Renaud – « Journée ordinaire à Saint-Denis… territoire semblant livré à lui-même… »

Vous aimerez aussi...

14 réponses

  1. Giovani Manzoni dit :

    Exagéré, grossi, amplifié, voilà ce qui me vient à la tête quand je lis ce message, beaucoup d’efforts ont été consentis depuis pas mal de temps.
    Mais tout ne peut pas devenir tout beau tout lisse d’un coup de baguette comme à Paris.
    St Denis ce n’est pas le quinzième arrondissement, Levallois ou St Mandé…Et heureusement….
    St Denis a gardé un petit côté moyen âge, mais rassurez-vous dans vingt ans vous aurez la peau de la ville et tout sera bien beau et plat….Les gens se salueront à voix basses et diront des messes basses. Il y aura des bourgeois partout qui se féliciteront de l’augmentation encore et encore de leurs biens dits immobiliers. On aura repoussé cette pauvreté écoeurante d’une couronne encore. Les pauvres, on veut bien les aider mais pas vivre avec eux car c’est sâle et répugnant.
    Vivre à St Denis d’accord, mais pas question d’en faire un St Germain des près..

    Ce qui me rassure c’est que la durée de séjour moyenne à St Denis est de trois ans pour des ex-parisien ou banlieusard de zones favorisées tant c’est dur d’y vivre et de supporter cette horrible ville.
    Quel affront pour ceux qui y sont nés et n’ont pu s’en échapper.Comment font ces gens pour supporter cette ville 10 ans 20 ans et plus…

    J’ai vécu à Paris pendant 25 ans et pas question d’y retourner.
    Ce que je ne supporte pas à Paris c’est les gens, pas tous certes….
    Ce que vous ne supportez pas à St Denis c’est la ville, pas toute certes….

    Giovani Manzoni

    0

    0
  2. Lazare dit :

    J’ai comme l’impression qu’il ya actuellement une offensive contre les intervenants qui sur ce blog dénoncent les défaillances de la municipalité et dont d’ailleurs vous même faites une caricature. Saleté, insécurité, rodéos de moto, stationnement sauvage, bandes alcoolisées, urine, drogue………., ce ne sont pas des vues de l’esprit, c’est une PARTIE du quotidien de Saint Denis et parfois il suffirait de peu, d’une volonté politique ou d’une volonté citoyenne pour y remédier. Alors dès qu’on dénonce cet état de fait, on est des bobos, des spéculateurs en puissance, des « bourgeois » (le gros mot par excellence), d’ecoeurants ex-parisiens………..! Tout ne peut pas devenir tout beau, tout lisse d’un coup de baguette……dites vous, c’est tout à fait juste, cependant j’ai l’impression que ce coup de baguette il faut bien longtemps pour le voir enfin agir. Mais, si vous lisez bien, les intervenants sont également les premiers à saluer ce qui va bien, les décisions profitables au vivre ensemble que prend la municipalité. Pour ma part, je n’ai jamais considéré que tout va mal ou que tout est mal dans cette ville.
    PS : vous voyez bien, vous avez vécu 25 ans à Paris en ne supportant pas les gens ( » pas tous certes » ) il y a de l’espoir pour les affreux « bourgeois » que nous sommes !

    0

    0
  3. citoyen93 dit :

    Le petit billet d’humeur de Giovani est assez édifiant sur l’état d’esprit de certains à Saint -Denis.
    Non Giovani on a le droit de vivre et de rester à Saint-Denis sans forcément subir au quotidien l’anarchie, le non-droit, la saleté et la violence.
    La ville est et doit rester populaire mais est ce que la population qui l’habite doit en subir les effets négatifs.
    Il suffirait d’un rien pour que les choses changent favorablement à condition qu’il y ait une volonté politique.
    Je n’aime pas l’argument qui est souvent utilisé par des militants de la majorité de cette ville qui est de dire que les nouveaux arrivants aspirent à faire de Saint-Denis un nouveau Levallois.
    C’est du n’importe quoi.
    Est ce petit bourgeois de dénoncer les trafics, l’état de saleté des rues et trottoirs, le stationnement anarchique, la prostitution en pleine journée dans le centre ville.
    Heureusement tout n’est pas aussi sombre et négatif et cette ville a beaucoup d’atouts qui encouragent les gens à rester mais ce blog sert justement à ceux qui veulent que cela change.
    Je ne manquerai pas de le faire savoir à Braouzec aux prochaines législatives.

    0

    0
  4. agnès dit :

    on a tous un coup de blues à un moment ou un autre devant la saleté de la rue et les incivilités. c’est pas pour ça qu’on va quitter St-Denis mais faut quand même faire qq chose !
    en plus on sait bien que ce n’est pas qu’à St-Denis …
    L’autre jour j’écoutais un reportage radio vraiment sympa au pied du métro Jaurès à Paris, et j’hallucinai d’entendre des jeunes se plaindre : le terrain de foot sous le métro n’est pas nettoyé par les services publics ! (un peu avant 19 mn sur le lien ci-dessous)
    Ils y sont attachés donc ça les énerve … nous aussi, on est attaché à St-Denis et donc on râle devant la saleté !
    je vous mets le lien même si le reste de l’émission n’a aucun rapport mais vous passerez un bon moment
    http://www.franceculture.fr/emissio

    0

    0
  5. Catherine dit :

    100 % d’accord avec Lazare. Ex-parisienne vivant depuis 22 ans à Saint-Denis, je vous trouve bien arrogant, bien méprisant, bien supérieur, Monsieur Giovani Manzoni…

    0

    0
  6. suger dit :

    Le plus choquant dans les propos de Giovani Manzoni ici, ou de d’autres commentaires ailleurs, est l’assimilation du caractère populaire de la ville, ou pire de la présence de pauvres, à la saleté des rues, au non-respect des règles de vie en commun. Cette vision de « petits-bourgeois » qui trouvent exotiques des conditions de vie collective dégradées est écoeurante Cela témoigne d’un mépris effrayant à l’égard des populations pauvres qui aspirent tout autant que les plus favorisés à un environnement apaisé et digne.
    Etant venu habiter à Saint-Denis, mon lieu de travail, il y a 25 ans, je me suis installé dans une ville populaire où les services municipaux fonctionnaient normalement, avec des rues propres, des commerçants et des habitants tenus de respecter les espaces publics et un maire, Marcellin Berthelot, attaché au bien-être des dionysiens. Où en sommes nous aujourd’hui ?!…

    0

    0
  7. goldo dit :

    effectivement je trouvais ces derniers temps qu’un effort était fait. Concernant l’impasse alphonses combes,nous constations une nette amélioration. Depuis quelque temps de nouveau c’est repart,les déchets,les encombrants se réinstallent au quotidien.J’ai quitté la ville lundi dernier,je viens de rentrer et je retrouve le tas que j’ai quitté lundi dernier. J’ai donc appelé le numéro d’agglo.je ne me considère pas bobo,je suis locataire et est-ce pour celà que j’ai le droit de vivre dans la crasse sans rien dire. Non justement il faut dénoncer a chaque fois,c’est la seule condition pour espérer être entendu.Goldo

    0

    0
  8. Bertrand dit :

    J’aime beaucoup l’argument de certaines personnes (qui soutiennent la majorité en place) qui traitent de bobos les gens qui veulent vivre dans un endroit propre et en sécurité. Quel mépris pour les classes populaires ! Vous pensez, monsieur Manzoni, que les pauvres aiment vivre dans la merde ? Qu’ils aiment se faire casser leur voiture ? J’ai l’impression que c’est vous qui êtes en décalage avec la population. Sortez de votre petit milieu, allez rencontrer les gens dans les cités, discutez… Et vous verrez qu’il y a un ras-le-bol général qui n’est pas lié à une classe sociale. Toute personne, quelle que soit sa condition, mérite de vivre en sécurité et dans un endroit propre. C’est la base d’une vie en société.

    0

    0
  9. sudiste dit :

    être populaire, c est d après giovani apprécier la saleté et les incivilités. ce monsieur est d une suffisance paranormale. un alien, peut être?

    0

    0
  10. JeF dit :

    Tout cela me fait penser à certains commentaires du Guide du Routard qui invitent à s’extasier sur des quartiers bien crapoteux (« délicieusement populaires »), à trouver à la crasse le charme de l’authentique et à envoyer ses lecteurs s’aventurer dans des coupe gorges pour se procurer de délicieux frissons et faire des photos « authentiques » qu’on montrera sur son IPad en expliquant à ses amis comment on a frolé la mort…..

    Saint-Denis n’est pas un parc d’attractions pour bobos blasés en mal de sensations fortes ou de dépaysement à petit prix. C’est une ville de 100 000 habitants ou l’on a le droit de vivre en sécurité, en paix et dans une relative propreté.

    Le monsieur qui aime la saleté est sans doute sensible, comme disait Flaubert, à la « poésie de l’âne qui chie ». Chacun ses goûts.

    0

    0
  11. Marion dit :

    Dans l’adjectif populaire, il y a le mot PEUPLE. Historiquement, la gauche a toujours eu le souci du peuple,même si elle n’était pas la seule ! Quand nos élus n’ont plus le souci du peuple, ils risquent de perdre la main. C’est sans doute la raison pour laquelle ils perdent leurs nerfs en ce moment lors des réunions de quartier! Giovani, le Peuple mérite des services locaux de qualité : propreté, entretien des espaces et des voiries, ouverture et marche normale des équipements sportifs ou autres, cadre de vie agréable et esthétique. Le Peuple a droit au BEAU ! Non, le Peuple n’est pas une péjoration. C’est au contraire très noble et certainement pas bobo ou snob « sine nobile ». Je vous conseille de relire vos classiques, tel Jaurès !

    0

    0
  12. ddavid dit :

    Alors la j’ai un problème à lire ce fil, parce que je suis d’ accord a peu près avec tout le monde! quelque chose doit clocher! Moi je ne dirais pas territoire livré a lui-mème mais territoire dont la population est méprisée par toutes les institutions sans exception! Par exemple, Porte de Paris la gare des bus est détruite, les arrets déplacés, deux lignes supprimées: Pas un panneau pour informer l’usager, j’ai meme remarqué qu’un panneau juste devant la sortie du métro envoie encore les voyageurs vers la gare et les lignes disparues (4 mois apres!)…C’est impossible d’imaginer ça à Paris! (Ou nimporte quelle ville qui se respecte). Par exemple tentez de faire à pied le trajet carrefour Pleyel – Porte de Paris et dites vous que vous ètes en plein coeur d’une ville de 100 000 habitants! ¨Par exemple tous ces recoins qui embaument la pisse, nimporte quel petit village y aurait établi des WC publics (et en plus ça créerait un ou deux emplois locaux)….
    C’est sur que les élus doivent se sentir menaçés, avec l’arrivée d’une population beaucoup moins résignée, et qui se fiche de l’argument habituel ici: c’est pas moi c’est l’autre (entre la mairie, Plaine Commune, l’état, le grand capital, la RATP, la SNCF, le syndicat machin,le grand Paris truc,Vinci, les propriétaires, les chantiers, etc..etc…).
    Souvent les participants de ce blog se trompent d’adversaire, à mon avis.Par exemple avant d’appeler à la police contre le stationnement sauvage, il faudrait peut ètre que le plan circulation stationnement soit retiré des mains de l’enfant autiste sous acide qui s’ en occupe en ce moment! (Essayez donc en voiture de suivre les indications Saint Denis centre et voyez ou vous arriverez!).
    Sincèrement je pense que ce mépris qui est palpable ici est la cause de bien des incivilités et les justifie aux yeux des fautifs, qui ne sont pas forcément les plus pauvres.

    0

    0
  13. Minet dit :

    C est bizarre mais quand je paie mes impôts locaux et fonciers j ai vraiment l impression d être un petit bourgeois, qui se fait avoir des qu il sort de chez lui en voyant pourquoi il paie !

    0

    0
  14. Renaud dit :

    Comme souvent, les choses sont rarement simples…

    Giovanni a raison ! il serait fort triste que Saint-Denis perde ce qui fait son charme, la mixité sociale, les échanges simples et assez directs entre communautés et devienne aussi terne ou fade que certaines villes alentours.
    Mais cela n’exclu pas d’avoir un peu plus d’ambition et rêver d’un espace public sereinement partagé par tous : à ma connaissance, être urbain ne nuit pas !

    Notre message, aux lecteurs de ce site mais aussi aux élus, était avant tout factuel et je ne vois pas où sont l’exagération et le grossissement… (mais j’espère que sa diffusion permettra en revanche l’amplification de la lassitude des résidents, anciens, récents, de passage ou au long cours…) Si des efforts ont été entrepris, tant mieux ; mais pourquoi s’arrêter en chemin ?
    On pourrait rapporter des exemples de villes populaires, sures et propres, en France ou à l’étranger, ça existe… et quand on y a vécu, il est difficile d’accepter la médiocrité et le laisser-aller (je persiste !) qui semblent érigés ici en principe de « gouvernement » !

    Enfin, Giovanni, en tant que locataire d’un meublé (mais néanmoins plus « bourgeois qu’un nombre considérable de dionysiens), les questions de valeur patrimoniale me sont pour l’instant indifférentes ; ce que je regrette, c’est que la ville n’entretienne pas mieux le formidable patrimoine architectural de son parc social, et n’ait pas la même ambition en terme de qualité du bâti lorsqu’elle abandonne aux promoteurs privés des sites magnifiques.

    Oui, les choses sont rarement simples…

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *