Paris 8 au bord du chaos ?

Vous aimerez aussi...

237 réponses

  1. Olivier dit :

    Les gens qui manipulent les migrants dans cette opération sont des irresponsables ! Mais que dire des élus qui ne cherchent pas l’apaisement ni à aider la direction de l’université pour sortir de cette situation, mais qui au contraire poussent à ces actions irresponsables.
    C’est le cas d’un élu comme Bally Bagayoko, un maire-adjoint quand même, qui vient soutenir l’occupation des locaux et appelle à sa prolongation ! Il en profite pour faire un selfie et publier ceci sur sa page FB : « Avec mes amis-es élus-es (Madjid Messaoudene Madj), de luttes, du groupe Reve Stdenis , de la France Insoumise nous avons été signifier notre soutien à ce combat juste et humanitaire. Je tiens à saluer l’attitude de l’université Paris 8, qui ne s’est pas opposée à se rassemblement et a permis qu’il se tient dans de bonnes conditions sans violence et dans le respect de la parole libre des exilés-es et leur soutien. Une fin de mobilisation au service de la pensée aux morts en traversant la mer, aux suicidés, aux morts à causes des frontières, dans le désert. La mobilisation se poursuit..Bally Bagayoko »
    Comprenne qui pourra !… Saint-Denis et Paris 8 n’ont vraiment pas de chances avec des élus pareils !

    18

    0
  2. Dinan dit :

    Que de fautes d’orthographe, quelles confusions dans l’expression de cet élu ! Affligeant !

    1

    0
  3. Marcel dit :

    Merci de lire avec attention, pour comprendre ce dont il s’agit.
    http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/saint-denis-des-migrants-occupent-la-faculte-paris-viii-01-02-2018-7536291.php
    Qu’en pense les Dionysien(e)s de cette Université dite Paris8 implantée à Saint-Denis depuis 1982 , en particulier les intervenants/lecteurs de ce blog , dont je suis depuis lurette..
    Quelle influence a t- elle sur la vie Dionysienne , ou peut-elle avoir sur le sort de la Municipalité communiste de Saint-Denis , pour laquelle d’éminents sociologues issues de celle-ci ont produits des études.

    0

    0
    • Suger dit :

      « Le Parisien » ne présente les faits que du point de vue du collectif qui a organisé l’occupation des locaux de l’université. Il semble ne pas avoir eu les informations qui sont publiés ci-dessus.
      Un manque d’intérêt peut-être pour les inquiétudes du personnel de Paris 8 que partagent sans doute nombre d’étudiants ?!… C’est un peu inquiétant pour un quotidien d’information !

      13

      0
  4. Suger dit :

    Radio France International (RFI) donne un bon aperçu de la situation à Paris 8 :
    « Ces étudiants [du collectif] sont pour la plupart des militants. Ils ont orienté les migrants vers le bâtiment depuis le quartier de La Chapelle à Paris. L’occupation est loin d’être spontanée, le collectif de migrants semble très encadré par les étudiants. » (…)
    « Messageries sécurisées, plannings et roulements, accréditations pour la presse : l’organisation est quasiment professionnelle. Lors des entretiens réalisés avec des migrants, une partie du groupe estudiantin tenait à être présente afin de « porter une parole commune ». Il s’agissait davantage de contrôler ce qui pouvait être dit. » (…)
    http://www.rfi.fr/france/20180210-migrants-occupent-universite-saint-denis-region-parisienne

    15

    0
  5. Dame Catule dit :

    Cette occupation a contraint l’Université Paris 8 d’annuler les « Journées Portes Ouvertes » prévues ce week-end pour informer notamment les futurs bacheliers.
    C’est extrêmement dommageable pour Paris 8 car c’est la période des voeux des lycéens pour l’inscription dans l’enseignement supérieur à la rentrée 2018. Or, avec le nouveau dispositif « Parcours Sup » (qui remplace APB), les lycéens ne sont plus limités par la sectorisation des inscriptions dans les universités. Ils peuvent faire des demandes d’inscription pour les universités de leur choix quelque soit la situation géographique de leurs lycées.
    Les universités doivent donc plus que jamais faire connaître leurs formations pour attirer des futurs étudiants. Paris 8, déjà handicapée par une mauvaise image, a absolument besoin de convaincre les lycéens de venir s’y inscrire.

    10

    0
  6. Mourad dit :

    Comme j’ai pu déjà l’écrire sur le JSD, cette occupation ne change rien.

    La partie « girondine » du bâtiment A est à longueur d’année « occupée » avec l’accord tacite de l’UFR arts/philo (seule UFR véritablement impactée par l’arrivée des migrants) … et hélas l’accord tacite de la nouvelle présidence. Par ailleurs, compte tenu du délabrement de cette partie du bâtiment A, je me demande pourquoi les services administratifs de sécurité ne l’ont pas encore fermée !

    Ceci étant précisé, les autres UFR ont appris à vivre « à côté » de ce capharnaüm, à ignorer cette partie là du campus y compris les « montagnards » de ce même bâtiment A.

    Il semblerait que la Présidence ait proposé aux migrants de déménager dans la partie L (amphis X/Y). Les migrants auraient accepté mais les organisateurs de l’occupation auraient argué que ces amphis « ressemblés trop à des aérogares de triages »… et seraient donc indignes pour ces migrants !!!

    Tout le monde aura compris que dans cette occupation « la cause des migrants » n’est qu’un prétexte à la mise en place de la « convergence des luttes ».

    Je peux difficilement développer plus le sujet … mais il serait quand même souhaitable que la nouvelle Présidente jette un œil sur les articles du Code de l’Education relatifs à ses responsabilités pénales.

    Sinon … il est toujours amusant (certains diront grotesque) de voir notre ami M.Messaoudene arborer son écharpe tricolore par tout temps et dans tout lieu … Dire que certains mauvais esprits prétendent qu’il n’aime pas la France !

    8

    0
  7. Gabriella dit :

    Bally Bagayoko parle « d’un combat juste et humanitaire » comment pouvait-il en être autrement dans une ville communiste dont l’idéologie a toujours été de se battre pour les migrants et les sans papiers.
    Des extraits de « perspectives par Jacques Attali » (17 Janvier 2018) :
    « En parlant des réfugiés et des migrants on mélange deux sujets : la façon dont on traite les migrants et les réfugiés qui ont réussi à rejoindre la France et le nombre de ceux qu’on doit garder. Selon l’OCDE, la France a accueilli, en 2016, 78000 réfugiés et demandeurs d’asile, auxquels s’ajoutent 180000 autres immigrants, dont 90000 pour le regroupement familial et 70000 étudiants . En 2017, on aurait atteint 100000 réfugiés et demandeurs d’asile. Et cela continue au rythme de 7000 à 8000 par mois en moyenne. On parle donc là de 1,5 POUR 1000 de la population française . Il est possible d’accueillir dignement chaque année 1,5 pour 1000, même 2 ou 3 pour 1000.
    La France n’est d’ailleurs pas aux avant-gardes de cet accueil. Elle qui en 2010 accueillait 1 demandeur d’asile sur 5 en Europe n’en accueille plus aujourd’hui que 1 sur 15.
    De plus ceux qu’on reçoit ont le plus grand mal a être accueillis dignement. S’il n’y avait pas l’extraordinaire travail d’associations qui pallient les carences de l’Etat, et de formidables fonctionnaires attentifs et débordés, un demandeur d’asile ne pourrait jamais passer dans le labyrinthe des Pada, Guda, Caes et Ofii, Ofpra. Quand il n’est pas renvoyé par l’injuste procédure dite « de Dublin » vers le pays européen qui l’a accueilli le premier, reportant la charge la plus lourde sur le plus faible d’entre eux : la Grèce. Au moment même où les Français réclament des Britanniques une procédure exactement contraire.
    Par ailleurs, une fois une politique explicite définie, et elle ne l’est pas, on doit être intraitable sur l’expulsion
    de ceux qui n’ont pas été autorisés à rester. En les traitant avec respect avant leur expulsion, en particulier en leur accordant un accueil inconditionnel en hiver dans des logements d’urgence. Et là encore, s’en donner les moyens. Et s’il faut pour tout cela, plus de ressources, qu’on les trouve pas de sommes considérables et je fais partie de ceux qui seraient prêts à payer plus d’impôts pour mieux traiter ceux qui cherchent refuge en France, si on me garantissait que cela ne serait pas perdu dans les gaspillages innombrables des transferts sociaux, des retraites privilégiées et des avantages nouveaux accordés aux détenteurs du capital. »
    Je pense que c’est aux élus de Saint-Denis de sortir la Direction de l’Université Paris 8 de la position délicate dans laquelle elle se trouve, à présent, car cette université n’a pas vocation à continuer à soutenir ce collectif au détriment des autres étudiants.

    2

    0
  8. Gilbert dit :

    A Paris VIII il ne s’agit pas d’aider les migrants. Sinon une réflexion serait entamée avec les autorités sur l’insertion dans la société française des personnes venues se réfugier dans notre pays. A Paris VIII il s’agit de créer le chaos en France afin de s’emparer du pouvoir politique par la force quand on a échoué à le prendre par les urnes au printemps 2017. Les migrants sont instrumentalisés par La France Insoumise.

    Le 23 avril 2017 il a manqué 618540 voix à Jean-Luc Mélenchon pour être qualifié au second tour des élections présidentielles. Est-ce une raison pour perturber les cours d’une université dix mois plus tard ?

    5

    0
    • Olivier dit :

      Et « France Insoumise », qui ne sait plus où elle habite…, est manipulée par l’ultra-gauche !

      6

      0
    • Marion dit :

      A Saint-Denis centre et nord, La France Insoumise existe en dehors d’elle-même. Totalement capturée par l’extrême gauche, elle n’existe pas en tant que force politique comme à la plaine avec un député réellement LFI comme Eric Coquerel, lequel fait un réel travail de parlementaire à l’ Assemblée Nationale.
      Entre le mouvement REVE, les groupuscule d’extrême gauche, les identitaires tel que le PIR, le parti communiste qui s’est mis à la remorque de LFI pour disposer d’un député de plus, la mairie qui l’instrumentalise en fonction des ses propres intérêts à court terme, LFI est totalement phagocytée par tous les agitateurs locaux qui croient pouvoir en disposer à leur guise pour servir leur intérêts personnels.

      2

      0
  9. Olivier dit :

    Comme ils n’ont pas grand chose à faire à part tourner en rond dans les locaux de Paris 8, voici un petit jeu pour les membres du « collectif » :

    12

    0
  10. Suger dit :

    Aujourd’hui, nouvelle lettre de la Présidence au personnel de Paris 8 qui dresse un état inquiétant de l’occupation de l’université. On peut y lire les constats suivants :
    « En fin de semaine dernière, la sous-commission départementale pour la sécurité a inspecté le bâtiment A. Elle a constaté l’occupation d’une partie de nos locaux par plusieurs dizaines de personnes et sa conclusion est sans appel : l’exploitation du bâtiment A ne peut perdurer en l’état. L’accumulation de matières inflammables, la multiplication de branchements électriques non conformes, l’intervention sur les relais électriques par les occupant.e.s eux-mêmes, l’obstruction des espaces de circulation et de certaines issues, le nombre croissant de couchages (80 à ce jour) jusque dans les couloirs font courir de réels risques aux personnes qui occupent ces locaux à demeure, et nous n’avons pas les moyens matériels de prévenir ces risques, sinon de renforcer le système de sécurité incendie en installant davantage de détecteurs de fumée (…) »

    « De la même façon, nous ne pouvons permettre que les cadenas des issues de l’université soient forcés puis remplacés, par les occupant.e.s eux.elles-mêmes, par d’autres cadenas dont eux.elles seul.e.s ont la clé, comme ce fut le cas pour le portail rue Lénine. Il en va de la sécurité de toutes et tous.
    Enfin, nous ne saurons tolérer que des insultes soient écrites sur nos murs contre des composantes qui ont pu faire entendre leur voix (…) »

    « Il est de notre responsabilité non seulement juridique et pénale, mais aussi et surtout morale, d’en avertir les occupant.e.s et de leur demander une nouvelle fois de libérer les locaux. »

    9

    0
  11. Suger dit :

    Et Madjid Messaoudene tweete et retweete les appels à manifester devant le commissariat de Saint-Denis !!!
    Cette occupation de Paris 8 n’arrivant pas à mobiliser grand monde, tout est bon pour créer des incidents et des affrontements violents avec la police. Les vieilles ficelles des actions ultra-minoritaires de l’extrême gauche radicale !…

    6

    0
  12. Dame Catule dit :

    Les deux personnes conduites au commissariat après un constat de fraude par des agents de la RATP (ce qui avait conduit à des incidents provoqués par les occupants de Paris 8) ont été bien sûr libérés rapidement, les faits ne justifiant pas de les arrêter.

    Quant à l’occupation du bâtiment A de Paris 8, elle se poursuit dans l’indifférence quasi-générale sauf pour les responsables de l’université qui craignent à tout moment un accident ou une escalade dans la provocation par le « collectif » des occupants.

    4

    0
    • Mourad dit :

      Cela fait une semaine que la préfecture a envoyé la commission sécurité. Cette dernière a préconisé une évacuation d’urgence … et depuis rien !!! Je ne sais pas ce qui c’est passé exactement ce week-end (notamment sur la terrasse du Bât A) mais çà va chiffrer pour tout remettre en l’état quand tout sera fini … et ce soir, rebelote, nouveau rassemblement de soutien !

      4

      0
  13. Dame Catule dit :

    Ce qui est sidérant est que des associations qui peuvent apparaître comme sérieuses (mais on finit par en douter…) se précipitent pour dire leur soutien à ce genre d’occupation. C’est le cas par exemple du GISTI. On peut lire sur son site :
    « Une occupation par des exilé.e.s à la rue et leurs soutiens est en cours actuellement à l’université Paris 8 à Saint-Denis. Le Gisti soutient leur lutte. »
    https://www.gisti.org/spip.php?article5842
    Et le GISTI de publier la lettre délirante du « collectif » des occupants sans le moindre recul critique.

    Il faut rappeler que le GISTI reçoit des subventions publiques (pour un montant de plus de 106 000 euros en 2016) et d’associations comme le CCFD, Emmaüs, Secours catholique, etc …, elles-mêmes largement subventionnées par les organismes publics (pour un montant de plus de 300 000 euros en 2016).
    Ces subventions sont censées aider le GISTI pour l’aide juridique qu’il peut apporter aux étrangers. Le fait qu’il soutienne de tels débordements comme à Paris 8 est peu en rapport avec les missions pour lesquels il est subventionné !… On est donc peu surpris d’apprendre que la Région Île-de-France a cessé de lui verser une subvention en 2016.

    L’Université Paris 8 pourra peut-être se tourner vers le GISTI pour lui demander de contribuer aux coûts des réparations nécessaires après cette occupation des locaux de l’université que le GISTI soutient aussi fortement !

    5

    0
    • Mourad dit :

      Il faut faire une distinction claire entre les migrants et les énergumènes qui les manipulent. Déjà avec les migrants, il est impossible d’échanger. Ce sont des Erithréens qui parlent que le Bilen et le Amharique et les deux ou trois guignolos qui se présentent comme « traducteurs » ne sont là aussi que des manipulateurs.

      Il doit bien y avoir maintenant l’équivalent de 5 portables par migrant avec des pass Lycamabile … euh pour la Maroc !

      Dernière soit-disant revendication des migrants … ils veulent  » l’amour » … autrement dit l’arrivée de prostituées sur le campus … Et la semaine prochaine, s’ouvre la semaine « Communisme et Marxisme » … On ne s’ennuie jamais à P8.

      Il se dit également qu’il y a plein de cars de CRS devant le commissariat de la rue Mermoz près à débarquer à P8 … info ou intox … si quelqu’un est dans les parages pour confirmer ou infirmer …

      5

      0
  14. Mourad dit :

    Eric Fassin, professeur à Paris 8, qui s’interroge sur twitter :

    Eric Fassin‏ @EricFassin · il y a 1 heure
    « Occupation de salles à Paris 8 par des migrants : comment s’en sortir par le haut»? Les plus pessimistes craignent que l’université ne finisse par s’opposer aux exilé.e.s, soit l’inverse du but recherché, avec une évacuation au nom de problèmes de sécurité. »

    Comment s’en sortir par le haut ? Bonne question Eric ! Tu valides dans un premier temps le bordel ; tu encourages les « noborders » ensuite et quand tu ne maîtrises plus rien … là tu t’interroges !!! Quand il y avait une vingtaine de migrants dans les salles, c’était à peu près gérable voire même tolérable ; il doit bien en avoir une centaine maintenant … Sincèrement quelques cours de sociologie de mise à niveau te feraient du bien, Eric.

    9

    0
  15. Suger dit :

    Cela va finir mal et mêmes ceux qui ont poussé à cette installation de migrants dans les locaux de Paris 8 commencent à s’en rendre compte !

    Ainsi voici ce qu’on peut lire dans un article de leur organe de presse favori :

    « Occupée par des migrants, Paris 8 se demande «comment s’en sortir par le haut» » »
    MEDIAPART 21 FÉVRIER 2018 PAR MICHEL HENRY
    « Des dizaines de migrants et d’étudiants occupent depuis le 30 janvier un bâtiment de l’université Paris 8, à Saint-Denis. La direction et le personnel enseignant de cet établissement historiquement ancré à gauche s’interrogent sur les suites à donner à cette opération, qui ne peut guère s’implanter durablement. »
    « Comment éviter que l’occupation d’un bâtiment de Paris 8 par des migrants ne se transforme en impasse ? Au 22e jour du mouvement, les plus pessimistes craignent que l’université de Saint-Denis ne finisse par s’opposer aux exilés, soit l’inverse du but recherché, voire demande l’évacuation en arguant de problèmes de sécurité… »

    https://www.mediapart.fr/journal/france/210218/occupee-par-des-migrants-paris-8-se-demande-comment-s-en-sortir-par-le-haut?utm_source=twitter&utm_medium=social&utm_campaign=Sharing&xtor=CS3-67

    9

    0
  16. Dame Catule dit :

    Ce n’est pas propre à Saint-Denis mais cette question des migrants est constamment utilisée par des associations et certains politiques dans notre ville, sans véritablement permettre un débat.
    Alors écoutez Didier Leschi, dans la « Grande Table », directeur de l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration – qui sait de quoi il parle. Il met en avant le fait qu’il est impératif que la société d’accueil soit prête à… accueillir, et soit en mesure/capacité de proposer logement et travail, ainsi que de se donner les moyens d’assimiler les populations étrangères. Il compare avec les autres pays d’Europe, beaucoup moins souples que nous, quoi qu’on dise, et évoque aussi la nécessité d’un débat national sur ce que nous voulons collectivement sur cette question.
    C’est ici :
    https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/journee-speciale-asile-et-immigration-lheure-de-verite

    6

    0
  17. Mourad dit :

    Si on refait l’historique de ces 3 semaines : au départ, nous avons les étudiants « brochettes » qui rapatrient une vingtaine de migrants de la Porte de la Chapelle en leur faisant miroiter le dormir, le manger, des papiers, un logement, une épouse de substitution etc. etc..

    Jusque là, comme j’ai pu l’écrire ici, il n’y avait rien de rédhibitoire et cela pouvait effectivement s’inscrire dans la « tradition humaniste de Paris 8 ».

    Mais sont venus se greffer à ces étudiants « brochettes », des énergumènes bien plus virulents : cela parle italien, espagnol, anglais … des « noborders » parait-il … et le chiffre de migrants a été multiplié au moins par 5 … et là, comme l’écrit Suger, cela peut finir mal, la promiscuité générant disputes et conflits entre migrants.

    Pour moi, « sortir par le haut », consisterait à réinstaller ces migrants dans un lieu plus adapté de la ville comme un gymnase par exemple … et cela tombe à pic puisque le Maire Adjoint chargé du sport est partie prenante dans l’occupation de Paris 8.

    Je suis certain que ce Maire Adjoint ne parle pas pour rien dire et qu’il va lui tout seul régler le problème de papiers, de logement, trouver du boulot pérenne à tous ces pauvres migrants.

    11

    0
  18. Suger dit :

    Alors que la présidence de Paris 8 essaie de trouver une solution, alors que même les universitaires qui soutenaient l’occupation au début s’inquiètent de la tournure prise par les événements, savez-vous ce que fait « France Insoumise Saint-Denis » ?
    Au lieu de calmer le jeu et d’essayer de permettre une sortie honorable de cette occupation, ils n’ont rien trouvé de mieux que de se « mobiliser » pour favoriser la poursuite de l’occupation des locaux de Paris 8 en faisant une collecte dimanche (des plaques électriques aux téléphones portables, en passant par des pompes à matelas et du PQ, sont demandés…) pour les occupants.
    Ils sont totalement irresponsables !

    8

    0
    • Jean-Marc dit :

      Les étudiants-brochettes de Paris 8 et la FI vont se retrouver avec un mini Calais sur les bras, avant d’essayer de refiler le bébé!

      3

      0
    • Babeth dit :

      Qui sont les militants de LFI à Saint-Denis centre et nord ?
      Au sud, à la plaine, LFI est clairement identifié avec Mr Eric Coquerel comme chef de file. Je ne crois pas qu’il soit de la partie pour cette affaire d’occupation de Paris 8 à ce jour : A vérifier !
      Dans le premier cas, me semble-t’il, ce ne sont que des casseroles pendues aux basques de LFI, dans le but unique de se faire remorquer à dessein utile ….
      Stéphane Peu – communiste – élu député avec l’étiquette LFI et finalement, siégeant à l’assemblée avec le groupe PCF
      Bally Bagoyoko et consorts -Les REVE de Braouezec, lequel s’est prononcé en faveur de E. Macron à la présidentielle
      Que reste t’il du PG qui pourrait se revendiquer LFI ? Christophe Girard ?
      Si certains sont mieux renseignés, qu’ils n’hésitent pas à nous faire un point sur LFI de SD centre et nord. Merci.

      1

      0
  19. Dame Catule dit :

    L’occupation se poursuit et la Présidence de l’université Paris 8 tente d’éviter le pire et dénonce les débordements. Voici le courrier envoyé au personnel de l’université vendredi soir :

    « Chères et chers collègues,
    Vendredi 19 février, nous avons rencontré une nouvelle fois les migrant.e.s et leurs soutiens, parmi lesquels quelques enseignant.e.s-chercheurs et étudiant.e.s de Paris 8. Nous étions accompagné.e.s de trois traducteurs.trices que nous tenons à remercier vivement au nom de la communauté. Nous avons pu échanger pendant trois heures environ avec les migrant.e.s sur leur situation, la position de la présidence à leur égard, et les perspectives que nous leur soumettons sur la base des démarches accomplies par l’équipe présidentielle élargie.

    Comme cela avait été acté par le Conseil d’administration du vendredi 16 février, une équipe de médiation se met actuellement en place afin de recueillir toutes les informations nécessaires pour qu’une action concertée puisse voir le jour auprès des instances compétentes, selon le souhait exprimé par les migrant.e.s. Nous avons adressé un courrier à l’OFPRA le vendredi 16 février (préalablement contactée par téléphone), de même que plusieurs organisations non gouvernementales et associations impliquées dans l’accompagnement des demandeurs.euses d’asile. Nous continuons bien entendu à œuvrer dans ce sens.

    Nous ne pouvons que déplorer les tags à caractère diffamatoire dont certain.e.s s’évertuent à dégrader les murs de notre établissement, et plus particulièrement ceux de l’UFR droit, comportements qui, faut-il le rappeler, ne servent en rien la cause des migrant.e.s, mais contribuent à semer la discorde au sein de notre communauté. Nous tenons à exprimer notre soutien aux personnels qui subissent quotidiennement dégradations et insultes variées.
    L’équipe présidentielle »

    8

    0
    • Mourad dit :

      Pour être précis, ce ne sont pas les migrants, ni les « quelques enseignant.e.s-chercheurs et étudiant.e.s de Paris 8 » qui « insultent » (pour reprendre le langage très édulcoré de la Présidence) mais bien les énergumènes déjà évoqués ici et extérieurs à l’Université.

      5

      0
  20. Suger dit :

    Comme le rappelle le courrier de la présidence de Paris 8, il y a dans les soutiens à cette occupation des locaux de l’université « quelques enseignant.e.s-chercheurs et étudiant.e.s de Paris 8 ».
    Mais il ne faudrait pas, pour autant, qu’ils soient privés de leurs occupations habituelles, c’est-à-dire l’organisations de colloques du type « Marxisme et Sexualité » ou « Abolition de la prison et de la justice » ou encore des réunions « non-mixtes » c’est-à-dire interdites aux « blancs ».

    Mais avec l’occupation des locaux, comment faire ? Comment, par exemple, organiser une réunion d’universitaires à Paris 8 contre le projet de loi « Asile et Immigration » alors que des migrants occupent l’université !!! C’est bien ennuyeux en effet !
    Eric Fassin, l’organisateur et professeur de sociologie à Paris 8, n’a donc rien trouvé de mieux, pour le confort et la sécurité des universitaires pro-migrants, que de demander – et d’obtenir- la Bourse du Travail de Saint-Denis !…

    Cela devrait avoir lieu le lundi 5 mars en soirée.

    10

    0
  21. Etudiant L2 Droit dit :

    Avant de pousser ma gueulante, je voudrais remercier et dire même mon admiration pour les profs et Maîtres de Conferences qui continuent à assurer les cours et ne font pas jouer leur droit de retrait alors qu’ils subissent violences verbales, violences physiques, (un MDC a reçu une baffe, un autre s’est retrouvé au sol), intimations, humiliations, menaces, et quatre déménagements par jour.

    Je voudrais dire surtout le mépris et le dégout que m’inspirent la présidente et les trois pantins qui l’accompagnent. Ils laissent les casseurs professionnels extérieurs à l’université détruire l’outil pédagogique dans l’indifférence et ce n’est pas à travers deux phrases en fin de communiqué qu’ils espèrent laver leur conscience, s’ils en ont une ce dont je doute énormément.

    10

    0
  22. Mourad dit :

    Occupation de Jussieu (Paris 6 – Pierre et Marie Curie) en cours – On va pouvoir faire un comparatif de gestion de crise avec Paris 8 … notamment d’observer si le Président de Paris 6 consacre 3 heures de son précieux temps à écouter les revendications des occupants/vandales …

    4

    0
  23. Mourad dit :

    Jussieu a été évacué par les CRS – Durée de l’occupation = 6 heures.

    Entre la méthode expéditive du Président de Jussieu et accepter la dictature des vandales à Paris VIII comme le fait sa Présidente, je suis certain qu’il y a une voie intermédiaire qui respecte la détresse des migrants.

    6

    0
  24. Dame Catule dit :

    Et une radio du « service public » France Inter se charge de la propagande !
    La présentation seule de ce « reportage » est un modèle de désinformation. C’est quasiment une reproduction mot pour mot du discours du « collectif » de militants d’ultra-gauche qui organisent l’occupation des locaux de Paris 8 :

    « Il se passe des choses bien intéressantes dans le bâtiment A de Paris 8, la mythique Université de Vincennes déplacée à St Denis aujourd’hui mais qui reste le symbole de l’Université du « Tout Monde ».
    Des exilés, demandeurs d’asile, ont élu domicile dans plusieurs salles de classe du bâtiment A, comme un plan B aux politiques de non accueil proposées par le gouvernement.
    Ils sont plusieurs dizaines à occuper les lieux avec l’aide d’un collectif de soutien, composé d’étudiants, de professeurs et de citoyens. Depuis bientôt un mois maintenant, c’est une aventure humaine, solidaire et politique qui célèbre dignement l’anniversaire de la préfiguration de cette Université de Vincennes ouverte à tous il y a 50 ans en mai 68… » – Un reportage d’Antoine Chao.

    https://www.franceinter.fr/emissions/comme-un-bruit-qui-court/comme-un-bruit-qui-court-24-fevrier-2018

    7

    0
  25. Lecteur du "JSD" dit :

    Dans la rubrique du Courrier des lecteurs sur le site du JSD :

    Paroles, Paroles … encore des mots, rien que des mots …

    Cela fait maintenant 24 jours que le bâtiment A du Campus Paris VIII est occupé par des migrants.
    Je ne vais pas faire de la comptabilité morbide ou du triage malsain comme le souhaite le ministre de l’intérieur mais il est évident que le nombre de migrants présents à P8 a été multiplié au moins par 5 depuis le début de l’occupation.

    Ce qui pouvait être tolérable et effectivement s’inscrire dans la « tradition humaniste » de Paris 8 quand ces migrants étaient une vingtaine devient explosif quand ce nombre se multiplie … tout simplement parce que les locaux ne sont pas adaptés et que la promiscuité entraîne immanquablement des conflits entre migrants.

    Mais mon propos ne se limite pas à cela ; la vraie question est la suivante : que fait concrètement la majorité municipale de Saint-Denis pour venir en aide à ces migrants sinon causer et gesticuler ?
    Certes, Il y a bien des élus que je croise quelquefois à La Chapelle ou Avenue Wilson qui viennent apporter aide, assistance, secours …
    J’ai employé le pluriel « élus » mais j’aurais pu me limiter à écrire 2 ou 3 élus. Les autres, ils font quoi exactement ?

    Par exemple, le Maire Adjoint chargé au sport qui semble très en pointe dans l’occupation de P8, que fait-il concrètement pour la cause des migrants à part gesticuler, causer et écrire sur son blog et sur Facebook ?
    Il pourrait par exemple mettre à la disposition des migrants de P8 des locaux municipaux mieux adaptés en espaces, en sanitaires, en douches comme des gymnases.
    Il n’y a peut-être tout simplement pas pensé !!! … Je suis certain qu’en me lisant, il va s’approprier l’idée.

    En tant que petit fils de migrant, j’aurai alors moi-aussi contribué à faire avancer la cause.

    Mourad

    http://www.lejsd.com/content/paroles-paroles-encore-des-mots-rien-que-des-mots

    3

    0
  26. Mourad dit :

    J’ai appris que les expulsés de Paris VI ont rejoint Paris VIII la nuit dernière. Combien de migrants à P8 aujourd’hui ? Combien de militants ?
    Pour approcher les salles occupées, il faut désormais un ausweis du Soviet en chef.

    On va se lancer tout de même dans un petit calcul. Le Soviet Suprem annonce qu’il a un besoin de 10 kilos de sucre par jour. Un morceau de sucre pèse 5 grammes. Nous allons prendre pour hypothèse qu’un occupant consomme 10 morceaux de sucre par jour soit 50 grammes par jour.
    Cela fait : 10.000 grammes / 50 grammes = 200 personnes
    J’espère que mon calcul est faux et qu’il ne s’agit que d’un trafic de sucre … parce que 200 personnes çà craindrait !

    Source twitter :
    Les Exilé.e.s Occupent P8‏ @ExileesOccupP8 · il y a 15 heures
    On tourne a à peu près 10kg de sucre par jour, besoin de sucre! Et la nouvelle liste des besoins ici! Aussi toujours besoin de soutien humain sur place, de relai des tâches.. Venez participer à la lutte et ses tâches quotidiennes au bâtiment

    2

    0
  27. Lecteur du "Parisien" dit :

    « Saint-Denis : les sans-papiers de l’université dans l’impasse »
    « Le Parisien » 5 mars 2018, 20h34

    Extraits :
    « Quelques dizaines d’étudiants et de migrants occupent l’université Paris 8 depuis plus d’un mois. Ils exigent des papiers pour tous les occupants, réclamant pour ce faire l’appui de la présidence de l’université.  » (…)
    « Face à la difficulté d’être régularisés et la peur d’être reconduits dans leurs pays, les habitants du squat tentent de faire pression sur l’université. Ils exigent l’appui de la présidence pour faire un dépôt collectif à la préfecture. La direction, elle, tente de calmer le jeu : « Tout le monde sait qu’il n’est pas dans les pouvoirs d’une présidence d’université d’obtenir des titres de séjour. Nous soutiendrons la démarche. Mais il est dangereux de persuader les migrants et les migrantes que Paris 8 peut obtenir une régularisation auprès de la préfecture hors du cadre de la loi. » Même si certains militants gardent l’espoir de régulariser tous les exilés, l’occupation semble être dans une impasse. »

    http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/saint-denis-les-sans-papiers-de-l-universite-dans-l-impasse-05-03-2018-7592235.php

    0

    0
  28. Dame Catule dit :

    Alors quel’occupation des locaux de Paris 8 s’enlise, il est nécessaire de rappeler les questions que posent le « collectif » qui organise cette occupation.
    Le communiqué publié le 24 février par le syndicat SGEN de l’université Paris 8 donne des informations sur l’attitude de ce collectif et s’interroge sur ses véritables objectifs :

    « Le collectif a demandé que la présidente de Paris 8 intervienne auprès de l’OFPRA pour appuyer des demandes de papiers à l’attention des migrants. Il ne lui a cependant pas donné le dossier des personnes concernées.
    Pourquoi ?
    Ce collectif veut-il vraiment que les migrants obtiennent des papiers ?
    Par ailleurs, la présidente et son équipe ont contacté de nombreuses associations humanitaires dont Emmaüs, qui avait accepté de venir en aide aux migrants. Là encore, énième refus de la part du collectif. »

    https://creteil.sgen-cfdt.fr/actu/migrants-et-universite-paris-8/

    4

    0
    • Mourad dit :

      C’est ce que j’ai écrit hier sur le JSD pour répondre à Abdel (sur un tout autre sujet d’ailleurs) :

      Il y a d’un côté de braves gens de la cité Allende qui viennent faire leur B.A. même quand il fait moins 7 … et de l’autre des récupérateurs qui viennent faire « le révolution »en utilisant le prétexte « migrants ».

      3

      0
  29. Dame Catule dit :

    La Présidence de Paris 8 a informé l’ensemble du personnel de l’université de la situation créée par l’occupation des locaux.
    La situation devient de plus en plus scandaleuse :
    – le comité de soutien qui encadre les migrants les empêche d’avoir tout contact avec des associations d’aide,
    – les valeurs fondamentales et les lois de la République sont bafouées avec l’affichage du racisme et de l’antisémitisme,
    – la présidence elle-même semble prête à renoncer à toutes les règles des inscriptions universitaires pour tenter de satisfaire les occupants.

    Extraits de la Lettre de la Présidence de paris 8 :
    Objet: [allp8] Points – occupation
    Date: 9 mars 2018 à 20:31
    « Nous avons reçu une délégation composée d’exilé.e.s accompagné.e.s de quatre de leurs soutiens, dont un traducteur, lundi 5 mars au matin pour faire le point sur la situation. Nous leur avons fait part de notre déception devant le refus d’intervenir de certaines associations que nous avions reçues et s’étaient pourtant engagées à aider les migrants. Cette décision fait suite à leur visite de l’espace occupé et aux discussions avec les soutiens. »
    « Nous avons soumis à la délégation un certain nombre de propositions relevant du périmètre de notre université. En fonction de leur parcours scolaire et universitaire, nous avons proposé d’étudier l’accueil, à la rentrée prochaine, d’un certain nombre de demandeurs.euses d’asile, au sein du DU réfugiés ou de les inscrire dans les formations correspondant à leurs diplômes pour ce qui est des étudiant.e.s francophones. » (…)
    « Nous déplorons que des insultes s’affichent, toujours plus nombreuses au fil des jours, sur les murs de plusieurs composantes du bâtiment A. Le caractère raciste et antisémite d’un certain nombre d’entre elles est révoltant. Nous condamnons avec la plus grande fermeté ce type de comportement qui vise à cliver la communauté en niant les valeurs fondamentales de notre université-monde. »

    8

    0
  30. Dame Catule dit :

    Les photos des graffitis racistes en annexe de la Lettre du 9 mars de la Présidence de Paris 8 :

    1

    0
  31. Dame Catule dit :

    Ou encore :

    0

    1
  32. Mourad dit :

    Je ne sais pas si la Présidente est influencée par Gabriel Garcia Marquez ou par Cervantes mais elle a visiblement un souci avec le vocabulaire français !

    Face à des vandales nazillons, on ne doit pas « être déçus », mais scandalisés, outrés, choqués … la langue française est suffisamment riche en verbes …

    Pour info, ces vandales nazillons ont viré manu-militari des assos comme Emmaüs Solidarités ou Utopia, assos qui ont fait leur preuve d’efficacité notamment à Paris. Par contre aujourd’hui, ils reçoivent d’autres nazillons italiens.

    Pour ceux qui continuent (et ils ont raison) d’apporter leur aide : uniquement des denrées ou des vêtements … surtout pas d’argent en espèces ou des virements … aucune confiance …

    4

    0
  33. Thierry P. dit :

    Tout cela est honteux … pire que le PIR. C’est du fascisme pur.

    3

    0
  34. Lecteur du "Figaro" dit :

    Extraits de l’article du « Figaro » du 21 mars 2018 :

    « Depuis un mois et demi, un collectif d’extrême gauche s’est installé avec une centaine de migrants dans des locaux universitaires situés à Saint-Denis. Depuis, des tags anti-France, anti-blancs et homophobes fleurissent sur les murs de la Faculté. L’Université a annoncé qu’elle portait plainte.
    «Français = PD», «Femmes, voilez-vous!», «AntiFrance vaincra», «Mort aux blancs», «Beau comme une voiture de police qui brûle», «Kill Cops (au pluriel)», etc. Les murs du bâtiment A de l’Université Paris-8 sont devenus, depuis le 30 janvier, le lieu d’expression d’une violence extrême contre les «blancs», la France, les policiers, Israël et les homosexuels. Situés à Saint-Denis, les locaux de l’Université Paris-8, historiquement marquée à gauche, ont été investis par un collectif d’extrême gauche et des migrants, qui les occupent depuis un mois et demi. Contactée par Le Figaro, l’Université «condamne avec la plus grande fermeté les tags trouvés sur les murs le 8 mars» et annonce qu’elle va porter plainte.
    «Mon exaspération devient profonde», explique au Figaro une enseignant-chercheur qui souhaite garder l’anonymat. «Certains de mes collègues ont reçu des menaces de mort», explique-t-elle. » (…)

    « L’université propose également, depuis plusieurs semaines, au collectif de s’installer dans un grand amphithéâtre, avec un réfectoire, des communs et des douches (500 m2 au total), pour libérer le bâtiment A et permettre la reprise des enseignements.
    Mais le collectif oppose à l’Université un refus catégorique. Des dégradations ont été perpétrées. Les «occupants» ont cassé des cadenas et les ont remplacés par d’autres, dont eux seuls ont la clé. Ils ont encore endommagé des installations électriques en se branchant directement sur les relais, ont enfoncé des portes coupe-feu. « (…)

    « L’enseignant-chercheur contactée par Le Figaro estime que «le collectif d’extrême gauche instrumentalise les migrants». «On se rend compte que les migrants sont disposés à accepter les propositions de l’Université, mais les militants les bloquent», précise-t-elle. L’universitaire, qui regrette le silence total de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, ne cache pas son désarroi face à la crise: «Avec le blocage du bâtiment A, on empêche des étudiants précaires d’étudier. Pour la plupart, ils viennent de milieux modestes, leur diplôme est leur seule chance d’ascension sociale.» »

    5

    0
    • Mourad dit :

      Tout ce que le Figaro décrit date au moins de 2 ou 3 semaines … Depuis les nazillons d’ultra gauche interdisent l’accès au Bâtiment A. Impossible de savoir ce qui s’y passe sauf à prendre des risques avec une caméra cachée …

      6

      0
  35. Mourad dit :

    Version Libération :
    http://www.liberation.fr/france/2018/03/21/migrants-a-paris-viii-l-occupation-trouve-son-rythme_1637873?xtor=rss-450

    … où l’on apprend que les nazillons négocient avec la Présidence de Paris VIII une régularisation collective et non une régularisation nominative comme si la Présidente avait ce pouvoir et comme si c’était possible !

    Sinon les photos donnent une petite idée des dégradations. Pour info, tous les accès du périmètre Avenue Lénine / Avenue Stalingrad / Rue de la Liberté / Lycée Bartholdi ont été complètement « privatisés » par les nazillons …

    7

    0
  36. Gabriella dit :

    Publié le 22/03/2018 La Licra dénonce le racisme à Paris 8
    Suite à la plainte annoncé par l’Université pour des poursuites judiciaires, la Licra s’y associera et veillera à ce que la justice sanctionne les auteurs.

    5

    1
  37. Mourad dit :

    Alors que les agressions physiques se multiplient contre des profs et contre des étudiants, alors que l’on entend régulièrement des hurlements provenir du bâtiment A sans en connaître les causes, alors que les nazillons d’ultra gauche sèment la terreur dans le campus … le 6 Avril 2018, le collectif « Urgence Notre Police Assassine » organise une conférence sur « les violences policières » … la Présidence aurait accepté.

    7

    0
  38. Rita dit :

    Quel rôle manipulatoire ont précisément joué dans cette affaire les néo-identitaires Bally Bagayoko et Madjid Messaoudene ?
    J’ai vu passer au début sur ce site une photo de BB dans les couloirs de Paris 8 arguant de son soutien à cette attaque en règle d’un lieu aussi républicain et universaliste qu’est une université française.

    7

    0
    • Mourad dit :

      Pour le 1er nommé (B.B.), sur son compte Facebook, il se désolidarise des tags « anti-blancs » ; Il est vrai qu’on ne l’a plus revu sur le campus depuis le tout début de l’occupation (à vérifier). Quant à M.Messaoudene, il a encore signé récemment une pétition de soutien aux nazillons d’ultra gauche mais lui est définitivement irrécupérable.

      Ceci étant précisé, je ne cesse de le répéter mais cela me parait indispensable, il faut dissocier les migrants qui méritent un accueil à la hauteur de la tradition française … des nazillons qui ne sont là que pour exploiter politiquement leur détresse.

      5

      0
  39. Gabriella dit :

    On attend que les personnes qui sont en responsabilité, élus, éducateurs à la tête d’associations soient conscients que cette violence exprimée qui désigne l’autre comme bouc émissaire, devient « une drogue humaine » et se mobilisent , élaborent des solutions plutôt que de servir leur propre idéologie.

    0

    0
  40. La Plaine dit :

    Et s’il n’y avait vraiment pas de solutions pour les clandestins qui occupent la fac ?

    Les gens qui les protègent sont plein de générosité et de bons principes, mais tout cela financé avec les impôts. C’est-à-dire l’argent des autres, de la collectivité : logements sociaux, aides de la CAF, aides pour les transports en commun, aides des associations caritatives (resto du coeur, secours populaire,…), scolarisation adaptée pour les allophones, CMU, etc.

    L’intégration de gens étrangers peu qualifiés a aussi des conséquences sur notre vie quotidienne.
    Les consommateurs trouvent ça formidable de se faire transporter à pas cher par Uber, de se faire livrer quasi gratos par Deliveroo, d’avoir une belle cuisine équipée pour trois fois rien, un logement neuf à prix abordable, un immeuble nettoyé grâce à un contrat à prix compétitif, une livraison Amazon en 24h pour pas un rond, etc.
    La vérité c’est que derrière tout ça, ce sont souvent des immigrés sans qualification à qui ont a donné des papiers. Ils sont bon pour être exploités par des gens généreux comme nous. Mais un peu regardant sur les économies que l’on peut faire.

    Alors oui, accueillons dignement ! Mais ne nous plaignons plus des malfaçons dans le bâtiment, des colis qui n’arrivent pas à destination, du ménage qui est mal fait, de la cuisine équipée qui est montée n’importe comment, des 80% de logements sociaux dans certaines villes, de la fonction publique qui n’est plus financée, etc.

    Je ne commente même pas les problèmes de trafic de drogue (cf. Gare du Nord), de harcèlement de rue, de délinquance quotidienne, d’antisémitisme. Je ferai un roman.

    Tant qu’on ne changera pas de point de vue sur « l’accueil » des étrangers, il y aura toujours un maire de Saint-Denis qui s’en prendra plein la gueule parce qu’il essaye de gérer une situation ingérable.
    Nous chérissons une cause (l’intégration « digne » des réfugiés).
    Mais nous poussons des cris quand nous en voyons les conséquences.

    C’est un peu long, je ne sais pas si c’est clair. Mais j’ai tenté d’exprimer mon point de vue.
    J’espère que d’autres personnes le partage.

    3

    4
  41. Mourad dit :

    @La Plaine – On ne peut pas appeler cela des « clandestins » mais des demandeurs d’asile (du moins pour ceux qui occupent Paris VIII).

    L’Union Européenne a fixé des règles à travers ce qui est appelé  » les règlements de Dublin » ; En substance, ce qui a été adopté c’est que chaque demandeur d’asile doit obligatoirement s’inscrire dans le premier pays de la zone Européenne, (zone élargie à la Turquie) et doit formuler le choix de son pays d’adoption finale.

    Concrètement, aucun demandeur d’asile sur le sol français est arrivé directement en France ; ils sont arrivés via la Turquie ou la Grèce ou l’Italie ou l’Espagne. Tous ces pays sont indemnisés par l’Union Européenne.

    Sur le papier, tout semble cohérant sauf qu’aucun demandeur d’asile attend patiemment sa régularisation dans le 1er pays où il est arrivé.

    Voilà la situation administrative. La France s’est fixée un quota de demandeurs d’asile : entre 10 et 20.000 réfugiés par an ce qui me semble être un chiffre raisonnable. et acceptable par tous.

    Concernant les occupants de Paris VIII, « administrativement » ils devraient être reconduits dans le 1er pays de l’Union Européenne d’où ils sont arrivés.

    Pour le moment, ils ne coutent rien à la société puisque que pris en charge par les associations ou par les aides individuelles .

    Pour me rendre souvent Porte de la Chapelle ou le long du canal Saint Denis pour remplir mon « haddith » (B.A. bonne action pour les chrétiens), je trouve que les conditions de survie de ces refugiés sont indignes de la France.

    Je suis surtout en colère contre les municipalités qui sont en pointe dans la parlotte mais inactives dans les faits. Ca critique la Mairie de Paris mais que font les autres municipalités d’IDF … rien.

    0

    1
  42. Gabriella dit :

    @La Plaine,
    Quand on dit que l’on ne peut pas accueillir toute la misère du monde parce qu’en France il y a beaucoup de pauvres, ne peut-on pas faire appel aux citoyens qui ont été des réfugiés eux-mêmes (et à tous ceux qui le souhaiteraient ) et seraient disposés à aider financièrement ces demandeurs d’asile par autre chose que des dons comme une sorte d’impôt supplémentaire, collectés par les communes , pragmatiquement parlant cela serait utopique et infaisable?

    0

    0
  43. Dame Catule dit :

    Le problème pour l’université Paris 8 n’est pas la situation des migrants (qu’ils soient réfugiés ou non) car cela ne dépend certainement pas de l’université !
    En attendant, de nombreux cours sont annulés ou ne peuvent pas se dérouler de façon normale, le bâtiment A se transforme progressivement en bidonville (ce qui nécessitera des investissements lourds pour le remettre en état), le climat de violence (agressions d’enseignants, menaces de morts, inscriptions racistes,…) devient intenable. Autant dire que l’année universitaire est déjà fortement compromise et la réputation de Paris 8, déjà fragile, est définitivement négative.
    Pour les enseignants-chercheurs, il ne reste plus qu’à se mettre à l’écart, éviter le plus possible de venir sur place ou chercher un poste dans une autre université (sauf évidemment pour la minorité qui soutiennent et entretiennent ce chaos). Il n’ y a plus rien à espérer de Paris 8 qui n’a plus grand chose à voir avec une université.
    Et pour les étudiants qui veulent faire des études, obtenir un diplôme qui représente une réelle formation, il n’y a plus qu’une seule solution : partir de Paris 8 le plus tôt possible ! Allez vous inscrire ailleurs , transférez vos dossiers dans d’autres universités, faites une année à l’étranger et ne revenez que pour suivre une formation dans d’autres lieux ! Il faut arrêter de mentir aux étudiants. Malgré les efforts de nombreux enseignants et personnels de l’université, Paris 8 est devenu un bateau ivre qui ne vous permettra pas d’obtenir la formation nécessaire pour votre avenir.

    9

    0
  44. Dame Catule dit :

    « Le Parisien » ne se mouille surtout pas et le « JSD » n’en parlera jamais évidemment !… De quoi ? De l’état des dégradations que subissent les locaux de Paris 8 avec cette occupation qui dure depuis des semaines.
    Alors pour avoir une idée de la situation à Paris 8, voici des extraits d’un article du journal régional « La Dépêche » sur l’occupation des locaux de l’université du Mirail – Jean-Jaurès de Toulouse :

    « Photomaton et distributeurs saccagés, ordinateurs volés à l’université Jean-Jaurès de Toulouse »
    « La Dépêche » le 30 mars 2018
    L’occupation de l’université Jean-Jaurès de Toulouse par les étudiants et personnels grévistes ulcère de plus en plus ceux qui y travaillent. Notamment lorsqu’ils voient les dégradations à l’intérieur des bâtiments. (…) Un employé qui souhaite garder l’anonymat a envoyé à « La Dépêche du Midi » des photos des dégradations. On y voit un photomaton et des distributeurs de boissons, friandises et sandwiches cassés et pillés.  » (…)

    Hormis le photomaton et les distributeurs saccagés, l’homme nous raconte que plusieurs salles et bureaux ont été « visités » et du matériel informatique volé. Des papiers administratifs ont également été détruits. Selon lui, le quatrième étage de l’arche est entièrement squatté par les occupants.
    « Il y a des matelas partout, des chiens, du linge qui pend,… et l’odeur est insupportable », raconte-t-il. « Ça me touche vraiment, affirme l’employé de la fac. Nous avions un établissement neuf et très joli. J’en suis malade ! » Cette semaine, l’université avait chiffré à plus de 200 000 € le coût des tables et des chaises utilisés pour bloquer les bâtiments. (…)

    https://www.ladepeche.fr/article/2018/03/30/2770499-photomaton-distributeurs-saccages-ordinateurs-voles-universite-jean-jaures-toulouse.html#xtor=%5B%5BDDM-PRINCIPAL

    3

    0
  45. Mourad dit :

    Pour Paris VIII, je suis à peu près certain que le coût global de remise en état des locaux + rachat du matériel pédagogique dépassera très largement le million d’euros, sûrement beaucoup, beaucoup plus.

    3

    0
  46. Suger dit :

    Va-t-on enfin voir se terminer l’occupation des locaux de Paris 8, c’est ce que laisse entendre un article du « Parisien » sur son site ce soir. Mais des irréductibles semblent vouloir toujours poursuivre cette occupation, qui pourtant n’offre aucune solution aux problèmes de ces migrants qu’ils prétendent défendre.

    « Le Parisien » 01 avril 2018, 17h26
    « Saint-Denis : le destin des sans-papiers de l’université en suspens »

    Extraits :
    « Les vacances pourraient faire vider les lieux aux exilés et aux étudiants qui occupent Paris-8 depuis 2 mois.
    A trois semaines de la fermeture de l’université Paris-8 pour les vacances, les occupants du bâtiment A se posent quelques questions. Mêmes si, après deux mois d’existence, l’occupation fait désormais partie de la vie quotidienne de l’université.
    Pourtant, la fermeture de Paris-8, le 21 avril, pourrait y mettre fin : « Cela paraît très compliqué que les occupants puissent rester alors que l’université ferme », souligne la présidence qui semble marcher sur des œufs. »(…)
    « Mais rien n’a encore été décidé. « Tout est très flou. Personne ne sait ce qui va se passer le 21 avril. L’occupation est menacée certes, mais je n’ai pas peur. Nous sommes une centaine ici et nous sommes bien installés », confie Farida*, une étudiante qui fait partie du squat. »(…) « Eric Fassin, professeur de sociologie à Paris-8 et soutien de l’occupation, précise : « L’évacuation policière n’est pas une solution : comment notre université pourrait-elle trahir ses valeurs au moment même de fêter le cinquantenaire de sa création ? Ce serait contraire à son intérêt, en même temps qu’à ses principes fondamentaux. » »(…)

    http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/saint-denis-le-destin-des-sans-papiers-de-l-universite-en-suspens-01-04-2018-7640985.php

    4

    0
    • Mourad dit :

      Les mêmes qui discourent sur le « manque de moyens » des universités … applaudissent aux saccages des outils pédagogiques de ces mêmes universités … Cela ne les empêchent pas de parler de « valeurs ». Ils confondent « valeurs » et « idéologie ».

      … Tiens cela ferait un bon sujet de philo, valeurs et idéologie.

      3

      0
  47. Olympe dit :

    Et pour l’anecdote, savez-vous ce qui était prévu au planning des occupants de Tolbiac (Paris 1) mardi dernier ? Un «Point exilé.es P8» sur l’occupation de Paris 8 donc , juste avant une réunion de «prise de parole en non-mixité (sans mecs cis)» [cis = cisgenre] (mais pas de précision pour les transgenres…) et le soir un ciné-débat sur le Vénézuela !…
    Tout ceci pourrait être au choix comique ou pathétique, mais cela devient inquiétant quand on apprend que le local de l’UEJF (Union des Etudiants Juifs de France) de Tolbiac a été saccagé et couverts d’inscriptions « antisionistes » et antisémites, rappelant étrangement ce les inscriptions qu’on a pu constater à Paris 8 et qui a amené la présidence à porter plainte.

    4

    0
  48. Mourad dit :

    AG de ce jour à 12 heures à Paris VIII – Amphi du Bâtiment B2 occupé – 150 personnes maxi vont décider pour 20.000.

    Je vous laisse apprécier dégradations et la teneur des tags :
    https://pbs.twimg.com/media/DZ7tu0RW0AA9dW8.jpg

    4

    0
    • Gaspard dit :

      Je suis vraiment très choqué par le « un bon flic est un flic mort ». La bêtise et le manque de réflexion de ces gens ! Il me semble que les syndicats étudiants engendraient des talents autrement intéressants, il y a quelques décennies…

      1

      0
  49. Mourad dit :

    Résultats de cette AG très démocratique à main levée sans décompte.

    1- Banalisation des cours (en langage normal cela veut dire qu’il n’y a plus de cours jusqu’à nouvel ordre)
    2- Blocus TOTAL
    3- Nouvelle AG vendredi

    2

    0
  50. Mourad dit :

    D’autres photos de Paris VIII

    Amphi B2 – Hier 12 heures – autre angle
    Terrasse du Bâtiment A
    Mur Bâtiment donnant sur Avenue Lénine

    https://pbs.twimg.com/media/DZ_y25SWAAA3yl4.jpg
    https://pbs.twimg.com/media/DZ_y4CxWsAUp9Wn.jpg
    https://pbs.twimg.com/media/DZ_y3YaXcAEaNkD.jpg

    2

    0
  51. Mourad dit :

    Cela fait maintenant plus de 24 heures que cet amphi B2 a été saccagé et informations et photos ont bien circulé. Pour info, cet amphi a été complétement rénové et modernisé l’été dernier (2017 – sûrement plusieurs centaines de milliers d’euros)

    J’attends toujours les réactions de la Présidence de Paris VIII, du Rectorat, des élus de Saint-Denis et départementaux, du Ministre de l’Education Nationale …

    Autre point pour ceux qui ont émis un vœu Parcoursup Paris VIII : pas d’affolement … à vrai dire il n’y a rien de nouveau ou d’extraordinaire ; si vous avez choisi une bonne UFR (les mauvaises tout le monde les connait) je vous garantis que vous serez accompagnés par d’excellents professeurs qui vous expliqueront comment contourner (au sens propre) tous les obstacles.

    2

    0
    • Bill dit :

      Vous faites bien de rassurer un peu les étudiants parce que vu de loin, ça donne juste envie de fuir. Ces professeurs soucieux de leurs étudiants et parcours doivent être bien malheureux de l’image donnée par leur université…

      3

      0
      • Mourad dit :

        J’ai oublié de préciser que Laurent RUSSIER est membre du Conseil d’Administration de Paris VIII et qu’ à ce titre, il est en droit de demander des explications (voire même demander à la Présidente de convoquer un C.A. extra-ordinaire).

        Pour le reste Bill, oui il faut rassurer c’est pour cela que j’ai posté mon message à deux endroits. Je l’ai déjà écrit, à Paris VIII on peut très bien vivre « à côté », il suffit de ne pas tourner la tête ou de faire de petits détours.

        3

        0
    • Suger dit :

      Vu de près, cela donne aussi envie de fuir !…
      Je comprends que ceux qui travaillent à Paris 8, qui pour la plupart gèrent ou enseignent le mieux possible, défendent leur université. Mais au point où nous en sommes arrivés, les étudiants, leurs familles doivent savoir que les conditions d’études, le niveau des enseignements de premier cycle, la réputation des diplômes de Paris 8, ne sont pas ceux qu’ils peuvent espérer dans un établissement d’enseignement supérieur.
      Combien de parents à Saint-Denis, dans le 93 en général, s’ils le peuvent, contournent les écoles et collèges de l’enseignement public et certains lycées publics du secteur pour aller vers des établissement privés ou des établissements publics parisiens ! Or, avec « Parcoursup », la sectorisation n’est plus la règle pour les premiers cycles universitaires, et donc il vaut mieux conseiller aux bacheliers de se tourner soit vers d’autres formations (BTS, IUT, Classes prépas) soit vers d’autres universités.
      Les familles informées (cadres, enseignants) font ces choix. Il n’y a aucune raison de ne pas faire le même choix pour un bachelier motivé et travailleur, d’une famille moins favorisée.

      2

      0
      • Mourad dit :

        Je peux difficilement vous donner tort Suger … pour mes deux filles, j’ai « contourné ».
        Pour le reste, je maintiens que certaines UFR de Paris VIII valent certaines UFR d’autres universités plus « prestigieuses » sur le papier … Bien entendu, je suis conscient que Paris VIII sur un CV cela ne vaut pas Assas mais on me fera jamais croire qu’à Assas le tirage aux sorts n’est pas téléguidé … comme ailleurs.
        Tout ceci est une vaste fumisterie y compris la réforme de Mme VIDAL. Le souci c’est qu’un pourcentage important d’étudiants qui s’inscrivent en faculté n’ont tout simplement pas le niveau … c’est aussi bête que çà.

        1

        0
  52. Suger dit :

    C’est bien l’intérêt de la réforme actuelle de l’accès à l’université car la sélection avec un barrage à l’entrée de l’université n’est pas souhaitable. Il faut favoriser l’élévation du niveau de formation des jeunes, et pour les bacheliers suivre des études supérieures est un bon choix individuel.
    Pour les meilleurs élèves des lycées, la voie est déjà toute tracée : ce seront effectivement des formations sélectives à l’entrée (BTS, IUT, Classes préparatoires aux grandes écoles, Ecoles post-bacs). Ces formations rassemblent d’ailleurs déjà plus de 50% des étudiants.
    Et pour les autres, bons élèves ou moins bons, l’université peut les accueillir avec des chances raisonnables de succès (car les plus de 80% d’échecs actuels en premier cycle sont totalement déraisonnables, d’abord pour ces jeunes mais aussi pour les gaspillages de moyens que cela représente). Mais cela suppose une orientation vers les filières où ces bacheliers selon leur niveau scolaire peuvent réussir, avec éventuellement une mise à niveau préalable. C’est ce que permet de mettre en place la réforme actuelle.
    C’est de toutes façons la dernière chance de maintenir une Universités digne de ce nom ouverte à tous. Sinon, la tendance qui s’affirme depuis des années s’amplifiera avec l’extension des écoles supérieures privées et la multiplication des formations sélectives au sein d’universités ou le passage à un statut de grandes écoles de certaines universités (comme l’a fait l’Université Dauphine), avec des frais d’inscription bien plus élevés…

    3

    0
    • Mourad dit :

      Ce que je reproche à la réforme c’est comme souvent de ne pas énoncer les choses clairement : le bac ne peut plus être le sésame universel pour le supérieur. Certains étudiants ont besoin à minima d’une année de mise à niveau, d’autres ont atteint leur limite … On peut me jeter des tomates pour mes affirmations mais j’en démords pas tellement que c’est une évidence pour celui ou celle qui le vit en live intégral comme moi.

      Sinon, j’ai eu une explication d’un membre du « directoire » de Paris VIII —  » Le saccage de B2″ est une provocation ; il ne faut pas ndre à cette provocation … »ils » n’attendent que çà » . SIC

      Il faudra chiffrer qu’en même combien coûte « la provocation ».

      3

      0
  53. Mourad dit :

    AG de ce jour – Blocus reconduit jusqu’à Mardi prochain ( 470 pour / 94 contre ).

    0

    0
  54. Dame Catule dit :

    Cela ne concerne pas que Paris 8 Saint-Denis, mais cette chronique de Raphaël Enthoven sur Europe 1 est éclairante sur l’état d’esprit de la minorité qui vote dans des AG le blocage de l’université :

    «  » 10 améliorable  » : sous ce nom marrant figure l’une des demandes les plus improbables des étudiants grévistes, qui est apparue un peu partout (à Toulouse, à Bordeaux, à Tolbiac…), et qui consiste à se voir garantie, quelle que soit la copie rendue, la note minimale de 10 /20 aux partiels de fin d’année…
    Dans Bananas de Woody Allen, le Général Vargas (une sorte de Fidel Castro de l’état fictif de San Marcos) décrête, le jour de sa prise de pouvoir que, désormais, sous son gouvernement, tous les enfants de moins de 16 ans… auront 16 ans (les citoyens + âgés pouvant, eux, garder l’âge qu’ils ont) ! Eh bien, le  » 10 améliorable « , c’est exactement le même délire. Si vous avez plus de 10/20, vous gardez votre note, mais si vous avez moins de 10… en fait, vous avez 10 ! Il suffisait d’y penser. On devrait d’ailleurs étendre ce dispositif à toute forme d’examen : si vous passez le permis de conduire, par ex, et que vous n’avez pas eu le temps de réviser le code, pas de problème ! Tous ceux qui auront moins de 35 bonnes réponses auront les 35 bonnes réponses ! C’est merveilleux… On s’est longtemps moqué des anciens soixante-huitards embourgeoisés, et qui n’ont plus qu’une seule crainte désormais, c’est qu’on raye leur bagnole… Mais, au moins, les soixante-huitards ont 50 ans de plus qu’eux-mêmes ! Qu’un individu mette un demi-siècle pour devenir un croûton, c’est excusable.
    Dans le cas des étudiants grévistes, il n’y a aucun délai entre la révolte et l’embourgeoisement. La contestation du système est aussitôt assortie de la demande faite au système de garantir, par la notation, à celui qui le conteste les moyens de l’intégrer. On veut bien tout casser et pendre le dernier flic avec les tripes du dernier député… mais à condition d’obtenir nos diplômes et un emploi ! »
    Raphaël Enthoven (09/04/18)

    La chronique complète est ici :
    http://www.europe1.fr/emissions/le-fin-mot-de-linfo/luniversite-nest-pas-votre-maman-3621662

    3

    0
  55. albert dit :

    c’est depuis longtemps le cas : quand une note inférieure à 10 est éliminatoire, que ce soient 0.5, 5,00 ou 9.5 le résultat est le même pour l’élève…..

    0

    0
    • Dame Catule dit :

      Pouvez-vous donner des exemples ? Il est rare que la note éliminatoire dans les examens universitaires se situe à 10/20, c’est généralement bien moins.

      2

      0
  56. Mourad dit :

    A Paris VIII, il n’y a pas de notes éliminatoires (même si certaines sont « irrattrapables »). Il y a comme dans les autres universités la possibilité de compensation inter semestres sur une année et de rattrapages … pour ceux que cela intéressent –> voir sur Google –> trop long à expliquer.

    Sinon, le saccage continu : plusieurs locaux d’associations ont été dévastés et le matériel volé. L’association BDE Well Com a tout perdu.

    … Dire que la revendication de ces nazillons d’ultra gauche c’est une l’obtention d’une « faculté autogérée » …

    4

    0
    • Bill dit :

      c’est vraiment lamentable de voir cette dérive. Les milliers d’étudiants de Paris 8 non lobotomisés doivent être sidérés de voir comme ils sont quantité négligeable dans cette université, leurs études n’ont aucune importance aux yeux des activistes voire de la direction. Et ne parlons pas de ce que cela va nous couter pour réparer, tout en subissant les discours « notre fac est abandonnée, regardez dans quel état elle est ».

      3

      0
      • mourad dit :

        C est exactement cela … et la Présidence continue à insister pour que les enseignants et le personnel fassent la promotion du campus !!! C ‘est plus qu’un sacerdoce …

        Voilà le communiqué de l’Association dans son Facebook :

        https://www.facebook.com/wellcombde/photos/pb.592583807470854.-2207520000.1523351338./1861749157220973/?type=3&theater

        2

        0
        • Bill dit :

          je lis dans le jsd, l’article sur le blocus

          Une enseignante en histoire qui se dit « piégée par cette loi, imposée aux étudiants comme aux professeurs » tient à mettre en garde l’assistance quant au mode d’action choisi. Pour elle on peut « se mobiliser contre la loi et étudier en même temps. » Et de rappeler au passage qu’avec Parcours sup « les demandes d’inscriptions à Paris 8 ont dramatiquement chuté. Les lycéens pensent que leur salut va passer par des grandes universités. In fine c’est le rectorat qui désignera les étudiants de Paris 8 et nous serons ghettoïsés. »

          Oui effectivement, Paris 8 n’a pas la côte, d’ailleurs, les commentaires d’articles évoquant la situation à Paris 8 sont terribles pour les étudiants et la qualité de l’enseignement.

          3

          0
  57. Suger dit :

    Pour l’Université Paris 8, la fin de l’année est totalement compromise et l’avenir est très sombre.
    Comme le rapporte l’article du JSD la direction de l’université a énoncé les conséquences du blocage :
    « Non organisation des examens et de toute procédure de contrôle de connaissance. Non signature des conventions de stages des étudiants. Non-paiement des bourses et aides. »
    Et la Présidence, avec raison, invite ses personnels à ne pas se rendre sur le campus jusqu’au rétablissement des conditions normales de travail et de sécurité pour les salariés de Paris 8.

    Quant à l’avenir, il est de plus en plus évident que les demandes d’inscription à Paris ne peuvent plus provenir que de bacheliers et d’étudiants totalement ignorants de ce qui se passe à Paris 8 depuis des mois, ou alors ce seront des inscriptions purement administratives de gens qui n’ont nullement l’intention de suivre des cours et de faire des études… Il faudra aussi trouver les financements pour remettre en état les locaux de l’université et racheter le matériel dégradé ou volé.

    3

    0
  58. Mourad dit :

    L’ancienne Présidente de Paris VIII Danielle Tartakowsky a accordé une interview à Ouest France … N’ayant pas réussi à trouver un abonné, je n’ai pu lire cette interview dans sa longueur mais il parait très critique sur le blocus.

    Sinon, pour la 1ère fois depuis des années, certains profs anti-blocage ont clairement annoncé qu’ils allaient demander leur mutation si une action n’était pas menée dans l’urgence pour débloquer … Même position de chantage des pro-blocus en cas d’intervention des CRS.

    La présidence est maintenant prise entre deux feus.

    2

    0
  59. Suger dit :

    Voici un extrait de cet entretien de « Ouest-France » avec l’ancienne Présidente de Paris 8 (dont il faut rappeler qu’elle était membre du syndicat SNESup et adhérente du PCF) :

    Le printemps 2018 peut-il être comparable au printemps 1968 ? « Rien à voir », répond l’historienne, Danielle Tartakowsky, spécialiste de l’histoire du XXe siècle. Les blocages des universités aujourd’hui ne sont pas les « occupations » d’hier. La comparaison n’est même pas toujours appropriée tant la société a changé. » (…)
    – Mais les étudiants d’aujourd’hui ne sont pas ceux de 1968 ?
    « Pas du tout. En 1968, seuls 5 % des fils d’ouvriers sont étudiants. Il y a un sentiment d’injustice sociale dans l’accès à l’université. Aujourd’hui, cet accès s’est démocratisé même s’il reste encore à faire. Les étudiants sont beaucoup plus nombreux. Mais ils sont aussi très nombreux à connaître de grandes difficultés sociales. 50 % font des petits boulots pour étudier. Les problèmes sont différents. »
    – Et les « occupations » d’hier ne sont pas les blocages d’aujourd’hui…
    « Il n’y avait pas de « blocage » en 1968, mais des « occupations », ce qui n’est pas du tout la même chose. Un blocage est mené par une minorité, au risque de nuire à la fois aux études et à la mobilisation. L’occupation signifie que l’université est ouverte, en autorisant la rencontre dans un rapport au temps libéré. Elle peut créer le temps de la réflexion collective. (…) On n’est pas du tout dans des tensions entre grévistes et non-grévistes comme aujourd’hui. » (…)

    L’intégralité de l’entretien est accessible ici :
    https://www.ouest-france.fr/societe/entretien-le-mouvement-social-de-2018-n-est-pas-celui-de-1968-5673294

    5

    0
  60. Miou dit :

    J’interviens sur ce blog pour dire mon soutien aux étudiants qui dénoncent un système de sélection à l’entrée à l’université totalement inédit et qui ne répond pas de façon satisfaisante aux problèmes de l’APB ( admission post bac) de l’an dernier. L’état a voulu qu’au moins 80% d’une classe d’âge parvienne aux études supérieures mais tout d’un coup notre nouveau président et ses technocrates refuseront cet accès universitaire à certains. Enfin certains, les plus mal lotis, ceux des territoires en difficultés dont la Seine Saint Denis, ceux des cités, ceux des filières technologiques ou professionnelles. Alors une jeunesse peut être révoltée par ce qui l’attend. L’université de Saint Denis n’est pas la seule université bloquée. Je ne soutiens pas certains slogans anarchistes mais j’ai été bien davantage choquée par certaines agressions par des groupes identitaires d’extrême droite en me demandant si on était en 2018 ou en 1930. Quand à la réforme du bac (général) qui se profile, elle est également inquiétante car elle fait « disparaitre » des postes en sciences ( à moins que ce soit un bon moyen de gérer la pénurie de candidats aux postes d’enseignants?). Les établissements ne pourront pas tous donner le choix à leurs élèves sans une organisation dantesque. Un gouvernement et un président qui font beaucoup d’annonces mais quand on y regarde de plus près, ça craint! J’ai même été très surprise que Saint Denis, au vu de son histoire, ait suivi le mouvement et n’ait pas été une des toutes premières à dénoncer le système de sélection.

    1

    4
    • Suger dit :

      Il est étonnant que vous soyez aussi attachée à un système qui amenait 60% des inscrits en licence à l’échec ! Et les taux d’échec étaient encore plus élevés pour les bacheliers technologiques et les bacheliers professionnels (pour ces derniers les taux d’échec à l’université approchaient les 100% !).
      L’orientation permettra à chaque bachelier de mieux trouver sa voie dans l’enseignement supérieur avec des chances réelles de réussite aux examens et de formation qualifiante.
      Quant à la sélection, si elle n’est pas prévue pour les universités, sachez qu’elle existe déjà et que les filières sélectives (BTS, IUT, Classes préparatoires, Ecoles, etc…) concernent déjà plus de 50% des étudiants dans l’enseignement supérieur.

      6

      0
    • Mourad dit :

      Déjà, il y a toujours une sélection à l’Université … De mon temps, il fallait se lever de bonne heure pour s’inscrire avant les autres, aujourd’hui pour les plus mal lotis, il y a un « tirage au sort » (même si j’ai beaucoup de doutes sur l’organisation de ce tirage au sort dans certaines universités).

      Pour le reste, je suis prêt à vous suivre dans votre réflexion mais quelle est votre solution pour résoudre le taux d’échec à l’Université (voir contribution de Suger)? A vous lire, il semblerait que vous soyez pour le statu quo !

      Pour œuvrer en milieu universitaire depuis plus de 20 ans, je vais être plus brutal que Mme la Ministre VIDAL : certains bacheliers ont besoin au moins d’une année de « prépa », de  » mise à niveau » pour entrer à l’Université, d’autres me semblent avoir atteint leur limite.

      Ce que je reproche à la réforme ORE c’est qu’elle n’énonce pas clairement cette réalité.

      2

      0
    • Olivier dit :

      Soyons clairs sur les revendications !…

      2

      0
  61. Suger dit :

    Vers la fin du blocage de Paris 8 ?… Nous n’y sommes pas encore mais la situation évolue.
    Voici ce que rapporte un article sur le site du JSD ce soir :

     » « Bloquée de chez bloquée » depuis le 3 avril, l’Université Paris 8 devrait refonctionner partiellement à compter de ce jeudi 12 avril. Ainsi en a décidé l’assemblée générale, dont le rapport de force interne évolue en faveur des anti-blocus. A priori les filtrages à l’entrée du campus vont prendre fin. La Bibliothèque devrait donc rouvrir et les personnels administratifs pouvoir faire leur retour. Il faut dire que le climat s’était tendu ces derniers jours. « (…)
    « Par ailleurs un certain nombre de dégradations ont été constatées dans le campus à l’issue du week-end. Des faux plafonds ont été abîmés, du matériel cinématographique a été dérobé dans le bâtiment A , des fenêtres ont été fracturées dans le bâtiment D et le bureau des étudiants Infocom a été vandalisé. »(…)

    http://www.lejsd.com/content/blocage-assoupli

    3

    0
  62. Mourad dit :

    Communiqué de la Présidence

    Message du jeudi 12 avril 2018 à 12h

    Chères et chers collègues,

    Croyez bien que nous déplorons la situation dans laquelle se trouve actuellement plongée notre université et la souffrance qu’elle génère, tout particulièrement pour vous, personnels BIATSS, qui vous trouvez exclu.e.s de votre lieu de travail. C’est pourquoi nous souhaitons vous assurer, à toutes et tous, de notre dévouement et de notre soutien. Nous tenons à vous remercier chaleureusement de votre investissement sans failles dans le bon fonctionnement de notre université ainsi que de votre compréhension face aux difficultés auxquelles nous sommes confronté.e.s.

    Depuis plusieurs jours, nous travaillons à l’apaisement de notre communauté, touchée par les actes de violence perpétrés par un groupe de casseurs qui n’ont aucun respect pour le travail des personnels et des étudiant.e.s, autant d’actes qui n’ont rien à voir avec la mobilisation sociale en cours. Nous condamnons ces comportements avec la plus grande fermeté et la dégradation des conditions de travail de nos personnels.

    Nous devons aujourd’hui répondre à deux nécessités : tout d’abord, pourvoir le plus rapidement possible aux actes administratifs les plus urgents afin que nul ne soit lésé dans sa vie quotidienne ; ensuite, vous assurer les meilleures conditions matérielles et de sécurité de reprise d’activité. A cette fin, à l’issue de la consultation des instances, nous vous communiquerons vendredi après-midi, un calendrier de reprise du travail pour toutes et tous dès lundi matin.

    Bien cordialement,

    L’équipe présidentielle

    1

    0
  63. Suger dit :

    Ce qui s’est passé à Paul-Valery à Montpellier, ce qui se passe à Tolbiac ou à Paris 8 (dégradations, vols, insultes envers le personnel) montrent clairement que ce mouvement est incontrôlable et incontrôlé par ses « organisateurs » qui ont joué à mettre la pagaille et se retrouvent face au chaos au détriment des étudiants et des universités concernés. Les groupes politiques d’extrême-gauche croient encore pouvoir ainsi recruter des adhérents. FI, surtout, et PCF, un peu, après avoir couru derrière ce mouvement pour le récupérer commencent à se rendre compte que cela risque de mal finir et se demandent comment arrêter tout cela sans trop le dire…

    Info sur Paul-Valery à Montpellier : « Alors que des examens en ligne ont été annoncés à l’université Paul-Valéry de Montpellier (arts, lettres, langues, sciences humaines et sociales), la salle des serveurs de l’université a été « vandalisée par un groupe d’individus » mercredi, annonce le ministère.
     » http://www.lemonde.fr/universites/article/2018/04/11/a-la-fac-de-montpellier-des-serveurs-informatiques-vandalises-avant-les-examens-en-ligne_5284136_4468207.html#ZuodKk5ZfuYeDlif.99

    2

    0
  64. Mourad dit :

    Réouverture du Campus demain lundi 16 avril à 10 heures …

    1

    0
  65. Suger dit :

    En attendant la réouverture, on peut constater que le ridicule ne fait pas peur aux occupants de Paris 8 occupé…

    2

    0
  66. Olivier dit :

    Voila ce que l’on lit à propos de l’occupation de Tolbiac de la part du Président de Paris 1 dans « Le Monde » de ce 17 avril :

    Le président de Paris-I « consterné » par le « capharnaüm » du site de Tolbiac.
    Georges Haddad dénonce « la violence, la drogue, le sexe même » sur le site et « des bandits qui attendent le moment opportun pour dévaliser le centre » universitaire.
    http://www.lemonde.fr/campus/article/2018/04/17/le-president-de-paris-i-consterne-par-le-capharnaum-du-site-de-tolbiac_5286479_4401467.html#u8WG5tr8CPUAkdQT.99

    Pour Paris 8 on peut dire que les « bandits » n’ont pas attendu. C’est fait !…

    2

    0
    • Mourad dit :

      On peut s’apercevoir quand même que les Présidents qui ont laissé faire au tout début (Tolbiac/Paris VIII/Montpellier/Rennes etc…) payent par la suite leur laxisme … à méditer.

      1

      0
  67. Suger dit :

    Une quinzaine d’universités perturbées selon « Le Monde », avec des examens reportés ou délocalisés hors des bâtiments occupés, parfois avec des effectifs restreints (ainsi à Marseille, un bâtiment du site Saint-Charles de la faculté des sciences est toujours occupé par «une vingtaine d’étudiants», selon l’université…)
    Et à l’université de Paris-8-Saint-Denis toujours bloquée, aucune activité d’enseignement ou de recherche ne pouvaient se tenir. Le « comité de mobilisation des étudiants » appelle, par ailleurs, à la réunion de la prochaine « coordination nationale des étudiants » à Paris 8, ce samedi 21 avril à 16h jusqu’au dimanche 22 avril !

    http://www.lemonde.fr/campus/article/2018/04/18/une-quinzaine-d-universites-perturbees-la-justice-demande-l-evacuation-de-montpellier-iii_5287355_4401467.html#GZEOG1qpH2eB84vm.99

    2

    0
  68. Lecteur du Parisien dit :

    « L’Université sera occupée même pendant les vacances » (…)
    « La centaine de migrants et les étudiants qui les soutiennent vont donc continuer, dès ce week-end, à occuper les étages du bâtiment A de l’université de Saint-Denis. Mais la situation ne pourra pas durer éternellement. »(…)

    http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/saint-denis-l-universite-sera-occupee-meme-pendant-les-vacances-19-04-2018-7673454.php

    1

    0
  69. Dame Catule dit :

    Ils ne sont qu’une petite minorité, mais c’est désespérant. Les dégâts ne sont pas que matériels, ils sont aussi mentaux !…

    Une analyse :
    « Les programmes des « universités ouvertes » (sic), c’est-à-dire les activités proposées dans les établissement bloqués se ressemblent beaucoup. De Tolbiac à Montpellier, ou comme ici à Paris 8.
    Des ateliers en « non mixité » soit « genrée » soit « raciale ». Des interventions de collègues qui jouent les copains des étudiants-bloqueurs, en flattant complaisamment leurs pires travers. Des débats sur toutes les thématiques gaucho-indigénistes du moment.
    La seule chose un tant soit peu positive dans tout ceci, c’est que les délires et dérives inquiétantes de ces gens, ultra minoritaires, sont exposés à ciel ouvert. Chacun peut se rendre compte de l’étendue des dégâts. Notamment les étudiants et leurs familles qui espèrent encore de l’université l’accession au savoir et à la mobilité sociale. Mais aussi, espérons-le, les médias qui ouvrent depuis des années leurs colonnes et leurs antennes à cette pseudo-pensée et aux invectives permanentes qu’elle véhicule. »
    Laurent Bouvet (18-04-18)

    4

    0
  70. Mourad dit :

    Il y a un nouveau conseil d’administration de P8 aujourd’hui. Nous verrons bien … Le campus est sensé être fermé pour une semaine de vacances ce soir.

    L’alternative est simple : soit il y a une évacuation et tout le monde se resserre les manches après cette semaine de vacances pour tenir les échéances des partiels et répondre aux bacheliers Parcoursup, soit il n’y a pas d’évacuation et l’année universitaire est foutue et il serait impossible de répondre à Parcoursup (échéance le 22 mai ce qui veut dire que tout doit être bouclé au moins une semaine avant … ce qui nous laissera 15 jours !).

    Le conseil d’administratif de ce jour est donc quelque part « historique » avec le risque de voir l’instauration d’une ZAD/Campus aux mains des indigénistes et autres racialistes … ce qui entrainera 80 % des profs, des MDC et du personnel administratif à voir ailleurs, mais c’est sans doute le rêve inavoué de la minorité …

    3

    0
  71. Dame Catule dit :

    Lettre de la présidence de l’Université au personnel de Paris 8 :
    « Le 21 avril 2018 à 19:50

    Notre calendrier universitaire, tel que voté par ses instances, prévoit une fermeture de notre établissement du 20 avril au 30 avril 2018.
    Durant cette période, seule la bibliothèque universitaire restera accessible aux publics selon des horaires aménagés.
    Dans le contexte de notre établissement, après des semaines de tensions et d’incertitudes, cette fermeture est l’occasion pour chacun.e de prendre un repos bien mérité.

    Nous tenons à remercier tous les personnels de l’université, enseignant.e.s, BIATSS et autres statuts pour le dévouement, la patience mais aussi l’inventivité qui ont été les leurs au cours de ces derniers jours pour apporter des réponses pertinentes tant pour assurer la continuité de nos missions que pour répondre aux sollicitations des étudiant.e.s.
    Cet engagement au service des publics démontre la force des valeurs portées par notre communauté. Il est le socle de notre identité, celle d’une université singulière et ouverte, attentive et agissante face aux transformations sociales et éducatives. »

    1

    0
  72. Lecteur du "Monde" dit :

    Universités : les dégâts des occupations estimés à plus d’un million d’euros

    (…) La présidence de l’université Paul-Valéry à Montpellier évalue à 300 000 euros le coût des dégradations au sein de cet établissement, a-t-elle précisé. La police est intervenue lundi matin dans cette université – quasiment déserte en raison des vacances – qui était occupée depuis plus de deux mois. Mi-avril, la présidence avait notamment dénoncé « le sabotage » de la salle des serveurs, « détruits ».
    Pour le site universitaire de Tolbiac, qui dépend de Paris-I, évacué vendredi matin à l’aube, « les devis sont en cours », mais on évoque un montant de 200 000 à 300 000 euros, a ajouté la ministre. Quant à l’université de Jean-Jaurès à Toulouse, refaite à neuf il y a quelques années pour un budget de plus de 300 millions d’euros et toujours occupée, Mme Vidal n’a « pas d’estimation précise ». (…)

    La ministre a par ailleurs qualifié d’« abjecte » la rumeur selon laquelle l’évacuation par les forces de police de Tolbiac vendredi avait fait un blessé grave chez les occupants. « J’ai trouvé [cette rumeur] inadmissible et inqualifiable », a-t-elle déclaré, s’en prenant au Média, la web TV créée par des proches de La France Insoumise, qui « avait [eu] l’air de se réjouir de cette nouvelle, qui lui a permis de faire du buzz ». Mme Vidal a repris les mots de l’éditorialiste Raphaël Enthoven, « qui a dit que “l’étudiant blessé qu’on invente, c’est peut-être le mort que l’on souhaite” ».

    http://www.lemonde.fr/campus/article/2018/04/23/universites-les-degats-des-occupations-estimes-a-plus-d-un-million-d-euros_5289575_4401467.html#oKWxzZOHUmVUlFp9.99

    2

    0
  73. R.P. dit :

    À l’université de Paris VIII, une AG « antiraciste », programmée pour le 27 avril, mais « uniquement pour les personnes subissant à titre personnel le racisme d’Etat en contexte français ». Délirant !
    Voici l’annonce :
    « Assemblée générale antiraciste du mouvement contre la loi Asile et Immigration, la loi ORE et la réforme de la SNCF.
    IMPORTANT : AG uniquement pour les personnes subissant à titre personnel le racisme d’Etat en contexte français.
    Pour infos : De 17h à 19h aura lieu une Assemblée Générale sans mec cis et pour les personnes subissant à titre personnel le racisme d’Etat en contexte français »

    2

    0
  74. Bea dit :

    Le niveau de la maternelle de mon petit fils est bien plus élevé!!
    Si cela n’etait pas tragique de voir des « étudiants « jouer avec leurs avenirs et ceux de ceux qui n’ont rien demandé, et bien on en rirait et que jeunesse se passe …. mais là ce n’est plus une jeunesse qui se révolte contre ce qu ils considèrent comme des injustices, il s’agit d’un nouveau racisme annoncé !!!
    Réveillons nous avant qu il ne soit trop tard !

    4

    0
  75. Olympe dit :

    A Saint-Denis et notamment à l’université Paris 8, on était, hélas, déjà habitué ! Mais on constate une « stratégie d’infiltration politique (…) lors du mouvement de blocage des facs : des activistes proches du Parti des indigènes de la République (PIR) ont profité de l’effervescence pour faire avancer leurs idées parmi les étudiants. »

    Dans « Marianne », un compte-rendu de ces délires racistes et homophobes de ce qu’il faut bien appeler désormais « l’extrême-droite de gauche » à l’université de Nanterre :
    https://www.marianne.net/societe/quand-l-universite-de-nanterre-accueille-une-conference-contre-l-imperialisme-gay

    Le mêmes, en pire, se réunissent dans 8 jours à la Bourse du Travail de Saint-Denis…

    8

    0
  76. Dame Catule dit :

    « Le Monde » dans son édition Magazine du week-end publie un long article sur Paris VIII.
    On y trouve un rappel de ce qui a été rapporté ici dans les commentaires au fil des jours, mais on est bien obligé de constater que la journaliste se heurte à une « omerta » de la part des enseignants, qui craignent visiblement de s’exprimer en public, surtout s’ils sont opposés à l’occupation des locaux :
    « La présidente (…) n’a pas souhaité répondre à nos questions. Si, en off, l’exaspération est grande – on dit soupçonner le collectif d’instrumentaliser les migrants, craindre un accident (les installations électriques sont vétustes) et, plus prosaïquement, on veut récupérer les salles de cours –, publiquement, tout le monde soutient l’occupation « par fidélité à l’histoire de Vincennes ». »

    Un seul témoignage ose émettre des doutes :
    « « L’expression de certaines positions radicales donnent une vision faussée » de Paris-VIII, regrette Marie-Anne Matard-Bonucci, professeure d’histoire contemporaine. Attachée aux idéaux d’universalité rêvés à Vincennes, elle déplore ces formes nouvelles de luttes communautaristes, compartimentées.
    Mais c’est en référence à un passé mythique de « Vincennes » quand Paris 8 était encore installée là-bas, un temps lointain et aujourd’hui dépassé, que l’article du « Monde » célèbre pourtant longuement… »

    Car la réalité est là, même si elle est à peine évoquée dans cet article :
    « enseignants et étudiants évoquent surtout la vétusté de certaines salles, les radiateurs paresseux, le vandalisme et les vols de matériel informatique »
    et cette statistique terrible, d’autant plus qu’est signalée par ailleurs la grande indulgence des enseignants… :
    « le taux de réussite en licence est faible (51,7 %) ».

    http://www.lemonde.fr/m-actu/article/2018/04/28/paris-viii-l-universite-de-toutes-les-radicalites_5291873_4497186.html#vO4BzRExbzkOxbRz.99

    8

    0
    • Lecteur du Monde dit :

      Trois réactions à cet article du « Monde » (qui reflètent bien la vingtaine de réactions déjà publiées ce dimanche soir) :

      Buber 29/04/2018 – 21h02
      Cet article et la vénération de Fassin qui est une marque du Monde libéral-libertaire ne fait pas l’analyse de l’effet bocal qu’est Paris 8. Dans ce bocal on n’invente pas de nouvelles pensées radicales, on gomme les stigmates de l’exclusion sociale par le verbe. Paris 8 occupée c’est « vous êtes marginalisés, alors enfermez-vous dans des facs bloquées où vous apprendrez le vocabulaire de la radicalité qui mène au chômage ». Plutôt un parc Astérix du gauchisme ultra.

      Lo 29/04/2018 – 20h50
      Comment peut-on écrire que Paris VIII est serait « Héritière de l’esprit de Mai-68 » ? Ce qui nous est décrit ici en est plutôt l’exact contraire et donne froid dans le dos : un haut lieu du racisme sous couvert d’antiracisme, avec ces réunions « racisées » excluantes (les fameux séminaires SUD éducation, c’était là!), sans parler de ces slogans homophobes ou ouvertement islamistes. Tout le contraire de l’esprit libertaire, d’émancipation et d’ouverture de 1968, c’est l’enfermement.

      PMF 28/04/2018 – 23h53
      « Les profs nous respectent ». Ben euh non, justement. S’ils vous respectaient, ils vous enseigneraient les clés de la réussite aux examens au lieu de vous enfermer par paresse et démagogie dans une soi-disant « pensée critique », en réalité un verbiage inutile qui vous mènera nulle part. Et surtout pas vers l’émancipation intellectuelle. Pas de pot, vous êtes justement les étudiants des « quartiers populaires ». Mais bon, c’est sans doute assez bien pour vous. Le cynisme de gauche bien connu.

      4

      0
  77. Dame Catule dit :

    J’en suis à un tel point de dégoût que je pense qu’il devient urgent d’arrêter le financement public de certaines universités.
    Pourquoi continuer à investir dans des locaux qui ont été et vont être à nouveau dévastés ?
    Pourquoi y affecter des personnels qui pourraient exercer leur métier ailleurs et sans être menacés ?
    Pourquoi y verser des bourses à des étudiants qui ne peuvent plus étudier alors que souvent la plupart d’entre eux le souhaitent ?

    6

    1
    • Mourad dit :

      La photo représente l’amphi du Bâtiment B2 ; cet amphi a été rénové entièrement il y a moins de deux ans. C’est dans cet amphi que certains profs et Maîtres de Conférence donnent leurs cours « alternatifs » … Je n’ai pas entendu un prof ou un MDC dire « ce n’est pas bien ce que vous avez fait ». Aucun élu de Saint-Denis non plus.
      Par contre, ce sont les premiers à évoquer « les manques de moyens ».

      Le bâtiment B2 (rdc + 4 niveaux) est occupé par les « bloqueurs » ; il est recouvert de graffitis ; le matériel pédagogique a bien entendu disparu. C’est à ajouter au Bâtiment A qui lui est complété saccagé.
      Le reste du campus est aussi dans un état lamentable … On se dirige vers un Tolbiac multiplié par 5, multiplié par 10 !

      Demain, c’est la « reprise » … mais pas de nouvelles de la Présidence …

      6

      0
  78. Mourad dit :

    Ce matin 10 heures, les portes d’entrées officielles du campus sont toujours bloquées.

    Je ne vois pas pourquoi le personnel enseignant comme les BIATSS devraient emprunter des portes de secours pour y accéder comme le suggèrent la Présidence et les bloqueurs …. donc retour à maison … après avoir pris des photos.

    Basta maintenant … à chacun d’assumer ses responsabilités !

    5

    0
  79. Mourad dit :

    https://pbs.twimg.com/media/Db-KcE4X0AAmVzZ.JPG

    Autre photo du Bâtiment B2 / Il faudra m’expliquer le lien qu’il y a entre la Loi ORE et « l’international islamo situationniste » ou la création « d’un califat autogéré » …

    3

    0
  80. Suger dit :

    Il est quand même effrayant pour les étudiants et pour le personnel de Paris 8 qu’aucun syndicat, qu’aucun élu local, qu’aucune autorité universitaire n’exprime publiquement sa condamnation du blocage des entrées de l’université Paris 8, y compris pour le personnel, et son indignation devant les dégâts et vols commis à l’occasion de l’occupation de la fac.
    Le personnel, les étudiants (l’immense majorité en tout cas qui voudraient pouvoir étudier), l’université elle-même, semblent être totalement abandonnés aux mains d’une minorité d’activistes. On les laisse en toute impunité détruire cette université qui ne s’en relèvera pas avant des années !

    5

    0
  81. Mourad dit :

    Non c’était une autre photo sur un autre mur de B2 mais l’auteure l’a retirée … je pense qu’elle a légitimement flippé .

    Sinon, d’après une journaliste de France 3 (Isabelle Audin), la Présidence de Paris VIII n’aurait pas demandé l’évacuation … Comme çà, les choses sont claires … les quelques dossiers d’étudiants qui me tenaient à cœur, je les ai traités avant ma semaine de congés.

    A mon tour de fixer mes conditions de retour (avec beaucoup d’autres) : plus d’entrées par des portes dérobées comme des parias, plus questions de répondre aux questions des nazillons, plus questions de sous-traiter le contrôle d’accès à ces dits nazillons.

    5

    0
  82. Mourad dit :

    La photo est également visible sur le compte tweeter :

    geocritik‏ @cecile_gintrac … il y a 19 heures

    … Par contre (apparemment) le lien est le même que le précédent … je pense que Bill ou Suger sont plus doués que moi pour faire un copié/collé réussi … En plus, je suis trop excité aujourd’hui pour conserver un peu de lucidité …

    0

    0
  83. Dame Catule dit :

    La situation était très tendue lundi matin à Paris 8 car la ré-ouverture de l’université a été rendue impossible du fait des agissements d’un petit nombre d’individus. Le personnel de Paris 8 , pour une partie, a refusé de se soumettre aux contrôles que voulaient effectuer les « bloqueurs » pour pouvoir rejoindre leurs bureaux et postes de travail…

    Voici l’essentiel des informations communiquées dans la soirée de lundi par l’équipe présidentielle à l’ensemble du personnel de Paris 8 :
    « A l’heure de l’ouverture de l’université ce matin, il a été constaté que les conditions du blocage avaient évolué. L’accès au site s’est trouvé être entravé par des barrages dont plusieurs à l’intérieur du campus, des groupes veillant à ce qu’aucune activité pédagogique ne puisse avoir lieu. Des collègues ont fait état de demandes de contrôle d’identité (carte professionnelle) au moment de rejoindre leur poste de travail. Cette évolution de la situation, préjudiciable à l’ensemble des personnels et à l’exercice des missions de l’université, a conduit à ne pas ouvrir l’ensemble des bâtiments afin de limiter les risques de dégradations.
    Nous regrettons que la forme prise par le mouvement, loin de favoriser le débat public, détériore encore un peu plus les conditions de travail des agents. »

    1

    0
  84. Bea dit :

    Je ne comprends pas ! S il ne s’agit que d’une minorité d’etudiants , comme est ce possible qu ils fassent la loi ???? J’ai vraiment du mal à comprendre

    0

    0
    • Mourad dit :

      @Bea : Que voulez-vous faire ? le coup de poing ?
      A la dernière AG du lundi 30 AVRIL, le blocus a été reconduit par 70 voix … sur 20.000 étudiants !

      … Et à côté de cela vous avez une Présidence qui vous écrit (quand le serveur fonctionne c’est à dire 2 ou 3 heures par jour) « j’ai entendu dire que, il parait que » …. mais elle est où exactement cette Présidence ? En cures thermales à St-Malo ? Aux iles Fidji ?
      Elle écrit elle-même cette Présidence que « les risques de dégradations sont élevés  » … et elle ne demande pas l’évacuation !!! Il semblerait d’ailleurs que la BU (bibliothèque) ait été taguée récemment …

      Et enfin et surtout, c’est quand même insupportable que les mêmes nazillons d’extrême gauche qui haïssent CRS et Police jouent les Kapos ou les Waffen SS à l’entrée du Campus et à l’intérieur du campus avec un plaisir non dissimulé …
      … Mais cette situation est instructive pour beaucoup de monde : il est facile d’imaginer maintenant ce que serait une fac autogérée par ces nazillons.

      Quand Suger a créé ce fil le 11 février 2018 avec pour titre « Paris VIII au bord du chaos ? » … j’avais trouvé ce titre très exagéré … Aujourd’hui tout est possible.

      7

      0
  85. Suger dit :

    Ce que je ne comprends pas (ou ce que je préfère ne pas chercher à comprendre…), c’est la lâcheté des organisations syndicales des enseignants et des agents, et celle des élus locaux, face aux exactions de cette minorité.
    Comment ne peuvent-ils pas réagir publiquement pour condamner la présence de milices de « bloqueurs » sur le campus qui non seulement empêchent tout enseignement ou travail universitaire, mais qui prétendent « contrôler » physiquement les entrées des enseignants et des agents !
    Que diraient ces syndicats s’il s’agissait de contrôles de policiers qui sont pourtant une autorité légitime, qui agirait, elle, nécessairement dans le cadre des lois et sous le contrôle d’instances démocratiquement élues ?
    Or, face à des milices à caractère totalitaire, que font les syndicats, les élus locaux ? Rien ! Ils se taisent !

    8

    0
  86. Mourad dit :

    Situation inchangée ce matin. Un mois de blocage aujourd’hui.

    Sur ce que j’ai pu voir et sur ce que certains étudiants plus libres que moi pour vadrouiller dans le campus m’ont raconté, même si la fac est évacuée aujourd’hui, l’année scolaire est cuite : Toutes les portes ont été fracturées et tout ce qui est volable a été volé … même les extincteurs !

    Je ne parle même plus du Bâtiment A où fenêtres, cloisons en placo, faux plafonds etc ont été démontés et transféré vers une destination inconnue.

    3

    0
  87. Grain de Sel dit :

    Compte-tenu de la gravité des faits, ce qui me semble particulièrement étrange c’est le silence des médias nationaux sur ce qui se passe à Paris 8 .

    2

    0
  88. Olivier dit :

    Il y a tous les élus qui lâchement se taisent , et puis il y a des élus qui ont participé activement à mettre en place le chaos !

    On apprend aujourd’hui que à Paris 8 « toutes les portes ont été fracturées et tout ce qui est volable a été volé … même les extincteurs » et que pour le Bâtiment A « fenêtres, cloisons en placo, faux plafonds etc ont été démontés et transféré vers une destination inconnue ».
    Rappelez-vous cette photo et les déclarations du maire-adjoint Bally Bagayoko, très content de lui d’avoir aidé à l’occupation de Paris 8, sur sa page Facebook, début février !

    Pas d’inquiétude pour lui : il n’est bien sûr responsable de rien… Il devait passer là par hasard et s’est laissé entraîner…
    Ce genre d’élus et de politiciens poussent à la violence, à l’illégalité, mais ils ne sont jamais responsables de leurs actes et de leurs conséquences.

    7

    0
  89. Bea dit :

    Et pas de communication sur les médias sur cet état de fait !
    C est très curieux tout cela !!!

    1

    0
  90. Nouchma dit :

    Rien lu dans la presse récemment, les deux derniers articles que j’ai vu datent d’un peu avant les vacances de Pâques. Notamment celui de Libé, qui décrivait la situation comme un monde bisounours d’entraide entre étudiants et migrants. C’est ici sur SDMV que nous sommes informés, merci à Mourad, Dame Catule , Suger et tout le monde.
    Quand j’en parle autour de moi, tout le monde sait que Paris 8 est occupée, mais personne ne sait comment et par qui…
    Je suis assez stupéfaite de l’attitude de la présidence qui à force de redouter une « manière forte » avec des risques de conséquences violentes pour les migrants (au début car maintenant toute la vie de l’université est concernée, tous les étudiants, profs, migrants sans oublier les agents sont concernés) , laisse pourrir, fait ses communiqués mais n’agit pas.
    On en est aujourd’hui à ce que ces risques soient devenus exponentiels : j’ai bien peur que l’issue ne soit violente.
    Une désolation, silence des élus de Saint-Denis, silence de la presse…

    5

    0
  91. Prof dit :

    Professeur de droit à Paris 8, je découvre aujourd’hui ce fil de discussion qui aura eu le mérite de me permettre de me sentir un peu moins seul et de constater que tout le monde n’a pas perdu tout discernement au sein de ce bateau ivre qu’est désormais notre université. Le renoncement, la lâcheté et la complaisance de la présidence de l’université, qui refuse d’exercer les missions que la loi lui impose (art. L712-2 du code de l’éducation), me sidère chaque jour un peu plus depuis le début de la prise de pouvoir de ces délinquants au sein de ce qui est un bâtiment public, lieu d’exercice d’une mission de service public. Si une telle occupation avait été menée par des identitaires d’extrême-droite, le problème aurait été réglé en une journée. Le simple fait de se présenter comme de « gauche » (les guilllemets s’imposent tant leurs idées et actions sont celles de fascistes) leur donne manifestement une immunité incompréhensible. Dans un monde normal, le Gouvernement se serait déjà substitué à la direction défaillante de l’université pour assurer son administration directe provisoire (comme à Toulouse il y a quelques semaines).

    En attendant, je me console avec l’attitude de l’ufr droit dans son ensemble qui se mobilise pour que l’année universitaire s’achève dignement : ayant pu assurer l’essentiel de nos cours avant le début du blocage, nous avons réservé l’IUT de Montreuil pour y organiser nos examens qui viennent de débuter. Enseignants et personnels administratifs font tout pour que les diplômes délivrés cette année ne soient pas fictifs et puissent donc avoir une valeur en ce qu’ils sanctionneront les aptitudes et le travail des lauréats. Il faut d’ailleurs saluer nos étudiants qui, réunis en AG interne à l’ufr droit il y a quelques semaines, ont manifesté leur souhait de subir leurs examens dans les conditions normales et d’obtenir un diplôme qui puisse avoir un sens.

    10

    0
  92. Bea dit :

    Voici ce que l’on peut lire sur la page facebook de paris VIII révolutionnaire !
    « Au moins un étudiant de paris 8 a été déféré devant le tribunal suite à la répréssion de la manifestation du 1er Mai ! Non à la criminalisation de nos luttes, tous.te.s demain au TGI de Clichy à 13h pour soutenir notre camarade et les 8 autres personnes (au minimum) qui ont été déféré.e.s »

    Suite à la répression du 1er mai , criminalisation de nos lutes ! Je crois rêver !!! Quelles luttes ???? J’ai pas le sentiment de subir une répression quand je participe à une manifestation .
    Le fond des revendications n’est que survolé , à croire que ce n’est pas le sujet..
    Et ce sera grâce à tous ces joyeux drilles que le pauvre citoyen renoncera à manifester de peur de se prendre un mauvais coup!!!! Bravo à tous ceux qui manipulent tout ce beau monde !!!!

    7

    1
  93. Mourad dit :

    @Nouchma – Je suis très critique vis à vis de la Présidence de Paris VIII mais je reconnais que cette Présidence a toujours décrit de manière exhaustive les exactions de ce qu’elle appelle « les casseurs » : les dégradations, les violences verbales (menaces de mort!), les violences physiques, les vols etc. Le JSD aussi a repris dans plusieurs articles les déclarations de la Présidence.

    A au moins deux ou trois reprises, cette Présidence avait une opportunité pour mettre fin à ce capharnaüm … elle ne l’a pas fait. Peut être que cette Présidence s’est couverte auprès de sa hiérarchie ou a reçu des instructions de cette même hiérarchie (Rectorat ? Préfecture ?).

    Hier soir, les bloqueurs ont publié une tribune délirante et mythomaniaque dans Mediapart avec un « Nous » qui démontre à quel point la démocratie leur est étrangère ; ils menacent de ne pas assurer l’ouverture de l’année scolaire 2018/2019 ! Voilà … nous y sommes dans l’impasse que je redoutais il y a 15 jours !

    6

    0
  94. Mourad dit :

    Petite info mais très instructive encore …

    L’AG qui doit se tenir à 12h30 aujourd’hui à St-Denis va être très courte … Un autre rendez-vous est également fixé dans l’urgence à 13h30 devant le nouveau TGI des Batignolles pour défendre des blackbocks de Paris VIII déférés en comparution immédiate …

    Tout devient tellement plus évident … Ultra Gauche / Casseurs / Blackblock / ultra violences !

    Madame la Présidente … si vous me lisez … peut être que le « matériel » utilisé par les blackbocks le 1er mai étaient made in Paris VIII …

    7

    1
  95. mourad dit :

    Merci à Béa pour la découverte du Facebook « Paris VIII révolutionnaire  » où l’on apprend que la salle sociologie a été vandalisée et que les ordinateurs ont été stockés dans un container poubelles ! Prêts à être expédiés ?

    A lire également dans ce Facebook l’échange ubuesque sur le « matérialisme » … Pour ce qui est de l’absurde, Alfred Jarry peut aller se rhabiller … il y a des thésards en puissance à Paris VIII …

    3

    0
  96. Céline dit :

    Sur la page Facebook « Saint-Denis VIII Révolutionnaire »: https://www.facebook.com/saint.denis.8.en.lutte/?ref=br_rs,
    voici la revendication des bloqueurs de l’université Paris 8 pour les examens :

    « – doublement de la dernière note obtenue et devoir maison pour amélioration de la note
    – note de base (15/20, qui correspond assez largement aux moyennes générales à Paris 8!) pour toutes et tous avec possibilité d’amélioration par devoir maison »

    4

    0
  97. Grain de Sel dit :

    Après avoir lu ces derniers commentaires et constatant toujours le silence des médias nationaux sur le blocage de l’université, j’en arrive à me demander si la ville de Saint-Denis, son université, ses élus dont le silence est lui aussi assourdissant, font partie de la planète terre ?
    Le pourrissement de cette situation est-il une prise de risque calculée, permettant à plus ou moins long terme de passer un grand coup de balai sur les ruines laissées par ces bloqueurs et de liquider ainsi après cinquante ans de vie, cette université devenue bien encombrante !!!
    Pour mémoire, il y cinquante ans l’installation de Vincennes à Saint-Denis n’avait pas réjoui les élus de l’époque, loin de là….

    3

    0
    • Mourad dit :

      @Grain de Sel –

      Il y a pour moi des évidences …

      Compte tenu du saccage du campus, la première de ces évidences c’est que certaines UFR vont obligatoirement devoir être délocalisées pour la rentrée de septembre. Il y a déjà des lieux qui se murmurent.

      La seconde, comme vous l’évoquez, c’est que les bloqueurs ont depuis peu des alliés de circonstances parmi un personnel blasé et démotivé qui joue le « le pourrissement » du conflit … espérant que le « financeur » (alias l’Etat, alias le contribuable) refusera d’investir une nouvelle fois plusieurs millions d’euros à fonds perdus à Saint-Denis …

      4

      0
  98. Lucie dit :

    Je pense que la meilleure solution est de fermer définitivement cette université de la honte, gangrenée par un nombre trop important d’enseignants militants radicaux qui sont le déshonneur de la profession, qui se servent de ce campus pour mettre en oeuvre des idéologies anti-républicaines et destructrices, les premières victimes étant les étudiants des quartiers populaires. Halte au massacre !

    7

    0
    • Lydia dit :

      Intelligent ça comme réponse : fermer l’université et donc empêcher les autres étudiants d’avoir accès aux cours et à leur cursus. Si on ferme la FAC, ce sont des élèves qui étudient à distance qui ne peuvent plus le faire et ceux qui étudient sur place qui ne le feront plus non plus. Eux n’y sont pour rien tout comme l’équipe pédagogique qui tente de trouver des solutions. L’Etat est au courant mais ne fait rien… on n’entend pas le préfet qui ne réagit pas, pas plus que le député. Voilà où est le problème. En attendant, les élèves qui veulent bosser et l’équipe de l’université souffrent de cette situation. Paris 8 n’est pas Nanterre ni la Sorbonne, c’est là son problème sinon ce serait réglé depuis longtemps. Honte à Mme Vidal ! Honte à Mr Colomb ! Honte à la France Insoumise aussi !

      0

      0
      • Mourad dit :

        Je comprends votre désarroi et votre colère Lydia mais je peux assurer que mêmes les profs les plus motivés, les profs qui ont le cuir épais après des décennies de Paris VIII, tous ces profs sont désemparés, désarçonnés par la situation actuelle du Campus.

        Où je vous rejoins c’est qu’effectivement : la Présidence est en exil, les membres du Conseil d’Administration se taisent, le Préfet, le rectorat, la Ministre VIdal, Mr Colomb laissent pourrir la situation …

        J’ai acquis l’intime conviction que tout cela est voulu … voire orchestré.

        Tous les jours, des profs adressent sous forme de sos des mails, des textos, des photos à Mme vidal … un exemple d’aujourd’hui :

        Au détour d’un livre‏ @Audetourdunlivr · il y a 60 minutes
        « Mme Vidal, vous faites quoi pour l’université Paris 8 toujours bloquée ? Des partiels en ligne, un amphi occupé, des profs qui craquent, des étudiants qui en ont marre = silence du gouvernement. vous comptez bouger un jour ? @VidalFrederique »

        Pour info, la dernière AG (qui a été rebaptisée en « comité de lutte ») a réuni selon l’organisateur 30 à 40 personnes (sur 22.000 étudiants) … si on applique le coefficient modérateur, il devait être à tout cassé une vingtaine.

        1

        0
      • Bill dit :

        Voici la position du département « cinéma » de Paris VIII. https://www.humanite.fr/lettre-ouverte-la-jeunesse-du-21e-siecle-655748
        Quand on lit cela, de la part de professionnels, on comprend qu’il y a peu de chances que des gamins de 18-20 ans comprennent mieux la réalité. C’est bien connu, la filière cinéma offre plein d’opportunités professionnelles aux jeunes, un milieu très ouvert et qui permet de bien vivre, c’est comme le foot ou les arts graphiques, aucune sélection… tous un brillant avenir.

        2

        1
        • ddavid dit :

          Pour avoir connu des profs et des étudiants de ce département, il me semble que la formation est avant tout une formation de spectateur de films ! Et en aucun cas de technicien de la profession. C’est ça qu’ils devraient dire aux postulants avant qu’ils se lancent dans de longues études de chomeur….

          2

          0
        • Mourad dit :

          Ma chère Bill, il ne faut pas surévaluer les « Nous » utiliser par ces groupuscules : « Nous enseignants, techniciens et cadres administratifs du département Cinéma de Paris 8-Saint Denis-Vincennes » … il est probable que ce « Nous » recouvre 3 ou 4 profs, 1 ou techniciens et cadres administratifs.

          1

          0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.