PS – G. Sali – « Quartier Basilique : un bilan catastrophique et une Municipalité inactive. »

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. citoyen93 dit :

    Cet article est édifiant et témoigne concrêtement de l’incapacité de cette équipe muncipale à vouloir tirer cette ville vers le haut.
    Geoges Sali me conforte dans l’idée que cette ville ne s’en sortira pas tant que nous aurons ces élus aux commandes.
    Je pense que ces derniers sont plus préoccupés par leur carrière politique plus que par le bien être de la population dont ils sont sensés s’occuper.
    Je les trouve dans une posture que je qualifie de démagogique et de politiquement malhonnête.
    C’est un beau gachis car la ville ainsi que ce territoire a un formidable potentiel qui ne demande qu’à être mis en valeur.
    Si je reprends le slogan d’une des dernières campagnes de Braouzec « Liberté, dignité, solidarité », je pense que c’est tout le contraire qui se passe.
    La population de ce territoire est stigmatisée, montrée du doigt et finalement discriminée. Le taux de chômage n’est pas prêt de baisser, l’insécurité explose, les trottoirs sont d’une saleté affligeante et au final les gens ont honte de dire qu’ils vivent à Saint-Denis.
    Monsieur Sali je vous remercie de dire et de dénoncer les agissements de cette équipe municipale qui a un bilan désastreux.

    0

    0
  2. moony dit :

    Le quartier Basilique sensé reconstituer Montmartre ? On rigole. Aujourd’hui cela ressemble plus à un quartier pauvre de Rio. C’est comme partout à St Denis, rien n’est valorisé, entretenu, donc tout se barre en quenouille. Tout vieillit vitesse V. Dire qu’à sa construction cette réalisation était citée en exemple, on en entendait parler, même lorsque l’on était pas dionysien.

    0

    0
  3. françoise dit :

    Dénoncer c’est bien et peut-être un début de changement mais ça ne suffit pas.
    Je le répète nous devons nous faire entendre en nous réunissant.
    Moi actuellement 17 individus se sont regroupés en desssous de nos fenêtres et crient,gesticulent,c’est ça notre quotidien. Heureusement que je ne reste pas à St Denis et que je pars le plus souvent possible car sinon je pèterai les plombs.

    Ce n’est pas en restant courtois et gentil et en croyant en leurs fausses promesses que nous pourrons espérer. Là où nous en sommes nous ne pouvons compter que sur nous.

    0

    0
  4. Charly dit :

    ZAC_Basilique.jpg

    Ilot 1 : également connu sous le nom d’îlot basilique. Architecte R. Simounet
    Ilot 2a : Architecte B. Paurd
    Ilot 2b : il abrite les bureaux de la sous-préfecture. Architecte S. Lana
    Ilot 3 : Architecte J. Bardet
    Ilot 4 : c’est celui où se trouve l’hypermarché Carrefour. Architecte J. Deroche
    Ilot 5 : proche de l’arrêt du tram « basilique de Saint-Denis », Architecte O. Girard
    Ilot 6 : immeubles de logement mélangeant béton blanc et parement de brique. Architecte G. Maurios
    Ilot 7 : c’est dans ce bâtiment que l’on trouve le ciné L’Ecran,l’hotel Campanile… Architecte G. Naizot, qui coordonna l’ensemble de la ZAC-Basilique
    Ilot 8 : c’est l’îlot du centre commercial basilique, au dessus duquel se trouvent les logement dits  » en étoile » ou « cascades vertes ». Architecte R. Gailhoustet
    Ilot 9 : Immeuble abritant la galerie commercial du « passage de l’arbalétrier » , mêlant terre cuite et béton brut. Architecte F. Gaussel
    Ilot 10 : Le centre administratif municipal. Architecte H. Gaudin
    Ilot 11 : l’ancien siège de L’Humanité conçu par le célèbre architecte brésilien Oscar Niemeyer qui a entre autre construit le siège du PCF à Paris, Place du Colonel Fabien.
    Ilot 12 : Immeuble de bureaux du trésor public. Architecte J. Bardet

    J’ajouterai d’autres commentaires plus personnels un peu plus tard, car cette carte m’a pris pas mal de temps à faire finalement…
    En tout cas Je remercie G. Sali de soulever le débat autour du présent cette ancienne ZAC, qui constutie l’une des partie du centre-ville, donc tout le monde à son mot à dire sur ce qu’il pense de la ZAC, son passé, son présent, ses commerces, sa fréquentation, son entretien ( ou son non-entretien) son vieillissement, ses concepts architecturaux, son fonctionnement, etc… débat ouvert!

    0

    0
  5. françoise dit :

    Je pars encore jusqu’à lundi soir, 3h de trajet aller-retour pour me rendre au travail au lieu d 20mn mais celà m’est égal,la liberté n’a pas de prix…
    Je rentre à St Denis pour expédier les affaires courantes et je repars.
    Bon courage à ceux qui restent dans cette ville et surtout dans ce quartier gare complètement délabré.

    Plaine commune doit faire en grève chronique car plus jamais la rue Charles Michels est propre et ressemble a une rue digne de son nom. Nous l’avons renomme « rue de la déchetterie ».

    0

    0
  6. Charly dit :

    Il y a du bon et du moins bon parmi les expérience menée au seine de cette ZAC.

    Dans les années 50, l’architecte de la ville de Saint-Denis, André Lurçat, prévoyé de raser cette même partie du centre ancien pour construire à la place un ensemble de tour de barres et de parkings.

    Puis la reflexion a évolué sur la necessité de réaliser un quartier dense, « à la vie intense » actif mélangeant logements, commerces, bureaux, hôtels, extension de l’hôtel de ville…
    L’idée était de reprendre la trame viaire ancienne ( le réseau de rue ) et de superposer des îlots opérationnels « ouverts » dont une partie des accès se fait par une « dalle » et passerelles pour ce qui concerne les îlots 4, 8 et 9 uniquement.

    Chaque îlot, conçu par une agence d’architecture différente, à sa propre logique architecturale et fonctionnelle, mais la ZAC garde cependant une certaine cohérence d’ensemble.

    Pour cette ZAC, comme dans l’ensemble de la commune, la municipalité souhaitait ne construire que des logements sociaux. C’est seulement à la fin des années 80 que la ville programma la construction de logement en accession à la propriété car elle venait de s’apercevoir que de nombreux ouvriers dionysiens ayant eu un parcours professionnel ascendant n’ont pas pu réaliser leur désir d’accession à la propriété et ont donc du démenéger dans dans commune plus éloignée comme Montmagny, Montmorency, Drancy, Deuil-la-Barre.

    La question de l’entretien de ce patrimoine locatif social se pose, en effet, la plupart des immeubles de la ZAC ont entre 20 et 30 ans, et pourtant ces immeubles semblent déjà hors d’âge, prématurément vieilli. Le choix du béton brut en façade des bâtiments ( îlot 4, 5, 8, 9… ) a-t-il été choisi délibérement pour donner cet aspect brut, massif, dur, froid, évoquant les Blockhauss des plages normandes? Ce béton brut a particulièrement mal vieilli, aujourd’hui ces bâtiment d’à peine 25 ans semblent vieux, sales, abandonnés, mal ( ou pas) entretenus.

    Tout n’est pas négatif parmi les réalisation de la ZAC, par exemple, je trouve que le cœur de l’îlot 2 conçu comme un square est une bonne chose.
    En revanche, je suis pas tellement favorables aux immeubles sur dalles, notamment l’îlot 4  » Carrefour », dont les accés sont assez mal conçu.
    Les escaliers en colimaçon métallique noir dont la peinture est à moitié partie, et les cage d’ascenseurs en béton brut qui viennent s’accrocher à la place du Caquet et qui débouche sur des coins et recoins sombres, sales et glauque niveau dalle, sont vraiment des vérues urbaines. De plus ces escaliers publics sont abrités par des verrières, qui n’ont certainement jamais était nettoyées depuis leur installation, et qui sont depuis devenues opaques car recouverte de fientes de pigeon. Ce qui enlaidie davantage le secteur.

    Je n’aime pas non plus la rue du Pont Godet, qui n’a due que le nom, en effet, pour moi, c’est une succession de trémie et des sorties de parking. C’est un espace technique.

    En revanche, il y a quelque chose que je trouve positif, c’est la volonté de voir une grande surface dite alimentaire et ses galeries marchande, s’installer en centre-ville desservi par les transport en commun, en opposition à la création d’un centre commercial  » tout voiture » à la périphérie de la ville ( il y avait un projet de Centre Commercial avec son parking, ses bretelles routières etc, aux Tartres, là où aujourd’hui il y a l’extension de l’université paris 8 et le terminus de la ligne 13)

    Il y a aussi la rue Jean Jaurés et de Strasbourg, dont les arcades sont , je trouve, trop basse et trop étroite, les piétons n’y sont pas très nombreux dans la partie la plus à l’est de la ZAC et les commerces, masqué par les arcades, ont fini par fermer.

    Du Positif? Mais oui ! Le square Pierre de Montreuil qui met en valeur le portail Nord de la Basilique.
    Le cinéma L’Ecran qui offre un programmation de qualité et abordable.
    Les galeries commerçantes qui permettent des liaisons efficaces entre le métro et le marché, la place du 8 mai 45 et l’arrêt de tram.

    0

    0
  7. chris dit :

    Les constats alarmants s’accumulent, et l’électorat dionysien continue à voter communiste contre toute logique.

    Serions-nous victimes de « bourrages » d’urnes façon Tibéri ? Ce ne m’étonnerait pas.

    0

    0
  8. alain dit :

    les architectes ont souvent des projets ambitieux qui n’ont pour but que de les valoriser mais il est difficile de « prévoir » comment évoluera une société en vingt ou trente ans même pour des experts de la sociologie tellement les facteurs exterieurs (économiques, etc…) sont divers et nombreux.
    M SALI a longtemps appartenu à la majorité et a participé et voté les décision et s’il a quitté la majorité c’est par ambition non pas pour la ville mais pour lui même car il sait que c’est sa seule chance de devenir maire un jour et ce n’est même pas sûr. il critique R. Gomis qu’il soutenait quand elle était candidate aux législatives mais elle a fait le choix inverse de lui en participant à une majorité de gauche. cela l’agace…..

    0

    0
  9. alain dit :

    s’il y avait des fraudes, il y a longtemps que cela se saurait (ex : Tiberi, les chaussettes de Perpignan etc…)
    chris a t-il déjà participé à des des opérations électorales ( tenue d’un bureau de vote dépouillement, scrutateur) car il devrait savoir que les règles sont strictes et les contrôles nombreux.
    Que les ESPRITS CRITIQUES SE COMPORTENT AUSSI EN CITOYENS ACTIFS ET RESPONSABLES…..

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *