PS G. Sali – « Sécurisation du secteur Gare : l’implication des acteurs doit être évaluée »

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Stéphanie dit :

    J’avoue que je suis un peu dubitative à la lecture de ce post.
    Mr Sali a publié cet article et a pris connaissance de l’audit récemment, or le blog a publié deux articles sur le sujet :
    – l’un en février, « Compte rendu des habitants – Cellule de veille sanitaire quartier de la Gare – Vendredi 29 Janvier 2010 »
    – l’autre en mai, « Mercredi 5 Mai 21H30 – Quartier Gare – Balade Eclairage avec Mr le Maire »
    Et surtout l’association Sans Crier Gare a bataillé pour avoir l’audit et a été l’instigatrice de cette « balade » afin de faire un point sur les problèmes soulevés. Depuis, elle ne cesse de demander à l’équipe municipale un bilan des actions engagées.
    Il me semble donc dommage que dans l’article de Mr Sali le rôle des habitants soit aussi amoindri pour ne pas dire inexistant ….

    0

    0
  2. Sam dit :

    Mon commentaire est long (désolée). Ci-dessous quelques précisions importantes :

    1. Le rapport d’audit de sécurité concernant le quartier de la gare a été commandé par l’ancien préfet Nacer Meddah. Contrairement à ce qu’on peut penser, il ne fait pas du tout suite à la médiatisation des problèmes de drogue au quartier de la gare (automne 2009). Nous en avons entendu parlé pour la première fois à la cellule de veille sanitaire du quartier de la gare qui a eu lieu le 22 juillet 2009
    Pour info, depuis Septembre 2008 les habitants du quartier demandaient à la municipalité de participer à la cellule de veille sanitaire qui réunissait tous les acteurs (élus, préfecture, police, justice, instituts sanitaires, associations de lutte contre la toxicomanie, SNCF…) sauf les habitants (premiers concernés). Le 22 juillet 2009, le préfet nous a invité  à participer pour la première fois à la cellule de veille sanitaire. Depuis cette date, nous évoquons régulièrement le rapport d’audit sur ce blog …

    2. Le 29 janvier 2010, nouvelle cellule de veille sanitaire organisée par le préfet Nacer Meddah, tous les participants (élus de l’opposition et habitants) ont découvert que la municipalité avait reçu en octobre 2009 le rapport d’audit…contrairement à ce que nous affirmait depuis plusieurs mois Mr S. Peu. Par conséquent, Sans Crier Gare a demandé au préfet et au maire si le rapport pouvait être partagé avec tous les participants. Le maire avait accepté de le communiquer. Un mois plus tard, après une simple relance par mail, tous les habitants participants à la réunion du 29 janvier (l’amicale Charles Michels, les représentants de certaines copros, Sans Crier Gare) ont reçu le rapport d’audit. Il aurait été normal que ce rapport soit également partagé avec les élus de l’opposition (?!). 

    3. En ce qui concerne les suites données au rapport d’audit, Mr Sali a raison : le bilan est mince.
    Compte tenu du manque de réactivité de la municipalité, Sans Crier Gare a immédiatement réagi et a rencontré le maire aussitôt après la réunion avec le préfet à savoir le 29 janvier 2010 soir. Lors de cette rencontre, nous avons proposé au maire de faire un point sur le terrain avec tous les services techniques concernés au sujet du rapport d’audit. Suite à notre demande, une balade a eu lieu le 5 mai dernier (soit 3 mois après) avec le maire, des élus de la majorité, différents cadres de la ville et Plaine Co, différents services techniques et les habitants. C’était très constructif et « droit au but »: les habitants ont exprimé des besoins précis (éclairage, propreté, voirie…), certaines réponses ont été apportées et d’autres demandes devaient être solutionnées à court terme.

    Trois mois après cette balade, voici le constat :
    – remise à niveau de l’éclairage public sur les trottoirs et la voirie >> il y a un mieux à certains endroits (rue A. Delaune, Rue St Clément…) mais toutes les demandes des habitants ne sont pas encore réalisées (rue Brise Echalas, Eglise Neuve…).
    – rendre plus lisibles les espaces publics >> Pas d’amélioration.
    – adapter le mobilier urbain pour éviter son usage détourné >> Pas d’amélioration.
    – favoriser la résidentialisation des espaces privés >> pas d’amélioration.
    – améliorer la propreté des espaces publics >> pas d’amélioration malgré l’augmentation des effectifs (4 balayeurs au lieu d’un), mais là le problème est plus globale à St Denis .
    – intervenir avec célérité pour effacer les actes de dégradations (vitres brisées, banc cassé, tags, etc…) >> pas d’amélioration, cet été c’est même pire.
    – accepter la mise en œuvre de la vidéo protection dans certains espaces publics y compris ceux relevant de la compétence de la commune >> blocage total.

    Concernant la propreté, c’est la désorganisation totale. D’après des employés propreté, la gestion des congès d’été serait faite en dépit du bon sens : plusieurs employés seraient partis en congès à la même période. Il faudrait ajouter à cela les indisponibilités pour d’autres raisons (maladie, récupération, accident de tavail).
    L’absence d’organisation et de moyens adaptés se traduit sur le terrain par des rues mal (ou pas) entretenues et des employés démotivés. Ils semblent travailler en « freelance » et gérer leur mission sans encadrement sur le terrain. Nous avons un balayeur très sérieux, mais mathématiquement il ne peut faire tout le quartier en une demi journée. Et comme il est si sérieux, on l’envoie parfois à d’autres secteurs (Basilique, Stade de France) pour combler des absentéismes…au détriment de notre secteur.
    Mais le quartier de la gare n’est pas le seul à souffrir de ces incompétences manifestes des élus et responsables en charge de la propreté…

    Concernant la vidéosurveillance, il n’y a pas matière à discuter avec la municipalité. Suite à nos actions de juille dernier, Sans Crier Gare a réitéré notre demande de site pilote à Mr le maire en présence du commissaire de St Denis : tester la vidéosurveillance sur le quartier de la Gare ou de la Rép’ sur un périmètre suffisament représentatif puis étudier les résultats. Le refus de Mr le maire est catégorique…au grand désespoir des habitants mais aussi du commissariat de St Denis. Mr Paillard ressort inlassablement un cas en Angleterre où ça n’avait pas marché.

    4. Enfin, je trouve malsain cette situation dans laquelle nous riverains nous nous retrouvons depuis des années : seuls et ballotés entre différents pouvoirs publics et entre différentes visions politiques qui nous dépassent complètement. Si les élus de tous poils (municipalité, collectivités, état) faisaient leur boulot, Sans Crier Gare s’occuperait exclusivement de son projet initial et n’aurait pas besoin d’être sur tous les fronts.
    On souhaite que les élus soient présents sur le terrain, qu’ils soient réactifs et forces de propositions. A vos solutions…ça urge !

    0

    0
  3. Georges Sali dit :

    Bonjour à tous.

    @Sam : votre mise au point est très claire et factuelle. L’obtention de l’audit était une belle avancée obtenue par les habitants. C’est un point de repère important et il serait dommage de ne pas s’en servir pour constater le travail accompli.

    @Stéphanie : l’action des habitants autour de Sans crier gare est considérable. Pour ma part, je passe mon temps à le souligner. Mon propos est d’aider à ce qu’un travail méthodique d’évaluation soit fait pour que les choses avancent réellement. Je maintiens qu’il serait utile, un an après, qu’un examen des actions envisagées par l’audit soit réalisé en présence des différents partenaires. Mais ce n’est qu’une proposition.

    0

    0
  4. Stéphanie dit :

    Tout à fait d’accord avec cette proposition.
    C’est d’ailleurs ce que nous demandons depuis la connaissance de cet audit … donc depuis plusieurs mois …

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *