Quartier Gare- Violet Leduc : tapage nocturne et incivilités

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. lazare dit :

    Tous les étés, à plus forte raison avec les chaleurs de ces derniers jours, on connait la même chanson. Quant à la police, elle n’intervient jamais dans ces cas là, soit qu’elle ne le veuille pas, soit qu’elle ne le puisse pas, du fait de la crainte de  » dérapages « , du manque d’effectif, d’absence de directives. Bref, l’état de droit, ce n’est pas pour ici.

    0

    0
  2. s dit :

    Résidant rue Auguste Delaune, je confirme les propos de cette habitante. Cette semaine fut un festival de nuisances : musique à fond dans des voitures stationnées a proximité (ou sur) la rue piétonne, courses de moto-cross et de quads, batailles de pétard (parfois sur le tram !). Excédé par ces nuisances, j’ai appelé le commissariat de police de St Denis, dont l’interlocuteur m’a conseillé de…déménager ! No comment.

    0

    0
  3. MC dit :

    Nous vivons le même cauchemar depuis des semaines à cause essentiellement de deux individus en voiture, qui de toute évidence, n’habitent pas Saint-Denis, mais empoisonnent nos nuits et celles de nos enfants. A cause de ces individus, notre quotidien est véritablement devenu un enfer puisque sans sommeil, rien ne va plus…Effectivement, on ne peut pas dire que les interventions policières les intimident. Il faut mener une action commune et ne pas lâcher, tenter de se serrer les coudes, créer un réseau plus impactant auprès des autorités….J’essaie de me battre à mon petit niveau mais j’avoue être à bout de souffle.

    0

    0
  4. S dit :

    Il ne faut pas renoncer et faire savoir notre mécontentement…
    J’ai eu le privilège de m’entretenir personnellement avec S. Rabahallah (délégué à « la tranquilité publique ») au sujet des nuisances. Les réponses sont navrantes (« vous êtes les premiers à vous plaindre »!!) ou toujours les mêmes (les effectifs de la police nationale sont insuffisants). J’invite donc les lecteurs de ce blog concernés par les nuisances à le contacter.
    Par ailleurs, appeler le commissariat peut avoir une certaine efficacité. Certains interlocuteurs ressortent des réponses toutes faites (manque d’effectif, on ne peut pas être partout…), mais d’autres sont plus réceptifs et semblent favoriser la sortie de leurs collègues sur le « terrain ». Mais la sortie est souvent plus comique qu’efficace. Par exemple, hier c’était la guerre selon les lanceurs de mortiers installés à l’angle Delaune/Dezobry. Après plusieurs appels au commissariat (oui, il ne faut plus hésiter !), les voitures de police arrivent…par la rue Delaune et se retrouvent bloquées par les fosses. Le temps (5 bonnes minutes) de garer les véhicules (pas question de les laisser sur place à cause du trame), les fauteurs de troubles avaient bien sûr quitter la place, avant de la réinvestir pour une longue nuit de guerre. Résistons dans cette ville en guerre !

    0

    0
  5. goldo dit :

    Pourquoi ne pas aller squatter le commissariat,enffin je ne sais plus ce sue l on pourrait faire car nous sommes vraiment des sous citoyens qui n interessent personne.et nos elus et notre maire en ont completement rien a foutre.s ‘ils se sentiraient concernes.ils lutteraient avec nous.quelqu un a t il rencontre monsieur Paillard ds le quartier de la gare.goldo

    0

    0
  6. bill dit :

    Lorsqu’on lit la description du nouveau quartier Confluence par les architectes, ça fait rêver. J’espère que les futurs propriétaires ont pris le temps de se promener dans leur nouveau quartier idéalement situé avant de prendre leur décision d’achat, sinon, la claque va être très très dure…

    « un projet d’aménagement de quatre hectares à la situation exceptionnelle » « mettant en œuvre tout dispositif qui limite les diverses nuisances sonores, le programme organisé autour du parc et ouvert sur le parvis de la gare, les berges du canal et de la Seine assure un cadre de vie propice à tous. « 

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *