Parole d’un prof, parole de Thierryb !

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. habitant dit :

    Oui, cette année de transition des concours de l’enseignement= préparation au concours+stage d’observation+stage en situation accompagné (deux stages non rémunéré et non obligatoire, c’est clairement pour faire des économies avec la carotte d’être payé l’année comme un titulaire, à ce qui se dit)
    Cela s’est décidé dans la foulée, en catimini, même les formateurs IUFM ne l’ont su que récemment.
    Il se dit que les concours à l’enseignement sont menaçés et que les chefs d’établissements recruteraient les futurs enseignants tels des chefs d’entreprises.
    Il y a eu beaucoup de formateurs m’a-t-on dit qui avaient crié au loup, mais qui n’ont pas pu mobiliser parce que pas grand monde y croyait. Résultat, c’est en plein dedans!

    0

    0
  2. Sam dit :

    J’ai relu à plusieurs reprises ton post car je le trouve vraiment intéressant. Bon il y a des passages où je décroche mais en tout cas on sent bien une grande passion.
    Je poserai des questions à mon retour du WE Mr le professeur ! 😉

    En tout cas merci pour le blog, car un échange de cette qualité…fait nécessairement la qualité de ce support.

    Biz

    0

    0
  3. Thomas dit :

    Je ne suis pas pessimiste, je tente juste de comprendre ce qui est en train de se passer dans mon petit huit clos qu’est mon établissement et qui, je le pense, est un concentré de ce qui est en train de se passer au niveau national :
    – Pouvoir de plus en plus grand du chef d’établissement,
    – Emplois précaires au sein du corps enseignant,
    – Volonté de diplômer une majorité d’élèves, quitte à leur donner l’examen, etc.

    Ce qui ne m’empêche pas d’adorer mon métier, d’y croire et de m’éclater avec mes élèves sur des sujets qui me passionnent.
    Je suis prof’ d’arts graphiques, alors en matière de créativité et d’innovation, j’ai pas fini d’en faire le tour…
    Même si je ne pense pas qu’il y ait eu un âge d’or de l’éducation, je pense que nous vivons et que nous allons vivre une période très douloureuse. Pour les profs, c’est une chose, mais surtout pour les promotions entières d’élèves à qui j’ai de plus en plus l’impression de mentir quand, du fait de mon seul statut, je leur demande de croire, encore, en notre système.

    Cela dit, le thème de l’éducation est un débat de société qui intéresse pas mal d’Internautes qui côtoient ce site. Discuter par commentaires interposés est une bonne chose, mais qui a ses limites. Si certains sont intéressés pour se réunir autour d’un café, au Khédive ou ailleurs, pour débattre de l’avenir du système éducatif, j’en serais…

    0

    0
  4. Sam dit :

    Salut Thomas,

    Excellente proposition. On s’occupe de l’organisation du débat.

    0

    0
  5. thierryb dit :

    Sur l’absence d’âge d’or, c’est vrai, mais on peut tout de même dire qu’il y a un abandon de la perspective « qualité pour tous ». La destruction du système n’est pas inéluctable, ni l’absence de réforme excitante pour tous. D’accord sur le pouvoir accru des chefs d’établissement, mais en même temps, de moins en moins de collègues se syndiquent : les « chefs » prennent la place qu’on leur laisse, même si certains sont vraiment des moteurs pour leur établissement. Quant à la précarisation du métier, et comment !

    Je suis pas sûr qu’on « donne » l’examen. Le niveau médian de diplôme en France actuellement est de 50% d’une classe d’âge à bac+3. On est passé de 30% d’une classe d’âge à passer le bac (et 50% l’obtenaient) en 1978 à 80% qui le passent (et , avec les redoublements, 90% qui l’obtiennent), effectivement ça peut donner l’impression qu’on donnerait les diplômes. Or la dévalorisation des diplômes par rapport à l’emploi auquel ils permettent d’accéder est forte dans certaines branches (du tertiaire notamment) : on emploie volontiers un BTS plutôt qu’un bac pro pour certaines tâches. Le niveau global monte.

    Je me demande si on ne devrait pas revenir à une discussion autour de Saint-Denis, car Thomas a raison, le sujet est infini et complexe, et vaut mieux en discuter autour d’un café qu’ici— personnellement, je passe ma vie autour de ces problématiques et en faire mon dimanche, …non 😉 , d’autant plus que je contribue assez souvent au forum éducation du Monde (où la bagarre est parfois dure!).

    0

    0
  6. Sam dit :

    Thierryb

    Intellectuellement parlant ça fait du bien pour nous autres de parler d’autres choses … que du quotidien dionysien 😉
    Mais oui pour un débat autour d’un café, j’ai des petits gâteaux made in morrocco à partager sans modération 😀

    0

    0
  7. habitant dit :

    Thierry B a dit:
    « Je me demande si on ne devrait pas revenir à une discussion autour de Saint-Denis »,

    Je comprends bien qu’il n’est pas besoin de rentrer dans le jargon et les termes techniques de ton métier, Thierry B.
    En revanche, l’éducation fait aussi partie des sujets primordiaux de Saint-Denis qui ne peut se couper du reste, au même titre que la propreté, l’environnement, la tranquillité publique, la culture, etc.
    Les médias ne parlent pas du tout de ce qui est en train de se passer et qui se met petit à petit en place, et des conséquences que cela aura pour les établissements scolaires.
    C’est ce qui commence à se faire aussi avec la Culture au Centre Culturel Pompidou et la Bibliothèque Beaubourg en grève sévère depuis plusieurs jours et qui est reconduite.
    Accueillant des milliers et des milliers de personnes du monde entier, chaque jour jusqu’à 22h, sur 254 fonctionnaires, 41 ne seront pas remplaçés. Aux autres, on leur demandera de travailler plus en étant moins.
    http://www.bpi.fr/fr/index/mouvemen
    C’était juste pour passer l’info, car il n’y a pas grand bruit sur ce qui est en train de se passer et qui mérite attention.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *