Pour la mixité dans les cafés de Saint-Denis

Vous aimerez aussi...

114 réponses

  1. elizabeth magnan dit :

    pourquoi avoir mis un homme plutôt qu’une 2° femme sur le dessin ?…. 😉

    2

    0
  2. Choquée dit :

    C’est lamentable, je suis choquée….et les femmes n’entreront que dans ces cafés et pas dans les autres? bientôt il faudra mettre « noirs bienvenus », « jaunes bienvenus » et « verts bienvenus et gris et rouges et gay et gros et moches et handicapés » etc.. je suis autant choquée qu’en lisant salle réservée aux femmes voilées….c’est comme dans les hôtels qui acceptent les animaux on voit souvent ces termes « animaux bienvenus » ….

    11

    2
    • Olympe dit :

      Je comprends votre réaction, mais il faut être pragmatique et réaliste. Cette initiative permet de mobiliser toutes celles et tous ceux qui s’opposent à l’exclusion des femmes de l’espace public à Saint-Denis. C’est donc un moyen de les soutenir et de marquer une limite à la volonté de contrôler l’espace public de la part des intégristes et notamment les Frères Musulmans.
      Nous sommes en effet à Saint-Denis… et vous devez savoir que des pressions sont exercées sur des cafetiers par les intégristes. On ne peut pas les laisser faire.

      18

      1
      • Gaspard dit :

        Vous savez que je partage absolument tous vos combats pour la laïcité et pour les femmes. Cette fois, j’éprouve de la gêne, non pas à cause d’un combat pour la mixité qu’il faudrait mener, mais à cause de cette incroyable situation où la présence de femmes dans l’espace d’un café pose problème, alors que l’application stricte de la loi qui permet (non pas « tolère » ou « accepte » ) la liberté d’aller et venir pour toute personne, femme ou homme, dans notre société depuis des décennies, devrait suffire à la faire respecter !
        Or, il semblerait donc, que chez nous, à St Denis, la loi républicaine ne soit plus une évidence.
        Pourtant, depuis des siècles (Héloïse, Olympe de Gouges, les femmes qui tenaient des salons…) , avant même l’existence du terme féminisme, la France s’est caractérisée par la liberté de présence des femmes dans l’espace public, dans le débat politique et idéologique, dans la conquête scientifique, les arts…
        C’est déprimant.

        9

        0
      • Béa Roiselet dit :

        Oui Olympe cela part d’un « bon sentiment », mais mois aussi je suis choquée .
        Pour moi cela ressemble à une  » petite acceptation » de l’inacceptable! et je suis étonnée de cette initiative de la part de l’OLSD.
        Pour moi l’égalité des sexes est acquise en France depuis fort longtemps. Il nous reste évidement ‘à lutter encore pour l’égalité des salaires hommes femmes et l’accès à certains postes, mais le plus gros est fait et il est hors de question que l’on puisse y porter atteinte! donc si j’ai envie d’entrer dans un café où il n’y aura pas cette jolie vignette et bien j’y rentrerai quand même!
        A ce rythme là, comme le dit plus haut une intervenante, nous aurons des vignettes aux portes des lieux « PUBLICS »
        qui seront une signalisationn de ceux et celles qui ne feront pas partie de la classe supérieur!!!
        ça ne vous rappelle rien???? moi si ! ma famille s’est battue ( certains en sont morts) pour que l’on ne vive pas cela , donc
        moi je vis en femme libre jusqu’à nouvel ordre!!!!!

        Béa.

        3

        2
  3. Bill dit :

    C’est vrai que cette initiative fait beaucoup parler.
    Cela rejoint le débat sur les wagons réservés aux femmes. L’avantage étant que les femmes sont tranquilles, le gros inconvénient est la dérive possible : si, femme, je ne vais pas dans le wagon qui m’est réservé, tout peut m’arriver dans le mixte puisque je n’ai pas choisi de m’isoler.
    A St Denis, on peut imaginer la comparaison : puisque des cafés sont heureux d’accueillir une clientèle féminine et l’affichent, si je vais dans un autre, je m’expose à des problèmes et vu qu’ils n’affichent pas l’autocollant, je l’ai bien cherché. C’est bien sûr une caricature, j’espère bien que les cafés qui ne participent pas à cette opération ne refusent pas les femmes et font en sorte que s’il en vient, elles sont accueillies comme n’importe quel client.
    Mais à St Denis, la problématique est là : l’espace public est masculin, une partie de la population féminine ne mettra de toute façon pas les pieds dans un café, cet autocollant peut faire naître l’idée que oui, femme, j’ai le droit de profiter d’une terrasse, d’un café et que personne ne me jugera ou ne m’embêtera parce que je profite de ma liberté d’être humain majeur et émancipé.

    13

    0
    • Béa Roiselet dit :

      Je comprends ce que vous voulez dire Bill mais, cela deviendrait l’acceptation d’un état de fait inacceptable dans notre République , une sorte de résignation.
      C’est un camouflet qui serait donné à toutes ses femmes qui se sont battues becs et ongles pour que nous puissions être des femmes libres aujourd’hui, c’est ce que je pense aussi quand j’entends dire qu’il faut tolérer le voile intégral parceque si non ces femmes ne pourront plus sortir de chez elles , et bien non!! je ne pense pas que cela soit la solution ni pour elles ni pour nous.
      Que se passera t il pour les jeunes filles qui voudront porter mini jupe ou short? si on les agressent on dira elles l’ont cherché??? non!!! tout cela est inacceptable ou alors c’est fichu!

      3

      0
  4. Agathe dit :

    Un témoignage : j’étais assise à la terrasse d’un des cafés de la liste, avec une amie. Elle a été apostrophée en terme peu amènes par un islamiste qu’elle ne connaissait pas. Peut-être est-ce parce qu’elle fumait et qu’il était soucieux de sa santé. Mais j’en doute. Il ne m’a rien dit. Je suis une blondasse et mon amie est originaire d’Algérie, ceci explique surement cela !

    9

    0
  5. Sacamain dit :

    Une info du collectif Sacamain et de l’OLSD, la liste des cafés n’est pas close. Nous irons faire une tournée dans Saint-Denis tous les mois et vous informerons des cafés s’ajoutant à cette première série. Donc ceux qui n’y sont pas, cela ne veut pas dire qu’ils ne sont pas accueillants aux femmes !
    Vous pouvez parler de cette action aux cafés que vous connaissez et ils pourront aussi demander à ce qu’on leur rendent visite, par l’intermédiaire de ce blog par exemple.

    13

    0
    • Béa Roiselet dit :

      J’ai vraiment beaucoup de mal à comprendre, j’ai l’impression de faire partie d’une CAUSE ANIMALE
      que l’on voudrait défendre!

      4

      3
  6. Bill dit :

    Reportage positif sur BFMTV.

    12

    0
  7. Olympe dit :

    Les membres de la « Brigade des mères », dirigé par Nadia Remadna, qui avaient dénoncé les obstacles à la mixité dans les espaces publics et notamment les cafés à Sevran, ont vu leur témoignage contesté par certains. Et cela malgré les propos misogynes et communautaristes tenus par des usagers d’un café rapportés dans la vidéo en camera cachée qu’a diffusée France 2. Ainsi, par exemple, la conseillère régionale FG Clémentine Autain est allée se faire servir dans ce café et a proclamé qu’il n’y avait aucun problème !…
    Un reportage rétablit la vérité des faits et confirme le témoignage de Nadia Remadna : « A Sevran, les femmes accueillies partout… mais à bras fermés »
    sur le site de « Marianne » le 20/03/2017 à 18:00
    http://www.marianne.net/societe/sevran-les-femmes-accueillies-partout-mais-bras-fermes

    9

    0
    • Habitant dit :

      Clémentine Autain en temps que blanche peut entrer dans ces café car elle est considéré par les clients comme une femme facile pour ne pas être grossier. Par contre quand c’est une Maghrébine, soit elle travaille dans ce café en tant qu’entraîneuse soit elle ne sera pas la bienvenue.

      7

      0
      • Suger dit :

        Clémentine Autain est allée dans ce café pour s’y faire photographier et ainsi tenter de décrédibiliser la « Brigade des mères » et particulièrement Nadia Remadna, qui ne cessent de de dénoncer les complaisances de la municipalité de Sevran avec les islamistes et l’islamo-gauchisme de Clémentine Autain. N’oublions pas qu’Autain avait appelé au meeting du PIR et de l’UOIF à la Bourse du travail de Saint-Denis à la veille des élections régionales de 2015 où elle était candidate « Ensemble » – FG sur la liste de la gauche. Elle avait dû retirer sa signature sous la pression notamment des organisations laïques.
        Sa venue dans ce café a été donc une opération politique de sa part pour, une fois de plus, nier la réalité de l’influence des islamistes et des communautaristes, et donc la remise en cause de l’égalité homme-femme, à Sevran.

        14

        0
  8. Gaspard dit :

    Hier soir à «  28 minutes », émission d’Arte, la journaliste Nadia Daam a également tenté de décrédibiliser le témoignage de Mme Remadna en invoquant la contre-enquête du Bondy Blog. Ça devient pénible ces tentatives de tout côté d’enfumer, car le citoyen sincère qui cherche à s’informer ne sait plus à qui accorder sa confiance. Ainsi, concernant le Bondy Blog, depuis que Gilles Kepel a écrit un article incendiaire après une interview au Bondy Blog où il dit qu’on l’a traité d’islamophobe, depuis l’affaire des tweets de Meklat, les démentis, je n’ose plus rien croire…

    2

    0
  9. Rose dit :

    Quelle horreur ! C’est vraiment la honte pour notre ville d’en arriver là, comme si on avait besoin de ça en ce moment. Ca donne plutôt envie de boycotter ces bars (j’espère que certains bars auront le courage de refuser l’autocollant).

    Je passe tous les jours devant la rue du conservatoire de musique où il y a un bar avec toujours QUE des hommes (blancs principalement) et c’est donc un autocollant qui va me donner envie d’y entrer ? Non mais c’est vraiment prendre les femmes pour des tartes ! (Au passage, ce bar a une réputation très sympa, de nombreux papas y attendent leurs rejetons pendant les cours de musique).

    C’est qui ce collectif Sacamain ??
    Qui avait déjà envahis la ville avec ses affiches super glauques sur la violence de rue en ne ciblant QUE les femmes. Comme si les personnages âgées ou fragiles n’étaient pas concernés.

    L’enfer est pavé de bonnes intentions et certains ont vraiment de l’énergie à perdre.

    1

    13
    • Bill dit :

      Bien, un peu de troll ça pimente !
      Alors la Brasserie du Coq Hardi, je suppose que c’est de celui-là que vous voulez parler, est effectivement un lieu très convivial pour tous. Et je ne sais pas à quelle heure vous y passez parce que moi j’y vois un des rares lieux mixtes tant en genre qu’en couleurs qu’en classe sociale. Je fréquente aussi le conservatoire, j’y vois plutôt des mamans mais aussi des papas de toutes les couleurs. Mais à priori le blanc vous dégoûte et vous ne voyez que ça.
      Et concernant le Collectif Sacamain, c’est effectivement une assoc féministe. Mais l’avantage des assocs féministes est qu’elles se préoccupent de la place des femmes dans la société et que cela concerne tout de même la moitié de la population dont des personnes âgées ou fragiles. Et une affiche de Michel Quarez tout de même..
      Et le problème si vous boycottez ces bars avec auto-collants, c’est que vous allez vous priver des rares lieux conviviaux et mixtes de la ville mais bon, les bars ne sont sans doute pas pour votre tasse de thé…

      12

      0
      • Rose dit :

        Non Mr Bill, je ne suis pas un troll mais je dis ce qui me tient à coeur et je suis en colère. Et je suis blanche.
        Pour le collectif Sacàmain je ne parlais pas du travail de Quarez dont j’admire le travail et je visite souvent l’atelier lors du week end portes ouvertes. Même si ce n’est pas une affiche de lui dont on se souviendra graphiquement. Je parlais du fond, Et ces affiches ont juste oublié les homos et les vieux !! (et bon nombre d’hommes qui se font aussi agresser dans la rue). Et là encore vous oublier ces personnes fragiles.
        Je ne pense pas que ce genre d’affiche ou d’autocollant déprimants aident les femmes. Relisez ou lisez King Kong théorie de Despentes.

        2

        0
    • Habitant dit :

      Désolé de vous contredire mais le bar dont vous parlez le coq hardy où je suis client très assidu…il n’y a pas que des blancs, et d’ailleurs personne dans ce bar ne s’est posé ce genre de question, à savoir le nombre de blanc ou autre à l’intérieur, donc gardez votre racisme primaire pour vous svp, nous on ne fait pas ce genre de distinction par la couleur. Et on est très content quand des femmes y entre, car il reste l’un des rares café conviviale…des café comme celui-ci se comptait par dizaine dans St-Denis avant leur destruction par la politique du duo Braouzec/Paillard.

      10

      0
      • Habitant dit :

        Et pour finir, vous aurez remarqué que beaucoup de Maghrébins sont blancs, donc j’aimerai que vous m’expliquiez dans quel catégorie vous les mettez, pour vous sont-il blanc, noir, marron…je comprends pas trop votre raisonnement, doit-on se balader avec une pancarte avec écris dessus notre origine ou notre couleur, et comme ça vous pourrez compter?
        Je comprends pas, on vous parle de femmes discriminé dans certains café, vous nous parlez de couleur de peau.
        Dans St-Denis et autre en Seine-St-Denis, il existe une discrimination sociale très forte qui engendre des dérives communautaires, on a rassemblé tous les problèmes sociaux en un même endroit ce qui engendre des problèmes pour les habitants et pour leurs enfants qui auront beaucoup de mal à s’en sortir. Le problème est là, vouloir ramener ces problèmes à la couleur de peau est une infamie, tout ça pour aller dans le sens des politiques de Braouezec, Paillard et maintenant Macron, qui refuse d’aider les petite PME (qui embauche ces jeunes) au profit des multinationales (qui n’embauche pas ces jeunes) et les entreprises installé à la Plaine St-Denis en sont un bel exemple.

        2

        0
  10. Bea roiselet dit :

    Incroyable de lire des trucs pareils !
    Maintenant il y aurait des bars de blancs! Je pense qu en fait la création de cette vignette ( bien que cela soit parti d’une bonne intention) va finalement donner du grain à certains. Peut être que cette dame en parlant du coq hardi voulait dire un bar qui est une figure du VRAI vivre ensemble à Saint denis!

    1

    0
    • Rose dit :

      Avec du recul je me rends compte que je me suis mal exprimée en parlant de couleur de peau mais je trouve ça difficile de parler. En fait je ne comprends pas pourquoi on tape toujours sur les même (les musulmans !) alors que Marine Le Pen risque de passer aux élections !!?? Si je dis à ma mère qui habite en région qu’on a des autocollants pour la mixité à Saint Denis et bien elle pense que vivre ici c’est l’horreur, que les intégristes ont pris la ville ect. Donc un électeur de Le Pen je vois vite ce qu’il va penser ! Je suis très inquiète et je pense qu’il y a d’autres facons de faire pour aller vers le vivre ensemble.

      1

      5
      • Olympe dit :

        Qu’est-ce-que c’est que cette histoire que vous nous racontez ? Qui « tape » sur les musulmans sinon vous !
        Les personnes de culture musulmane, dont de nombreux cafetiers qui apposent l’affichette de Sacamain, ne sont ni des ayatollahs, ni Frères Musulmans, ni salafistes, ni d’autres espèces de rapaces intégristes qui refusent la mixité de l’espace public, qui veulent imposer aux femmes de se voiler car elles seraient coupables d’exciter les hommes (quelle bande de malades !).
        Vous, vous faites l’amalgame entre les musulmans et les islamistes intégristes qui n’ont pour but que de réduire toujours plus les libertés des femmes. C’est bien vous qui tapez sur les musulmans en les assimilant aux intégristes et qui donnez ainsi des arguments au Front National.

        7

        0
        • Rose dit :

          A qui voulez vous faire croire que cet autocollant n’est pas arrivé après l’affaire du bar de Sevran à part à vous même ? (J’imagine déjà les titres des journaux). A qui voulez vous faire croire que les électeurs du front national font en grande partie la différence entre intégristes et musulmans ? (c’est le premier parti chez les jeunes).
          D’après vous, que va penser un électeur lambda en apprenant que les bars de la ville de Saint Denis sont maintenant obligés de mettre un autocollant « femmes bienvenues » pour vivre ensemble !? Si pour vous tout cela ne participe pas à la montée du FN et bien je ne sais pas ce qu’il vous faut ?

          Il y a des professionnels qui prennent en charge la question de la réapropriation de la ville par les femmes, qui travaillent, réflechissent, se confrontent aux avis divergents, ect :

          « Audrey Noeltner, urbaniste et fondatrice de l’association Womenability, a, elle, déambulé dans vingt-cinq villes à travers le monde. Pendant sept mois, elle a observé la manière dont les femmes utilisent, dans d’autres pays, les espaces publics et a relevé les « bonnes pratiques » à importer en France. »

          Jamais ces gens ne sont passé par une telle extrèmité ! Et là le collectif Sacamain, sous couvert de bons sentiments bien sûr, nous imposent sa vision lamentable du vivre ensemble… et il faudrait que j’accepte ça ?!!

          Je ne partage pas votre avis, je ne veux pas cautionner cela et j’en parlerais de vive et haute voix cette fois-ci.

          2

          3
          • Bill dit :

            C’est très bien les experts mais est-ce qu’ils sont venus à St Denis et / ou qu’est-ce que la ville fait pour améliorer la situation ? Avez-vous l’impression que la municipalité et surtout son délégué ont pris le problème en compte et travaillent pour y remédier ?
            Ensuite, le collectif Sacamain fait des actions depuis plusieurs années maintenant autour de ce thème : la présence des femmes dans les cafés et sur les terrasses dionysiennes. Ils n’ont effectivement pas attendu Sevran. Si vous êtes dionysienne vous devriez le savoir. Dommage que vous n’ayez pas apporté votre contribution à la réflexion avant qu’ils ne mettent en place cette action que vous trouvez si dangereuse.

            2

            0
          • Rose dit :

            « Dommage que vous n’ayez pas apporté votre contribution à la réflexion avant qu’ils ne mettent en place cette action que vous trouvez si dangereuse. »

            Oui enfin si vous lisez bien les commentaires vous verrez que je suis loin d’être la seule. Il serait intéressant que vous aussi de votre côté vous le preniez en compte au lieu de traiter de troll ou raciste anti-blancs les gens qui ne pensent pas comme vous.

            2

            3
          • Bill dit :

            Je vous rappelle que ce blog n’est pas celui de sacamain et que nous ne les représentons pas donc pour la suite de vos récriminations, je vous invite à les contacter. Cet article ne fait que relayer l’action. Et pour les accusations de raciste anti-blanc, vous ne pouvez vous en prendre qu’à vous-même vu vos écrits…
            Et j’estime que vu le nombre de vos posts (et répétition de post) je vous laisse tout le loisir de vous exprimer.

            4

            0
      • Habitant dit :

        @rose
        Ce n’est pas Marine le pen qui a créé et qui entretient les ghettos du 93, c’est bien le PS et les gauchistes, donc je ne vois pas ce que le FN vient faire ici, et surtout que ce FN dont vous vous horrifiée à été crée par le PS aussi. C toujours la même logique de ces gauchistes, les pompiers pyromanes ce qui leur permet d’exister encore et toujours

        2

        0
      • Bill dit :

        A vous lire, on ne devrait pas parler des problèmes pour ne pas effrayer votre mère. Souffrir en silence quoi…Beaucoup pensent que c’est parce qu’on se tait et qu’on ne veut rien entendre que le FN monte.

        3

        0
        • Rose dit :

          Non mais franchement, vous êtes une femme à Saint Denis (?) et vous avez tant de mal que ça à boire un verre dans la ville au point de « souffrir en silence » ? C’est triste, j’ai presque envie de vous inviter à boire un verre.

          1

          2
          • Bill dit :

            Mon principal souci est ma fille encore petite que je n’autoriserai pas à se balader seule dans les rues dans l’état actuel de la ville. J’aimerai qu’elle puisse grandir en ne se sentant pas « limitée » parce que de sexe féminin. Je vous l’accorde, la problématique est plus large que les cafés.

            7

            1
          • Camelia dit :

            Ah ouai! Moi aussi. S’apprivoiser comme ce beau passage avec le renard dans Le petit prince de Saint-Exupéry 🙂

            0

            0
  11. Louise dit :

    « Quelques grammes de laïcité dans un monde de radicalité »

    Elisabeth Badinter : « Candidats, comment allez-vous protéger la laïcité ? » (Vendredi 24 mars 2017)

    http://www.laicite-republique.org/video-e%CC%81lisabeth-badinter-candidats-comment-allez-vous-proteger-la-laicite-24.html

    https://www.youtube.com/watch?v=R2E1aTyZKBg

    8

    0
  12. Cocolimero dit :

    Les cafés/restaurants déjà labélissés sont connus pour être de vrais établissements où la consommation et les repas sont ouverts et où la convivialité est de mise. Mais ils sont situés essentiellement en centre ville.
    Alors, quels sont les critères d’attribution de ce label ? On peut s’interroger ! Encore une fois, on pointe Saint-Denis !
    Et ne sommes-nous pas en République, où l’égalité entre hommes et femmes est un fait ?
    Et quel est l’objectif de l’Observatoire de la Laïcité et du collectif Sacamain ?
    Ces deux organisations pensent donc que les femmes ne sont pas suffisamment intelligentes pour savoir où se rendre pour être bien accueillies ? Je considère cette initiative comme une insulte à notre position dans la société, à notre sexe, à notre intelligence et à notre sensibilité.
    Il y a encore beaucoup à faire… c’est lamentable !
    Je suis en colère contre cette initiative qui ne ressemble à rien sauf à nous conditionner à une nouvelle ségrégation et à don’er raison aux réseaux qui la génère !

    2

    13
    • Rose dit :

      Voilà c’est ça que je n’arrive pas à dire : je me sens insultée en tant que femmes de savoir qu’il y a ces autocollants dans ma ville. C’est exactement ça, merci Cocolimero.
      Et je pense à nos enfants qui ont leur C.V. avec leur adresse à Saint Denis et qui n’ont pas besoin de ça en plus pour chercher du travail ou un stage. »Encore une fois, on pointe Saint-Denis ! ». C’est pourquoi je parlais que l’enfer est souvent pavé de bonnes intentions. Le collectif Sacamain se donne bonne conscience avec des actions qui parlent « au nom des femmes ». Alors que je ne me reconnais pas du tout dans leurs actions. Pour moi il infantilise les femmes et insulte leur intelligence.Je ne comprends pas pourquoi la mairie accepte ça.

      2

      6
  13. Louise dit :

    Rappelons tout de même que l’autocollant en question indique « Femmes bienvenues » et non pas « Femmes autorisées » ou « Femmes acceptées ». Je trouve que l’initiative de L’OLSD et de Sacamain est pertinente : elle valorise et promeut la mixité dans les lieux publics. Et arrêtons de nous voiler la face : à Saint-Denis, dans de nombreux cafés, tout est fait pour dissuader les femmes d’entrer ou de s’y sentir à leur place.

    11

    0
    • Rose dit :

      « femmes bienvenues » ou « femmes acceptées » peu importe ? C’est juste plus political correct et lisse pour ne pas choquer. Mais le fond reste choquant. Est ce qu’il y a des autocollants chez Chanel pour dire « pauvres bienvenus » ou même pour que tout le monde s’y sentent à sa place ? Des autocollants « hommes bienvenus » sur les magazines féminins ? C’est tout récent que des professionnels s’occupent de rendre l’espace public aux femmes et cela ne se fait pas n’importe comment.
      « Et arrêtons de nous voiler la face : à Saint-Denis, dans de nombreux cafés, tout est fait pour dissuader les femmes d’entrer ou de s’y sentir à leur place. » En quoi cela vous enlève quelque chose pour vivre heureuse ?
      Comme le dit Cocolimero : je suis suffisamment intelligentes pour savoir où me rendre pour prendre un verre et être bien accueillies.

      0

      9
      • Olympe dit :

        Vous écrivez à propos des cafés hostiles à la présence des femmes :  » En quoi cela vous enlève quelque chose pour vivre heureuse ? » !!!
        C’est sûr que la ségrégation sexiste dans les espaces public et le refus de la mixité n’ont pas l’air de beaucoup vous gêner…
        Je pense que vous ne devez pas être beaucoup choquée alors par les propos de ce genre de décérébré :
        LES FEMMES DANS LES SNACK….
        https://www.facebook.com/1180861972003921/videos/1337845476305569/?pnref=story.unseen-section

        10

        0
        • ddavid dit :

          Olympe ce type est absolument parfait! C’est le patron du snack de Vénissieux qui doit ètre content d’avoir devant chez lui un tas de gros crétins qui empèche les femmes « de chez eux » de rentrer dans son établissement! Et sans doute manifestent lourdement leur mépris des femmes qui ne sont pas « de chez eux »…. Il faudrait le présenter à Madjid!

          6

          0
        • Rose dit :

          Le sexisme existe partout, pas qu’à Saint Denis on l’a bien vu en politique avec les affaires DSK, Baudry et l’autre taré qui se faisait faire des massages des pieds par ses secrétaires. Simplement dans les hautes sphères c’est du sexisme qui est moins voyant, mais c’est le même, et aussi fréquent.

          Je reprends donc les propos de Cocolimero qui exprime si bien le fond de ma pensée :

          « Alors, quels sont les critères d’attribution de ce label ? On peut s’interroger ! Encore une fois, on pointe Saint-Denis !
          Et ne sommes-nous pas en République, où l’égalité entre hommes et femmes est un fait ?
          Et quel est l’objectif de l’Observatoire de la Laïcité et du collectif Sacamain ?
          Ces deux organisations pensent donc que les femmes ne sont pas suffisamment intelligentes pour savoir où se rendre pour être bien accueillies ? Je considère cette initiative comme une insulte à notre position dans la société, à notre sexe, à notre intelligence et à notre sensibilité.
          Il y a encore beaucoup à faire… c’est lamentable !
          Je suis en colère contre cette initiative qui ne ressemble à rien sauf à nous conditionner à une nouvelle ségrégation et à don’er raison aux réseaux qui la génère ! »

          Je suis une femme et je suffisamment intelligentes pour savoir où me rendre à Saint Denis pour être bien accueillies.

          1

          4
        • Camelia dit :

          C’est juste un gros naze, et je n’aimerai pas manger dans son snacks et y donner mon fric. Mais bordel, un peu de jujeote! Tiens ça me fait penser à mon ami (homo) que j’ai du rejoindre il y a quelques années dans un bar gai au marais. En arrivant, les mecs n’avaient pas du tout la même allure que mon pote. Cuir, etc. Je n’étais pas du tout à l’aise et ne me sentais pas à ma place. On ne m’a pas retenu. Mon ami est venu me chercher dans un autre bar … Je n’ai jamais entendu parler de certains bar d’homo qui refuse le sexe opposé (de façon implicite ou explicite) sauf quand il s’agit de transgenre.

          0

          0
          • Bill dit :

            On est d’accord, c’est un gros naze. Mais le problème c’est qu’il n’est pas tout seul et que le snack est parfois le seul commerce et lieu de rdv dans une cité et que si vous êtes femme vous n’êtes pas bienvenue en particulier si physiquement vous êtes de type maghrébin. Au final, c’est l’exclusion du lieu social et une contrainte sur la liberté de circulation. La différence avec le Marais, c’est que dans ce quartier, vous trouverez toujours un bar où vous vous sentirez à l’aise et passerez une bonne soirée.

            0

            0
      • Rose dit :

        Pour Olympe.

        Le film « Vers la tendresse » d’Alice Diop, avec des gars avec des propos sexistes, césar 2017 du meilleur court métrage est visible jusqu’au 31 mars sur :
        https://secure.unifrance.org/login?langue=langue.fr
        http://television.telerama.fr/television/a-voir-sur-telerama-fr-vers-la-tendresse-magnifique-film-sur-l-amour-dans-les-quartiers,152277.php

        0

        0
        • Olympe dit :

          Pour Rose

          Un roman de V. Despentes pour Bill, un court métrage pour moi ! Vos références sont bien jolies mais la vrai vie n’est pas dans les bons sentiments (ni les mauvais d’ailleurs…) que véhicule la création littéraire ou cinématographique. Si vous habitez Saint-Denis, vous devriez savoir que nous ne sommes ni chez les bisounours, ni dans « Mad Max ».
          La réalité c’est ce combat quotidien de femmes et d’hommes pour les libertés individuelles contre le sexisme, le racisme (tous les racismes, je précise car dans votre cas cela ne paraît pas évident), contre l’emprise des intégristes religieux qui veulent imposer leurs dogmes.

          Votre seul combat à vous ici est de s’attaquer à une association féministe, à l’action qu’elle mène, et, comme vous y êtes opposée, vous ne trouvez rien de mieux que de demander à la mairie, heureusement plus respectueuse de droits d’expression que vous, de faire taire ces féministes et de les empêcher d’agir ! Vous avez une drôle de conception de la démocratie : laissez agir les sexistes et faire taire les féministes qui les combattent…

          3

          0
          • Rose dit :

            J’ai le droit, en tant que femme et en tant que féministe, de trouver qu’une action féministe infantilise les femmes et stigmatise une partie de la population, comme vous avez le droit d’approuver cette action. Nous avons des avis divergents.

            0

            0
  14. Cocolimero dit :

    @Louise : encore heureux ! Sinon à titre individuel et avec des associations de défense des femmes, il y aurait une action en justice pour ségrégation.

    0

    1
    • Dame Catule dit :

      Mais dans quel monde vivez-vous ? Toute femme peut faire l’expérience de tels comportements dans certains bistrots du 93 et si certains cafés y affichent « les femmes sont les bienvenues » comme à Aubervilliers ou à Saint-Denis, c’est que c’est loin d’être une évidence.
      Vous semblez l’oublier et ne penser qu’à vous en prendre à celles et ceux qui veulent dénoncer cette situation et la changer concrètement. On peut se demander de quel coté vous vous situez dans ce combat quotidien…

      13

      0
  15. Raymonde dit :

    Changer les choses c’est reconnaitre que l’égalité hommes femmes dans l’espace public c’est pas gagné. A St Denis, Paris ou dans quantité d’autres lieux. Tout proche, à Aubervilliers exactement la même démarche a été adoptée bien avant l’initiative de l’OLSD et du collectif Sacamain sans susciter de telles réactions.
    Que penser de cela, anecdotique ou signe du dévoilement d’un tabou que nombreux et nombreuses ne veulent toujours pas voir ici à St Denis?
    Et au delà, la parole du gérant du bar du marché qui prend acte du phénomène « bar peuplé essentiellement d’hommes » et décide qu’il en sera autrement ne vaut-elle rien ? Une bien curieuse cécité…

    7

    0
    • Rose dit :

      « à Aubervilliers exactement la même démarche a été adoptée  »

      Qu’est ce qui a été fait exactement à Aubervilliers ? Des autocollants avec « femmes bienvenues » sur les bars ?

      0

      0
      • Olympe dit :

        Si vous lisiez les commentaires, vous seriez un peu plus crédible dans vos propos. Henriette 26 mars 2017 à 21 h 40 min a déjà répondu à votre question… Allez voir le lien qu’elle a indiqué sur l’action de femmes d’Aubervilliers pour la mixité dans l’espace public !

        3

        0
  16. Bea dit :

    Ah? Parcequ il va falloir être intelligente maintenant pour savoir ou boire un café????🙄
    Bea

    0

    1
  17. Maya dit :

    J’habite à Saint Denis depuis trente ans et j’aimerais que mes filles et mes petites filles aient envie de me rendre visite, envie de se promener dans les rues de la ville et de s’asseoir à une terrasse de café en toute confiance.
    J’aime ma ville et malheureusement je connais de plus en plus de femmes qui n’osent plus sortir le soir de peur d’être agressées.
    J’approuve l’action de « Sacamain » car elle va dans le sens de la mixité et du respect de la femme.

    11

    0
  18. Henriette dit :

    C’est quoi tout ça??! c’est pas bien nouveau des bars de mecs qui en découragent plus d’une d’y rentrer…. oui c’est possible autour de la Basilique et au Pavillon mais en vrai on les compte sur le bout des doigts les cafés « mixtes ». Belle initiative, chapeau !
    Comme à Aubervilliers et encore ailleurs, merci il faut continuer :
    https://placeauxfemmes.wordpress.com

    7

    0
    • Rose dit :

      A Aubervilliers ils en arrivent à devoir écrire un article « L’inquiétante récupération de la lutte des femmes pour l’égalité et la mixité ». Article qui n’interessera pas les média.

      « Parce que nous condamnons tout refus d’accès à l’espace public, dont les cafés, à quelle que femme que ce soit, nous sommes extrêmement choquées des choix des médias visant à stigmatiser de la façon la plus malsaine et nauséabonde une partie de la population française. ect »

      Je suis si étonnée qu’il n’est pas pensé que tout cela serait récupéré.

      0

      4
      • Bill dit :

        Je vous rappelle que c’est vous qui remettez ça sur le plan du racisme alors que l’action parle de mixité sans parler de race ou religion.
        Le collectif oeuvre au niveau local et ne nie pas le machisme / patriarcat généralisé.
        Si vous ne voyez pas que le sexisme de rue est très développé dans notre ville, tant mieux pour vous. Moi j’attribue ça à trop de jeunes coqs désoeuvrés et mal éduqués qui squattent l’espace public. Mais j’ai aussi vu des vieux avoir des gestes complètement déplacés. Ce n’est malheureusement pas une question d’âge.
        Sinon, je répète, pour la suite de votre rage, merci de vous adresser au collectif sacamain. Je pense qu’on a bien compris votre point de vue.

        6

        0
        • Rose dit :

          « Je vous rappelle que c’est vous qui remettez ça sur le plan du racisme alors que l’action parle de mixité sans parler de race ou religion. »

          Il suffit de voir comment ces actions sur Saint Denis et Aubervilliers ont été repris par les médias pour avoir la preuve du contraire.

          « Sinon, je répète, pour la suite de votre rage, merci de vous adresser au collectif sacamain. Je pense qu’on a bien compris votre point de vue. »

          OK. Au revoir.

          0

          7
      • Olympe dit :

        Vous passez évidemment à coté de l’essentiel dans ce texte publié sur le site de « Place aux femmes » d’Aubervilliers :

        « Le collectif « Place aux femmes » d’Aubervilliers utilise depuis maintenant 5 ans le café comme
        lieu symbolique de l’espace public d’où les femmes sont absentes. Il s’adresse autant aux hommes
        qui prennent possession de cet espace qu’aux femmes qui ne revendiquent pas leur place. Nos
        rencontres au café sont un acte militant qui interpelle toute la population.

        Nous appelons les femmes à occuper l’espace public partout où il leur est confisqué, dans les
        stades, dans la rue, en terrasse de cafés, à certaines heures du soir et de la nuit, etc. Les femmes
        connaissent cette mainmise partout. Elle existe avec des aspects différents dans tous les milieux
        sociaux et culturels, dans tous les lieux urbains et provinciaux, dans tous les mondes du travail, des
        usines aux banques, des traders aux PMU. Les lieux de domination masculine ne manquent pas. »

        6

        0
        • Rose dit :

          Le texte est très bien, là n’est pas la question. L’action d’Auberviliers a été tellement mal « comprises » par les médias que le collectif d’Aubervilliers est obligé de se justifier sur son action dans cet article. Article qui évidemment n’intéresse aucun médias donc on en restera sur des stigmatisations « d’une partie de la population française » ce qui était prévisible. C’est triste et inquiétant. Au revoir.

          0

          6
          • Henriette dit :

            Donc si j’ai tout compris, au risque d’une « incomprehénsion » des médias on devrait arrêter de regarder notre réalité et arrêter d’essayer de la changer ? Quel bénéfice à faire l’autruche à l’infini ?
            Moi ça me donne plutôt envie d’essayer de faire changer les médias ! Et trouver des médias capables de relayer ces actions féministes à Aubervilliers et à St Denis. Du reste il n’ y pas que les journalistes, on pourrait penser à des auteurs, des vidéastes, des documentaristes …..

            8

            0
          • Habitant dit :

            @Rose
            Vous savez Rose, notre ville est stigmatisé depuis 30ans par la politique Braouzec/Paillard/.S.Peu..avec toute cette concentration de misère et cette insécurité croissante, et ces élus au lieu de s’attaquer aux problèmes, préfère s’attaquer à la police qui est notre dernière solution. Vous êtes dans la même logique, au lieu de vous attaquer aux problèmes, vous vous attaquez à la solution, au moins vos textes sont signés et on sait pour qui vous roulez. Vu l’état dans laquelle ils ont mis notre ville, on préfère ne plus avoir à faire à ces élus sans électeurs (cf: Braouzec et S. Peu) mais qui décide de tout.

            6

            0
  19. Fabrice Rzepiennik dit :

    Je suis pour une égalité parfaite des droits entre les hommes et les femmes et je suis totalement indigné quand j’apprends qu’un café a refusé l’accès à une femme. Par contre je préconise un autre slogan que « Femme bienvenue ». Pourquoi pas la chanson de Julien Clerc : « Femmes je vous aime » ou celle de Julio Iglesia : « Vous les femmes, vous le charme ». Trêve de plaisanterie tout ce que vous voulez mais pas « Femmes bienvenues », je trouve que cette expression les catégorise encore plus.
    De plus pourquoi un croquis de femme une clope à la main ? Signe d’affirmation masculine ?

    Je soutiens bien sur l’Observatoire de la Laïcité de Saint-Denis (OLSD) et le collectif « Sacamain » la charte et l’engagement.

    Fraternellement,
    Fabrice

    2

    0
  20. Olympe dit :

    Au Conseil municipal de jeudi soir, Madjid Messaoudene s’en est pris, une fois de plus, à l’Observatoire de la Laïcité à Saint-Denis (OLSD).
    Pour voir, sur le site de la Ville, la séance du conseil municipal d’hier soir, jeudi 30 mars : http://www.synople.tv/ville-saint-denis/index.php
    puis cliquer sur “Soutien de la ville aux associations” et ensuite sur le nom des intervenants.

    Madjid Messaoudene s’attaque violemment à l’OLSD multipliant les mensonges sur l’initiative menée avec Sacamain pour la liberté des femmes dans l’espace public.
    On peut écouter aussi la très brève intervention d’Hervé Borie qui, en tant que Président du SDUS, explique sa nécessaire abstention au vote global des subventions, mais dit le regretter car il aurait souhaité voter pour la subvention à l’OLSD.

    Résultats des votes séparés (à la demande de M. Messaoudene) sur l’OLSD : 2 contre et 7 abstentions, puis sur “Action Citoyenne Dionysienne”, une association de sensibilisation des jeunes aux institutions et valeurs de la République animée par une adhérente de l’OLSD : 1 contre (vous devinez de quel élu il s’agit…) !

    5

    0
    • Habitant dit :

      Ils utilisent l’argent de nos impôts pour attaquer la démocratie et imposer leurs dérives communautaristes pour semer le chaos sur St-Denis avec la bienveillance de certains élus car il ne s’y oppose pas. Mais nous, on oubliera pas ces élus, collabo de cette politique destructrice pour la ville.

      5

      0
    • Mourad dit :

      … les noms des 2 contre et des abstentions svp ?

      0

      0
      • Suger dit :

        L’ autre voix contre, avec celle de Madjid Messaoudène, est celle de M. Hakim Rebiha, maire-adjoint et responsable de l’association « Amal » (très présent dans le reportage de M6 sur Saint-Denis).
        L’association « Amal » gère la « Grande Mosquée » de Saint-Denis et tente d’apparaître comme la représentante d’un Islam modéré à Saint-Denis. Ce vote de M. Rebiha jette un doute sur cette prétention…

        6

        0
  21. Gaspard dit :

    « Madjid Messaoudene s’attaque violemment à l’OLSD multipliant les mensonges sur l’initiative menée avec Sacamain pour la liberté des femmes dans l’espace public. » Qui peut s’étonner ? Il a été à bonne école. Mais ce qui me choque, c’est que des gens qui se disent communistes, qui devraient avoir la liberté et l’égalité chevillées au corps, laissent s’exprimer une tel apologiste de la soumission, un homme qui n’aime pas les femmes libres, autonomes, laïques, au lieu de le mettre dehors, tellement il devrait leur faire honte.
    Si les paroles et les actions de ce triste sire étaient connues au niveau national, nul doute qu’il se verrait un peu obligé d’en rabattre, car enfin, ce type n’est rien, il ne représente rien, mais en revanche la démocratie , les valeurs de la république sont ses premières cibles.

    5

    0
  22. Gaspard dit :

    Il faut vraiment écouter ce qu’il dit ! Pour lui, il s’agit seulement de parler de religion, de victimisation, de stigmatisation et ne fois de plus d’  : « islamophobie » !!! Le sous entendu est que l’islam serait attaqué. Et il ose terminer en invoquant la laïcité…

    4

    0
  23. BB dit :

    Petit coucou au Café de France où j’ai eu longtemps mes habitudes… Terrasse souvent très « mâle » (3-4 gars autour d’un café) et je comprend que quand on est une femme, passer devant les regards appuyés ne doit pas réconforter.
    Ceci dit, il ne faut pas se démonter. On y mange et bois bien. Le patron est très sympa et garde toujours un petit boukha pour la fin du repas…
    Bref.

    2

    0
  24. Nouchma dit :

    Malheureusement, il est invité dans les medias….et il semble écouté par tous les élus, c’est ce que je n’arrive pas à comprendre. Car je n’ai pas l’impression qu’il y ait jamais eu une opposition ou ne serait-ce qu’un débat en conseil municipal sur ses prises de position publiques, y compris via les réseaux sociaux qui occupent une grande partie de son temps. Nous avons notre Trump local !
    Visiblement personne au sein des élus ne s’inquiète, majorité ou opposition, personne. Personne pour le contredire ? Une municipalité sous influence ? Tout cela déjà expliqué sur notre blog, manifestement personne n’est convaincu par les nombreux arguments, documents, preuves- incontestables puisque diffusées et publiées ici, personne ne s’inquiète d’une attitude toujours contre – jamais pour – ou alors personne ne nous lit, ou alors personne ne se sent concerné par le sujet de l’égalité homme-femme, ou alors personne n’ose ?

    PS : en tous cas c’est mon impression, merci les experts de me dire si je me trompe

    3

    0
  25. Bill dit :

    Certain-e-s intervenant-e-s avaient prévenu qu’ils ne resteraient pas inactifs, voici donc la réponse des Dionysiens choqués par l’idée qu’on pourrait insinuer que l’espace public n’est pas mixte. C’est bien connu à St Denis que les femmes sont les bienvenues partout et leur présence dans les cafés est impressionnante. Il faut être islamophobe pour ne pas le voir.

    Parmi les signataires, plusieurs proches du PIR et autres groupuscules racistes.
    Ils annoncent mettre la pression sur les cafés qui ont accepté l’autocollant, 2 l’auraient déjà retiré. Vu les liens municipaux de certains signataires et leur potentiel nocif, je ne serai pas surprise que bientôt cet autocollant disparaisse des vitrines, les gérants ne voudront pas s’offrir une campagne de dénigrement sur le dos de la mixité. Certains signataires sont des spécialistes de la chose.

    Leur appel est dans le jsd http://www.lejsd.com/content/le-label-%C2%AB-mixit%C3%A9-dans-les-caf%C3%A9s-femmes-bienvenues-%C2%BB-une-initiative-qui-nous-choqu%C3%A9es.

    6

    0
    • Olympe dit :

      Madjid Messaoudene n’ayant réussi à obtenir que 2 voix (dont la sienne) au Conseil municipal pour voter contre la subvention à l’OLSD, il n’a rien trouvé de mieux que de lancer cette pétition qui n’est pas autre chose que le texte quasi mot à mot de son intervention au conseil municipal de jeudi…
      Une vingtaine de signatures rassemblés pour tenter de faire oublier l’absence totale du délégué à l’égalité femme-homme Messaoudene dans le combat pour la liberté des femmes dans l’espace public, et cela avec des « arguments » qui vont de l’inévitable accusation de la prétendue « islamophobie » jusqu’à la lutte contre le tabac… Il ne faut pas avoir peur du ridicule pour signer ce texte et pour signer un texte de Messaoudene !

      10

      0
  26. Agathe dit :

    Un délégué à la lutte contre les discriminations qui tient des propos racistes contre les féministes blanches (et bourgeoises !), délégué aussi à l’égalité femme/homme dont on se demande ce qu’il a fait dans ce domaine, si ce n’est pour vouloir interdire les actions d’un collectif féministe et appeler au boycott de celles et ceux qui les soutiennent ! Après avoir comparé les Fémen à des truies, que fera t’il encore pour nuire à l’image de notre ville ?

    8

    0
  27. MAHBOUBI dit :

    un label autorisant les femmes à accéder dans les bars ??? Je suis également choquée par ce label limite « animal de compagnie accepté ». Je n’ai jamais eu de problème d’accès dans n’importe quel bar, ni à Tours, ni à Sevran, ni à St Denis, ni à Marseille, par contre les bourrins sexistes, et les fachomabouls j’en ai rencontré

    Personnellement, je n’ai ni envie de m’enfermer dans le communautarisme, ni dans ce laïcisme, ils me font tous peur, ça nous piège dans une sale oppression anxiogène.
    Je veux bien dénoncer le sexisme, ça j’en ai eu, les fachomabouls j’en ai croisé à la pelle, les islamistes également, mais là c’est de la malhonnêteté intellectuelle

    1

    10
    • Bill dit :

      Quel est le rapport avec le laïcisme ? On parle d’égalité homme-femme ici. Et comment le définissez-vous pour qu’il soit une oppression anxiogène ?

      7

      0
    • gaspard dit :

      « laïcisme » est un terme péjoratif qui vient de ceux qui remettent en cause la simple laïcité, qui est juste liberté d’aller et venir où bon lui semble à tous, hommes comme femmes, dans le débat qui nous occupe.
      Par ailleurs, mettre en équivalence « laïcisme » et fachos, et islamistes, c’est fort…mais vous avez raison sur le besoin de pacifier cette folie qui pousse tout le monde à se replier sur des identités fantasmées, ou exagérés.

      2

      0
  28. Olympe dit :

    Madjid Messaoudene a publié sa pétition dans le Courrier des lecteurs sur le site du JSD. Les réactions sont intéressantes. On peut en citer deux :
    – « C’était au départ pour moi une fausse bonne idée … Maintenant quand je lis le nom de certains signataires, je relativise mon jugement premier. » (signé Mourad),
    – « Pareil pour moi, je trouvais pas forcément que c’était une bonne idée, mais au vu des signataire qui sont contre, ça ne peut être qu’une bonne idée car ces signataires sont contre les habitants de St-Denis depuis des décennies. » (signé Soumia).
    Les dionysiens ne sont pas dupes !

    Et puisque Messaoudene s’en prend une fois de plus dans sa pétition à Nadia Remadna , la militante de la « Brigade des mères » de Sevran, qui lutte contre l’influence du salafisme dans nos banlieues, c’est l’occasion de citer cet extrait d’une interview d’Elizabeth Badinter, donnée à L’Express en avril 2016 : «Je considère que Nadia Remadna, au même titre qu’un nombre croissant d’intellectuels arabo-musulmans qui prennent la parole avec courage, sont les représentants actuels des Lumières. Elle appelle les femmes, réduites au silence par l’injonction des Frères musulmans et imams salafistes, à reprendre leur destin en main. Quant à ceux qui la traitent d’islamophobe, je trouve cela inadmissible. Cela n’est pas du féminisme, c’est de la politicaillerie, insensible et méprisante à l’encontre des femmes. »

    De « la politicaillerie, insensible et méprisante à l’encontre des femmes », c’est une bonne définition de l’activité de Madjid Messaoudene comme conseiller municipal délégué à Saint-Denis !

    17

    0
  29. Camelia dit :

    Bonjour,
    Je n’ai pas pu lire tous vos commentaires, mais déjà cet auto-collant en dit long sur l’image de la femme qu’on veut normaliser dans ces quartiers. Mini jupe et clope au bec. Franchement, on est DES femmeS. Mais pourquoi avoir retenu celle là est pas une autre? Cette injonction d’être! Pas du tout féministe. Mais je pense que c’est bien volontaire et réfléchi et je ne ressens pas de la bienveillance dans cette action. Par ailleurs, vous avez déjà vécu dans des villages? Vous êtes déjà aller prendre un café au pmu le matin avec les chasseurs? Ou l’apéro le soir au moment d’un match de foot? Il y a des femmes qui évites certains cafés et partent même sur le village d’à coté pour éviter les lourd dingues. Et pourtant pas un seul reubeu ou mouslim!!! Franchement, il n’y a pas de mixité de genre dans certains cafés gaulois, et on y fait pas un patacaisse. Cela ne dérange personne et les femmes qui y vont, elles sont libres et volontaires. Pour certaines, pas toujours à l’aise, on boit notre café avant de déballer nos stands au marché. Mais on s’y fait. Puis on s’apprivoise. On s’adapte aux discussions machistes et patriarcales. C’est pareil pour certains cafés à St denis, et personnes nul part ne refuse l’accès aux femmes, cela se fait naturellement parce qu’il y a une majorité qui s’impose et qui nous écrase nous femmes. Alors on doit y aller. Mais du coup quand c’est un bar qui accueil des mecs racisés, pour certaines femmes, c’est une violence qu’elles ont dû mal à surmonter, elles voudrait prendre leur juste place. Parcontre dans un village gaulois, il n’y a pas d’enjeux. On trouve plus naturelle cette espace d’expression et ce lieu de domination masculine. Par ailleurs, C’est aussi le cas dans les cafés de bobos, certaines catégories sociales ne sentent pas autorisés à y poser leur fesses. Et ce n’est pas une question de sexes cette fois ci mais d’entre soi. Femmes ou hommes. Bref, moi je sens un peu d’islamophobies, de l’arabophobie, ou de l’inconscient collectif néo coloniale qui ne passe pas. A toujours essentialiser une religion, on rend difficile le vivre ensemble …

    0

    8
    • Bill dit :

      Qu’auriez-vous si la femme était voilée ? Ca correspondrait mieux à la femme de quartier ?
      J’ai beaucoup de mal avec votre phrase « quand c’est un bar qui accueil des mecs racisés, pour certaines femmes, c’est une violence qu’elles ont dû mal à surmonter, » je ne sais pas si c’est du pur racisme : parce que les hommes sont racisés, les femmes ont peur d’eux, de leur « violence » ou si vous vous exprimez très mal ?
      Et ce que je vois moi, c’est que ce sont les personnes les plus remontées par cette opération qui ne cessent de la ramener sur le terrain de l’islamophobie. Rien dans le dessin ne permet de parler d’islamophobie sinon que la silhouette de femme correspond à beaucoup de françaises, de toutes origines mais qu’elle n’est pas voilée.
      Et pour finir sur les cafés de village, ils étaient souvent le point de ralliement du village, on y jouait aux cartes, on y fêtait les événements importants et c’était mixte. Mais il est vrai qu’une femme de bonne classe sociale n’y mettait pas les pieds pour sa réputation, comme elle ne sortait pas tête nue, ne fumait pas, ne travaillait pas, n’étudiait pas, etc. Heureusement, les choses ont évolué dans la mentalité française depuis 50 ans !

      6

      0
      • Béa Roiselet dit :

        Comme dit le dicton, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.

        A la lecture des commentaires divers et variés sur le sujet , je me suis rendue compte, que mon premier sentiment sur cette vignette ( d’où mon argumentation négative à son sujet tout au début des échanges ici) était une erreur.
        En lisant certaines d’entre vous qui visiblement connaissent mieux que moi le problème et dont les argumentations me paraissent des plus convaincantes , je fini par adhérer à cette initiative .
        J’avoue ne pas être une habituée des sorties sur Saint Denis( bien que j’y réside depuis plusieurs décennies), mais j’ai observé de plus près les cafés du centre ville ces dernières semaines suite aux déclarations des uns et des autres faites ici, et c’est qui m’a menée à penser différemment sur le sujet.

        Je félicite toutes ces jeunes femmes qui prennent la relève ,sans doute d’une façon différente de la mienne ( comme disait ma grand mère , signe des temps qui changent )
        Et vivement que ce MM personnage qui fait honte à nos droits, soit fichu dehors avec toute la clique qui le soutient!
        Béa.

        4

        0
    • Habitant dit :

      Vous auriez dû lire les commentaires précédents, ça nous aurait évité une nouvelle stigmatisation de l’islam et des gens de couleur.
      On vous le répète 1fois, 10fois, 100fois que c’est un problème de mixité dans les café, pourquoi vous stigmatisez une nouvelle fois les étrangers…Qu’est ce que l’islam a, à voir dans cette histoire?
      Pourquoi vous faites une fixette sur l’islam et les étrangers?
      Pensez-vous vraiment que les musulmans fréquente les bars où l’on sert de l’alcool??? Il faut vraiment être un ignorant ou manipulateur professionnel pour écrire de tels âneries.
      Vous avez un problème de racisme point, faites un travail sur vous même et vous verrez ça ira mieux après.

      3

      0
  30. Babeth dit :

    Scène ordinaire sexiste de la vie courante à Saint-Denis :
    En marchant hier rue de la Rep, nous avons constaté qu’un homme quêtant pour le financement d’une mosquée (sa pancarte l’indiquait clairement) s’est permis de reprendre brutalement une jeune femme d’apparence maghrébine, donc présumée musulmane, alors qu’elle était vêtue sobrement d’une jupe courte et d’un chemisier. Il lui a balancé mot pour mot :
    « fais attention comment tu t’habilles » sur un ton menaçant et en la pointant du doigt. Mon époux a réagi le premier : « En France, chacun est libre de s’habiller comme il veut ». Le quêteur a tenu des propos désobligeants à notre égard et a traité mon mari de « malade, va te faire soigner ». Il a réitéré simplement sa première remarque. Pour ma part, je n’ai pas jugé utile d’en rajouter.

    Les propos de ce quêteur sont inacceptables dans l’espace public. De plus, l’intolérance profonde et l’ignorance crasse de cet individu portent préjudice à l’islam et aux musulmans.

    Cette scène surréaliste et anormale justifie donc l’initiative du Collectif Sac à Main. Si dans une rue commerçante et fréquentée, les femmes, présumées ceci ou cela se font harceler de la sorte, elle ne peuvent donc pas oser prétendre, à fortiori, prendre un verre tranquillement dans un café ou à la terrasse de celui-ci.
    Il me semble que les féministes d’aujourd’hui, comme celles d’hier, et tous les progressistes doivent lutter à la fois contre le sexisme et le machisme, d’où qu’ils viennent. La liberté et l’égalité des femmes ne se négocient pas. Elles ne peuvent faire l’objet d’aucun accommodement, ni dans l’espace public, ni dans l’espace privé.

    10

    0
    • Gaspard dit :

      « La liberté et l’égalité des femmes ne se négocient pas. Elles ne peuvent faire l’objet d’aucun accommodement, ni dans l’espace public, ni dans l’espace privé. » C’est exactement ça.
      Depuis la fin des années 70, quand je croyais, à 20 ans, que ces combats étaient gagnés et que nous etions enfin délivrés de cette pénible attitude que j’avais vu chez nos pères et grand pères qui les obligeait à être les garants, paternalistes, de leurs filles, femmes, sœurs, que de régression dans les esprits!!!
      C’est la France universaliste qui est attaquée par tous ces gens qui ne comprennent pas que la laïcité est une libération.
      Ils préfèrent les communautés d’identité à l’anglo-saxonne, peut-être, ce dont je ne voudrais à aucun prix (chacun dans son monde, pas pour moi).
      Nous sommes, collectivement, une communauté de citoyens, rassemblés dans un projet républicain ! Nous ne sommes pas un agrégat d’intérêts communautaristes (religieux, sexuels , politiques, que sais-je) où la liberté est d’être enfermé dans une seule appartenance!!

      Aurai-je donc le droit dans la France de demain d’être blanc(h)(e), français(e), alsacien, parisien, breton, homme, femme, arabe, asiatique, noir, antillais ET Français sans qu’on vienne me rappeler tous les matins à quelle minorité j’appartiens?
      Nous avons des appartenances (le sexe en est une) mais notre identité, au regard de la loi, est d’être citoyen.

      Donc les femmes n’ont de compte à rendre à personne. Et croyez moi, ça libère aussi les hommes…

      8

      0
      • Habitant dit :

        @Gaspard
        Attention on va vous traiter de Front national…lol
        La France de Macron et celle de Braouzec à St-Denis, c’est l’agrégat d’intérêt communautarisme comme vous le dites, la minorité devient la majorité, l’intérêt de la minorité surplombe l’intérêt de la majorité. On ne devient plus Français, on vient avec sa culture et on impose cette culture à la majorité pour que jamais il n’y ait d’intégration, toutes les associations racistes depuis les années 80 sont dans cet objectif, il suffit de d’étudier un peu leur histoire et leurs actions et tout ça subventionné par l’état et des fondations étrangères appartenant à de grands groupes financiers.

        3

        0
  31. André G. dit :

    Actuel président de l’Observatoire de la la Laïcité de saint Denis ( olsd) , je vais donner mon point de vue sur cette campagne complètement délirante .
    je n’aurais jamais pensé que cela atteigne de tels sommets de bêtise et de contre vérités
    Au départ de cette action de SACAMAIN, que l’OLSD donne son accord, je n’y trouvais pas d’inconvénient .
    La démarche de lutter pour l’égalité hommes/femmes et les luttes contre les discriminations font partie intégrante des combats pour la laïcité qui sont pour l’égalité de tous les citoyens.
    C’était un soutien moral et de pure forme. Et il n’y avait pour moi aucun lien avec une religion .
    Mais voilà tout a pris une autre dimension avec la déclaration d’un élu, Madjid Messaoudéne au Conseil municipal, notons qu’il est élu à l’égalité hommes /femmes et contre ( ou pour ) les discriminations.
    Sur le « sticker » une femme en jupe , les cheveux libres et une cigarette à la main , ça devient symbole de lutte contre l’islam et donc de l’islamophobie
    il s’était distingué il y a quelques années en votant contre l’OLSD, parce que celui ci était contre l’ISLAM POLITIQUE ( il faudra lui expliquer ce que c’est l’islam politique comme le GIA en Algérie ou Daesh) mais où va donc se nicher le concept d’islamophobie, il suffit donc de dessiner une femme en jupe et les cheveux libres pour être islamophobe.

    il y a soixante ans , mon père venait de voir une femme qui fumait dans la rue en pantalon et en hauts talons. Il était furieux et avait eu envie de lui écraser la cigarette sur son visage, pour lui ça ne pouvait être qu’une pute.
    Certes depuis les mœurs ont évolué, le machisme a reculé et les luttes pour l’égalité ont fait évolué les rapports hommes/femmes.

    Dans cette action pour la mixité, c’était surtout pour faire reculer ces idées rétrogrades que sont le machisme et l’enfermement des femmes
    ça existe aussi ailleurs ? c’est les chasseurs ? mais bien sûr . Considérer les femmes comme des êtres humains à part entière est un combat à mener partout et en toutes circonstances

    et pour finir, je voudrais répondre à CAMELIA qui y voit de l’islamophobie, de l’arabophobie et de l’inconscient collectif néocolonial et lorsqu’elle parle d’un bar qui « accueille » des mecs racisés :  » on s’apprivoise, on s’adapte aux discussions machistes et patriarcales (là, elle doit parler des cafés gaulois), je dois lui dire que le combat pour l’égalité hommes /femmes ne doit pas cesser, il ne faut pas « s’apprivoiser », ni baisser les bras.

    10

    1
    • Raymonde dit :

      j’avais compris qu’il s’agissait d’une action conjointe OLSD/Sacamain, le point de rencontre étant l’égalité entre les hommes et les femmes principal combat du collectif Sacamain en dehors de toute question religieuse. Du reste et je rejoins ce combat, l’égalité homme-femme c’est pas gagné où qu’on se trouve…..en ville, dans les campagne,s dans la rue, au travail! Cette égalité est un des moyens de promotion de la laïcité pour l’OLSD dont le combat principal est porté sur la question de l’islam politique c’est à dire du bien curieux mélange entre religion et gestion politique d’une société dont la séparation a été actée en France en 1905. Pour finir la question de la mairie de st denis me semble moins importante que la question de la ville et de sa population qui mérite mieux que ceux et celles qui la gouvernent. L’importance donnée à Mr Messaoudene est un brin agaçante sauf à questionner l’objet de l’implication….

      1

      0
  32. Moha le sage dit :

    J’ai suivi depuis un certain temps vos discussions. Ce qui m’agace c’est que vous donnez trop d’importance à Mr Messaouedene. Je m’explique: les musulmans de Saint-Denis et d’ailleurs n’ont jamais besoin des gens comme lui(c’est un charlot) , ni d’un Imam, ni des Islamo- gauchistes ( Braouazek, Braffman et compagnie) pour les défendre. Les musulmans de France et d’ailleurs ont juste besoin de pratiquer leur religion en dehors de toute ingérence politique( regardez ce qui se passe dans le monde arabo- musulman, ils ne veulent plus de ces intégristes) et considèrent que le rapport entre Dieu et eux, est une relation personnelle et n’ont besoin de personne pour les représenter devant Dieu. L’intégrisme religieux est une entrave à cette liberté, à cette relation spirituelle entre un croyant et son Dieu( chacun est libre de croire ou ne pas croire). Ces islamo-gauchistes se prennent pour Dieu sur Saint-Denis. Mr Messouadene est un prêcheur des frères musulmans (intéressez- vous à l’histoire de l’association Attawhid que je connais bien ,Rue de la boulangerie ( considérée par les frères musulmans dès le début des années 2000 comme l’exemple à suivre pour l’implantation des frères musulmans en France( Mr Messouadène était le poulain de Braouzek à cette époque et je suis très déçu que la majorité municipale actuelle ne s’est pas penchée sur cette question depuis le Forum Social Européen (je vous en parlerai prochainement)qui s’est tenu à Londres, ou notre ville a vraiment basculé dans le communautarisme. Je suis un maghrébin, athée de culture musulmane et marxiste en plus ( que ces islamo- gauchistes ne maîtrisent pas ( ils sont en manque de libido comme disait Freud, les arabes n’ont pas besoin de vous, ils ont besoin des gens qui portent des valeurs de paix, de solidarité et de fraternité et d’égalité entre les hommes et les femmes( contrairement à Mr Messouadène qui attaque l’initiative de l’association Saccamain). Désolé pour les islamo-gauchistes, vous avez perdu le combat universaliste, et l’universalisme n’est pas avec les islamistes que vous défendez( leur universalisme c’est la umma islamique à la façon de EL Bagdadi le chef de Daesh. La France, celle que j’aime, est celle des lumières et non celle des indigènes de la république, ni celle des frères musulmans ni celle des salafites, Bonsoir à vous.

    13

    1
    • ddavid dit :

      Moha le sage je suis bien d’accord avec vous , votre pseudo est bien choisi!
      Personnellement je pense que l’extrème gauche ne se relèvera pas de l’islamo-gauchisme et c’est bien dommage! Des gens de gauche qui ne sont pas capables de reconnaitre des curés, c’est pathétique…. Quand à cette municipalité, comme bien d’autres elle est allé chercher les imams pour s’assurer une certaine paix sociale, sans réfléchir aux conséquences, ni se renseigner sur leur appartenance, pensez à leur panique après les émeutes de banlieue… Et pour les gens qui utilisent le mot « racisé » j’ai tendance à m’en méfier énormément!

      3

      0
  33. Béa Roiselet dit :

    Bravo monsieur Moha le sage !
    Vous avez parfaitement bien résumé la situation! c’est exactement comme cela que je vois aussi les choses ,mais je ne peux l’exprimer aussi bien que vous!

    Merci!

    Béa

    4

    0
  34. Femmes Solidaires Comité de St Denis dit :

    Communiqué de presse du Comité Femmes Solidaires St Denis

    Nous, Femmes Solidaires de Saint-Denis, déplorons la création du label « mixité dans les cafés, femmes bienvenues » de l’association « Observatoire de Laïcité » et du collectif « Sacamain » et décerné à une quinzaine de cafés se trouvant notamment au centre-ville.
    Ce label, élaboré dans une perspective « Women friendly » et à l’occasion du 8 Mars, n’est pas un outil de libération et d’égalité pour les femmes et ne règle pas le problème des inégalités en général et dans l’espace public en particulier.

    Au nom de quoi un tel instrument existerait-il ? Pour faire la différence entre les cafés où les femmes sont les bienvenues et ceux où elles ne le sont pas ? Alors, ne sommes-nous pas bienvenues partout ? Pour indiquer aussi que seul un type de femmes seraient les bienvenues dans les cafés de la ville à en croire à l’image du macaron (des femmes aux minijupes, les cheveux détachés, avec une cigarette à la main) ?

    Pour stigmatiser une fois de plus la population de la ville ? Pouvons-nous imaginer une seule minute qu’un dispositif pareil serait mis en place à Paris ou dans d’autres villes, par exemple ? Dans quel but ?

    Les femmes de Saint-Denis sont les bienvenues dans tous les cafés de la ville e et pas seulement dans les cafés et restaurants, mais dans les places, les transports, les rues, les théâtres, les musées, les expositions, les cinémas, les fêtes… Toutes les femmes de la ville. A toutes les heures de la journée.

    La question des violences envers les femmes, violences physiques ou symboliques, et de la place des femmes dans la société ne peut pas être réglée par un label, un macaron mis à côté des cartes de paiement acceptées, des informations touristiques et de l’évaluation de l’établissement dans le Guide Michelin !

    C’est un combat politique, pour les droits, pour la dignité de toutes les femmes.
    Un combat social et universel.

    Femmes Solidaires Comité de St Denis

    1

    9
    • Bill dit :

      On trouve encore cet argument terrible

      « Pour indiquer aussi que seul un type de femmes seraient les bienvenues dans les cafés de la ville à en croire à l’image du macaron (des femmes aux minijupes, les cheveux détachés, avec une cigarette à la main) ? »

      .

      Ma question qui reste sans réponse : comment est-on supposé représenter une femme dionysienne ?
      Et 2ème question : si cette action n’est pas la bonne, que proposez-vous pour améliorer concrètement la situation à St Denis ? Parce que là, je vois beaucoup de belles déclarations sur ce qui est acceptable / inacceptable mais aucune qui parle de la réalité quotidienne :

      Les femmes de Saint-Denis sont les bienvenues dans tous les cafés de la ville e et pas seulement dans les cafés et restaurants, mais dans les places, les transports, les rues, les théâtres, les musées, les expositions, les cinémas, les fêtes… Toutes les femmes de la ville. A toutes les heures de la journée.

      10

      0
  35. Olympe dit :

    La citation du communiqué du comité « Femmes Solidaires » de Saint-Denis à la fin du commentaire de Bill est terrible. Qui sont ces femmes qui osent écrire cela ? A quel niveau de déni de la réalité sont-elles arrivées par idéologie ? Que connaissent-elles de la réalité de la vie des femmes dans l’espace public à Saint-Denis ? Ne rien voir, ne rien entendre pour n’avoir rien à dire…, c’est cela leur position ?
    Quand on voit, en plus, sur les réseaux sociaux l’approbation bruyante de leur communiqué par des politiciens comme Madjid Messaoudene, le conseiller municipal délégué si peu mobilisé pour l’égalité femme-homme à Saint-Denis et si proche du PIR et du CCIF, ou encore Jean Brafman, le coucou installé dans tous les mouvements anti-laïques et pro-islamistes, on comprend mieux d’où parlent ces femmes…
    Les dionysiennes méritent mieux pour se défendre en tant que femmes que ces magouilles politiciennes au service d’une idéologie intégriste anti-féministe !

    12

    0
  36. Raymonde dit :

    Je reprends la bonne question : quelle est la meilleure représentation d’une femmes dyonisienne ?
    Je poursuis, par cette action s’agit il de régler une question (avec une arrogance piètrement politicienne) ou bien d’ouvrir un chantier de réflexion et d’action ?
    Comment peut on être aussi dogmatique….sauf à courir après d’autres lièvres que l’amélioration des conditions de vie et des pratiques de chacun et chacune dans cette ville ?
    Et oui une initiative de ce type existe ailleurs et c’est à un jet de pierre de St Denis à Aubervilliers.
    Abondamment relayée sur le site saint denis ma ville mais dont l’existence est encore une fois niée.
    Manie ou trouble obsessionnel compulsif ?

    5

    0
  37. Habitante citoyenne dit :

    Pauvres femmes « solidaires » de qui ??
    c’est nul et affligeant!

    5

    0
  38. Nouchma dit :

    Merci de parler en votre nom propre et pas au nom de toutes les femmes . Peut-être vous sentez-vous bienvenues partout, dans toutes les rues (et il y en a beaucoup beaucoup !), dans ce cas c’est votre ressenti, mais de grâce ne prétendez pas à nous représenter toutes (« Toutes les femmes de la ville. A toutes les heures de la journée. »)
    Je suis une femme, je vis à Saint-Denis, et non je ne me sens pas bienvenue partout. Suis-je la seule ?

    6

    0
  39. Olympe dit :

    Très intéressant ce reportage de France 24 où on voit, au Pakistan, des femmes s’imposant non sans mal dans des cafés :
    https://www.youtube.com/watch?v=RL91acyqvlA (à partir de 5:15)

    Comme une étrange impression de déjà vu… mais ici, en France, à Sevran, Aubervilliers, ou Saint-Denis !
    Les « on-ne-veut-rien-voir-ni-rien-entendre » du comité de Saint-Denis de « Femmes Solidaires » vont à nouveau dire que « c’est loin le Pakistan », ou que « c’est de l’amalgame », ou que « tout cela n’a pas d’importance », que « après tout les femmes n’ont pas besoin de sortir ni d’aller au café » etc…, tout pour ne pas faire face à la réalité de la lente exclusion des corps des femmes de l’espace public dionysien, tout pour ne pas se battre pour les libertés individuelles !

    6

    0
  40. Nina dit :

    Les bobos des St-Denis,les néo colonialistes, qui parlent des autres,de ns.Ils veulent ns montrer le bon chemin ,ils scolarisent leurs gamins ds le privé ou font des dérogations afin que leurs enfants aillent à Paris.Pire,ils déménagent lorsqu’ils sont en âge d’aller au clg ou au lycée.Quid des cafés dans les villages dans lesquels,je ne vois pas de femmes ou les cafés portugais du 93.STOP à la stigmatisation.

    1

    5
    • Bill dit :

      Concernant les cafés portugais, ils sont autant concernés que tous les autres cafés à St Denis. Par cette remarque vous ne faîtes que souligner votre obsession de victime de l’état raciste. Je rappelle juste que la fameuse étiquette dit « femmes bienvenues » et rien d’autre et que les cafés qui l’ont affichée ne se définissent pas en fonction de l’origine de leur propriétaire ou de leur clientèle mais au contraire apprécient la diversité des genres et le montrent, c’est tout.

      6

      0
    • Azzedine dit :

      Bonjour
      @Nina.
      Vous vous meprennez. La plus pars de habitants veulent retrouvé leur libertés d’aller ou ils leurs semblent en tout sécurité.

      Des « bars à mec » il y en a partout, y compris à Saint-Denis. C’est une réalité. Comme il existe des café « mixte » aussi à Saint Denis.

      Concernant les bobos colonialistes, vous demanderez à D. PAILLARD pourquoi son ancien Directeur Général des Services a refusé d’habiter gratuitement (appartement payé par le contribuable) dans la ville. Il ne voulait pas que ses gamins aillent dans une école de la ville.

      Il faisait le fameux pendulaire chère à P. BROUEZEC.

      Quand le numéro 2 de la ville refuse d’habiter la ville qu’il gère, c’est que la ville a de gros gros problèmes.

      Vous poserez la question aux élus.

      4

      0
    • Olympe dit :

      Avec vous, Nina, on est dans un fantasme totalement délirant et haineux, tentant de caricaturer des militantes féministes en fait souvent dionysiennes depuis plus longtemps que vous, bien moins « bobos » certainement que les membres du petit clan des proches de la municipalité, notamment de maires-adjoints si bien rémunérés, et dont on voit mal de quel « néo-colonialisme » elles relèveraient vu la diversité de leurs origines…
      Ce que vous ne supportez pas, c’est que le discours racialiste et islamo-gauchiste de certains élus soit mis en cause à Saint-Denis, c’est que l’emprise idéologique que vous croyez pouvoir y imposer se voit opposer une résistance, c’est que d’autres que vos amis puissent s’exprimer et agir dans l’espace public. Vous n’avez toujours pas compris que la ville ne vous appartient pas mais appartient à tous les dionysiens !

      6

      0
      • Rita dit :

        Nina nous dit : « Quid des cafés dans les villages dans lesquels,je ne vois pas de femmes ou les cafés portugais du 93. »
        Pour énoncer une telle ânerie, il faut vraiment être repliée dans sa tour d’ivoire et s’y barricader tant idéologiquement que physiquement. Depuis combien de temps n’êtes vous pas allée en province ?. Vous en parlez telle une bobo parisienne qui considère que les villages français sont devenus une espèce de zoo pour apprenti ethnologue ! Voyez vous, dans nos campagnes que je fréquente régulièrement pour des raisons professionnelles, les fermes sont des entreprises, et les cafés (quant il en reste, car ils disparaissent, hélas, tout comme les bureaux de postes, les écoles,ou autres services publics) sont vécus comme des lieux de rencontre et de convivialité.
        Les femmes s’emploient à les faire travailler tout autant que les hommes, pour, tout simplement, les conserver et maintenir une vie dans les villages…. Sinon, c’est le désert. Dans le même esprit, les villageois scolarisent leur enfants le plus possible près de chez eux pour ne pas voir fermer une salle de classe. Tout est à l’avenant dans les espaces ruraux pour essayer de maintenir le peu de tissus commercial qui reste …. Vous êtes donc Nina complètement à côté de la plaque !
        Quant aux « cafés portugais du 93 » dans lesquels je vais régulièrement prendre un café ou déjeuner, même si la clientèle y est majoritairement masculine, les femmes ne font pas l’objet de remontrances ou de remarques particulières. Je m’y suis toujours sentie en sécurité, car en cas de comportement déplacé, le patron ou les serveurs (ses) monteraient immédiatement au créneau. Les femmes actives qui s’offrent un moment de détente ou de partage sont traités avec respect et comme des clientes le temps qu’elles paient leurs additions. C’est pourtant facile à observer et à comprendre ….

        3

        0
    • Gaspard dit :

      Les militants d’une frange de la gauche extrême (sauf LO, qui échappe, on l’a vu, à ces complicités douteuses) qui, au nom de la lutte contre l’islamophobie et la stigmatisation des musulmans, soutiennent tous les propos anti laïcité des moins républicains parmi ceux qu’ils croient bon de soutenir, se trompent lourdement et ce, depuis une dizaine d’années.
      Je stigmatise moins un(e) français(e) issu de l’immigration en le traitant exactement comme tout le monde qu’en le renvoyant sans cesse à ses appartenances qui, tout comme celles de tous, ne sont ni innées, ni obligatoires ! L’émancipation, c’est pour tout le monde.
      Après si vous avez besoin de victimes pour justifier votre bonne conscience…
      Oser traiter de néocolonialistes des gens qui demandent juste que les femmes, parmi les citoyens, soient traitées partout pareil, est un dévoiement intellectuel assez insensé, mais ce différentialisme est extrêmement grave : il conteste l’idée même d’ égalité qui est le fondement de l’antiracisme et de la lutte des femmes !

      3

      0
  41. Bea dit :

    Pour Nina
    Je suis actuellement dans des villages francais (pour des raisons pro ) et je vous assure que des femmes dans les cafés il y en a partout dont moi!!!
    Je ne sais pas de quels villages vous parlez, peut être n’y êtes vous pas allée depuis 1960? Quant à la référence des cafés portugais , ce n’est pas parceque jean fait mal que Pierre doit faire pareil!😊
    Bien à vous
    Bea

    5

    0
  42. Olympe dit :

    A tous ceux et notamment toutes celles qui sont venus critiquer, contester cette initiative en faveur du droit des femmes à l’accès à l’espace public, il est conseillé de lire cet article du « Parisien » du 18 mai 2017 :
    « Paris : les femmes chassées des rues dans le quartier Chapelle-Pajol »
    http://www.leparisien.fr/paris-75018/harcelement-les-femmes-chassees-des-rues-dans-le-quartier-chapelle-pajol-18-05-2017-6961779.php
    Extraits :
    Des femmes de ce quartier de l’est parisien se plaignent de ne pas pouvoir se déplacer sans essuyer des remarques et des insultes de la part des hommes.(…)
    Révoltées, les habitantes du quartier ont décidé de lancer une vaste pétition pour dénoncer la situation. Et un quotidien de plus en plus oppressant. Celui des jeunes filles, qui ne peuvent plus sortir seules, porter une jupe ou un pantalon trop près du corps sans recevoir une bordée d’injures : l’une d’elles raconte avoir subi un jet de cigarette allumée dans les cheveux. (…)
    Aurélie, une jeune femme de 38 ans, avoue ne pas reconnaître le quartier où elle vit depuis 15 ans, rue Perdonnet (Xe) : « Le simple fait de circuler est devenu problématique. Le café, en bas de chez moi, un bistrot autrefois sympa, s’est transformé en repaire exclusivement masculin et en permanence bondé : j’ai droit à mon lot de remarques lorsque je passe devant, d’autant plus qu’ils boivent énormément : il y a quelques jours, le simple fait de me mettre à ma fenêtre a déclenché un flot d’injures, et j’ai dû m’enfermer dans mon appartement. Il y a quelque temps encore, j’empruntais le boulevard de la Chapelle depuis Stalingrad, même tard le soir… C’est impensable aujourd’hui ». (…)

    3

    0
  43. Olympe dit :

    Et pour enfoncer le clou… un article sur le site du « Monde » ce 20 mai :
    Des marches exploratoires « pour réinvestir les espaces publics occupés par les hommes »
    Depuis 2014, dans une douzaine de villes françaises, des habitantes tentent de se réapproprier l’espace public et améliorer leur environnement en arpentant les rues.
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/05/20/des-marches-exploratoires-pour-reinvestir-les-espaces-publics-occupes-par-les-hommes_5131077_3224.html#ltUEzKuUcyq3YsOS.99

    1

    0
  44. Olympe dit :

    LE MONDE | 24.05.2017 à 12h14 : « A Paris, des femmes dénoncent le harcèlement de rue »
    Dans le quartier de la Chapelle, des habitantes ont lancé une pétition. Les pouvoirs publics promettent de verbaliser.

    Extraits :
    La chaleur est estivale, et pourtant Andrea, 24 ans, porte un grand pull noir. « Sinon je ne serais pas à l’aise », explique la jeune femme. Elle tient un magasin de fruits et légumes ouvert sur la rue, près de la place de la Chapelle dans le 18e arrondissement à Paris. Les hommes dans le quartier ? « Ils n’ont pas de respect. » Sur son passage, elle entend des « psstt », des « pute, salope » si elle ne répond pas. « La dernière fois, il y en a un qui a voulu me taper avec sa bouteille de bière », poursuit-elle.
    Pour atteindre la station de métro La Chapelle, elle fait un détour, afin d’éviter le trottoir où la densité d’hommes est la plus forte. Plus la journée avance, moins le passage est praticable. Des étals de fortune couverts de bric-à-brac sont posés sur le trottoir. « Marlboro ! Marlboro ! », lancent des vendeurs de tabac de contrebande. Des hommes vont et viennent, échangeant des marchandises non identifiables de main en main. D’autres sont simplement assis le long du square Louise-de-Marillac, fermé pour dératisation depuis un mois. Il n’était plus fréquenté depuis longtemps par les familles du quartier. (…)
    C’est cette pression qu’ont voulu dénoncer les rédactrices de la pétition. « Nous n’avons jamais écrit que les femmes étaient empêchées de sortir, explique Sandrine, de l’association Demain La Chapelle. Nous avons formalisé le fait que nous sommes contraintes par le comportement des hommes d’éviter certains endroits, et que nous l’avons intériorisé. » Les mots choisis étaient forts. « Certaines se terrent chez elles », disait le texte. « Des mères ont peur d’envoyer leur fille faire une course, assume Nathalie, de SOS La Chapelle. Quand on subit ça au quotidien, ça vous casse les jambes. » (…)
    « On nous traite de racistes, de fascistes, c’est très difficile d’entendre ça, répond Virginie, l’une des pétitionnaires. Je me fiche de savoir quelle est la couleur des harceleurs. Je veux qu’ils sachent que c’est interdit. Que veulent dire ces accusations ? Qu’il ne faut pas en parler ? Ou seulement quand ça se passe dans les beaux quartiers ? » (…)
    La tempête médiatique a eu un effet visible dans le quartier : des patrouilles de police ont fait leur apparition. En leur présence, les trottoirs sont presque vidés. La secrétaire d’Etat à l’égalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, promet de faire de la verbalisation des agressions sexistes une « priorité ». La préfecture de police et la ville de Paris se sont dites « déterminées à agir ». « Anne Hidalgo est sortie de son silence, observe François, un membre de Demain La Chapelle. Cela fait deux ans qu’on essaie d’attirer son attention. » Mais les habitants doutent que cet effet perdure. Nombreux sont ceux qui réclament la présence d’une police de proximité, un réaménagement de l’espace public et un accompagnement d’hommes livrés à eux-mêmes.

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/05/24/a-paris-des-femmes-denoncent-le-harcelement-de-rue_5133251_3224.html#QcAASRK4qtC2SLML.99

    0

    0
  45. Grain de sel dit :

    Dans l’ hebdomadaire « Le Point » paru ce jour , je signale une série d’articles très intéressants (je ne sais pas comment les joindre à ce post) sur le sujet du harcèlement des femmes dont une interwiew d’ Elisabeth Badinter qui lance un cri d’alarme sur la »régression »de la condition des femmes en France.Ces articles trouvent en la dionysienne que je suis, un écho tout à fait à l’unisson de ce qui est dénoncé. Pour le moment et dans le contexte électoral ces propos mettent en lumière le machisme de certains candidats -S.Peu et M.Hanotin par exemple ,qui ont choisi comme suppléant un candidat et non pas une candidate comme la loi l’impose. Acte délibéré ?En tous les cas chaque électrice doit y repenser en passant dans l’isoloir….

    0

    0
  46. Olympe dit :

    Un article dans « Le Monde » du 26 juin 2017 :
    « Mieux accueillir les femmes dans l’espace public : le casse-tête des urbanistes et des chercheurs »
    Des événements récents dans certains quartiers de Paris et de sa banlieue ont mis en lumière un problème étudié depuis déjà des années, non sans difficultés.

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/06/26/mieux-accueillir-les-femmes-dans-l-espace-public-le-casse-tete-des-urbanistes-et-des-chercheurs_5151391_3224.html#otiOpXSZIFWZvJ3s.99

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *