’années comme a dit Thierry B.
    Non, la coupe du monde n’a pas résolu tous les problèmes sociaux.
    Et pourtant, il y a des équipements, du budget qui va avec etc. ici comparé à d’autres villes du 93!!!

    0

    0
  5. Pgase90 dit :

    Habitant, pas d’accord pour dire que les classes moyennes ont le choix, en tout cas plus aujourd’hui, et certainement pas en région parisienne au vu de la pression sur les prix de l’immobilier, à la location comme à l’achat.

    Je suis convaincu que ces classes moyennes peuvent avoir envie de venir à Saint Denis, à condition de pouvoir croire qu’il y a une volonté réelle des politiques locaux d’améliorer les conditions de vie de tous les habitants. Ce qui n’est clairement pas le cas aujourd’hui car plus de classes moyennes à Saint Denis aujourd’hui pour la maire et le député en place, ça n’est pas une opportunité mais un risque de perdre leurs sièges et les avantages qui vont avec… Tant que cette approche clientéliste – dissimulée sous une bonne couche de démagogie – fera loi, la situation des habitants de Saint Denis ne s’améliorera pas.

    Il manque une vision d’avenir pour cette ville, un projet autour duquel les habitants, quels qu’ils soient, auront envie de se fédérer pour prendre leur avenir en main plutôt que de battre, élections après élections, le triste record de France de l’abstention…

    0

    0
  6. Hervé, 1 an à St-Denis dit :

    Totalement d’accord avec Pgase90. Pour avoir depuis plusieurs mois modestement tenté d’obtenir quelques réponses de la municipalité sur des questions très précises (et réglables rapidement) concernant la collecte d’ordures ménagères ou l’insécurité, j’ai pu constater à quel point c’est le cadet des soucis de l’équipe en place. Ils sont là depuis trop longtemps et ne voient plus toutes ces petites choses du quotidien qui pourrissent la vie des habitants. L’affaire des Velcom est tellement révélatrice de ce total décalage : au lieu de demander à Decaux la mise en place de ce service (d’ailleurs conçu de manière aberrante), ils auraient pu exiger des toilettes publiques gratuites et en nombre comme à Paris, c’eût été autrement plus profitable pour la salubrité de la ville. Certes ils parviennent à des résultats dans le développement économique grâce à la Plaine, mais à quoi bon si tous les gens qui viennent y travailler refusent de vivre ici et colportent une image de saleté et d’insécurité ? Au lieu d’affronter ces problèmes ils entretiennent le discours victimaire dont parle thierryb et sont complaisants avec toutes les dérives. Quand on voit la police municipale sympathiser avec les fauteurs de troubles au lieu faire son boulot c’est très révélateur ! Donc, vivement 2014 pour un changement d’équipe, il faudra se mobiliser. Et en attendant, vivement mai 2012 pour que la police retrouve des moyens et des objectifs plus près des attentes des citoyens au lieu de la course aux statistiques actuelle !

    0

    0
  7. habitant dit :

    @ Pgase90 , c’est vrai que ce concept est large entre les classes moyennes dites « inférieures » allant de 1200 à 1840 euros par mois aux classes moyennes « supérieures » de 1850 à 3000.
    S’il y a des témoignages à faire partager sur la palette de choix de bouger de quartier dans Saint-Denis, ce serait intéressant.
    Pour l’histoire des passe-droits d’attributions de logements sociaux et Plaine Commune Habitat comme quoi c’est fini mais que ça a existé…: »« Finis le favoritisme, les soupçons de copinage, de clientélisme, de passe-droit. Ce temps-là est révolu », assurait hier à la presse Stéphane Peu, président de Plaine Commune habitat; « 
    http://www.20minutes.fr/paris/74121
    Inévitablement, ça en fait beaucoup pour ne plus croire à la bonne volonté du pouvoir local qui a, ici, cédé à ses principes d’où perte de crédibilité.
    Mais pour répondre à nouvelle dionysienne, dire que ‘ »à cause de la concentration de la population pauvre, ces problèmes sont exacerbés  » non, je ne le crois pas.

    0

    0
  8. georges dit :

    il ne faut pas oublier que Paillard n’est qu’un fusible de Braouezec. Le vrai responsable de Saint-Denis via Plaine commune c’est ce même député. C’est lui le vrai patron de la propreté, du logement,…
    rappel: les élections des députés ont lieu en 2012

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *