Préparation de la réunion du 25 juin 2010 avec le préfet – Témoignage de Léon Secteur République

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Festivalier dit :

    Bonjour,

    En vous lisant Léon, je suis interpelé par la situation que vous donnez et l’état de rue de la république les soirs de festival de Saint Denis. Il me semble qu’à cette occasion, la police ne semble pas avoir trop de problème à mettre à disposition une voiture de patrouille rue de la république.

    0

    0
  2. FrançoiseB dit :

    je confirme le post de Léon, pour ma part je ne mets pratiquement plus de commentaires sur ce blog car il faudrait que je le fasse journellement et j’avoue baisser les bras. Nous n’appelons même plus les forces de l’ordre depuis qu’on nous a répondu que nous ne faisions pas partie des situations d’urgence et que nous n’avions pas à appeler. Pas plus tard qu’hier après-midi (dimanche) nous avons quand même appelé le 17 car il y avait rue Courte une bagarre entre toxicos à coups de bouteilles et de bâton. Le commissariat nous a rappelé 5 minutes plus tard en nous demandant de redire ce qui se passait. Une patrouille est venue 20 minutes plus tard (donc pratiquement une demie heure après notre appel) et les toxicos étaient entre-temps partis sur la rue de la République. Ce matin à 8h15 le deal de crack commençait sur la rue Courte… C’est effectivement la situation quotidienne de notre quartier – avant les rencontres avec les élus et le préfet – et après – et il n’y a pas de doute, rien n’a changé de ce point de vue-là. Pas plus du côté de la propreté pour laquelle on nous avait promis lors de la rencontre avec les élus, qu’il ne fallait pas plus d’une semaine pour que nous voyions un changement. Pendant les deux jours suivants, les rues ont été lavées, puis à nouveau plus du tout.
    Festivalier tu as raison, quand nous sommes rentrés de la démarche quartier le 8 juin dernier vers 22h nous avons été soufflés de voir la rue de la République complètement vide, nous avons même cherché des attroupements éventuels dans les rues adjacentes : RIEN, on n’avait jamais vu ça ! et à ce moment-là effectivement il y avait un concert retransmis sur écran géant à la Basilique.

    0

    0
  3. hélène dit :

    Hélas, je ne peux qu’être en accord avec léon. Je l’ai déjà dit, il me semble que c’est une véritable PRISE D’OTAGE du centre de la rue de la République et, de ses rues adjacentes.
    Les commerçants souffrent et, vont-ils mettrent la clé sous la porte ? La population des rues avoisinantes souffrent tout autant mais, ne voyant rien venir de la part de la police commence à désespérer, se replier sur elle même,fatiguée d’essayer de lutter, d’alerter, polluée par des individus invoquant l’éternel « cela ne sert à rien », et ne pense qu’à s’enfuir. Moi même je passe par différents états d’esprits mais, le positif reprend toujours le dessus « Allons nous céder la place » à ces individus, donc continuons de nous battre, cela a payé sur la Gare (quoique cela reste fragile) la situation d’aujourd’hui n’est pas celle d’hier. Pensons aussi aux cités qui entourent le Centre ville, où l’omerta règne en maître, où la population se sent abandonnée (j’ai trouvé sur un autre blog un témoignage l’attestant). Nous avons la chance de pouvoir rencontrer le « Préfet » saisissons nous en.

    0

    0
  4. FrançoiseB dit :

    Le supermarché du crack est ouvert : c’est rue Courte en ce moment même. Un habitant de la villa Franklin vient d’aller au commissariat pour demander une intervention car il est scandalisé ; il s’est rendu compte qu’il n’y a pas seulement du deal d’herbe ou de shit dans la rue mais du crack, il a vu des toxicos allumer leur pipe de crack et il n’en revient pas. Nous lui avons appris que cela dure depuis au moins un an dans notre quartier mais qu’on ne nous prend pas au sérieux quand nous alertons les pouvoirs publics. On a même entendu dire la semaine dernière à la démarche quartier par un élu, que le crack avait disparu de Saint-Denis. Mais bref, le sujet n’est pas là : il vient de se faire envoyer sur les roses au commissariat, où on lui a répondu qu’on ne pouvait rien faire. Il est venu nous le dire car cela se passe sous nos fenêtres, il est hors de lui…

    0

    0
  5. édith dit :

    Françoise,
    As-tu vu le reportage sur le nouveau Préfet ce soir sur la 2 ? Apparemment ça bouge et il compte bien continuer. Au-delà des effets d’annonce – et de chiffres, Pujadas se pourlèche les babines à chaque fois et gratifie le téléspectateur d’un haussement de sourcils éloquent -, la volonté politique d’assainir la situation en Seine St Denis est perceptible. D’ailleurs, le fait-même de redonner du blason au signifiant du département est en soi une preuve (versus le « 9-3 », comme miroir sémantique complaisant d’un « territoire » dont l’infrangible barrière devenait une sorte d’expression de la noblesse de sa délinquance) de la revivification d’une entité républicaine, définie par un découpage administratif, etc. etc.
    A suivre, donc, et plus, pour te redonner goût au quotidien dyonisien.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *