Quartier de la gare, au-delà du constat il faut mettre chacun devant ses responsabilités !

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Sam dit :

    @M. K

    Merci pour ce commentaire fort constructif et qui nous incite tous à franchir une étape pour être plus efficaces. Il est tellement intéressant que j’en ai fait un article.

    Effectivement, tout le monde est unanime sur le constat mais il ne suffit plus de constater, de dénoncer et de protester…il faut construire en faisant des propositions.

    Pour nous simples habitants, il est important de comprendre les responsabilités des uns et des autres et faire la part des choses en restant indépendants et donc libres.

    0

    0
  2. françoise dit :

    Et oui, mettons chaque instance en face de leurs responsabilités. Moi j’habite rue Charles Michels et je n’en peux plus. Dès demain je vais agir en écrivant au Préfet, au Ministère de l’Intérieur et au Procureur de la République. A plusieurs nous avons déposé une main courante, je vais la joindre à mon courrier. C’est aussi à chaque habitant souffrant de nos conditions de vie d’agir a son niveau. Depuis 6 ans, j’écris et j’ai tout gardé. J’ai donc un classeur plein de courriers, de photos, d’articles. Les écrits restent, les paroles s’envolent je l’ai toujours dit.
    Et que l’on ne vienne pas me parler de pauvres, les gens qui nous pourrissent la vie arrivent en voiture décapotable ou autre avec des vêtements de marques. Moi je n’ai qu’une fiesta, je n’ai jamais mis de vêtements de marque et pourtant je paie des impôts sur le revenu. Il y en assez de ce discours qui ne fait rien avancer. Cette ville est mal gérée depuis des années et je suis sûre que c’était voulu. Maintenant on est arrivé à un point de non retour mais quand on sème la merde on la récolte ».Françoise

    0

    0
  3. françoise dit :

    Je l’ai dit : je suis revenue et je vais agir.

    Je sors de chez moi ce matin vers 10h30, Je vois un embouteillage indescriptible : des automobilistes sortis de leur véhicule cherchant une solution pour passer et un concert de klaxons. Je n’ai pu m’empêcher d’intervenir quand certains ont voulu franchir la rue du Port soit disant piétonnière. On leur dit c’est interdit et barré en haut. Réponse « mais on appuie sur la borne près du tram, on est mis en relation avec quelqu’un de la mairie et on nous laisse passer. »
    Cela m’a très énervée et j’ai donc décider de me mettre à la place de la barrière devant le sens interdit en leur disant « et bien là ce n’est pas sur un bouton qu’il va falloir appuyer pour passer mais c’est me passer sur le corps car je ne bougerai pas de là. ».
    Très énervée, mes voisins ont entendu crier et bien pour une fois c’était une habitante qui faisait réagir les autres. D’habitude on entend souvent crier mais ce ne sont jamais les gens qui habitent ici qui crient …cette fois-ci si : une habitante du quartier osait s’imposer.

    Une voisine est venue me porter main forte, la maman de la jeune fille qui s’est faite agresser dans notre parking.

    J’en avais marre et plutôt et puis j’appelle la police. Ils me demandent de leur expliquer gentiment ce qui se passe mais je n’ai plus envie d’être gentille.
    Je leur dis que je ne vais pas encore expliquer ce qu’ils connaissent par cœur et que je suppose qu’ils entendent les gens s’énerver et que s’ils veulent savoir ce qui se passe ils n’ont qu’à venir.
    Cela ne leur a pas plu, ils m’ont raccroché au nez.
    N’empêche que 10mn après ils étaient là. Alors que d’habitude quand je reste polie et gentille ils ne se déplacent pas. J’ai donc compris maintenant comment il fallait faire.

    Deux policiers ont discuté avec nous, nous ont demandé de prévenir la mairie, je leur ai dit « comme si on avait attendu que vous nous le disiez, si vous voulez je vais vous chercher mon classeur de courriers que je fais depuis 6 ans avec les photos et les articles de journaux et vous comprendrez. »

    Ils ont pris nos coordonnés, on leur a dit, dites simplement notre nom au commissaire Gabon,ça suffira. Ces deux agents ont été très courtois mais ne paraissaient pas bien au courant de la situation car ils nous ont demandé jusque quand les travaux allaient durer et depuis quand le panneau stationnement interdit était mis.
    Je suis contente de moi car finalement ils ont pu constater le ras bol des habitants de ce quartier et à quel point certains d’entre nous risquaient de « péter les plombs ».

    A mon avis si nous devons passer l’été dans ces conditions il va y avoir un drame. Les résidents commencent à jeter des choses sur les gens qui s’agglutinent en bas de nos fenêtres.

    Je l’ai dis j’ai un pied a terre dans l’Essonne qui me permettra de fuir cette jungle assez souvent mais il y a ceux qui restent.

    Le comble est que par la suite j’étais allée chercher le journal place du 8 mai et que j’ai vu la police municipale verbaliser tous les véhicules mal garés. De qui se moque t-on ? Comme le soir nous ne pouvons pas dormir et le matin le bus nous réveille a cinq heures du matin, je vais pouvoir trouver du temps pour faire différents courriers.

    Je vais rappeler la journaliste du Parisien. J’ai contacté FR3 mais ils ne pourront intervenir que si l’on décide de témoigner à la télé , visage découvert ou caché. Y a t-il des amateurs ?

    Voilà, j’ai pu m’exprimer ça va mieux.
    Mon mari me dit « un de ces quatre à faire ta police toi même tu vas te faire trucider ». Je lui réponds peut-être mais ce n’est pas eux qui feront la loi et il faut bien mourir de quelque chose ».

    0

    0
  4. françoise dit :

    Excusez les fautes mais j’étais très énervée quand j’ai écrit cet article.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *