Reno – Copie du message adressé ce jour à Didier Paillard

Vous aimerez aussi...

21 réponses

  1. Sam dit :

    tin Reno !!! T’as mangé du lion ? 😉

    J’aurais pas pu dire mieux. Merci pour ton courrier !

    0

    0
  2. Damdam dit :

    Felicitation pour cette lettre, belle plume 🙂

    0

    0
  3. Jlau dit :

    Excellent, mes félicitations pour la lettre

    0

    0
  4. Vivi dit :

    Sur son site, PB a fait un message de remerciements à tous ceux qui l’ont soutenu, jusque là tout est normal.
    En fin de message il remercie tout particulièrement son équipe de colleurs:« MERCI à toutes et à tous et en particulier à notre équipe de colleurs et aux militants qui n’ont pas compté leur temps pour faire gagner nos idées et nos valeurs! » Ils n’ont tellement pas compté leur temps qu’ils ont collé jusqu’au samedi soir lol 😉 !
    Habituellement, toutes les traces de la campagne sont vite effacées mais je trouve que cette fois-ci ils mettent du temps à le faire. La campagne continuerait-elle? ou prennent-ils de l’avance pour 2014 ?

    0

    0
  5. chris dit :

    Excellent !
    Je jubile à l’idée de vivre la campagne de 2014. 🙂

    0

    0
  6. Sam dit :

    Oh chris ! Keski t’arrive ? Je t’ai jamais trouvé aussi optimiste 😉

    0

    0
  7. Vivi dit :

    Remarquez, c’est peut-être un moyen de faire des économies, d’éviter d’abattre des arbres innocents, de faire des heures sup aux agents, d’embellir les rues en mettant de la couleur, en…
    oh la je m’égare là!! lol 😉

    0

    0
  8. abisa dit :

    l’affichage fait vivre ceux qui conçoivent les affiches, ceux qui les impriment voir les sociétés qui nettoent les murs ! que d’emplois surtout que selon la Constitution les partis politiques concourent à l’exercice de la démocratie !!!!! vous etes contre l’emploi et contre la démocratie ?

    0

    0
  9. Renaud dit :

    Abisa a parfaitement raison, où avais-je la tête …

    Ajoutons dans le même registre des infractions ou déficiences finalement fort utiles :
    – l’éclairage public déficient qui donne du travail aux marchands de piles pour équiper les lampes de poche devenues indispensables ;
    – la circulation motorisée sur les voies piétonnes qui donnera du travail aux ambulanciers et hôpitaux ;
    – les rodéos sauvages dans les parcs qui occuperont utilement les jardiniers ;
    – les agressions et vols de téléphones qui enrichissent les multinationales de la téléphonie ;
    – etc etc…

    merci Abisa de m’avoir ouvert les yeux et soyons tous ambitieux pour Saint-Denis !

    0

    0
  10. suger dit :

    Et déjà en 1850, des abisa pensaient ainsi et il fallait leur ouvrir les yeux… Mais laissons s’exprimer Frédéric Bastiat, dans ce qui est devenu, pour les économistes, la « parabole de la vitre cassée » :
     » A quelque chose malheur est bon. De tels accidents font aller l’industrie. Il faut que tout le monde vive. Que deviendraient les vitriers, si l’on ne cassait jamais de vitres ?  » (…)
    Mais si, par voie de déduction, on arrive à conclure, comme on le fait trop souvent, qu’il est bon qu’on casse les vitres, que cela fait circuler l’argent, qu’il en résulte un encouragement pour l’industrie en général, je suis obligé de m’écrier : halte-là !
    Votre théorie s’arrête à ce qu’on voit, ne tient pas compte de ce qu’on ne voit pas. On ne voit pas que, puisque notre bourgeois a dépensé six francs à une chose, il ne pourra plus les dépenser à une autre. On ne voit pas que s’il n’eût pas eu de vitre à remplacer, il eût remplacé, par exemple, ses souliers éculés ou mis un livre de plus dans sa bibliothèque. Bref, il aurait fait de ces six francs un emploi quelconque qu’il ne fera pas.
    Faisons le compte. (…) Dans la première hypothèse, celle de la vitre cassée, Jacques Bonhomme dépense six francs, et a, ni plus ni moins que devant, la jouissance d’une vitre. Dans la seconde, celle où l’accident ne fût pas arrivé, il aurait dépensé six francs en chaussure et aurait eu tout à la fois la jouissance d’une paire de souliers et celle d’une vitre.
    (Frédéric BASTIAT, « Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas », 1850)

    0

    0
  11. Vivi dit :

    Suger; dans le même esprit: qui n’a pas entendu dire qu’il faut une bonne guerre mondial. L’économie repartirait puisqu’il y aurait tout à reconstruire.

    Faisons une bonne guerre, qui est partant?

    0

    0
  12. suger dit :

    @Vivi : Si heureusement l’Europe est aujourd’hui en paix, ce n’est pas le cas pour trop de régions du monde et cela fait l’affaire des marchands d’armes, comme on a pu le voir récemment pour la Russie avec ses livraisons d’hélicoptères de combat au régime syrien (qu’il protège contre toute sanction de l’ONU, comme par hasard).
    Au fait, notre municipalité toujours si prompte à faire voter des motions sur les problèmes du monde a-t-elle au moins publié un communiqué à ce sujet ? Mais il est vrai que « L’Humanité » n’en a pas parlé et que le Front de gauche a oublié « L’humain d’abord » à ce sujet.
    Pour en revenir au thème du débat, on pourrait dire que les centaines de mètres carrés d’affiches proclamant ce slogan sont inversement proportionnelles au niveau des sentiments humanitaires de nos élus et ex-élus locaux. Quel gachis, et d’autant plus quand le mensonge devient aussi évident !

    0

    0
  13. bb dit :

    Pour revenir un peu (pas trop) sur le commentaire d’abisa, évidemment je ne parlerai pas pour les autres mais en ce qui me concerne je suis contre l’affichage de toutes choses.

    Je suis également contre le débat (d’où ma présence ici) et contre la démocratie (j’espère que tout le monde est d’accord ?).

    Je milite également pour le chômage et contre le travail (et les shampoing antipelliculaires).

    0

    0
  14. vivi dit :

    Enfin quelqu’un qui a de vraies idées, qui les assume
    Montez un projet, ça va marcher lol 😉
    sauf pour le shampoing antipelliculaire, ça se discute, on n’imagine pas l’impact qu’il peut avoir sur le quotidien des gens. A ne pas négliger! LOL 😉

    0

    0
  15. LEULMI dit :

    Bonjour à tous,
    Vue la mauvaise gestion du marché de Saint-Denis, tractations douteuses de certains placiers , tricherie et magouille au tirage au sort, les dés à moitié mélangés et pourtant depuis très longtemps qu’on a interpelé Monsieur Philippe en criant : mélangez bien svp ! Mais personne ne voulait nous écouter ! Ce qui de plus étrange que soit disant les mêmes personnes qui sortent au tirage, c’est les mêmes qui prennent les cafés avec le placier au bar du coin, on n’a plus besoin de citer leurs noms, on les connaît tous, alors on a décédé d’y aller au bout de nos idées, de prendre le taureau par les cornes, de ne plus subir à la tromperie, l’inégalité, malhonnêteté et de procéder aux démarches suivantes :
    – prendre RDV avec le maire de Saint Denis pour lui remettre un compte rendu complet sur l’enfreindre des lois des marchés .
    – inviter la presse notamment le Parisien ( après les avoir contacter, ils sont ravis de venir nous soutenir avec un fascinant article dans le journal.
    – de coller une grande affiche dans le local du tirage, en indiquant  » toute personne paiera un surplus de la somme indiquée sur le ticket de la régie, sera suspendu pour trois mois de marché »  restera le seul moyen pour remettre les pendules à l’heure,
    – inviter la télévision notamment la 3
    – prendre un avocat de droit administratif pour un dépôt de plainte d’ une transgression de loi française des marchés non-respect de l’articles n° 3 dont les quotas sont comme suit : 20% pour les volants, 5 % pour les postiches, 5% aux administrateurs,ainsi une demande des explications au sujet d’attribution des places aux nouveaux abonnés sans prendre en considération l’ancienneté du commerçant, pour des activités qui existe déjà sur le marché.
    – après avoir consulter certains commerçant abonnés au sujet de laxisme et laisser-aller de président du syndicat , pour preuve n’a jamais assister à un tirage au sort du moins 10 ans . ainsi les ambiguïtés et les douteuses attributions des places abonnés , on suggère tous ensemble (abonnés et volants) la demande des élections anticipées pour désigner un autre président plus convenable et appliqué .
    – désigner un représentant des volants par les volants eux même et non ironiquement par les placiers, comme est de notre sort actuel .
    – certains commerçants ont tiré la larme  sur plusieurs sous-location des places abonné, dont les placiers et président de syndicat et responsable de la mairie sont suspect pour leur silence absolu , qui empêche le débouchement des places vacantes .
    – ci-joint une copie aux commerçant , les placiers , président du syndicat, Monsieur le maire de Saint Denis , Monsieur le préfet de Seine saint dénis , la presse.
    Cordialement
    Ali LEULMI

    0

    0
  16. kc-irtap dit :

    @LEULMI

    Vous pouvez déposer un dossier auprès de la DGCCRF
    http://www.economie.gouv.fr/dgccrf
    Je pense que c’est de leur ressort

    0

    0
  17. Christophe Girard dit :

    Bonjour,

    Vous publiez ci-dessus un message, daté du 7 juillet 2012 à 22h31, relatif à la gestion du marché de Saint-Denis qui contient des accusations graves à l’égard de personnels assermentés. « Tricherie », « magouille », « tromperie », malhonnêteté »… les mots sont lourds mais les preuves absentes. Pas même un exemple pour étayer ces propos.

    Avant d’afficher son poulet dans la Halle du marché dimanche 8 juillet, après l’avoir posté sur votre site, M. Leulmi m’a fait parvenir, il y a quelques temps, un courrier de la même teneur. J’ai reçu ce commerçant pour écouter ses doléances et essayer d’évaluer la réalité des griefs qu’il porte à l’égard du fonctionnement du marché. Rien n’en est sorti par manque d’élément probant.

    Les tirages au sort s’effectuent tous les jours de marché, un pour la Place Jean-Jaurès, l’autre pour le pourtour de la Halle. Un autre tirage au sort est effectué mensuellement pour la rue Gabriel-Péri (entre la Halle et la Place du 8-Mai). Ces quelque 350 tirages annuels sont réalisés devant l’ensemble des volants dûment inscrits pour y participer. Leur nom sont relevés et un numéro leur est attribué en fonction de leur ordre d’arrivée (le numéro attribué à chaque commerçant change donc chaque jour de marché). Autant de dés numérotés que d’inscrits (une cinquantaine à chaque fois) sont versés par poignées dans un sac en tissu opaque, mélangés, avant d’être ressortis un à un, annoncés et inscrits sur une liste de tirage. Les dés ne seraient pas assez mélangés ? Les listes de tirage prouvent le contraire. Mais, lorsqu’on est tiré, c’est sa bonne étoile qui est intervenue ; alors que lorsque son numéro ne sort pas c’est que le régisseur à triché.

    Plus grave, pour étayer son propos, M. Leulmi suggère insidieusement que les agents de la Ville toucheraient des pots de vin. En effet, il propose « de coller une grande affiche dans le local du tirage, en indiquant « toute personne paiera un surplus de la somme indiquée sur le ticket de la régie, sera suspendu pour trois mois de marché » ». Pratique illégale qui serait cependant courante, donc. Or M. Leulmi m’affirme n’avoir jamais payé plus que ses droits de redevance… comme l’ensemble des commerçants que j’ai interrogés sur le sujet. S’il en avait été autrement, ce n’est pas tant le commerçant que je chercherais à sanctionner que l’agent contre qui je diligenterais une enquête administrative en vue d’un licenciement pour faute lourde si les faits étaient avérés.

    Autre « tricherie », « magouille » ou « malhonnêteté » : le nombre de places disponibles pour les volants (commerçants non-abonnés tirés au sort) qui ne seraient pas en nombre suffisant au regard de la « loi française » en son « articles n° 3 ». Après des recherches sur inernet, j’ai enfin trouvé le texte dont M. Leulmi ne voulait pas me donner les références. Il s’agit d’un exemple d’arrêté de réglementation des marchés proposés par la Fédération nationale des marchés de France (http://www.fnscmf.com/cariboost_fil…). Cette même structure qui assiste tous les ans à l’assemblée générale du syndicat des commerçants du marché de Saint-Denis, et dont les membres dirigeants, comme Charline Brassens ou Michel Mourgère, ne tarissent pas d’éloges sur le fonctionnement du marché de Saint-Denis, le dynamisme de son syndicat… et le nombre de places disponibles pour les non-abonnés ! Ce sont effectivement entre 40 et 80 volants qui sont tirés au sort tous les jours de marché à Saint- Denis.

    Par ailleurs, M. Leulmi accuse François Barbier, président du syndicat, de nourrir « les ambiguïtés et les douteuses attributions des places abonnés ». Qu’est-ce à dire ? Il a ses têtes ? Il touche des dessous de table ? Il ferme les yeux sur des irrégularités ? Les abonnements sont collégialement décidés (Ville et syndicat), selon la procédure complexe du règlement sous le contrôle permanent d’une commission paritaire qui réunit une dizaine de commerçants, élus et agents de la Ville. Si les propos de M. Leulmi étaient avérés, cela signifierait que nous sommes tous corrompus ou aveugles. Et j’écris « nous » parce que je préside cette commission paritaire au titre de ma délégation du Maire.

    Je vais en rester là car je suis déjà bien long et que les autres accusations portées par M. Leulmi sont du même acabit : des rumeurs qui ne souffrent pas la confrontation à la réalité. D’ailleurs le marché de Saint-Denis est pris en exemple par d’autres villes qui souhaitent revenir à une régie publique. C’est ainsi que j’ai dernièrement reçu le maire d’Argenteuil avec sa directrice de cabinet et plus récemment mon homologue de Bobigny avec son directeur général des services.

    Alors quelles sont les motivations de M. Leulmi ? Pour avoir discuté dimanche encore avec lui, et sans être médecin, j’ai ressenti un monsieur en souffrance psychologique qui ne se rend pas vraiment compte de la gravité de ses propos ni de leurs conséquences sur les personnes mises en cause. Ceci explique peut-être, mais n’excuse que modérément. C’est la raison pour laquelle j’ai demandé à ce que la Ville envisage de porter plainte pour diffamation.

    Restent à connaître les motivations des animateurs de ce site qui relaie volontairement (les commentaires sont modérés!) de telles accusations fantaisistes sans aucune vérification. Ce n’était pourtant pas bien compliqué : mon adresse mail est publique et certains responsables de SCG connaissent mon numéro de portable…

    Christophe Girard
    Maire adjoint délégué au Commerce et à l’artisanat de Saint-Denis

    0

    0
  18. sam dit :

    @Christophe Girard

    Merci pour votre réponse qui permet aux blogueurs de se faire leur propre opinion. Votre commentaire est incontestablement le bon reflexe et la meilleure réponse à ce genre de situation.

    Vous posez là une véritable question concernant la publication du commentaire de Mr Leulmi. Eh bien, je reconnais avoir eu tort de le publier. Pourquoi ? Il est tout simplement hors sujet par rapport à l’article ci-dessus.

    J’en profite pour rappeler un extrait de notre charte :

    Il est important de souligner que nous n’avons pas d’équipe de rédaction. Nous sommes de simples amateurs qui choisissons de diffuser, ou pas, certains témoignages en fonction de leur pertinence et de l’actualité. Quant aux commentaires, ils sont modérés selon la charte de modération.

    Certaines subtilités peuvent nous échapper. Nous tenons à préciser que chaque témoignage ou commentaire engage la responsabilité de son rédacteur et en aucun cas celle de l’association « Sans Crier Gare ».

    Enfin, vous dites : « Restent à connaître les motivations des animateurs de ce site qui relaie volontairement (les commentaires sont modérés!) de telles accusations fantaisistes sans aucune vérification. Ce n’était pourtant pas bien compliqué : mon adresse mail est publique et certains responsables de SCG connaissent mon numéro de portable… »

    D’abord, aucun responsable (Stéphanie D, Anthony C et moi-même) de SCG n’a votre numéro de portable. De quels responsables parlez-vous ?

    Enfin, sur ce blog comme sur tant d’autres (notamment de grands quotidiens) il y a et il y aura toujours des commentaires qui échappent à la vigilance des modérateurs. Les sous-entendus de vos propos en disent long sur la façon dont vous percevez SCG. Libre à chacun de continuer à spéculer sur « nos motivations ».

    Bien à vous.

    0

    0
  19. georges dit :

    La déshérence de la ville est telle que l’équipe municipale n’a plus aucune crédibilité. Continuez Sam, nous sommes avec vous, « Saint-Denis ma ville » est un bol d’oxygène.

    0

    0
  20. Renaud dit :

    l’intervention d’Ali n’a pas de rapport avec mon message au maire, DONT J’ATTENDS TOUJOURS UNE REPONSE. S’agissant de plus d’accusations très graves sur un sujet au cœur de notre quotidien, elles nécessiteraient bien évidemment d’être argumentées…

    @ Christophe Girard : merci de vos explications sur le fonctionnement de la répartition des places de « volants » ; cela m’a donné l’envie d’assister à l’un de ces tirages au sort.
    Toutefois, si le message d’Ali est facilement contestable, et « l’imprudence » de SCG une occasion (trop) facile d’en contester l’honnêteté et la valeur, sachez tout de même que des rumeurs circulent sur les conditions d’attribution des places de commerçants au marché : il vous faudra assurément beaucoup de persuasion, de pédagogie et de discipline pour les faire taire ; bon courage !

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *