Rue Fontaine/République – lundi 15 mars, 22h – « Le printemps est de retour, nos amis aussi. »

Vous aimerez aussi...

45 réponses

  1. Sam dit :

    Thomas, Leon,
    Merci de me confirmer par mail les noms des personnes qui nous accompagnerons pour rencontrer le préfet de police d’agglomération de Paris (un niveau au-dessus du préfet du neuf trois). J’attends la confirmation de ce RDV par le cabinet du préfet et vous tiens au courant.

    En espérant que ces nuisances ne vont pas compromettre votre projet en cours…

    0

    0
  2. Stéphanie dit :

    Des attroupements commencent en effet également à se reformer du côté de la rue Dézobry …. Ce rendez-vous sera l’occasion de faire un point sur ces endroits « chauds » du quartier et d’ailleurs
    Il est hors de question que nous subissions de nouveau les nuisances de l’année dernière !

    0

    0
  3. Sam dit :

    Alors là il est hors de question de revivre ce que nous avons connu ces dernières années…si tel est le cas nous allons hûrler partout encore et encore et toujours !!!
    Nous sommes de plus en plus nombreux notre cri sera d’autant plus fort…

    0

    0
  4. Jason dit :

    « Sans Crier Gare » n’a pas vocation à remplacer le travail de nos élus, dans un monde parfait bien entendu…. Heureusement que des gens se mobilisent, mais la vraie solution est de partir.
    15 ans que je suis à Saint-Denis, les choses s’aggravent de plus en plus.

    0

    0
  5. arrivante dit :

    Je rentre assez souvent le soir tard par la gare, sur le coup de 23 h. rue Renan, rue Dezobry, y a du monde sur le trottoir, ça deale sans se cacher et c’est un rien agressif à l’égard des rares passantes…

    0

    0
  6. Sam dit :

    @arrivante,
    La nuit de dimanche à lundi (vers 1h00) je suis sortie retrouver mon mari à la gare avec beaucoup d’appéhension. Rue Auguste Delaune ça deale toujours, rue Renan idem…les toxicos sont toujours au niveau du 29 rue Delaune…mais le parvis de la gare, le terminus du T1, la rue Brise Echalas rien à signaler. Tout n’est pas réglé mais jamais j’aurais pu sortir seule à cette heure-ci quelques mois auparavant.  

    @Jason
    Tout le monde ne veut pas ou ne peut pas partir alors tant que nous sommes ici nous faisons en sorte d’agir en rappelant aux pouvoirs publics leurs responsabilités. En tant que citoyens, nous avons le droit de saisir le maire, le commissaire, le préfet, le préfet de police d’agglomération, le procureur de la République, le ministre ou même le président de la République…
    ça ne fait pas avancer le shmilblick de constater et d’affirmer que ça s’aggrave, surtout que c’était pire il y a seulement quelques mois dans ce coin de la ville. Tout n’est pas réglé et nous savons que ça prend du temps…il faut donc relativiser et surtout agir.

    0

    0
  7. Jason dit :

    Sam,
    Je ne crois plus en l’espèce humaine désolé ! On n’arrivera pas à changer des hommes violents en agneaux, ni des bons à rien en bosseur.

    La modération est assez sévère je trouve.

    On en rediscutera le 16 avril.

    A bon entendeur.

    0

    0
  8. Sam dit :

    Qui a parlé de changer « des hommes violents en agneaux » ou « des bons à rien en bosseur » ? Pas nous en tout cas.
    Pour la modération, nous avons une charte contrairement au blog Saint-Denis 93… elle est consultable (cf. en bas de la page).

    0

    0
  9. hélène l'ancienne dit :

    Thomas a raison les beaux jours arrivent, je n’avais pas ouvert mon ordinateur depuis Samedi
    Donc pas consulté le blog, ils reviennent et élargissent leur champ d’action : la rue Fontaine, la rue de la république, la rue Emile Connoy, la rue Courte. Cet Après midi certains sont entrés dans l’immeuble 2 rue Fontaine ; d’autres, en masse dehors rue Emile connoy, pas génés, des odeurs pestidentielles. VIVENT LES BEAUX JOURS.
    D’accord avec Sam : effectivement constater c’est bien, alerter les élus c’est mieux ! Mais avec mon pessimisme habituel, il y a tellement de problèmes un peu partout dans cette foutue ville, que la municipalité n’arrive plus à gérer, le commissariat en manque d’effectif et, Ministres et Président de la république qui ont d’autres priorités et je ne crois pas en leur déterminisme.
    Lorsque je faisais partie de l’association contre la violence je me souviens qu’elle avait été reçue par M.Sarkozy ‘cela en 2004 je crois) accompagnée de P.Braouzec puis,reçue par un député Socialiste à l’Assemblée Nationale M.Leroux.Comme « Soeur Anne » nous n’avons rien vu venir….
    Il n’y a que la presse qui puisse alerter : à la Gare ce fut un coup de Maître et chapeau bas encore.
    Les politiques pour les bouger ils faut qu’ils sentent leur pouvoir en danger. J’ai voté Dimanche à contre coeur : quelle en sera la suite ….

    0

    0
  10. Sam dit :

    Euuuuh, on arriverait presque à regretter l’hiver et à appréhender le printemps…les dealers sont de retour rue Brise Échalas depuis aujourd’hui.
    Ce soir vers 18H00 un petit groupe de 4 dealers était à côté du terminus du tram…à l’angle rue Brise Echalas/rue du Port et deux devant la crêperie rue Brise Échalas. Il faut surtout pas les laisser s’installer, sinon on revient très rapidement plusieurs mois en arrière.
    Demain, j’appelle le cabinet du préfet pour le RDV que nous attendons en mars…ça serait opportun.

    0

    0
  11. Stéphanie dit :

    Si besoin, je dégaine les courriers
    Pas question de les laisser s’installer !

    0

    0
  12. Sam dit :

    @ Stéphanie
    Pour les courriers, Stéphanie t’es trop forte ma poulette 😉 …nous sommes bien rodés pour cet exercice : tu dégaines pour faire un projet de lettre, je remets une couche par dessus, on soumet à Pitch (pour arrondir « nos » angles vifs) et zou par la poste.

    Mais là c encore trop tôt, on va d’abord voir le préfet (rencontre qui fait d’ailleurs suite à notre courrier du 28 décembre dernier au ministre de l’intérieur) et on verra par la suite.

    @hélène
    La seule différence par rapport au passé est ce blog. Cet outil permet à tous de tout suivre…alors pas moyen de nous endormir ou de perdre le fil. C bon pour maintenir la pression 😉
    Pour la presse, nous avons un bon réseau…mais faut pas crier au loup immédiatement. Chaque chose en son temps.

    0

    0
  13. Jason dit :

    Si NOUS ne pouvons ou ne voulons partir, pourquoi eux partiront ? Le problème se déplacera d’une rue à une autre ! Le problème ne se résume pas à 15 mecs qui gueulent sous ma fenêtre, c’est notre société qui va mal.
    On le voit bien à la gare, à 150 mètres du parvis les affaires reprennent.
    Mais je respecte votre démarche et vous soutiens totalement dans ce projet de « mieux vivre ensemble » je le fais sans ironie.
    Bisous à tout le monde !!

    0

    0
  14. citoyen93 dit :

    De tout coeur avec ceux qui luttent pour essayer d’améliorer les choses.
    Effectivement le périmètre Auguste Delaune, Esnest Renan, Jules Guesde et rue de la République le soir dès la tombée de la nuit devient totalement glauque et est devenu le territoire des dealers et toxico.

    0

    0
  15. Sam dit :

    Du côté rue de la Rép, le problème me semble d’avantage lié à la consommation d’alcool…ai-je tort ?
    Du côté du Square de Geyter, on entend plus rien depuis votre témoignage…pas de nouvelle ? bonnes nouvelles ?

    0

    0
  16. cece dit :

    Je trouve que l’engagement politique et citoyen est très difficile dans cette ville, si l’on ne veut pas recevoir des étiquette hâtives… comment se battre contre la violence, le non respect de la loi quand les couches les plus défavorisées de la société sont les premières à tomber dans ces pièges et sont manipulées par une idéologie pseudo démocratique (celle de la municipalité) ?
    Partir.. oui, c’est une solution si l’on peut.
    Le rêve d’une société ouverte et tolérante est complètement brisé ici. Il faut certainement en donner la faute à ceux qui régissent la ville, mais encore plus à tous leurs clients (c’est ainsi que je les appelle).
    Une certaine « boboïsation » n’est pas sans risque de récupération.

    0

    0
  17. Sam dit :

    Jason merci pour tes encouragements…si tu viens le vendredi 16 Avril, il faut t’inscrire en mettant un commentaire sur le post correspondant.

    Certains non seulement ne font rien pour que ça change mais ont la critique facile et jettent la suspicion sur ceux qui se bougent…tellement facile.
    Ils gagneront certainement un jour au loto et pourront aller vivre sur une île paradisiaque.

    0

    0
  18. Lola dit :

    Comme vous le savez j’habite à côté du Sq de Geyter mais je ne m’aperçois de rien. Mon témoignage sera certainement encore une fois trop naïf, mais ça donnera peut-être envie à des gens plus alertes de réagir.

    – Les attroupements devant le 32, bd Sembat continuent. Je n’ai jamais été gênée par cette petite bande de jeunes, qui en général sont là bas quand je rentre du travail (vers 18h30) mais on m’a dit qu’elle pourrait être une bande qui sévit sur le square (petite délinquance).
    – De temps à autres des groupes font du bruit jusqu’à tard sur le square. Rien ne me permet de dire qu’il y a des trafics louches.
    – Quand il m’arrive de rentrer (seule ou accompagnée) tard le soir, je n’ai jamais rien vu de préoccupant dans le square. Par contre je ne vois pas du tout le côté où il y a l’école maternelle.
    – Pour moi la gêne la plus grave est provoquée par les gens qui jouent jusqu’à tard dans le petit court de basket : par ailleurs, est-il légale de jouer au foot et hûrler jusqu’au petit matin ?
    – Ce qui est préoccupant est le squat au 6, rue Désiré Lelay. Nous en avons parlé avec Mme Haye lors de la galette mais aucune réponse n’est apportée au problème pourtant connu.
    – Je sais aussi qu’il y a du deal Place Parmentier. Depuis un petit moment je n’y passe plus, donc je ne sais pas ce qui s’y passe mais je ne vois pas pourquoi cela aurait dû cesser…

    La police est au courant (j’ai eu l’occasion de leur dire lors d’une ronde à pieds (d’ailleurs je n’en vois plus depuis le début de l’hiver).

    0

    0
  19. hélène l'ancienne dit :

    Sam,

    Tu as raison, il y a le blog qui permet de communiquer c’est une avancée mais hélas faudrait-il que toute la population en soit munie. Je constate chez moi où la paupérisation règne que cet outil, en soit la première préoccupation.
    Cece a raison les étiquettes politiques sont effectivement attribuées facilement, les cancans vont bon train. Entre les Ultras anti racistes qui sont dans le déni,les communautaristes, et les racistes, les modérés qui préfèrent l’objectivité ont beaucoup de difficultés et peu de place pour s’exprimer.

    Pour moi il n’y a pas de bobos à Saint Denis, simplement des personnes qui se sont endettées pour acheter un logement, qui ont envie simplement de vivre dignement tout comme ceux qui n’ont pas eu la chance matérielle d’y parvenir.

    Quant aux soit disant  » clients », comment expliquer le taux d’abstention ?
    Puisque je suis dans le passé : Ah, s’il n’y avait pas eu de désindustriallisation massive à la Plaine dans les années 74 -80 les ouvriers employés et cadres n’auraient peut être pas quitté la ville, ainsi que la majeure partie des commerces.
    Pour ce qui me concerne, j’ai préféré rester pour des raisons évidentes (peu de moyens) ce qui m’a coûté un minimum de 4 heures de transport par jour pendant plus de vingt ans. Il n’y a pas de quoi pleurer dans les chaumières, mon petit cas n’est rien. Donc je n’ai pas vu la transformation de la ville, boulot dodo, je n’ai pris conscience des problèmes déjà bien installés, que lorsque j’ai eu à subir moi-même diverses agressionsde bandes qui trafiquaient hautement et voulaient s’approprier le territoire.

    0

    0
  20. citoyen93 dit :

    Les problèmes autour du square de Geyter sont bien connus :
    – Vandalisme sur les voitures garées autour du square,
    – Rodéos sauvages dans le square sur des motos ou mini motos,
    – Deal de drogue à la sortie d’un immeuble située à droite d’un prothésiste dentaire sur le bd Marcel Sembat,
    – Nous avons également rue Désiré Lelay un probléme de squat.

    Tous ces problèmes ont été signalés à la mairie. Lors d’une précédente démarche quartier des habitants ont réclamé des gardiens de square et un dispositif anti-intrusion pour les deux roues mais cela est resté lettre morte. Sur la question du squat rue désiré Lelay visiblement la mairie a choisi la carte du pourrissement en ne faisant rien.

    0

    0
  21. cece dit :

    Pour moi, il y les clients, qui votent pour la majorité, aux élection municipales, car ils ont toujours profité du système; ensuite il y a ceux qui ne croient plus à rien, ils s’abstiennent; ensuite il y a ceux qui essaie de changer la ville par la voie politique et électorale, en choisissant des partis d’alternative.
    Voilà comment j’expliquerais le phénomène des abstentions.
    Un certain nombre de personnes profite de logements à loyer modéré, places en crèche, subventions pour leurs associations et ne peuvent pas ou n’ont pas le courage de voter ailleurs.
    Je sais que je suis dans la critique constante de la municipalité et de ceux qui la soutiennent, mais honnêtement je ne vois pas ce qu’elle a fait de positif pour les classe moyennes et modestes, à part donner l’illusion d’une ville ouverte à tout le monde, qui est en réalité un no man’s land.
    Je ne regrette pas d’avoir acheté un appartement comme tout le monde à cause du prix et de la proximité de Paris. Je regrette de devoir rester enfermée chez moi ou fuir à Paris ou en province dès que j’ai du temps libre. Je regrette de devoir donner un « mode d ’emploi » aux personnes que j’invite chez moi et qui ne connaissent pas l’environnement dionysien.

    0

    0
  22. Denise dit :

    Coucou,

    Allez ne désespérons pas trop : en ce moment même un car de policier et 2 voitures de police stagnent depuis une heure à l’angle rue de la rép et rue Emile connoy! Les policiers sont à l’extérieur de leurs véhicules.

    Je ne sais pas si c’est pour dissuader les bandes mais en tous les cas ça à l’air de marcher car à part quelques cyclistes habitués à ce spot qui vont et viennent il n’y a personne.

    Au moins on va passer une bonne nuit!

    0

    0
  23. Sam dit :

    J’ai relancé le cabinet de préfet de police d’agglomération de Paris. Nous allons être rappelés pour nous communiquer la date convenu avec Mr le préfet. 
    Suite à la rencontre du maire le 29 janvier dernier, Stéphanie a relancé la municipalité pour la visite nocturne avec Mr le maire et les services techniques dans le quartier de la gare.
    Emma nous a relancé pour travailler sur les tracts permettant de communiquer sur nos actions et en vue du stand dominical. Nous nous voyons demain soir pour faire le tract avec Stéphanie et Emma.

    Fini l’hiver, on est reparti dans l’action !!!

    0

    0
  24. goldo dit :

    Et bien nous aussi c’est reparti. Je n’avais pas été sur le site avant de constater que de nouveau un groupe de 20 personnes était révenu à la hauteur de notre escalier. Immédiatement à plusieurs voisins nous avons appelé le commissariat car il est hors de question de revivre ce que nous avons connu.

    Je m’aperçois que c’est reparti dans tous les quartiers : nous n’avions pas tort de craindre le retour des beaux jours. Moi j’ai fait un message au Capitaine Play et au Préfet. Je l’ai transféré à plusieurs d’entre vous.

    Nous sommes maintenant nombreux et nous pourrons nous faire entendre davantage.

    0

    0
  25. koil dit :

    @lola
    pour les parcs et aires de sports , la municipalité ne veut pas fermer les parcs la nuit, c’est son idéologie. Nous au niveau du square des acrobates quartier landy, on a réussi a faire changer les grilles autour du stade de foot. ça a bien diminué le bruit.

    @ux autres
    c’est courageux de vous battre contre ces regroupements, mais tant que la mairie ne change pas de mentalité ça sera pas gagné.

    0

    0
  26. hélène l'ancienne dit :

    Merci Denise

    Nous devons être assez proches, la photo est très bien, effectivement déjà hier vers 17 hres la police était là c’est pour cette raison que j’ai peu entendu de bruit cette nuit.

    Re essayer de parlementer avec ceux qui s’étaient planqués, les désagrements etc……
    Evidemment comme dab, discours, les gens sont racistes et j’en passe. Ils m’ont « calculée » depuis fort longtemps donc je suis assez sur mes gardes.
    La police ne pénètre pas suffisamment dans la rue Emile Connoy, celle que j’ai vu hier ne devait pas être du commissariat de St Denis tout comme celle que j’ai vu à la sortie du métro la semaine dernière et, qui ne connaissait pas la Place du Caquet!

    0

    0
  27. habitant dit :

    Je ne suis pas d’accord avec la deuxième partie de la phrase de Cece qui dit :

     » Je trouve que l’engagement politique et citoyen est très difficile dans cette ville, si l’on ne veut pas recevoir des étiquette hâtives… comment se battre contre la violence, le non respect de la loi quand les couches les plus défavorisées de la société sont les premières à tomber dans ces pièges et sont manipulées par une idéologie pseudo démocratique (celle de la municipalité) ? »

    Pour info, la municipalité (majorité) a envoyé dans des quartiers (dans les boîtes aux lettres, je sais pas les vôtres) une com’ de consigne de vote pour voter front de gauche la semaine dernière. Je ne vois pas où les « couches défavorisées » sont tombées dans le piège, il y a eu abstention record ou peu de score pour leur liste. ce sont des idées toutes faites Cece inculquées par ailleurs par la municipalité.

    Et puis il y a un moment où ça suffit de dire « il y a ceux…et il y a ceux qui…bobos, défavorisés… » On vit tous dans la même ville et on connaît en partie les mêmes choses : squats, trafics de drogue…et surtout pas ou peu de mesures localement pour y mettre un stop. C’est pas facile tous les jours et encore moins quand des personnes cumulent d’autres difficultés comme trouver du travail ou un logement.
    Je remercie ici ceux qui ont la possibilité de se mobiliser pour leur quartier et pour Saint-Denis.

    0

    0
  28. cece dit :

    mais alors comment vous expliquez l’abstention?
    et la coupure sociale de la ville entre citoyens?
    J’admire ceux qui s’engagent pour la ville, mais pour ma part je ne suis prête à aucun compromis avec l’administration actuelle.
    je ne considère pas l’abstention comme un signe de protestation, mais de faiblesse voire désespoir

    0

    0
  29. goldo dit :

    Moi je ne sais plus pourquoi un soir nous sommes envahis de toxicos et le lendemain c’est de nouveau calme. Peut-être que la police fait des actions statégiques qui nous échappent. Je ne sais comment c’était ailleurs mais ce soir chez nous c’était calme et tant mieux mais maintenant nous craignons toujours de revivre l’enfer.

    0

    0
  30. Sam dit :

    Les riverains rue Fontaine ont appelé la police et ça a été suivi de faits. De notre côté, la police est présente dans le quartier et les dealers ont décampé de la rue Brise Échalas mais ils ne sont pas très loin : Rue Renan et Delaune.
    Il est temps que la ville mette une porte du 29 Delaune comme convenu en cellule de veille dernier sans attendre le jugement…nous réclamons cette mesure depuis juin 2009, cela fait dix mois !

    Nous sommes convaincus que la fermeture de cet immeuble aura un grand impact sur le quartier.

    La police n’est pas la seule solution, que propose la ville ? que propose plaine co ? que propose la région ? 
    Qu’en est-il du rapport d’audit fait par la préfecture et remis à la ville en octobre dernier ?…il va falloir mettre le turbot côté élus et être plus réactifs ! 

    0

    0
  31. suger dit :

    Pour essayer de comprendre l’abstention dans les villes de banlieue, je vous recommande la lecture passionnante de « La Démocratie de l’abstention » (Folio « Actuel », Gallimard), résultat de cinq années de recherche dans le quartier des Cosmonautes à Saint-Denis, par Céline Braconnier et Jean-Yves Dormagen, publié en 2007. Il y aussi un entretien avec ces deux sociologues , mais bien moins intéressant que leur livre, dans « Le Monde » de ce soir (daté du 19 mars). Leur ouvrage est aussi une chronique instructive sur la décomposition du lien social dans notre ville depuis plus d’une décennie.

    0

    0
  32. Thomas dit :

    Salut à tous,

    Pour avoir échangé avec certains gradés du commissariat, des opérations de contrôles sont programmées ces derniers temps, en plus des contrôles quotidiens. Je pense que c’est assez positif dans le sens où ça fait deux/trois soirs que c’est plutôt calme au croisement des rues République et Fontaine.

    0

    0
  33. habitant dit :

    Cece a dit:
    « mais alors comment vous expliquez l’abstention ? et la coupure sociale de la ville entre citoyens? »

    – Beaucoup d’ habitants ne sont pas considérés comme citoyens excepté pendant les campagnes électorales et ne sont pas pris en considération au quotidien.
    – La non prise en compte des préoccupations des habitants : meilleure qualité de vie quotidienne, propreté, emploi, logement, tranquillité… n’ont pas été entendus depuis des années à Saint-Denis et parfois même niés en faisant diversion. Il faut le dire! Comme par hasard, quand c’est les élections, on sort le grand jeu et des tracts.

    Oui, je crois qu’en partie l’abstention c’est malheureusement de la protestation, et il y a pas de con-promis avec la municipalité là-dedans!
    Ce ne sont pas en gros les habitants qui se sont coupés avec la ville et la politique mais la politique de certains qui se sont coupés des habitants, des quartiers en les coupant entre eux !

    0

    0
  34. cece dit :

    Merci à Suger pour la suggestion de lecture à propos de l’abstention. ça y est, c’est acheté.

    0

    0
  35. hélène dit :

    Autre semaine,
    Les activités de certains individus reprennent, il y a une semaine, une personne agée s’est faite agressée rue Emile Connoy, son sac envolé, heureusement pour elle pas de dommage corporel, avant hier soir vers 11h30 agression d’un homme au coin Ursulines – Emile connoy.
    Les rues adjacentes de celles de la République sont les terrains favoris de ces dits individus.j’oubliais la police était là hier après midi, rue Emile Connoy, nos amis adorant le rhum ont été controlés, cet après midi, ils étaient un peu moins regroupés.

    0

    0
  36. édith dit :

    J’ai assisté à l’agression d’un de nos copropriétaires lundi soir rue des Ursilines. en rentrant de notre AG de copro, c’est lui « l’homme » dont tu parles. J’ai été très très choquée, j’ai entendu les coups mats, les quatre jeunes blacks encapuchonnés se sont souplement évanouis dans la rue Connoy quand on s’est rapprochés (on arrivait tranquillement derrière, en papotant). Notre voisin était blanc comme un linge; il avait une blessure à la joue. Les jeunes connards l’ont braqué avec une arme à grenaille; j’ai su ce soir qu’il avait eu un « plomb dans la tête », rien de grave, mais il avait mal au crâne, tout ça pour un vieux portable.
    J’ai appris ce soir aussi qu’une femme s’était fait tirer son sac à main sortant du notaire de la rue des Ursilines. aujourd’hui (?), qu’un autre homme s’était fait agresser devant la Banque de France rue Catulienne (?). Les points d’interrogation sont là pour signifier que je n’y étais pas pour le voir = info sous réserve.
    Ces quatre jeunes types opèrent donc en ce moment et n’ont, semble-t-il, rien à voir avec la bande de dégénérés aux yeux de poissons morts qui traine rue Connoy côté Rep. C’est bien ça qui fait souci.
    Il faut, je pense, urgemment réactiver la conscience ramollie des élus en ce début de printemps qui s’annonce bien trop chaud pour être honnête.
    Ce soir à la gare, j’ai vu un ado sur son scooter en train de faire le beau sans casque, à quelques mètres d’un bouquet de policiers prenant le frais devant leur boutique…

    0

    0
  37. Lola dit :

    Hier soir en quittant mon domicile à 23h, j’ai vu toujours un petit attroupement devant le 32, bd Sembat. Ce sont des jeunes black qui zonent. Plus tôt, vers 21h30, un groupe d’ados (une petite dizaine) a quitté en courant la devanture du 32 pour aller jouer avec un ballon dans le square (il ont par ailleurs hurlé au moins jusqu’à mon départ 23h). Quelqu’un a des infos sur cette bande ? Habitants du 32, savez-vous de quel type de bande s’agit-il ?
    Hier, vers 18h, il y avait de la police et plein de monde sur le trottoir (entre le bar et le prothésiste) mais comme je n’avais pas le temps je n’ai pas pu me renseigner sur ce qui se passait. Quelqu’un sait quelque chose ? Pensez-vous qu’il serait utile de faire respecter la loi au moins concernant le tapage nocturne sur le square ?  (jusqu’à quelle heure ont-ils le droit de faire du bruit ?) Quelqu’un qui dort avec les fenêtres côté square et qui veut nous raconter son expérience ?

    0

    0
  38. habitant dit :

    Tous les jeunes ne sont pas toxicos ni délinquants à Saint-Denis et heureusement. Ils sont surtout à protéger de cette merde qui se vend au vu et au su de tout le monde!
    Ce qui est attristant et pas normal, c’est de voir depuis un temps que certains jeunes à Saint-Denis commencent à partir en déroute alors qu’ils qui pourraient faire plein de choses:
    -une activité, s’accrocher à l’école pour les ouvrir au monde, à une formation solide et démarrer un boulot pas qu’on se foutent de leur gueule!
    Où y a t-il une dynamique qui part dans ce sens? On a l’impression de revenir 30 ou 25 ans en arrière!
    Il y a un vrai boulot de fond à faire dans cette ville à ce niveau qui ne peut pas juste se résoudre à mettre des terrains de foot à pelouse synthétique lors d’une fête de quartier.
    .

    0

    0
  39. hélène dit :

    C’est donc bien Edith avec qui j’ai parlé au sujet de l’agression rue des Ursulines. Cela fait des années au moins 4 ans que j’hurle que ce quartier (Centre Ville) côté république est aussi un terrain de chasse privilégié d’individus peu recommandables, pas toujours les mêmes.
    Il y a eu un certain calme, cela recommence et je n’en suis pas étonnée. La liste serait beaucoup trop longue à énumérer de faits que j’estime graves, tout de même un plomb dans la tête veut dire « armes » . Le Commissaire en place me semble être tout à fait compétent, mais a t’il les effectifs suffisants? Quant aux élus, ils acteront, appeleront le commissariat, la police municipale, puis, ce quartier tout du moins comme je le vis, n’a jamais intéressé peu ou prou. En tous les cas je suis partante, pour une rencontre avec le commissariat, voir les élus.

    0

    0
  40. hélène dit :

    J’oubliais, jouer au Foot est un leurre pour la police : certaines bandes ont opté cette méthode pour mieux trafiquer. A croire qu’ils ont vu le film « West Side Story », pourtant vieux de 60 ans!

    0

    0
  41. hélène dit :

    Cet après midi encore un vol à l’arraché, la police est venu sans succès, le fuyard a pénétré chez nous envolé sans doute par le couvent des Ursulines. Confirmation des commentaires
    d’Edith et de moi même « Cela craint » dans notre quartier ! Je n’ose ici répéter les commentaires des habitants, extrêmement rudes pour la municipalité.

    0

    0
  42. goldo dit :

    Ce qui se passe dans cette ville est de la « surréalité ». En ce qui me concerne j’ai de plus en plus de mal à y vivre et à y circuler. Je vadrouille partout et nulle part ailleurs le sentiment que j’ai à St Denis existe dans une autre ville.
    A ce que je vois les agressions continuent : à quand le prochain mort ?

    0

    0
  43. édith dit :

    J’ai contacté un Commandant de police au poste de la gare cet après-midi (fonction « cohésion police-population »). Je peux donner son identité + n° de portable, mais hors blog. Topo sur les dernières agressions. Il partait à une réunion en mairie. Il a pris des notes sur ce que je lui ai narré. Il va transmettre au commissaire Bobrowska (qui est au courant puisque notre voisin a porté plainte, évidemment, mais c’est bien d’en remettre une couche). J’ai dit ce que nous voulions : rondes, surveillance de visu et video, etc. J’ai ensuite appelé Sam, on a évoqué la réunion du 13 avril. J’ai ensuite transmis le lien au voisin par mail, qui pourrait se déplacer, peut-être, ce jour-là. Ou moi si je suis dispo, mais je risque d’avoir des réunions à animer à ce moment (dates encore en suspens).

    Ce soir à Synesthésie (15, rue Denfert-Rochereau) : vernissage d’une très belle pièce conçue avec un logiciel 3D, plaques d’aluminium découpées, rivetées et assemblées à la main, magnifique installation. Toujours un beau travail d’accueil et de mise en espace/lieu de mon amie Anne-Marie Morice, directrice de l’association et du lieu éponyme.
    Durée : jusqu’à début mai. Ca vaut le coup d’oeil.

    0

    0
  44. hélène dit :

    Lundi 29 mars en visite chez mon spécialiste 2 rue Fontaine :
    Etat des lieux, les amateurs de rhum étaient là, évidemment l’épicier ouvert, dans le hall des
    junkies qui, visiblement n’ont rien à voir avec les « les yeux de poissons morts » comme le dit si bien Edith.
    En sortant j’ai remonté la rue, présence de l’autre bande inquiétante sous les arcades et, galerie Rosalie.
    Conclusion de ma part, une fois de plus, ces petits malins se cachent derrière l’arbre que représent les alcooliques bruyants.

    0

    0
  45. édith dit :

    Tentative de racket, moins une.
    Voici ce que j’ai encore vu tout à l’heure vers midi rue des Ursulines, ma rue, donc : un garçon d’environ 14 ans se fait racketter par 2 autres plus grands; je marche sur le trottoir d’en face avec mon caddie; je vois clairement qu’il a peur; les deux garçons plus grands lui parlent de très près, leur attitude est menaçante, l’un d’entre eux commence à palper les poches du garçon; le temps que je réalise et là j’apostrophe : « Eh, mais qu’est-ce que vous faites ? »
    C’est con mais je crie toujours la même chose, tellement ça me paraît incroyable. Les deux agresseurs viennent vers moi et me disent : « non, rien, on le connaît ». Je fais mine de comprendre pour ne pas les provoquer, et je rétorque avec un sourire « ah bon, alors ça va, si vous le connaissez ». Puis je passe à côté du garçon agressé, il est totalement livide, je lui marmonne à travers ma bouche fermée « je suis là en cas de besoin, je suis ta voisine ». Il me remercie. Au balcon d’en face, un père et ses deux petits enfants, visiblement tendu lui aussi. On se fait un signe discret de la main, du genre « C’est réglé ».
    Devant ma grille, un homme en pardessus et pipe passe, solide et placide, je lui explique ce qui vient de se passer. Je lui demande de prévenir la police si par extraordinaire il en croisait un specimen dans les environs.
    Mais aucun exemplaire humain de police ne passe en ce moment dans nos rues, ni à pied, ni à cheval, ni en voiture, ni en vélo, rien, nada, désert.
    Le commissariat, que je tente de joindre ensuite, est aux abonnés absents, « Toutes les lignes de notre correspondant sont occupées, veuillez rappeler plus tard ».
    De guerre lasse, j’appelle le 17 et raconte ce que je viens de voir. J’explique la rue, la ville, et je dis « il était moins une ». Et là, le fonctionnaire me dit sans rire « Ah vous êtes à Moins Une ?!!! ». Non, « à St Denis ».
    A la suite de ce fonctionnaire à l’humour involontaire, je propose de rebaptiser notre ville « Moins Une », ça me paraît assez de circonstance. Moins Une pour tout ce qu’on peut empêcher comme agression physique de personnes. Moins Une pour un état imminent de délabrement. Moins Une pour un effacement de la préoccupation nationale. Moins Une grâce et avec la vigilance des habitants.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *