Parenthèse métaphysique – Fred Vargas « Nous y voilà…nous y sommes »

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Thierryb dit :

    La Mère nature, ça n’existe pas. Mais l’homme, ce primate qui parle, le « zoon phonanta » des grecs, oui. Alors, soyons les invités de la vie, les hôtes respectueux du monde, qui nous ignore-La Mère nature, ça n’existe pas!-et faisons en sorte qu’étrangers nous soyons et invités en même temps, nous choisissions l’avenir plutôt que le désastre auquel nous pousse notre cerveau reptilien. Pour ça, il faut faire de la politique, au sens noble: œuvrer pour le bien commun. et on se fout des cyniques qui parlent d’idéalisme. Ils n savent pas ce qu’ils disent.
    Voilà, ça fait du bien.

    0

    0
  2. Sam dit :

    J’aime relire ces paroles…ça fait du bien.

    0

    0
  3. édith dit :

    Très drôle ce texte, très bien, délicat, utile, gai, parfait pour un 3 septembre. Et si on y réfléchit, c’est vrai que les fourmis et les araignées sont très peu portées sur la danse…serait-ce le critère secret de la survie ultime ?!

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *