Popita – Quartier de la gare : « ce n’est pas la première fois que je me fais agresser et de loin celle-ci a été la plus violente »

Vous aimerez aussi...

19 réponses

  1. Sam dit :

    Et pour info Popita s’est bien battue avec succès pour sa copro dont le hall était squatté par dealers et fumeurs de crack…

    0

    0
  2. thierryb dit :

    Et si ça n’avait pas été ramadan, il aurait eu le droit de se comporter en sauvage vis- à- vis d’une femme, ç ‘aurait été excusable, un peu, beaucoup ? Avec le recul, je me dis qu’il y avait une espèce de syndrome de Stockholm quand on vivait à St Denis, on finissait par s’habituer (?!) à ce qui est moralement insupportable, socialement inacceptable.
    Et puis, quand Popita (courage!) dit : « un jeune du quartier », vous imaginez ce que ça veut dire : il est scolarisé, il a des parents…
    Franchement, vu de loin, on se demande parfois comment vous faites pour vivre où vous vivez ..!

    0

    0
  3. Stéphanie dit :

    Les faits relatés sont particulièrement graves ! Tout mon soutien à Popita
    Je partage bien sûr son constat : la situation du quartier gare s’est détériorée « vitesse grand V » depuis quelques semaines. L’on ne cesse d’alerter notamment sur l’état déplorable du secteur Sembat/Renan/Dézobry sans que RIEN ne soit fait. Alors oui, parfois on voit un car de CRS, parfois on remplace des plots interdissant l’accès en voiture à la gare (qui sont d’ailleurs détériorés quelques jours plus tard …), parfois un commerce est fermé, …. mais la situation catastrophique perdure sans que les pouvoirs publics (et notamment la mairie car que dire de la présence de la police municipale ???) ne réagissent. L’agression de Popita est très grave mais malheureusement elle ne m’étonne pas : l’air est très très lourd, voire quasi irrespirable, dans ce quartier. Les dealers sont revenus en force, les consommateurs de drogue et d’alcool aussi et les travaux continuels n’arrangent rien. J’ai parfois l’impression d’être revenue aux pires heures des années 2009/2010, c’est dire !
    Pour ma part, dans la rue Dézobry, nous avons droit de nouveau à un squat de petites frappes (mais assez virulentes) dans notre hall. Et pourtant ce n’est pas faute d’avoir mis un Vigik sur la porte d’entrée avec un code pour la journée … Le code il le connaisse soit parce qu’ils cotoient quelqu’un de l’immeuble, soit parce qu’ils menacent le gérant du commerce au RDC … Ils font la loi dans le secteur. Vous avez beau leur dire que ce hall est une propriété privée, qu’ils n’ont rien à faire là, ils vous rient au nez, voire pire lorsque vous êtes une femme (j’en ai fais les frais à plusieurs reprises). Et lorsque vous les voyez se pavaner dans la rue vous n’avez qu’une envie : leur mettre votre poing dans la figure. Personnellement j’ai décidé de ne pas me laisser faire avec le soutien de plusieurs occupants de la copropriété : on leur demande systématiquement de sortir, on coupe la lumière dans le hall, on appelle la police (qui s’est d’ailleurs déplacée un soir) en un mot on les dérange. Nous ne sommes pas dupes : on les dérange pour qu’ils aillent ailleurs ! Car ils n’ont aucune envie de quitter ce quartier « béni des dieux » pour eux ! Alors, parfois, comme le dit Popita : « la vie continue, mais le moral en prend un coup »…..

    0

    0
  4. Marion dit :

    Passant avec mon époux hier soir rue Ernest Renan, nous avons constaté une recrue d’essence de voyous en tous genres et une tension croissante. On s’est dit : « avec la ZSP , tout ça pour ça ! »
    L’accès angle Renan/Gambon, une nouvelle fois ouvert à la suite des démolitions des matériels qui font obstacle, des détritus (surout des canettes), comme nous en avions encore jamais vu à ce point, des commerces douteux plus florissants que jamais, et évidemment des voitures stationnées sur cette partie piétonne.
    Comme toujours, le travail des associations, riverains, police, CRS, ZSP, englouti en moins de temps qu’il ne faut pour le dire !
    Tellement triste pour Popita, celles et ceux qui vont passer l’été ici, et dont je fais partie.
    Quand au père de l’agresseur qui le présente comme une victime, c’est tout à fait symptomatique de cette immense ZONE DE NON DROIT qu’est devenu Saint-Denis avec cette inversion inouïe des statuts.
    Ce quartier qui a déjà connu récemment un drame avec un jeune homme poursuivi comme un gibier va en connaître d’autres cet été. Et le nouveau préfet, se décidera t’il à prendre des mesures préventives et curatives,veiller à l’application des lois de la République, et placer sous sa tutelle la « tranquilité publique »municipale ?

    0

    0
  5. chris dit :

    On dirait que les économies de policiers se font d’abord chez nous, là où les électeurs sont considérés comme n’ayant aucune influence.

    Des connaisseurs de la vie politique locale/régionale pourraient-ils nous éclairer sur la possibilité que notre équipe municipale soit la première visée par un « certain laxisme » dans la répression ?

    0

    0
  6. Stéphanie dit :

    Tu vois Thierryb ce point sur le Ramadan ou sur les propos du père de l’agresseur m’avaient complétement échappé … Je n’ai vu que l’agression relatée par Popita. Le reste m’a semblé tellement banal comme tu le dis ….

    0

    0
  7. djakk dit :

    🙁

    « son père est même passé voir l’ambulance parce qu’on avait violenté son fils « sans raison » » : en même temps on imagine bien que le fils n’a pas dit la vérité à son père …

    0

    0
  8. citoyen93 dit :

    Il y a une recrudescence des vols avec violence au niveau national.
    Ce phénomène est amplifié sur Saint Denis dû à la forte présence de toxicomanes et de dealers sur le quartier de la gare et les abords du centre ville historique.
    L’environnement urbain n’arrange pas les choses.
    Squats, logements vétustes, climat d’impunité qui encouragent les comportements inciviques voir violents.
    C’est le lot quotidien vécu par les habitants de cette ville et cela n’a que trop duré.
    Les élus rechignent à prendre des mesures qui pourraient inverser cette tendance.
    A Saint-Ouen par exemple (ville communiste), la municipalité a décidé de se doter de la vidéo surveillance dans certains endroits du centre ville.
    Selon l’expression consacrée, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.

    0

    0
  9. Sam dit :

    L’intervention des « amis » est pour le moins troublante : Ils protègent Popita et c’est très positif mais au lieu de retenir l’agresseur pour le remettre à la police, ils le punissent violemment et le laissent finalement s’enfouir. C’est donc la loi du plus fort, ils ont jugé qu’il a eu son compte.

    Autre chose, cette agression est très inquiétante. Jusqu’à là les agresseurs sont des individus qui sont de passage dans le quartier qui viennent d’autres quartiers ou de communes voisines …là le mec est du quartier. Il n’a même pas peur qu’on le retrouve facilement. Quant à son père, il ferait mieux d’ouvrir les yeux et voir les choses en face : Popita ne s’est pas agressée toute seule.

    Enfin, frapper Popita uniquement au visage avec des coups de pieds c’est très grave (la pauvre elle a mal à l’arrière de sa tête) et l’agresseur ne peut pas l’ignorer. Il voulait vraiment lui faire mal.

    Quant au Ramadan, si l’agresseur le fait vraiment il devrait arrêter de se donner du mal car il n’a rien compris : il tente de voler, agresse, ment et espère que la faim et la soif suffiraient à effacer « l’ardoise »…ça en dit long sur son niveau intellectuel et de sa conception du mot spiritualité. 

    Moi je dis : Qu’il brûle en enfer, lui et ses semblables qui souillent les valeurs de ce mois sacré et s’attaquent à une jeune fille sans défense…AMEN !!!

    @citoyen93

    Là il n’y a aucun lien avec la drogue. Je crois plutôt à une tentative de vol par opportunité. 

    @Popita

    Si t’as besoin de quoi que ce soit, nous sommes là toutes ces vacances…reposes-toi bien et va prendre un peu d’air loin de cet enfer. On réfléchit à la riposte pour ne pas rester seuls et abandonnés…

    @Thierryb

    Beh on se pose des questions mais en attendant on essaie d’avancer…pas facile surtout avec un enfant qui a soif de découvrir son environnement. Le cumul des problèmes et le silence des responsables aux commandes sont insupportables et invraissemblables…« le laboratoire grandeur nature » accouche d’un gros merdier incontrôlable, bravo aux apprentis sorciers de nous prendre pour des rats.

    0

    0
  10. houari dit :

    L’intervention des « amis » est pour le moins troublante : Ils protègent Sam a dit « Popita et c’est très positif mais au lieu de retenir l’agresseur pour le remettre à la police, ils le punissent violemment et le laissent finalement s’enfouir. C’est donc la loi du plus fort, ils ont jugé qu’il a eu son compte. »

    l’autre possibilité aurait été qu’ils le livrent à la police, qui évidemment l’aurait relâché ( c’est une très forte probabilité) et cet individu serait revenu surement se venger.

    il y’a eu justice. pas celle à laquelle on devrait avoir droit mais justice de la rue.

    0

    0
  11. Goldo dit :

    l’autre jour,sur facebook,j’avais mis la phrase suivante. A quoi ça sert de faire des spectacles,des animations le soir puisque plein de personnes n’y vont pas a cause de l’insécurité qui règne dans cette ville. Il m’a été répondu qu’il ne fallait pas confondre insécurité et sentiment d’insécurité. Et bien en lisant ce qui est arrivé a Popita,je ne pense pas qu’il s’agisse d’un sentiment d’insécurité. C’est un élu qui m’a répondu celà,je pense que s’il lit ce commentaire il se reconnaitra. Quand cette ville prendra t-elle vraiment conscience des problèmes et surtout quand agiront-ils? De plus en plus désespérée,cette ville a t’elle un avenir de vivre mieux? Goldo

    0

    0
  12. Sam dit :

    Quand on s’obstine à fermer les yeux et la bouche et quand on ressasse des grandes idées creuses et bourrés de bons sentiments sans tenir compte de la réalité du terrain, les clichés sont naturellement valorisés et les extrêmes sont indirectement nourris.

    Mais à Saint-Denis tout va bien, on s’amuse et on fait la fête…et surtout on fait ce qu’on veut avec la bénédiction du laxisme local.

    @Houari

    Justice de la rue, pas d’accord. Attention aux dérives.

    @Goldo

    Le « Vivre mieux » et le « Vivre ensemble » en prennent un coup…

    0

    0
  13. houari dit :

    @sam: justice de la rue , je n’ai pas dit que j’etais pour. j’ai dit « il y’a eu justice. pas celle à laquelle on devrait avoir droit mais justice de la rue. »

    0

    0
  14. Sam dit :

    @houari

    On est d’accord 😉

    0

    0
  15. julie dit :

    Ecoeurée en lisant le témoignage de Popita (Mme courage) après, quelque jours d’absence dans notre belle ville, la réalité de ce qu’il se passe vous claque en pleine figure.
    Tous les jours une femme se fait agressée, tous les jours il y a des dégradations, il y a 3 semaines un cinglé n’a rien trouvé de mieux que de lancer un mortier sur un appartement du 6e étage, explosion totale et, je crois que 3 appartements sont détruits ou en mauvais état, cela se serait passé à l’ermitage !
    J’ai rencontré, en sortant du cinéma, un Maire Adjoint avec qui j’ai devisé et, je ne sais pas ce qu’il m’a pris mais je lui ai dis de façon vulgaire : que la ville c’était le « bordel » et, qu’elle minée par un tas de décérébrés, il n’a pas contesté les faits, il faut dire qu’il n’est pas du PC ni de droite d’ailleurs.
    Quant au sentiment d’insécurité c’est le leitmotiv de la majorité PC municipale depuis au moins 10 ans, la lavage de cerveau marche à fond!
    Comme Popita, j’ai subie des agressions, je ne m’en cache pas, cette foutue municipalité voudrait que l’on n’en parle pas, culpabilisez vous il y a forcémment eu une erreur de commise ! Question d’image… alors que même dans le 93, d’autres villes ont un regard assez sévère sur la notre.
    Quant à moi je ne sors plus le soir et, non plus le Dimanche après midi on s’emprisonne volontairement.
    Popita vous avez tout mon soutien, ne vous sentez pas coupable que votre agresseur ait été frappé, le Ramadan ils s’en fichent comme d’une guigne et, de toutes les façons ceux qui agressent sont complètement à l’ouest et, je ne sais pas quelle sera leur vie, vie mal démarrée.

    0

    0
  16. popita dit :

    Bonjour! merci pour le soutient de chacun sur cette situation, je me suis exilée en pleine nature et tout de suite, ça va mieux. Ça me permet aussi de prendre du recul sur la situation (et au passage, de moins massacrer notre belle langue de Molière 😉 )… Comme l’a relaté Sam, il s’agissait d’un acte totalement opportuniste, plutôt atypique dans son déroulement, et en dehors des faits, c’est une preuve tangible qu’il faut une présence police physique (camion, patrouilles, ce qu’ils veulent,mais une présence sera toujours dissuasive des coups gratuits à mon avis). La rue Ernest Renan, un peu cachée derrière la rue Delaune, mais aussi les rues adjacentes et même le parvis de la gare commencent à devenir du grand n’importe quoi. Dépotoirs, bars à ciel ouvert, barbecues géants, ventes à la sauvette en tout genre, même s’il n’y a pas de volonté direct de violence, ce cadre est juste inadmissible et devient le premier témoin d’un laxisme quant à la surveillance de cette zone… Pas étonnant que même un amateur se tente à voler, frapper, puisque de toute façon tout est déjà admis, il est évident que le risque de se faire prendre est extrêmement minime.
    Tout ceci contrastant tristement avec tous les beaux projets en cours ou en prévision sur cette même zone : construction du nouveau tramway, destruction de l’hôtel de passes du bout de la rue en 2015, construction de nouveaux logements. Même le parvis de la gare semble avoir pris un coup de vieux prématuré. Ce n’est pas faute d’avoir des équipements (poubelles, véligo, photos exposés, des arbres, des bancs, une passerelle bientôt terminée) mais les occupants ne semblent pas très réceptifs à ces attentions… On en vient rapidement à penser que si la méthode douce ne fonctionne pas, peut -être qu’il faut changer de langage et de moyens de communication… Quoi qu’il en soit notre quartier pâti d’une image déplorable, dans notre ville mais aussi dans les communes voisines. Une révolution s’impose…
    Quant à l’aide de mes voisins, les « grands » de la rue, c’est la preuve qu’il y a conflits de communautés entre les différents activistes de ce quartier ..Je dois reconnaître que ces mêmes personnes devant qui je passe tous les jours n’ont jamais manifesté de violences envers moi, au contraire, ils forment un passage si je choisis de passer sur le trottoir et restent courtois. (pas d’insultes, pas de gestes violents) Je ne cautionne en aucun cas leur activité mais, au vue de la jungle dans laquelle nous vivons, ne peux que saluer le fait que selon eux « on ne frappe pas une femme ». Je ne pense pas que mon agresseur aurait pris de raclée s’ils n’avaient pas vu mon visage en sang…
    Les pouvoirs publics doivent réagir, on ne planifie pas un Grand Paris en partant sur des bases gangrénées…

    0

    0
  17. citoyen_saint_denis dit :

    Dans le quartier Pleyel les trafiquants de drogue ne sont pas en vacances. En plein mois de juillet 2013 ils continuent de vendre du cannabis aux salariés d’EDF Cap Ampère et aux adolescents franciliens. Alors que François Hollande semble entamer une carrière de dictateur, les dealers font plus que jamais la loi à Saint-Denis. Le chef de l’État de multiplie les putschs et les arrestations d’opposants. La sécurité de François Hollande augmente, et notre insécurité s’accroit.

    0

    0
  18. thierryb dit :

    @citoyen-saint-denis
    (;-)
    Vous semblez en avoir fumé de la très bonne, en tout cas…

    0

    0
  19. Goldo dit :

    Ce soir,a 18h kje traversais le parvis de la gare et j’ai remarqué de loin deux véhicules de police qui stationnaient. Ils étaient pas très loin de l’arrêt du tram.celà voudrait-il dire qu’ils vont de nouveau agir? Oui mais pour combien de temps et de toutes façons,celà ne fait que déplacer le prôblème. Malheureusement il n’ya pas qu’à St Denis. Maintenant que je travaille a Paris dans le 18 éme station la Chapelle,je remarque que lorsque j’arrive là je ne suis pas dépaysée,un St Denis bis(vendeurs a la sauvette,parcs pour enfants squattés par les dealeurs,toxicomani, saleté dans les rues).Ceci dit ça ne me console absolument pas mais des fois je me demande si au lieu d’agir localement on agissait plus en se regroupant partout où il existe des problèmes,on arriverait peut -être plus a se faire entendre. Mais est-ce possible? Goldo

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *