Saint-Denis en pleine dérive

Vous aimerez aussi...

131 réponses

  1. Azzedine dit :

    Bonjour à tous.
    Je savais que le trafic était présent à Saint Denis mais là c’est de l’industrie.
    500 kg c’est 500 000 grammes à un prix moyen de 6 à 7€ donc 3 à 4 Millions d’euros à la revente au détail.
    500 kg, c’est difficile à cacher dans un vestiaire d’un employé municipal « indélicat ».
    S’ils se sont permis 500 kg ce coup ci, c’est que de montants inférieurs sont déjà passés.

    Pour rappel, aux aveugles de la mairie, quand 10 kg sont saisis 100 kg sont passés ou passeront (règle des douaniers). Dire que Saint Denis est une ville ou il fait bon vivre, les trafiquants sont d’accord avec vous.

    Premièrement, la municipalité doit purger le CTM car 500 kg et 10 scooters à l’origine douteuse, il y a forcément des complicités hauts placés sinon de la corruption.
    Deuxièmement, la municipalité doit se porter partie civile et faciliter le travail des policiers
    Troisièmement, les syndicats ne doivent en aucun cas soutenir les personnels mis en causes et l’aide juridique ne doit pas fonctionner et je suis désolé, dans ce cas, F. SOULAS doit démissionner. C’est une faute extrêmement lourde. Le CTM est sous sa responsabilité directe.

    Enfin et là c’est la le plus navrant, un silence assourdissant de nos élus. C’est la faute à qui cette fois ci???

    18

    0
    • mourad dit :

      Stéphane Peu au nom de PCH a porté plainte contre l’Etat … Je suppose que Didier Paillard va porter plainte contre la municipalité ! C’est le Djamel Comedy Club …

      13

      0
  2. Grain de sel dit :

    On se demande bien où et quand cette machine devenue complétement folle-la ville- va s’arrêter? C’est la 2ème fois dans notre département cette année qu’un centre technique municipal est impliqué dans un trafic de drogue (pour mémoire il s’agissait de Bagnolet).. Dans des temps pas si anciens le CTM servait de base arrière pour les campagnes municipales et autres (colleurs d’affiches par exemple …)forteresse imprenable du fait de ce statut bien particulier sur laquelle quelques DGA voulant mettre de l’ordre se sont cassé les dents ! Cette situation si particulière a généré un sentiment d’impunité parmi les personnels-pas tous- et en l’absence d’une volonté très forte et sans faille du pouvoir politique la dérive a continué pour aboutir à cette monstruosité qui vient de nous être révélée.La démission du maire ne suffit plus ! C’est tout l’exécutif au nom de la coresponsabilité dans la gestion des affaires qui devrait remettre sa démission et des nouvelles élections municipales organisées. Le trafic de drogue est une chose trop importante dans notre département et à Saint-Denis en particulier , les responsabilités doivent être démontrées et des mesures exemplaires doivent en découler.

    17

    0
  3. Bill dit :

    Des infos intéressantes (et consternantes) dans le communiqué de M Hanotin à propos de cette histoire et du CTM :

    « Cette affaire pose également la question du recrutement et du contrôle des agents publics. Il appartient à la municipalité de dire si le casier judiciaire des candidats est systématiquement vérifié et si des mesures conservatoires sont prises, comme cela s’impose, contre les agents mis en cause dans des affaires graves. Il semblerait en effet qu’un des agents interpellés ait déjà été impliqué, il y a plusieurs mois, dans une affaire de stupéfiants au sein du Centre Technique Municipal dans le cadre de la recherche par la police d’1 kilo de cocaïne.

    Je demande au Maire de nous éclairer sur les procédures disciplinaires engagées contre l’agent interpellé ce jour.

    Il m’est insupportable de voir que la ville et les services municipaux apparaissent aujourd’hui comme une plaque tournante du trafic de drogue. Cette affaire va de nouveau ternir l’image de la ville et de ses habitants. Que la municipalité n’ait rien su de ce qui se passait au sein de son CTM pose un grave problème auquel il convient de remédier en urgence; qu’une partie d’entre elle en ait eu connaissance sans réagir en serait un autre d’une ampleur bien plus conséquente ».

    7

    0
  4. Bill dit :

    Et le jsd raconte la soirée avec la Mairie au centre de l’action 🙂
    http://www.lejsd.com/content/au-centre-dun-trafic-de-drogue

    2

    0
    • Olivier dit :

      Et, dans cet article du JSD, la maire-adjointe en charge du Centre Technique Municipal fait les gros yeux aux employés du Centre… Elle peut ! Avec une demi-tonne de cannabis réceptionné, difficile d’étouffer l’affaire. Cela fait plus de deux ans qu’elle a cette délégation et c’est maintenant qu’elle fait mine de se rendre compte de ce qui se passe dans ce service…
      Au point où on en est arrivé avec cette municipalité, la question est de savoir maintenant ce qui peut bien se passer ailleurs dans d’autres services. M. le Préfet, au secours ! Venez faire le ménage !

      6

      0
  5. VALMY dit :

    Saint-Denis : sa basilique , son centre technique municipal , son cannabis, ses trafics , ses rackets, l’un de ses élus , anti-républicain, anti-laïque , sectaire et islamiste, etc…
    Tout un programme avec de nouveaux épisodes chaque jour , plus lamentables les uns que les autres……

    8

    0
  6. mourad dit :

    Un centre municipal qui réceptionne des livraisons de cannabis …
    Bon … je vais raconter çà à mon cousin du bled … il va encore me dire  » Mourad tu en rajoutes » …

    16

    0
  7. Suger dit :

    Compléments d’informations sur le site du « Monde »:
    (…) Sur les quatre personnes interpellées, deux sont employées par la mairie de Saint-Denis. L’une des deux, « un Corse d’une quarantaine d’années », est même considéré comme « l’un des plus gros pourvoyeurs de drogue de la circonscription », a ajouté cette source.
    L’organisateur présumé de ce trafic, qui travaillait pour le centre technique de la mairie depuis de nombreuses années, avait été interpellé en 2015 pour détention de cocaïne et laissé libre sous contrôle judiciaire, selon cette source.
    Outre la cargaison, une « petite dizaine de véhicules haut de gamme munis de fausses plaques, dont des motos de luxe » ont été saisis dans ce garage municipal lors de la perquisition menée tôt vendredi matin. (…)

    http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/11/18/saint-denis-500-kg-de-cannabis-saisis-dans-un-local-municipal_5033779_1653578.html#Z59PJsgtcrEd6F0q.99

    10

    0
    • Dionys dit :

      Sous l’article du « Monde », la réaction que j’ai envoyée ce matin à ce journal :
      Dionys 20/11/2016 – 07h45

      De quoi la municipalité FG de Saint-Denis est-elle le nom ?… Laxisme, compromissions, complicités ? Elue en 2014 avec 50,5% des votants et 44% d’abstentions (9 200 électeurs sur 43 200 inscrits et 110 000 habitants), elle part totalement à la dérive : gestion chaotique des services, discours anti-républicains et communautaristes, « petits arrangements » avec les groupes politico-religieux et les asociaux. La population subit et ne peut qu’ exprimer son dégoût !

      6

      0
  8. goldo dit :

    Hallucinant, mais il y a un moment que je dis que cette ville est folle, elle a besoin de soins. profitons de la démission du maire pour demander une nouvelle élection, utilisons cet argument. Il reste encore 4 ans avant les prochaines élections, que va t-il encore se passer? Et dire que lorsque nous avons fait notre brocante sauvage, monsieur Paillard m’a écrit pour me dire que je ne respectais pas la loi. Or, nous menions cette action pour se réapproprier l’espace occupé par tous les vendeurs à la sauvette. je travaille en psychiatrie mais je peux vous assurer que je ne rencontre pas autant d’incohérence que ce qui peut se dire dans cette ville par nos élus.

    16

    0
  9. Suger dit :

    Dépêche AFP, publiée le vendredi 18 novembre 2016 à 19h40
    Extraits :
    [Parmi les deux employés du CTM arrêtés, l’un est] décrit par une source proche de l’enquête comme un « trafiquant notoire, l’un des plus gros pourvoyeurs de drogue de la circonscription ».
    Vendredi matin, deux autres agents municipaux ont été interpellés pour avoir fait sortir « le 4×4 Mercedes » de ce trafiquant présumé, au nez et à la barbe des douaniers qui gardaient le centre, selon cette source. Ils ont été placés en garde à vue au commissariat de Saint-Denis, la troisième plus grande ville d’Ile-de-France.
    Enfin, plusieurs « véhicules haut de gamme munis de fausses plaques, dont des motos de luxe », ont été saisis dans le garage municipal. Les enquêteurs se demandent s’il n’abritait pas également un trafic de véhicules volés.
    « Du Ruinart plein les placards »
    Sur les six interpellés, quatre travaillent donc pour la mairie. Or, l’équipe de Didier Paillard, qui cédera son fauteuil de maire début décembre, ne cesse de reprocher à l’État son manque d’engagement sur la sécurité.
    Début novembre, l’office HLM de cette ville de Seine-Saint-Denis l’a ainsi attaqué en justice pour obtenir un renfort de policiers nationaux. Les relations avec l’État se sont dégradées après l’assaut policier contre la planque de deux jihadistes du 13-Novembre, il y a un an jour pour jour.
    Cette opération avait jeté une lumière crue sur le délabrement du centre de cette ville minée par le trafic de drogue, cannabis mais aussi cocaïne, héroïne et crack.
    (…)
    Dans un communiqué, la ville a dit avoir pris des mesures disciplinaires à l’encontre des agents mis en cause. Et s’est félicitée « de la réussite de cette opération conduite en étroite collaboration » avec la police et les douanes.
    Pour un policier au fait du dossier, la réalité est différente: le principal suspect a pu agir librement par le passé en raison d’une certaine passivité de la municipalité. Connaissant ses antécédents judiciaires, jamais la ville n’aurait dû continuer à l’employer ni à le loger dans son parc HLM, estime cette source, s’étonnant que cet « agent payé au Smic ait un appartement superbe, refait à neuf, et du Ruinart plein les placards ».
    Cet employé avait été suspendu pendant deux mois « à titre conservatoire » après avoir été interpellé en possession d’un kilo de cocaïne mi-décembre 2015, a rétorqué le porte-parole de la mairie.

    12

    0
  10. Grain de sel dit :

    Grâce au post de Suger -ci dessus ,on lit dans la dépêche de l’AFP que la mairie a un porte parole !!! Donc aucun élu et en premier lieu le maire actuel ne s’est exprimé sur cette lamentable affaire. Le futur maire doit surement être très content de cet héritage !!! Espérons pour lui que d’autres affaires ne sont pas sous le tapis… Monsieur Russier va en avoir du ménage à faire : l’élue chargée du Centre Technique Municipal, l’élu en charge du personnel et bien sur l’élu en charge de l’égalité homme/femme et grand défenseur de la laïcité. Cela en fait déjà trois. Au train où vont les choses, d’ici le 3 décembre prochain on risque encore quelques révélations fracassantes et quelques départs !!! Il serait plus judicieux de remettre tout à plat et de faire de nouvelles élections .

    15

    0
  11. Olympe dit :

    Devant un tel scandale, on serait intéressé de savoir ce qu’en pensent le maire actuel, le maire futur, les principaux adjoints et les quatre groupes de la majorité municipale. Le PSG va-t-il toujours faire partie d’une municipalité qui ferme les yeux sur les activités de trafiquants de drogue au sein même d’un service municipal ? Quelques postes de maire-adjoints lui suffisent-ils pour prix de son silence ? Et EELV ? Et REVE qui va devoir se rebaptiser cauchemar s’il ne dit rien ? Et les conseillers municipaux FG ou sans étiquette qui n’ont quand même pas été élus pour participer à un tel naufrage moral ? Vont-ils continuer à ne rien voir, rien entendre, rien dire ? Il est temps de vous révolter si vous avez un peu de courage ! Ou de démissionner !

    8

    0
  12. Communiqué Mathieu Hanotin dit :

    Communiqué du député Mathieu Hanotin :
    TOUTE LA LUMIÈRE DOIT ÊTRE FAITE APRÈS LA SAISIE D’UNE DEMI-TONNE DE CANNABIS DANS UN BÂTIMENT MUNICIPAL DE LA VILLE DE SAINT-DENIS
    J’ai été scandalisé ce matin en apprenant la saisie au Centre Technique Municipal de Saint-Denis d’une demi-tonne de cannabis d’un camion en provenance d’Espagne et l’interpellation de plusieurs agents municipaux par la Police nationale et les douanes. Plusieurs voitures et scooters volés et stockés au Centre Technique Municipal ont également été découverts et saisis par la police.
    L’enquête devra établir comment un trafic de cette envergure impliquant plusieurs agents municipaux a pu s’organiser dans des bâtiments de la Ville et déterminer les complicités directes ou indirectes.
    Quand lundi, j’ai demandé à nouveau des moyens supplémentaires au Préfet de Seine-Saint-Denis pour lutter contre l’insécurité et les trafics dans le quartier du Franc-Moisin, je ne pouvais m’imaginer que ces mêmes trafics avaient lieux dans l’enceinte des bâtiments de la Ville avec des employés municipaux dont certains seraient récidivistes.
    Cette affaire pose également la question du recrutement et du contrôle des agents publics. Il appartient à la municipalité de dire si le casier judiciaire des candidats est systématiquement vérifié et si des mesures conservatoires sont prises, comme cela s’impose, contre les agents mis en cause dans des affaires graves. Il semblerait en effet qu’un des agents interpellés ait déjà été impliqué, il y a plusieurs mois, dans une affaire de stupéfiants au sein du Centre Technique Municipal dans le cadre de la recherche par la police d’1 kilo de cocaïne.
    Je demande au Maire de nous éclairer sur les procédures disciplinaires engagées contre l’agent interpellé ce jour.
    Il m’est insupportable de voir que la ville et les services municipaux apparaissent aujourd’hui comme une plaque tournante du trafic de drogue. Cette affaire va de nouveau ternir l’image de la ville et de ses habitants. Que la municipalité n’ait rien su de ce qui se passait au sein de son CTM pose un grave problème auquel il convient de remédier en urgence; qu’une partie d’entre elle en ait eu connaissance sans réagir en serait un autre d’une ampleur bien plus conséquente.

    13

    1
  13. Laurent dit :

    On voit dans cette affaire (trafic de drogue + vol de véhicules) le résultat d’une gestion plus que permissive, pour ne pas dire laxiste et coupable de la ville.
    Qui peut croire qu’il n’y aurait pas de complicités passives ? Si nos chers élus sortaient un peu plus souvent de leur forteresse, peut être seraient ils au fait de débordements en tous genres qui nous pourrissent le quotidien.
    Ils me font encore plus rire, ou pleurer, aujourd’hui celles et ceux qui poussaient des cris d’orfraies devant l’appellation « Molenbek sur Seine » . Qu’ils se taisent, la réalité est là !
    Je suis atterré, affligé de devoir subir une telle chose. J’ai encore entendu, pas plus tard qu’hier, certains inféodés minimiser l’affaire, nier une responsabilité municipale (sans doute passive). Les œillères sont bien fixées, les esprits bien fermés et bien obtus.
    On mettrait le nez dans le caca à certains, ils nous soutiendraient encore que c’est de la confiture et que de toute façon « c’est pas leur faute » !
    Un certain clientélisme a peut être un peu sa part dans cette histoire…
    Il est vrai que ça la fout mal à quelques mois des législatives.
    Il est facile de coasser contre l’insécurité aux Francs Moisins ou de se rengorger (dans cette affaire) d’une fructueuse collaboration des services de police, de la douane… et de la Mairie pour démanteler ce trafic. C’est facile quand on ne fait rien , ou si peu et qu’on ferme les yeux sur toutes les nuisances.
    Je vois ici l’illustration parfaite de la volonté politique locale : pourrir la vie des « mal-votants » pour les faire fuir.
    C’est sans doute ce que je ferai à court terme, je me déciderai en fonction de la nouvelle municipalité.
    Si nos élus ne sont sans doute pas coupables, ils ont une part de responsabilité. Quelle honte !

    12

    0
  14. Laurent dit :

    Saint Denis, la ville de tous les possibles !

    6

    0
  15. caroline dit :

    L e communiqué du député est déplacé, il est parti de notre ville et fait maintenant semblant de s’intéresser à notre ville et aux dionysiens, quel hypocrisie. Par contre concernant la ville, le clientélisme a porter ses fruits et il serait souhaitable que la ville vérifie tous les casiers car certains agents municipaux ont des casiers assez chargés .
    Concernant Fabienne Soulas, ne pas oubliez aussi la piscine.

    De plus, les élus restent entre soi, et sont déconnectés des problèmes de leurs populations qui souffrent tous les jours par l’insécurité, la saleté, les vendeurs à la sauvette, des commerces de bas de gamme,

    4

    2
  16. Grain de sel dit :

    Honte à eux !
    Gageons que La « machine à décerveler » mise en marche par la municipalité pour contrer les articles de presse sur « Molenbeck sur Seine » va encore fonctionner sur cette affaire lamentable. Quelques gogos tireront leurs mouchoirs pour pleurer sur les misères de la ville, le méchant État, le vilain département, le PS ,etc…..c’est le scénario habituel, mais là ce n’est plus possible !!!!plus possible !!! Un peu de courage honorerait les groupes majoritaires du Conseil municipal pour prendre les décisions qui s’imposent, mais le reniement sur ses idéaux est devenu monnaie courante… Quand je dis monnaie courante c’est parce que je pense que les confortables indemnités que nos élus élus majoritaires se sont allouées et revalorisées sans vergogne chaque année ne sont surement pas étrangères à ce silence assourdissant. La soupe est bonne mon général!
    Quant au PSG qu’évoque dans son post Olympe , il n’est plus à un reniement près !
    Alors oui, du courage mesdames et messieurs les élus ! Exprimez-vous et pour une fois sans langue de bois ! Démontrez-nous que la politique quand elle au service de l’intérêt général et non pas des intérêts particuliers est une belle et noble cause quand elle permet à tous et à chacun , l’émancipation , l’égalité de traitement, la garantie de pratiques démocratiques et l’organisation d’un vivre ensemble fraternel.
    Sinon renoncez ! Démissionnez ! Ce serait enfin de votre part le premier acte d’indépendance et d’honneur!

    15

    0
    • Suger dit :

      « Grain de sel » a mille fois raison.
      Que les élus de la majorité fassent preuve de dignité et de courage !
      Qu’ils demandent des comptes à leur direction municipale sur ce scandale !
      Qu’ils nous prouvent qu’ils n’ont pas été élus seulement pour recevoir des indemnités ou jouer aux notables !
      Qu’ils défendent pour une fois la démocratie non par des discours creux mais en agissant face à la réalité locale !
      Sinon, qui votera encore dans cette ville ?…

      13

      0
  17. caroline dit :

    j’ai oublié de dire et avec tout ses problèmes de notre ville, notre ancien député maire Patrick BRAOUEZEC lui a été :
    Remise des insignes de chevalier de la légion d’honneur ce soir à Patrick Braouezec. « L’énergie est au cœur de notre territoire » a-t-il l’habitude de dire. De l’énergie il lui en a fallu pour faire aboutir tous les projets qui ont permis le renouveau de Saint-Denis. Patrick est aussi un homme d’ouverture qui a toujours su accepter les différences, écouter la diversité et la pluralité des approches, prendre en compte la contradiction. Il a été aux côtés de celles et ceux qui agissent, quelles que soient leur origine, leur croyance, leur conviction. Il a soutenu en permanence la créativité, l’implication, la diversité qui sont à l’œuvre sur nos territoires, pour favoriser une société plus humaine, plus solidaire, plus durable. Il a aussi cette qualité essentielle : son amour pour Saint-Denis. Alors Patrick, je te remercie pour toutes ses années de compagnonnage politique, militant, amical, humain. Et pour conclure ce mot d’accueil, je terminerai par une citation d’un auteur qui t’es cher, Henning Mankell : « Certains côtés des gens ne sont visibles pour personne, sauf pour ceux qui les aiment. Nous sommes nombreux ici ce soir à connaître certains côtés de ta personne. TOUS LES PROBLEMES DE NOTRE VILLE, C4EST A CAUSE DE LUI

    8

    1
  18. Louise dit :

    Saint-Denis, la ville du « bon vivre ensemble » …. pour les marchands de sommeil, les trafiquants de drogue et les terroristes islamistes en fuite qui cherchent une planque sure ! Quant aux dionysiens « normaux », ils essaient tant bien que mal de vivre « normalement » dans cette ville à la dérive ! Cette équipe municipale, qui s’accroche désespérément aux quelques années qui lui restent à vivre, est en-dessous de tout !

    10

    0
  19. Bill dit :

    La triste ironie est que cette affaire éclate un an jour pour jour après la découverte de terroristes dans notre ville. Histoire de montrer à quel point la ville est rongée par la délinquance, pourrie par les clans.

    8

    0
  20. abisa dit :

    Pourquoi ne pas laisser la Justice pénale et administrative travailler sereinement ….Des ripoux il en existe dans beaucoup d’entreprises et on n’incrimine pas toute l’entreprise !!! Concernant les intervenants de ce blog devraient vivre à Levallois, ils trouveraient au moins matière à écrire en matière judiciaire sur le couple Balkany qui jouent dans une catégorie nettement supérieure en matière faits divers…

    1

    26
    • Gaspard dit :

      @Abisa
      Comment osez vous encore faire diversion en lançant la patate chaude du côté d’autres corrompus, évidemment hautement condamnables ! Devant le cynisme de ces élus municipaux de droite qui paradent malgré les affaires, ne faut il pas pas aussi condamner aussi fortement quand c’est dans « notre » camp (je me sens de gauche, mais j’avoue que ces gens-là épuisent ma prévenance…) que nous ne cessons de donner des leçons de morale et de bonne gestion à tout le monde (l’Etat, la région, les autres, toujours coupables, y compris, quand on vient déloger des terroristes- ça m’a choqué ) alors que les services ne sont peut-être pas bien contrôlés, qu’on entend des rumeurs depuis des années et que les affaires de la piscine et du CTM montrent au minimum une négligence ?
      Franchement! Ce n’est pas seulement une affaire de ripoux, c’est un climat. Même si la municipalité n’y est pour rien.

      9

      0
    • Bill dit :

      Oui mais justement, on habite une ville populaire, aux élus de gauche voire d’extrême gauche qui passent leur temps à dénoncer les dérives de la droite, de la finance et des grands ripoux.

      Assez drôle cette vidéo de Georges Marchais. Il parle de la lutte contre la drogue justement mais surtout de la dignité et de l’honnêteté des ouvriers. Le PC a bien évolué.

      3

      0
  21. sinan dit :

    Ce qui est très inquiétant, c’est qu’à partir d’une telle gangrène, il faudra longtemps avant d’assainir la gestion municipale.
    Un maire non communiste aura beaucoup de mal à changer des habitudes si ancrées… Il lui faudra énormément de volonté et de compétence. Ce qui est déjà mal parti…

    5

    0
  22. Samy dit :

    Même Libé met à l’honneur Saint-Denis, la ville du déshonneur et de la honte en raison de sa gestion catastrophique par une municipalité minable :  » le maire communiste de Saint-Denis fait face à une affaire embarrassante  » .
    http://www.liberation.fr/societe/2016/11/18/un-trafic-de-cannabis-mis-au-jour-dans-un-local-de-la-mairie-de-saint-denis_1529328

    6

    0
    • mourad dit :

      Je conseille fortement de lire l’article de Libé déposé ci-dessus par Samy ! Il vaut son pesant de cacahuètes …

      5

      0
    • Suger dit :

      @Mourad : En effet ! Il s’agit de l’intégralité de la dépêche AFP, publiée le vendredi 18 novembre 2016 à 19h40, dont j’ai posté des extraits hier soir.
      Il est significatif que « Libération » la publie sans commentaire. Le nouvel article du « Parisien » de ce matin fait déjà le silence sur certains aspects gênants de l’affaire, gênants pour les responsables municipaux. Et l’article sur ce sujet, publié hier, a disparu de la Une du site du JSD dès cet après-midi !… Face aux révélations, ils tentent tout ce qui est possible pour minimiser les faits (ce qui est difficile…) et surtout pour ne pas être mis en cause.
      La fin du communiqué du député est très juste et terrible pour eux :  » Que la municipalité n’ait rien su de ce qui se passait au sein de son CTM pose un grave problème auquel il convient de remédier en urgence; qu’une partie d’entre elle en ait eu connaissance sans réagir en serait un autre d’une ampleur bien plus conséquente. » A méditer, surtout la deuxième partie de la phrase !…

      11

      0
      • Suger dit :

        Une précision : ce soir, retour de l’article sur le CTM à la Une du site du JSD !… Ma remarque ci-dessus aurait-elle été lue ? La crainte de ridiculiser le JSD qui se prétend un journal local d’informations l’a-t-elle emportée ?

        4

        0
        • Louise dit :

          Oui, l’article est bien revenu en haut de page du JSD. Le JSD lirait-il avec attention les commentaires des dionysiens sur le site de Saint-Denis-ma-Ville ? Notons, en lisant les commentaires sous l’article, que personne ne tente de défendre la municipalité dans cette affaire …

          5

          0
  23. Miou dit :

    Le maire actuel a raison de partir, il ne fait aucun bien à la ville. Ses adjoints et ses conseillers devraient le suivre…. C’est un gâchis. Eh oui Saint-Denis la ville où les trafiquants sont en plus employés par la ville ( un rapport avec l’état monsieur Paillard?) et donc payés par nos impôts. Vivement que la page se tourne, il y a un grand chantier pour les futurs responsables de la ville.

    6

    0
  24. sylvia dit :

    Laxisme… voire complaisance (déni et soutien) notamment vis à vis de la « délinquance »… mais pas que !
    Mais c’est évidemment totalement un hasard si des terroristes se réfugient à Saint-Denis chez un marchand de sommeil dont plus de la moitié des « locataires » sont exploités et survivent dans des conditions indignes parce que sans papiers…
    C’est évidemment aussi un hasard si des trafiquants de drogues sont parmi les employés municipaux…
    C’est encore un hasard si Saint-Denis a la palme dans les domaines éminemment valorisants : de la délinquance, du logement insalubre, des marchands de sommeil, du chômage y compris et surtout chez les jeunes, du revenu moyen le plus bas, du nb d’allocataires RSA/APL/CAF, du dévissage scolaire et même des caries dentaires chez les enfants…, etc…
    Contre qui doit-on porter plainte pour dégradation de l’image de la ville ?

    14

    0
  25. nouchma dit :

    Quelle désolation ! Oui Saint-Denis est à la dérive, comme elle l’est depuis 4 ans que j’y habite, on se sent dans une spirale de dérives.
    Ne serait-ce qu’au travers des sujets abordés dans ce blog, beaucoup viennent de le rappeler.
    Là, j’espère qu’on est au bout de la spirale, et pour ne reprendre que les dernières publications, une ville où les enfants sont en danger sur le chemin de l’école est à la dérive, une ville qui intègre et maintient un personnage pour le moins non qualifié pour la mission qu’on lui a confiée et au final extrêmement malfaisant sur ce vivre ensemble que Mr Paillard revendique tant est à la dérive, une ville où la police ne se déplace pas est à la dérive.
    Là, c’est encore plus grave, car quelle que soit l’implication des élus, passive ou non, la ville est responsable de toutes façons.
    D’accord avec Goldo pour de nouvelles élections.
    Vous y croyez vous à un changement grâce une nouvelle équipe municipale avec les mêmes ?

    15

    0
  26. GOMAR dit :

    Pas besoin de porter plainte contre le Figaro, en matière de communication pour l’image de la ville, on peut compter sur le CTM ! qui a l’air sérieusement gangrené. La honte totale, quoi ! On peut aussi s’interroger sur la privatisation de la piscine, ce choix qui laisse planer une incurie totale en matière de relations avec le personnel et les syndicats

    9

    0
  27. goldo dit :

    comment voulez vous que la Police nationale coopère avec la Police municipale avec une telle dérive dans cette ville. ce sont toujours les citoyens qui font les frais car lorsque nous les appelons ils ne se déplacent pas. soit trop débordés, pas de voiture où encore notre appel n’est pas jugé urgent.
    Mais à quoi servent nos impôts et quand je pense que les impôts locaux ont été augmentés. L’élection du futur maire a lieu samedi 3 décembre a 9h à la mairie,je le redis demandons la dissolution de cette équipe municipale.Goldo

    9

    0
  28. Nathalie dit :

    Sur France Inter, le billet d’humour de Daniel Morin cite en exemple « l’employé municipal modèle »… de Saint-Denis :

    https://www.franceinter.fr/emissions/daniel-morin-l-humeur-originale/daniel-morin-l-humeur-originale-21-novembre-2016

    (écouter à partir de 1:08)


    Gloire à toi François Fillon – L'Humeur De… par franceinter

    Merci à la municipalité d’avoir fait de la Mairie de Saint-Denis la risée de toute la France !

    13

    0
    • Bill dit :

      Ah ah, Moi qui croyais bêtement que la Mairie était communiste et militait pour la baisse du temps de travail alors qu’en fait elle prône le travailler plus / gagner plus et la libre entreprise… 🙂

      7

      0
  29. Grain de sel dit :

    Hi! Hi !L’humour , quelle arme !!!! Des éclats de rire vont surement être entendus au 4ème étage de la mairie….rompant ainsi le silence pesant de ces derniers jours …Hi!!Hi!!

    7

    0
  30. reveplus dit :

    Honteux et encore une mauvaise image pour la ville
    Tous les employé de la mairie ne sont pas tous a la même enseigne je me souviens des Grèves du service sociaux les assistantes social ou au final ils n on pas obtenu gain de causse , ….
    J attend de lire la suite des cette affaire mais comme toujours l’état et la police ce sont le méchants … selon certains élus
    Prochainement meeting a st denis
    Soit disant conte le Racisme? avec le PIR ….
    http://contre-attaques.org/l-oeil-de/article/islamophobie-357

    DESSERRENT AFFLIGENT

    2

    0
  31. Gaëlle dit :

    Alors que notre ville est en plein essor avec la création du grand Paris et que de nombreux habitants viennent s’y installer (n’en déplaisent à certains) et qui se plaisent à st denis, l’équipe municipale ne fait que d’essayer de mettre des bâtons dans les roues de cette evolution.
    Pour autant, elle ne pourra empêcher ce mouvement de gentrification qui existe. Il est vrai que cela touche surtout, pour l’instant, le quartier Porte de Paris.
    Existe-t-il des moyens juridiques de se débarasser de ces élus ? Leur incompétence et leur mauvaise foi sont immenses ! La liste de leurs méfaits-inactions devient maintenant impressionnante…

    5

    0
  32. Suger dit :

    Face au scandale public, la municipalité s’est décidée enfin à réagir. On peut lire dans « Le Parisien » d’hier 21 novembre :
    « Après l’interpellation vendredi de deux employés de ses services techniques, Didier Paillard, maire PCF de Saint-Denis, a fait tomber les premières sanctions. Dès vendredi, des procédures de révocation ont été lancées. Ce lundi, il annonce qu’il « place le centre technique municipal sous tutelle administrative, avec la suspension de certains services ». Dans le collimateur : le service des fêtes et cérémonie où travaillait l’un des suspects. Une enquête administrative devra faire toute la lumière « sur d’éventuelles complicités dont les agents incriminés auraient pu bénéficier », précise la mairie. » (…)

    Mais difficile d’effacer le passé qui ne plaide pas en faveur des responsables municipaux :
     » Les antécédents de l’un des fonctionnaires placé en détention provisoire ne cessent d’interroger. En décembre 2015, il avait été interpellé dans une affaire de trafic de drogue, de la cocaïne cette fois. « Il a été placé en détention provisoire de décembre 2015 à février 2016 », indique une source proche du dossier.
    De son côté, la mairie dit tout ignorer de cette situation. « Il y avait eu un non-lieu et il avait été réintégré après une suspension de décembre à février », indiquait encore le cabinet du maire vendredi dernier. Une élue assurait : « Il y avait des On-dit, mais il n’y avait rien dans son dossier. » Pourtant, une instruction est toujours en cours et l’employé indélicat est toujours mis en cause. »

    Mais cela on le sait ! Que le maire ne voit jamais rien dans sa ville, que la municipalité ferme les yeux plutôt que d’agir !… D’ailleurs, voila ce que disent les employés du CTM pour tenter de justifier qu’eux aussi, à l’exemple de la municipalité, ils n’ont jamais rien vu et qu’ils ne voulaient surtout rien voir :
    « Ses collègues du CTM au service voirie tombent aussi des nues. Ils pointent néanmoins la surveillance des locaux. « Ici c’est open space. Ça rentre, ça sort, des gens qu’on ne connaît pas », se désole un agent en désignant les deux barrières relevées et la loge vide du gardien. On s’est fait voler du matériel… 28 barnums, il y a deux semaines. » »

    En complément de l’article du Parisien, une série de témoignages d’employés qui se conclue par cette phrase : « je ne sais pas ce qui s’est passé et je ne veux pas le savoir ! ». Une véritable devise pour la direction municipale et pour les élus de la majorité !

    http://www.leparisien.fr/saint-denis-93200/saint-denis-les-services-techniques-sous-tutelle-apres-la-saisie-de-drogue-21-11-2016-6357651.php

    8

    0
  33. mimidu93 dit :

    Que se passe t-il dans la ville qui abrite les rois après avoir caché les terroristes, maintenant la ville cache la cocaïne.
    Il faut faire le ménage dans le personnel de cette mairie, c’est incompréhensible d’entendre un tel fait divers dans une mairie
    Le service technique sert de garage pour toutes les voitures autre que celle de la ville bravo !!!!!!
    Il faudrait que la ville contrôle tous les casiers judiciaires de tout le personnel, car il me semble à partir que vous êtes retenue pour un poste le casier judiciaire est demandé ou contrôlé, je vois qu’à la mairie de saint Denis tout le monde peut être embauché .
    Il faut retourner aux urnes pour les élections du maire, car il démissionne, et faire le ménage dans le personnel.

    5

    0
  34. Philippe dit :

    Ce nouveau fait divers au sein des bâtiments de la mairie assombrit encore plus l’image de la ville. Habitant Saint Denis depuis plus de 20 ans, je constate que depuis le départ de monsieur Berthelot, maire communiste, une époque où la mixité sociale existait encore, la ville s’est dégradée à tous les niveaux de l’espace public: environnement, commerces, tranquillité publique, propreté, …
    De nombreux quartiers du centre ville sont gangrenés par la drogue, la vente illégale de cigarettes, la vente ambulante de marchandises périssables et n’oublions pas également les cités dans lesquelles les zones de non droit existent (Francs Moisins,…) et polluent la vie quotidienne des habitants.
    Le communautarisme se met tranquillement en place, la ghettoïsation s’enracine pourtant autrefois dénoncée par le Parti Socialiste de Gauche.
    Les élus de la ville sont à des années lumières de la réalité du terrain , ils ne voient rien, ils n’entendent rien et ils ne disent rien : laxisme, complaisance, clientélisme électoral. J’ai connu une époque pendant laquelle ils ne voulaient pas de vidéo surveillance, de Police Municipale, ils ont freinés des 4 fers pour ne pas les mettre en place. Aujourd’hui, ils existent mais on ne peut pas dire que cela soit réellement efficace, pour que cela fonctionne il faut être motivé.
    Cela est bien dommage car la ville a du potentiel sur le plan des transports, culturel et sportif.

    12

    0
  35. patchouli dit :

    Monsieur Hanotin peut jouer sa vierge effarouchée! il est dans son rôle…..en même temps, on peut l’interroger sur ce que seraient ses actions face à la montée de l’islamisme dans cette commune……il me semble qu’il est assez mou du genou sur ce sujet! il sait très bien que trafics en tous genres et islamisme dont fort bon ménage. Que dit il sur le sujet? on attend avec interêt sa prise de position sur le sujet.

    4

    2
    • Suger dit :

      Le député a réagi clairement sur l’affaire du CTM (voir ci-dessus son communiqué). Et je pense qu’il faut retenir particulièrement la fin du communiqué du député qui est très juste et terrible pour la municipalité :
      « Que la municipalité n’ait rien su de ce qui se passait au sein de son CTM pose un grave problème auquel il convient de remédier en urgence; qu’une partie d’entre elle en ait eu connaissance sans réagir en serait un autre d’une ampleur bien plus conséquente. » A méditer, surtout la deuxième partie de la phrase !…
      Quant aux liens avec l’islamisme, il n’y a pas de lien direct avéré entre groupes islamistes et trafics au CTM. Le seul lien que l’on peut retenir actuellement est l’attitude générale de la municipalité : laxisme et clientélisme !

      7

      0
  36. Suger dit :

    « Le Monde » publie un nouvel article sur l’affaire du CTM : « Saisie de cannabis à Saint-Denis : trois personnes écrouées, dont un agent municipal »(Le Monde.fr avec AFP | 21.11.2016)
    Extraits :
    Trois hommes soupçonnés d’être impliqués dans un trafic de drogue ont été mis en examen lundi 21 novembre et écroués après la saisie d’une demi-tonne de cannabis dans un local municipal, a indiqué le parquet de Bobigny. L’un d’eux travaillait pour la mairie de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). (…)
    Les interpellations
    Le conducteur du camion, un Espagnol de 59 ans, celui de la voiture « ouvreuse » du convoi, un Algérien de 28 ans, et deux employés du CTM, âgés respectivement de 30 et 40 ans, avaient été interpellés et placés en retenue douanière.
    Les deux chauffeurs et l’agent de 40 ans, qui leur avait ouvert la grille, ont été mis en examen pour « trafic de stupéfiants, importation de stupéfiants et association de malfaiteurs », selon le parquet de Bobigny. Le second agent a été placé sous le statut de témoin assisté.
    L’enquête
    Soupçonné de servir de lieu d’entreposage de la drogue, le CTM était sous surveillance depuis plusieurs mois. Décrit par une source policière comme « l’un des plus gros pourvoyeurs de drogue de la circonscription », l’agent écroué était particulièrement dans le viseur des enquêteurs.
    Cet homme avait déjà eu affaire à la justice en décembre 2015 après avoir été interpellé en possession d’un kilo de cocaïne à l’issue d’une course-poursuite avec la police. (…)

    Le reste de l’article est une tentative par « Le Monde » de dédouaner (sans jeu de mots…) la municipalité et le maire qui est le seul à être interrogé dans cet article !

    6

    0
  37. Suger dit :

    Suite de ce triste feuilleton dans « Le Parisien » : « Trafic de drogue à Saint-Denis : 96 000 euros dans la voiture de l’employé municipal » ( Le Parisien » 22 novembre 2016, 13h11)
    Extraits :
    L’un des employés du Centre technique municipal de Saint-Denis, accusé d’être impliqué dans le trafic de drogue de cannabis démantelé en fin de semaine dernière, disposait selon nos informations de près de 100 000 euros en liquide dans son véhicule, un Renault Trafic.
    Selon les enquêteurs, l’homme était chargé de réceptionner les 500 kilos de drogue qui devaient être livrés dans le Centre technique municipal.
    Lundi, le parquet de Bobigny a ouvert une information judiciaire pour trafic de stupéfiants, importation et association de malfaiteurs. (…)

    C’est l’une des plus grosses saisies opérées ces dernières années en Seine-Saint-Denis. La valeur marchande de la drogue est à 3 M€. Le parquet a requis le placement en détention pour les quatre trafiquants présumés. Trois d’entre eux dont l’employé municipal ont été mis en examen pour trafic de stupéfiants, importation de stupéfiants et association de malfaiteurs et écroués. Un second agent a été placé sous le statut de témoin assisté.

    http://www.leparisien.fr/saint-denis-93200/trafic-de-drogue-a-saint-denis-100-000-euros-dans-la-voiture-de-l-employe-municipal-22-11-2016-6360798.php

    5

    0
  38. nouchma dit :

    Merci Suger pour les infos . Cette découverte hallucinante implique forcément la responsabilité de ceux qui sont élus et responsables non seulement des citoyens mais aussi de leurs équipes. Car ne sont-ils pas censés diriger et donc communiquer avec leurs équipes ?
    J’ai des questions à propos de l’article du monde cité par Suger, surtout sur la fin et la réaction de M. Paillard :

     » Dès vendredi, une procédure de révocation a été lancée » à l’encontre des agents municipaux et une enquête administrative diligentée pour identifier d’éventuels complices, a écrit dans un communiqué le maire (PCF) de Saint-Denis, Didier Paillard. « Dans ce cadre, le centre technique municipal est mis sous tutelle administrative », a-t-il ajouté.
    La mairie a également annoncé son intention de déposer une plainte avec constitution de partie civile pour avoir accès au dossier.
    Des réactions
    « Les actes délictueux commis par un petit nombre d’individus ne doivent aucunement jeter l’opprobre sur les 3 600 agents municipaux (…) qui œuvrent chaque jour, honnêtement, à la qualité du service public communal », a déclaré M. Paillard. »

    – Que veut dire concrètement une « mise sous tutelle administrative du CTM » par la mairie ? Le CTM n’était pas sous tutelle de la Ville ?
    – La Ville va porter plainte : contre qui ? contre son agent pour avoir accès au dossier ? dans le but de se défendre contre au minimum de graves négligences ?
    – Est-ce que nous mettons en cause les 3600 agents municipaux ? Merci M. le Maire, pour ce énième amalgame et ce énième détournement de pensée…On n’est pas en train de stigmatiser les agents municipaux, mais leurs responsables, en l’occurrence vous et votre équipe !

    Une dernière hallucination : selon l’article du Parisien du 21 novembre cité par Suger , « le mis en examen de 40 ans » a purgé une peine de prison de décembre 2015 à février 2016, et la mairie l’a « suspendu de décembre à février » : étrange coïncidence ! si c’est avéré, ça sent vraiment la magouille….

    Et quid des réactions des élus ? à ma connaissance personne ne pipe mot, silence assourdissant, j’espère que je ne suis pas suffisamment informée ?

    8

    0
    • Olivier dit :

      En effet les élus de la majorité font preuve d’un silence assourdissant depuis vendredi ! Même Philippe Caro, le soit-disant M. « Mains propres » de la Mairie et que l’on croyait plus courageux, ne dit plus rien sur son blog depuis le 17 novembre alors qu’il y est habituellement plus bavard. Et dans l’océan halluciné de tweets produits quotidiennement par Madjid Messaoudene, on en trouve seulement trois sur tous ces derniers jours où il se contente d’ironiser sur les réactions indignées à l’affaire du CTM et renvoie évidemment à ailleurs (un cas parisien), car il a bien appris la leçon de son maître Braouezec : « c’est partout pareil », à propos de la délinquance à Saint-Denis…
      Autant les uns que les autres, ils sont incapables de regarder en face les conséquences de leur incompétence et de leur laxisme. Ils n’ont aucun courage.

      8

      0
  39. nouchma dit :

    Ben oui, on aimerait que ne serait-ce que quelques uns aient l’honnêteté de se regarder dans la glace ! Ca promet pour la suite avec la succession d’un maire démissionnaire qui va partir encore plus piteux que prévu, Je suis d’autant plus inquiète sur la future équipe municipale qui n’aura de mon point de vue aucun capital d’honnêteté intellectuelle s’ils ne s’expriment pas.
    Le maire actuel n’a même pas eu l’humilité de se remettre en question, et personne pour relever la barre dans la future équipe, normal puisque ce seront les mêmes !

    11

    0
  40. Dame Catule dit :

    Cette affaire du CTM est effrayante quant à l’état général de la gestion de la ville. Le jeu politicien impose au maire et à la majorité de nier leur responsabilité dans cette affaire. Mais en sont-ils au moins conscients ? C’est la question que je me suis posée en lisant cet article scientifique du « Monde » aujourd’hui :

    « Pourquoi les incompétents se croient si doués » – LE MONDE SCIENCE ET TECHNO – 21.11.2016
    Le biais psychologique qui consiste, pour les plus inaptes, à surestimer leurs capacités a été étudié par deux chercheurs américains. Ils l’ont appelé l’effet Dunning-Kruger.(…)

    Auto-évaluation
    (…) Dunning et Kruger ont émis l’hypothèse que chez les incompétents existait un biais psychologique qui les poussait à surestimer leurs capacités et leurs performances.
    Pour mettre cette idée à l’épreuve, ils ont élaboré plusieurs expériences destinées à tester des ­cobayes dans des domaines nécessitant un minimum de savoir et de finesse : l’humour (avec des blagues ­notées par des comédiens professionnels), le raisonnement logique et la grammaire.
    A chaque fois, les participants devaient faire un exercice et auto-évaluer leur prestation. Quel que fût le domaine, les résultats se sont avérés d’une constance remarquable. Systématiquement, les sujets les moins aptes surestimaient de beaucoup leur capacité à réussir l’épreuve, ainsi que le nombre de questions auxquelles ils avaient répondu juste. A l’inverse, les plus doués des participants avaient un peu tendance à se dévaluer.

    Contents…
    Plusieurs semaines après le test portant sur la grammaire, les auteurs de l’étude ont invité les meilleurs mais aussi les plus nuls des participants à une deuxième session au cours de laquelle ils avaient pour mission de corriger les copies de cinq autres personnes et… de se réévaluer après avoir vu leurs réponses.
    Il advint ce qui devait arriver : les « champions » s’aperçurent qu’ils étaient meilleurs qu’ils ne le croyaient, tandis que les cancres furent incapables de reconnaître la compétence des autres et de se remettre en question. Tout allait bien pour eux. Contents, contents, contents… (…)

    15

    0
  41. Grain de Sel dit :

    On reste pantois devant une telle attitude du maire et l’absence de réaction des 2 adjointes concernées par cette lamentable affaire : l’adjointe en charge du CTM et celle chargée des relations humaines .Quant aux autres membres de la municipalité, aux présidents des groupes politiques de l’actuelle majorité on peut penser que « qui ne dit mot consent » tant leur silence est assourdissant.Cette affaire révèle en dehors du scandale provoqué à quel point la direction municipale en dehors de son incompétence avérée est devenue sourde, aveugle et complétement usée . Et surtout qu’elle manque du courage le plus élémentaire qui consisterait à remettre la démission collective de l’Exécutif , ce qu’aurait déjà du faire les 2 élues concernées directement par cette sinistre affaire ! L e silence observé est surement dû à la prochaine ‘élection du 3 décembre, qui doit susciter quelques envies parmi les groupes politiques de la majorité car qui va remplacer monsieur Russier comme adjoint ? Un poste à prendre, de bonnes indemnités mensuelles , voilà de quoi museler toute envie de s’exprimer car on ne sait jamais… La tambouille , toujours la tambouille !!!

    13

    0
  42. nouchma dit :

    C’est encore plus consternant ce mutisme et cet aveuglement par pur calcul politique, tambouille, magouille entre soi….Coucou, on est là, nous les citoyens !
    On vous rappelle qu’on existe, et que ça peut devenir louche de faire semblant que rien ne s’est passé alors qu’il s’agit quand même d’un gros trafic de drogue et autres au sein même de la ville et de son centre technique… trafics prêts à inonder la ville pour les dealers en place et à venir avec ces nouvelles livraisons ! C’est insensé de ne rien dire ou alors vous confirmez (silencieusement bien sûr) que franchement les habitants c’est pas votre problème.

    5

    0
  43. Suger dit :

    Oui, la dérive dans cette ville est totale ! Violences et délinquance dans les quartiers, trafic de drogues au sein d’un bâtiment municipal impliquant des employés de la ville, mais aussi complaisance inquiétante à l’égard de l’islamisme radical.

    Un article du « Journal de Saint-Denis » m’a fait bondir ! Vite disparu de la Une du site, mais publié en page 2 de la version papier, on peut cependant le trouver ici : http://www.lejsd.com/content/au-c%C5%93ur-des-printemps-arabes
    Il s’agit d’un portrait, rédigé par Sébastien Banse, d’un certain Pierre Puchot, journaliste à Mediapart, spécialiste des « Frères Musulmans » et directeur de publication d’un ouvrage en 2015 – « Les Frères Musulmans et le pouvoir » – qui les présente comme des islamistes modérés (sic) et des adeptes de la réconciliation des communautés au Maghreb et au Moyen-Orient (il suffit de vouloir le faire croire…), participant enthousiaste à « Nuit Debout » à Saint-Denis, très présent dans le Festival Palestine à Paris 8 et, bien sûr, un des critiques acharnés de l’article du « Figaro Magazine » sur Saint-Denis…Bref, toutes les qualités requises pour avoir droit à un portrait par Sébastien Banse dans le JSD !

    Mais il y a plus grave encore, car on apprend aussi dans cet article du JSD que : « Son prochain livre, écrit avec Romain Caillet, sera une histoire du jihad de France à partir d’entretiens menés depuis le début des années 2000″… Mais qui est Romain Caillet ?
    « L’Obs » le 4 mai 2016 rappelait : « Au milieu des années 2000, Romain Caillet, qui intervenait sur les forums islamistes sous le pseudonyme de « Colonel Salafi », ne cachait pas ses positions en faveur du djihad. Vivant en Egypte, il suivait notamment les cours de l’institut Qortoba, fermé en 2005 à la demande des services de renseignements occidentaux qui y voyaient une officine de recrutement djihadiste. Il y fréquentait notamment les frères Clain, dont l’aîné, Fabien, réputé être aujourd’hui un cadre important de Daech, a revendiqué les attentats de novembre dernier pour le compte de l’organisation terroriste. »
    Et on apprend également que devant les enquêteurs, lors d’une garde à vue dans les locaux de la Sous-Direction anti-terroriste (SDAT) en janvier 2008, il a déclaré avoir rompu avec le djihad parce que : « Depuis mars 2007, je ne suis plus pour le djihad parce que je m’oppose au fait d’entraîner des jeunes pour se sacrifier à mourir sans avoir acquis au préalable les bases de l’islam. » (!…)
    Et « L’Obs » précise : « Mais de ce passé controversé, Romain Caillet a hérité d’une fiche « S » à son nom, toujours active dans les services antiterroristes aujourd’hui. Elle a notamment resurgi en marge de la récente enquête sur l’affaire Sid Ahmed Ghlam, cette tentative d’attentat contre une église de Villejuif dans laquelle une jeune fille a été assassinée. Le seul tort de Romain Caillet était d’avoir été en contact avec un ancien ami du temps de l’Egypte, en relation avec le réseau terroriste. Il ne sera d’ailleurs pas inquiété par la justice dans ce dossier. »
    http://teleobs.nouvelobs.com/actualites/20160504.OBS9881/romain-caillet-le-m-djihadisme-est-fiche-s.html
    On pourrait aussi faire référence à son expulsion du Liban du fait de sa trop grande proximité avec les milieux djihadistes en 2015 :
    http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/03/04/un-chercheur-francais-expulse-du-liban_4587399_3218.html#iIgp0GM0zR5cICsM.99
    Voila donc le type de « personnalités » et d’idéologies dont Sébastien Banse et le JSD font la promotion, dans le « journal de la municipalité », financé par les dionysiens. Le maire actuel ou le maire futur sont-ils au courant de ce qui est publié dans le JSD ? Le lisent-ils au moins ? Et sont-ils d’accord pour que le journal financé par la ville se fasse le propagandiste de ces positions ?

    13

    0
    • Siropd'larue dit :

      Bonsoir,
      je ne pense pas en effet qu’il faille absolument avoir rencontré des djihadistes pour avoir un avis les concernant, il y a quand même longtemps qu’ils sévissent et le moins qu’on puisse dire est qu’ils ne se comportent pas comme des enfants de choeur ! L’arrogance de monsieur Puchot frise l’ignorance voire l’indécence en premier lieu en regard des familles victimes du terrorisme et des autres traumatisés par les clivages qui s’opèrent dans notre société et la peur de l’attentat. C’est pour le moins irresponsable que de tenir de tels propos en plein contexte de commémoration de surcroît mais c’est encore plus surprenant que de les voir publier. Décidément, mon pays va mal…

      4

      0
  44. Patchouli dit :

    On notera également l’indécence de la couverture du JSD :  » Un an après la nuit d’enfer »…
    Nuit d’enfer qui a peut être permis d échapper à un nouveau massacre à la Défense!
    Honte à ce journal et à son directeur!

    11

    0
  45. patchouli dit :

    A lire, en effet, en page 2 du JSD, organe de presse de la mairie de Saint Denis, un portrait de Pierre Puchot. Travaillant à Médiapart, il se lance dans une histoire du Jihad de France en s’exclamant  » ce qui est embêtant et symptomatique c’est que beaucoup de gens qui écrivent sur le phénomène n’ont jamais rencontre un jihadiste ». Il n’a pas hésité pour ce travail à co-écrire avec Romain Caillet, qui, lui, connaît bien les jihadistes!… Peux-t-on parler alors d’un nouvel « idiot utile » de l’islamisme ?
    Ajoutez à cela la couverture du JSD  » un an après la nuit d’enfer » et l’écoeurement est à son comble!

    12

    0
  46. mourad dit :

    23 salariés suspendus (mise à pied ?)

    http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/saint-denis-23-employes-municipaux-suspendus-apres-la-saisie-de-drogue-23-11-2016-6366711.php

    Voici des extraits de l’article du Parisien pour les non abonnés :

    « La mesure est aussi inédite que radicale. 23 agents municipaux ont été suspendus par la mairie de Saint-Denis, après la saisie jeudi dernier de 500 kg de cannabis au centre technique municipal (CTM) de Saint-Denis. La ville a également placé la structure sous tutelle administrative. La suspension vise, elle, les gardiens du CTM et la totalité des employés du service des fêtes et cérémonie. C’est dans cette équipe que travaillait l’employé qui a réceptionné la demi-tonne de drogue, il était également porteur de 96 000 €. (…)
    La municipalité choisit donc de suspendre l’ensemble d’un service. Les employés sont priés de rester chez eux, mais continueront à percevoir leur salaire. « Ce ne sont pas des sanctions », souligne Fabienne Soulas, adjointe (Front de gauche) en charge des bâtiments communaux. Il s’agit d’une suspension à titre conservatoire dans l’attente des conclusions de l’enquête administrative. La mesure ne peut excéder quatre mois. « Nous mettons tout en œuvre pour que l’enquête ne traîne pas en longueur, indique encore l’élue. En raison de l’ampleur du problème, l’enquête sera menée par une autorité indépendante ». » (…)
    « Il n’en fallait pas plus pour que Mathieu Hanotin, député PS de Saint-Denis, monte au créneau. « Les élus, pour se protéger, tirent tous azimuts et suspendent 23 agents qui ne sont pas impliqués dans cette affaire », assène-t-il. Les représentants syndicaux restent pour le moment silencieux. » (…)

    8

    0
    • Bill dit :

      La rumeur dit que maintenant que le 1er est tombé et que la police / douane a soulevé le couvercle et a enfin les coudées franches pour enquêter, les Dionysiens ne seraient pas au bout de leurs surprises…

      7

      0
      • Laurent dit :

        Il n’est pas impossible que l’enquête (police/douane) ouvre une boite de pandore.
        Contrairement à ce que dit l’adjointe en charge des bâtiments communaux, ce n’est pas elle qui décidera de la rapidité de l’enquête. Ce ne sont pas les élus qui vont décider qui est impliqué, qui est coupable, qui est responsable. C’est le boulot de la police judiciaire et, sauf erreur, comme on est dans une affaire criminelle, rien n’arrêtera l’enquête. Nous ne sommes effectivement pas au bout de nos surprises. (Rumeur également entendue)
        C’est plus affligeant et triste qu’autre chose !

        4

        0
  47. Bel-Air dit :

    Bonjour à tous,

    Je ne pouvais pas ne pas réagir à cet événement dont la ville ce serait surement bien passée, mais après tout cela veut peut-être dire qu’on est plus vers le milieu de la fin que le début… Il y a peut-être un espoir de se débarrasser de ce clan au plus vite et d’arrêter l’hypocrisie ! Je n’arrive plus à commenter le moindre incident tellement cela me parait énorme au sens où on ne peut pas ignorer de tels faits puisque la plupart des agissements se font au vu et su de tous. Je passe tous les jours devant le coin dealers pour me rendre chez moi dans mon beau quartier flambant neuf, juste à côté du Franc-Moisin où je fais mes courses et où il y a également des attroupements bien visibles, toujours les mêmes. Je les appelle « la police ». Quand tu n’es pas de chez eux, ils le savent et te le font savoir.
    Bref salut à tous. Je ne suis pas certaine de revenir commenter mais j’encourage à 100% cet espace de dialogue. En plus de mon boulot à plein temps je redeviens étudiante pour au moins 3 ans et je n’ai plus de weekends…Je vous embrasse. <3

    5

    0
  48. mourad dit :

    Longue intervention très factuelle ce soir de Philippe Caro en Conseil Municipal.

    2

    0
  49. Suger dit :

    On peut écouter la séance du Conseil Municipal de ce jeudi soir ici : http://www.synople.tv/ville-saint-denis/index.php

    Sur l’affaire du CTM, voir en début de séance à la rubrique « Communications de la liste des décisions du maire…» :
    – exposé long et embrouillé du maire sur l’affaire du CTM et sur ses premières « décisions »
    – puis à 06:40 : intervention de Maud Lelièvre pour le groupe d’opposition PS, qui s’étonne notamment que l’agent inculpé n’ait pas été au moins retiré du CTM et muté dans un autre service quand il avait déjà été mis en cause dans un trafic de cocaïne il y a un an…
    – puis de 09:48 à 16 :30 : intervention de Philippe Caro, mettant en cause la responsabilité de certains élus et demandant qu’ils soient déchargés de leurs délégations ou même retirés de l’exécutif, et posant une série de questions gênantes sur la hiérarchie administrative concernée tant pour la ville que pour Plaine Commune… Il fait enfin la proposition de la création d’une Commission d’enquête pluraliste au sein du Conseil municipal pour mettre à jour les dysfonctionnements dans l’ensemble de l’administration municipale.
    – cette proposition ne sera pas retenue par le Maire qui ne semble envisager qu’une sorte d’audit par une « autorité indépendante » non précisée par lui (?). Et le maire balayera, d’un « ce n’est pas acceptable… », les interrogations de Ph. Caro sur la responsabilité des élus en charge du CTM et du Personnel.
    Il n’y aura aucune autre intervention ! Une chape de plomb semble peser sur tous les autres élus de la majorité… Le Conseil municipal reprend alors les affaires courantes et le train-train habituel. Désespérant !

    9

    0
  50. Laurent dit :

    Oui, c’est désespérant ! Quand j’entends les « soutiens » tenter de défendre la municipalité en arguant que c’est aussi grâce à la collaboration de la Mairie que douane et police ont pu parvenir à leur fins, ça me désespère. C’est tout juste si ce n’est pas grâce aux élus que l’affaire est sotie ! Ils détournent, déplacent la problématique pour tenter de défendre l’indéfendable : la mise en évidence de l’incapacité des édiles.
    Il faut qu’on leur explique une chose : la douane, après enquête et filatures est arrivée au CTM. Et parce que c’est comme cela que ça se passe, la procédure est ainsi, les agents de la douane préviennent le Maire (1er magistrat de la ville) quand ils interviennent dans une telle affaire et celui-ci ne peut en aucun cas faire autre chose que collaborer et apporter toute l’aide nécessaire. Donc je dis à toutes ces personnes que leur idole n’a fait que son devoir et que ce n’est pas grâce à la mairie que l’affaire a pu aboutir.
    Heureusement qu’il y a maintenant une enquête judiciaire qui va permettre de tirer TOUS les fils. Les lampistes ne seront pas les seuls à payer, les responsabilités de CHACUN seront établies et la justice décidera des suites. Face à des professionnels (police & justice) qui mèneront leur travail jusqu’au bout, un « ce n’est pas acceptable » ne suffira pas pour étouffer ou minimiser un véritable drame pour notre ville.
    Enfin, personnellement je ne fais pas d’amalgame. Non, les agents de la ville ne sont pas tous pourris, loin de là. ils sont majoritairement honnêtes et professionnels. Ce n’est pas un ver dans un coin qui suffit à pourrir le fruit en entier.

    6

    0
  51. Philippe Caro dit :

    Pour information et éviter les exégèses plus ou moins bien intentionnées ou talentueuses sur un sujet aussi grave, mieux vaut être précis. Le texte intégral de mon intervention est donc disponible ici : http://philippecaro.over-blog.com/derive-mafieuse-au-ctm-de-saint-denis-nous-avons-un-devoir-de-verite-de-lucidite-et-de-transparence
    Les paroles s’envolent, les écrits restent.

    4

    0
  52. Bill dit :

    Je note cette phrase du discours de M Caro qui me semble correspondre aux interrogations de beaucoup :

    À chaque étage hiérarchique, du lampiste au sommet, comment se fait-il que les anomalies n’aient jamais été identifiées ? Et si d’aventure elles l’avaient été à un étage, pourquoi n’y aurait-il pas eu de suite ?

    La rumeur parmi les agents municipaux veut qu’au moins un responsable du CTM ait régulièrement fait remonter les dysfonctionnements à la Mairie et cela malgré l’absence de réactions de sa hiérarchie. On espère que l’enquête fera également le jour sur les alertes et signalements émis par les agents municipaux. Cette histoire ternie l’image de tous en supposant une certaine complicité. Or il semble que ce ne soit pas le cas et que la politique de l’autruche (au mieux) vienne de plus haut. Les agents municipaux ne méritent pas l’opprobre collective pour l’incompétence et la lâcheté des politiques.
    J’espère que l’ensemble des rapports des responsables et agents vont être revus et traités avec plus de sérieux. Qui sait, cela sera peut-être une mine d’informations pour la police ?

    10

    0
  53. Grain de Sel dit :

    Pour sa dernière présidence du Conseil municipal en tant que maire ,on ne peut pas dire que celui-ci ait brillé par son éloquence en ce qui concerne la lamentable affaire du CTM…Le texte (écrit par qui ?) lu sans grande conviction n’a pas soulevé de questions , était-ce voulu ? On hallucine devant le mutisme des élus majoritaires.. Une fois de plus on ne peut que constater ce manque de courage sur les bancs de la majorité municipale!!! Après Maud Lelièvre qui s’est exprimée au nom du PS et donc de la seule opposition politique au Conseil municipal ,seul Philippe Caro a « osé » avec une prise de parole argumentée , construite et posée.Leurs questions en ce qui concerne la responsabilité des élues en charge du CTM et des Ressources humaines et de la chaîne hiérarchique ont été balayées par un revers de manche par le maire. « Circulez il n’y a rien à voir »… Ils ont tous deux « sauvé » à leur façon l’honneur d’être un élu, c’est à dire d’être responsable de sa charge- sa délégation- et des hommes et des femmes qui ont la tâche de la faire fonctionner- le personnel- et d’en répondre devant les électeurs… Quant aux autres ,ils ne peuvent mordre la main qui les fait manger!

    10

    0
    • Olivier dit :

      Quand on voit le silence des conseillers municipaux de la majorité devant un scandale tel que l’affaire du CTM, on comprend mieux pourquoi, en quinze ans, l’indemnité minimum versée aux élus est passé de 0 euros (oui ! 0 euros…) à 160 euros, puis à 273 euros aujourd’hui ! Et ne parlons même pas de la hausse des indemnités des conseillers délégués et des maires-adjoints !

      9

      0
  54. Marcel dit :

    Pour celles et ceux qui souhaitent connaître leur Ville , son passé et devenir , puis-je vous soumettre  » sans propension à regarder dans le rétroviseur  » le discours public de remise de  » Chevalier de la Légion d’honneur  » à l’ancien Député – Maire Patrick Braouezec par son ancien Directeur / Secrétaire général des services municipaux ( cf . lien ci-dessous ) :

    REMISE DE LA DISTINCTION DE LA LÉGION D’HONNEUR A PATRICK BRAOUEZEC PAR JACQUES MARSAUD

    A L’HÔTEL DE VILLE DE SAINT DENIS

    le 18 novembre 2016

    *************************

    Madame, Monsieur le Ministre,

    Monsieur le Préfet,

    Mesdames Messieurs les Présidents

    Monsieur le Maire, cher Didier,

    Mesdames Messieurs, chers amis, chers collègues,

    Monsieur le Président, cher Patrick,

    Lorsque j’ai appris que tu avais été nommé Chevallier dans l’ordre national de la Légion d’honneur, je me suis dit : enfin ! Voilà bien longtemps que compte tenu de ton engagement militant aussi déterminé que sincère au service du bien public et de l’intérêt général, et des responsabilités que tu as été amené à exercer dans ce cadre, voilà bien longtemps disais-je que tu aurais dû recevoir cette distinction et cette reconnaissance de la République.

    Lorsque tu m’as proposé d’être celui qui te remettrait cette distinction, là, tu le sais, j’ai été surpris et étonné. Surpris, car je ne m’y attendais vraiment pas, étonné car je savais que dans tes relations amicales, nombreuses étaient les personnalités connues et reconnues qualifiées pour te remettre cette Légion d’honneur. Et puis finalement, je me suis dit que cela te ressemblait bien, avec tout à la fois la modestie et l’art du contrepied qui te caractérisent : te faire remettre la Légion d’honneur par ton secrétaire de Mairie, ce qui constitue sans doute une première en France.

    Surpris donc, finalement pas si étonné que cela, mais en tous cas très honoré. Comme je l’avais dit lorsque Jean Pierre Duport m’avait remis ici même la Légion d’honneur, ce qui m’autorise à te la remettre aujourd’hui, j’étais bien conscient que je la recevais au nom de la fonction publique territoriale. Considère donc mon cher Président que c’est la fonction publique territoriale qui ce soir te remet la tienne ; cette fonction publique territoriale que tu as toujours défendue, considérée, avec qui tu as toujours si bien travailler et que tu as su faire bien travailler.

    En 1982, nous recherchions quelqu’un pour mettre en place à Saint Denis, puis diriger la Permanence d’Accueil, d’Information et d’Orientation récemment créée par le nouveau ministre de la formation professionnel, Marcel Rigout. Le Maire, Marcelin Berthelot me dit qu’il y avait un jeune instituteur engagé dans la vie politique et associative à Saint Denis, dont on disait le plus grand bien. Il me conseilla vivement de le contacter pour lui faire la proposition de prendre cette responsabilité. C’est ainsi que nous nous sommes rencontrés pour la première fois et que j’ai eu l’honneur de te recruter ! Aujourd’hui, en me demandant de te remettre ta Légion d’honneur, j’ai le sentiment que nous bouclons la boucle, la boucle de trente-quatre ans de complicité politique et professionnelle, singulière et enviée par tous mes collègues, d’amitié, fondée pour ce qui me concerne sur un profond respect et une grande considération pour l’homme et l’élu pour qui il m’a été donné de travailler.

    xma3

    Un jeune instituteur, m’avait donc dit Marcelin Berthelot. Ce jeune instituteur était arrivé à Saint Denis en 1969. Sorti de l’Ecole Normale en 1971, il commença sa carrière à l’école Robespierre, à la Plaine, avec une classe de non francophone, l’école qui accueillait notamment les enfants du bidonville du Franc Moisin. Il la poursuivit à l’école Jules Guesdes, puis après le service militaire , à Jules Vallès où il exerça de 1974 à 1990. Tu as donc été instituteur dans cette ville pendant presque 20 ans, et nombreux sont les dionysiens qui ont été tes élèves et qui se souviennent de la pédagogie active, rigoureuse et volontariste qui était la tienne, pouvant aller jusqu’à emmener en vacances à la campagne, chez tes parents dans le Loir et Cher un élève particulièrement en difficulté.

    Engagé dans l’action politique, syndicale et associative depuis 1968, tu décides un soir pluvieux de 1971 de franchir un pas important en sonnant à la porte du siège de la section de Saint Denis du Parti Communiste, alors à la Porte de Paris. C’est Michèle Mitolo qui ouvre. Elle voit un garçon aux cheveux longs tout détrempés, qui lui dit : « Bonjour, je voudrais adhérer au Parti ». La démarche et la situation sont si peu habituelles que l’accueil est réservé. Mais, renseignements pris, tu seras finalement le bienvenu. S’ensuivent quelques dix années de militantisme basique et actif : réunions de cellule, tournées d’huma dimanche, distribution de tracts à la porte des entreprises, comité de section, etc…

    En 1983, Marcelin Berthelot te demande d’être sur la liste d’union de la gauche qu’il conduit de nouveau pour les élections municipales. Tu es donc élu au conseil municipal dont tu deviens le Président du groupe communiste ; tâche délicate dans une période particulièrement riche où bon nombre d’élus avec Marcelin Berthelot entrent en indélicatesse avec l’appareil du Parti. Tu les rejoins bientôt, et tu deviens alors, pour reprendre le titre du livre que tu écris avec Bernard Loche, un « drôle de coco », ce que tu étais déjà avant, et que tu es toujours.

    Tu deviens maire adjoint en 1987, d’abord au logement et à l’habitat, puis à la culture, deux domaines où tu vas particulièrement t’impliquer et sur lesquels tu vas incontestablement laisser ton empreinte.

    Un jour de ces années-là, revenant de chez le coiffeur, tu arrives un peu en retard à Midi moins le kir. C’est là que dans la convivialité, chaque midi, un ou plusieurs verres à la main, sont abordés de nombreux sujets et prises sans doute bon nombre de décisions. Marcelin t’accueille par un jovial et chaleureux : « Ah tiens, voilà une belle coupe de futur Maire de Saint Denis ! » L’annonce de la succession est ainsi faite, la messe est dite si je puis dire, et tu deviens Maire de Saint Denis en juin 1991. Tu le resteras jusqu’en 2005 avec au bilan de tes trois mandats des actions et des projets qui marquent profondément l’histoire de la ville : la poursuite de la renaissance de la Plaine initiée par Marcelin Berthelot, la présidence de Saint Denis Promotion rassemblant les entreprises de la ville, la construction du Stade de France avec son insertion dans la ville et toutes les réalisations qui l’accompagnent, parmi lesquelles il faut citer sans doute la plus belle : la couverture de l’autoroute à La Plaine par un magnifique jardin, l’accueil de la coupe du monde de football en mettant la ville en fête, la réhabilitation de nombreuses cités, la création d’Objectif Emploi, la piétonisation du centre-ville, et bien d’autres choses encore. En 1993, tu es élu député de la deuxième circonscription de Saint Denis, remplaçant là aussi Marcelin. Tu le resteras jusqu’en 2012, en assumant les responsabilités de questeur de l’Assemblée Nationale de 1998 à 2000. Avec toi, le cumul de mandats a eu du bon pour notre territoire. Nombreuses étaient les séances de questions orales le mercredi à l’assemblée où tu te rendais avec comme tu disais ta liste de course, et dont tu revenais en ayant fait avancer quelques dossiers sensibles pour la ville.

    15095468_10209870268224992_1491873984767558541_n

    Au lendemain de la coupe de monde, à l’automne 1998, Jack Ralite, alors Maire d’Aubervilliers, nous confie qu’il rencontre une difficulté politique. Alors qu’il a toujours joué la carte de la coopération avec Saint Denis pour la renaissance de la Plaine, et puis pour le grand stade, il a le sentiment partagé par bon nombre d’Albertivillariens que la dynamique du développement économique et urbain ne profite qu’à Saint Denis. Considérant qu’il a raison, tu souhaites que l’on trouve le moyen de partager le gâteau avec les villes voisines. C’est là que tu décides de créer une structure de coopération intercommunale, une des toutes premières en Ile de France, pour organiser la solidarité des communes d’un territoire particulièrement pertinent s’il en est. La coopérative de villes, comme tu la conçois et aime l’appeler, Plaine Commune, voit ainsi le jour en 2000, et tu en deviendras le Président en 2004, laissant ta place de Maire de Saint Denis à Didier Paillard. Le pari de l’interco s’avèrera payant. Etre plus fort ensemble n’était pas un vœu pieux : le contrat de plan avec ses deux nouvelles lignes de tramway et le prolongement de la première, celui de la ligne 12 du métro, la tangentielle nord, ainsi que le plus important Contrat Territorial de Rénovation urbaine de France en attestent. Ce sera aussi l’ère des grandes réalisations pour le territoire, que tu seras souvent allé chercher avec les dents, comme la cité du cinéma, les archives nationales ou bien encore le campus Condorcet. C’est aussi plus récemment la période d’un travail de grande qualité avec Christian Blanc, secrétaire d’Etat au Grand Paris, qui conduira à programmer sur Plaine Commune plusieurs lignes et plusieurs gares du Grand Paris Express, dont la plus importante de tout le réseau à Pleyel, avec à la clé un contrat de développement territorial pour notre territoire de la culture et de la création. Mais tu ne t’es pas arrêté là, et ton ambition pour ce territoire est telle que tu livres de nouveaux combats pour le franchissement des voies ferrées par exemple, ou bien encore le village et la piscine olympiques.

    En tant que Président de Plaine Commune, tu as été dès la première heure un artisan majeur de la construction du Grand Paris. Président de Paris Métropole en 2012 , puis vice-président de la Métropole de Paris, tu ne cesseras de te battre pour une vraie Métropole multipolaire permettant tout à la fois de lutter contre les ségrégations territoriales, organiser les solidarités entre territoires tout en maintenant une gestion de proximité.

    Tel est l’histoire et le bilan résumés d’un enracinement, d’un attachement, d’un engagement, d’une action particulièrement remarquable au sein de ce territoire, qui légitiment grandement cette légion d’honneur. Si je suis un peu long, veuillez m’en excuser, mais dans l’exercice qui m’est confié ce soir, celui de retracer le parcours du récipiendaire, vous conviendrez que compte tenu de sa richesse, il m’est difficile de faire plus court, d’autant plus que si je terminais ce propos sans parler de l’homme qu’ est Patrick, de sa manière de faire de la politique, je passerais à côté de ce qui à mes yeux est le plus important. Tous ceux qui ont eu le privilège de côtoyer Patrick ont en partage quelques mots: Sincérité, responsabilité, humanité, altérité, ouverture et tolérance.

    Sincérité et responsabilité parce que Patrick est un homme de conviction, de principe, qui ne lâche rien sur le fond, l’intérêt général et le bien commun chevillé au corps, bien loin de la démagogie et de toute forme de populisme.

    Humanité et altérité ; la disponibilité, l’écoute et le respect lors des audiences où il reçoit les gens, mais aussi sans rendez-vous dans la rue ou dans son bureau toujours accessible, en prenant le temps quelques soient les circonstances de déminer les situations les plus tendues, et parfois, j’en atteste, quelque peu terrorisantes. C’est aussi cette humanité qui fera que Saint Denis est devenue un haut lieu de la solidarité avec les sans-papiers, une ville monde aux mille couleurs, à l’instar de son marché, où l’exclusion n’a pas droit de cité.

    Tu répugnes à cet entre soi qui mine la cohésion sociale. Si tu es tout à fait à l’aise avec « les élites » de ce monde pour reprendre une expression à la mode, tu te sens aussi bien avec tes potes de Saint Denis que tu aimes retrouver le samedi matin au Khédive ou au Pavillon, avec qui tu te ressources. Un de nos amis me disait l’autre jour que tu t’adressais de la même manière au Président de la République venu appréhender le projet de remontage de la flèche de la Basilique qu’à l’agent de la propreté que tu venais de saluer juste avant, avec le même respect, la même considération, la même empathie. Tu fais aussi bien la bise à toutes les dames que tu connais et que tu rencontres dans la rue (des fois, ça prend du temps que de se promener avec toi) qu’aux dames ministres que tu accueilles sur le territoire.

    Mais aussi ouverture et tolérance : tu as toujours combattu le sectarisme, où que ce soit, et manifesté la volonté de travailler avec tout le monde, chefs d’entreprise, élus de droite ou de gauche, pourvu que ce soit pour l’intérêt général et celui du territoire et de ses habitants. Le bien commun nous rassemble, et l’éternel optimiste que tu es voit toujours dans les gens et les choses leur bon côté. La rancune et l’agressivité sont des sentiments qui te sont étrangers. Tu recherches toujours ce qui rapproche et rejette ce qui clive.

    Tu m’excuseras, mon cher Patrick, je n’avais jamais eu l’occasion de te dire tout ça, mais là puisque tu me l’offres, je te dis tes quatre vérités, d’autant plus qu’à la retraite, je suis libéré de mon obligation de réserve, et je vais continuer.

    15109592_10209870266344945_4636119441335332472_n

    Ces qualités d’homme politique, ce sont aussi tout simplement celle de l’homme que tu es, de l’époux avec Chantal et votre grande complicité intellectuelle, du père de famille attentionné avec tes cinq enfants, de l’ami simple et fidèle. Je pense sincèrement que si tu as su garder ces qualités, c’est parce que tu as su, malgré le tourbillon grisant et médiatique de hautes responsabilités, continuer à vivre dans la vraie vie. Tous les dionysiens ont pu te rencontrer le samedi matin faire tes courses à Carrefour, au pied de ton logement HLM, accompagner tous les matins ton petit fils à l’école ou bien encore te croiser au parc de la Courneuve le dimanche matin lors de tes entrainements de marathoniens. Il y a par contre une chose qu’ils n’ont jamais compris, moi non plus, c’est pourquoi tu courrais toujours torse nu même par moins cinq. Il y a aussi des choses plus personnelles que les habitants ne savent pas forcément, et que j’ai pu connaitre compte tenu de notre proximité. Je balance tout. C’est par exemple, lorsque je te rejoignais chez toi au petit matin pour partir à un rendez-vous à Paris, je te trouvais toujours en train de passer l’aspirateur, et aussi lorsque par hasard une réunion était annulée, tu te réjouissais en nous disant que tu allais pouvoir aller terminer ton repassage.

    Tu peux faire tout ça parce que tu vas vite, très vite. Tu considères qu’il y a toujours un créneau dans ton agenda pour une nouvelle réunion, un nouveau rendez-vous, au grand désespoir de ton assistante. Tu es partout à la fois, pas toujours à l’heure certes, à tel point que Didier Paillard avec le sens de la formule qui le caractérise t’avait gratifié du charmant surnom de Zébulon. Tu fais toujours plusieurs choses à la fois : étudier le dossier que tu vas discuter dans un ministère au volant et sur le volant de ta voiture en slalomant sur le périphérique, lire la presse quotidienne et faire tous ses mots croisés en animant la réunion hebdomadaire du bureau communautaire tout en répondant aux questions de ton DGS assis à tes côtés et médusé par les mots que tu inscrits dans la grille.

    Voilà, tel est l’homme que nous connaissons ici, nombreux, souvent depuis longtemps. Je voulais aussi en parler de façon plus intime pour que ceux qui le connaissent moins comprennent bien la singularité de l’homme politique qui a su rester lui-même, ce drôle de coco, cet homme vrai, simple, sincère, positif, hyper actif, à l’optimisme inébranlable et à l’ambition sans limite pour son territoire et ses habitants.

    Comme l’écrivait si bien Henning Mankel, écrivain que tu affectionnes particulièrement, dans un de ses derniers romans, « les ballerines espagnoles », « A quoi sert une vie sans rêve et sans ambition, à quoi sert une vie sans action, je veux être utile, je veux être utile à vivre et à rêver ! » Cette belle phrase s’applique parfaitement à toi mon cher Patrick.

    Mais revenons à la légion d’honneur, car nous sommes là pour ça.

    La Légion d’honneur est la plus haute distinction honorifique de la République. Elle est destinée nous dit-on à honorer les personnes qui ont rendu des services éminents à la Nation. Qu’elle te soit décernée aujourd’hui est tout simplement la reconnaissance des services éminents que tu as apportés à notre pays, à la Métropole parisienne, à Plaine Commune, à Saint Denis et à leurs habitants par ton engagement et ton action infatigables depuis plus de 45 ans.

    Certes, cette distinction a quelques fois été galvaudées en étant attribuée à des personnages dont l’honorabilité est discutable. Je sais que tu t’es posé la question de la refuser. Nous t’avons convaincu de l’accepter, parce que tout simplement, c’est quand la Légion d’honneur est attribuée à un homme comme toi qu’elle reprend tout son sens. Ne serait-ce que pour ça, redonner du sens à la Légion d’honneur, ça valait la peine.

    Alors, Patrick Braouezec, Au nom du Président de la République, et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés. Nous vous faisons Chevalier dans l’ordre national de la Légion d’Honneur !

    Jacques Marsaud
    ————————————————————————————————————————————————

    Certes, ce brillant discours élogieux souscrit aux canons habituels……………………….mais permet de comprendre ce à quoi la Ville dans toutes ses composantes a abouti.
    Il laisse interrogateur et perplexe sur le bilan qu’il a laissé lui-même, tandis que son successeur s’apprête à nommer avant la fin de son mandat un autre successeur- tandis que lui-même se trouve toujours à la manoeuvre !

    4

    0
    • Olivier dit :

      Une succession par désignation qui semble aller de soi dans ce « paradis communiste » où les dionysiens n’ont pas leur mot à dire !

      4

      0
  55. Mourad dit :

    Ce qui est assez incroyable dans cette affaire c’est que finalement, comme pour Jawad, tout le monde connaissait parfaitement les agissements de ce « Cyril F. » (F= comme une marque de véhicule de luxe italienne) : tous les salariés du CTM savaient comme savaient tous les résidents de l’immeuble PCH, Rue Jean-Pierre Timbaud où ce Cyril habitait !!!

    Que faisait la municipalité en tant qu’employeur … mais que faisait également la Police pour le confondre ?

    3

    0
    • Suger dit :

      Vous pouvez le nommer. La presse nationale très intéressée par Saint-Denis (car notre ville fait tout pour cela…) l’a déjà nommé !
      Exemple :
      « C’est une saisie stupéfiante ! Quelque 500 kilos de cannabis ont été découverts dans la nuit de jeudi à vendredi par les douanes dans un camion avec un double fond. Une cachette extrêmement sophistiquée, indique un enquêteur. Le véhicule stationnait… dans un local technique de la mairie de Saint-Denis. Quatre personnes ont été interpellées, dont au moins un employé municipal du service technique, a-t-on appris de sources concordantes. Parmi les suspects, un certain Ferrari, déjà interpellé il y a quelques mois avec 1 kilo de cocaïne, mais qui avait été laissé libre après un vice de procédure.
      D’après les premiers éléments de l’enquête, le trafiquant présumé utilisait des véhicules avec des plaques d’immatriculation appartenant aux voitures du garage municipal. La vidéosurveillance du local a été trafiquée et plusieurs allers-retours avaient déjà été effectués. Le camion provenait cette fois-ci d’Espagne, ajoute une source, qui précise que des perquisitions ont eu lieu en France et à l’étranger. Deux directeurs de service ont déjà été entendus comme témoins. » (…)
      « Le Point.fr » le 18/11/2016

      1

      0
      • Mourad dit :

        Sur le Jsd, Le Parisien, le Monde etc., il était évoqué un « Cyril F. » ; la marque automobile de luxe Italienne c’est effectivement bien FERRARI et non pas FIAT.

        Sinon, contrairement aux enquêtes de voisinage dans les affaires de terrorisme où il s’avère que la discrétion des protagonistes était de mise, dans le cas de Cyril Ferrari c’est le contraire : le voisinage semblait être parfaitement lucide sur ses activités annexes à son emploi au CTM.

        4

        0
    • Azzedine dit :

      Bonjour à tous.
      Je viens de voir cette fameuse rue J.P Timbaud sur Google Maps, beaucoup de personne dans la ville serait heureuses d’avoir ce type d’HLM…. Mais je vois que les attributions sont à PCH sont clairement à la tête du client…

      Le silence de S. PEU, chantre du HLM et du béton, devrait s’expliquer mais son silence est assourdissant.

      1

      0
      • Bill dit :

        Effectivement, ça change des tours de Franc-moisins (et tant mieux !). Une suggestion pour l’attribution : on fait tourner la moitié de la population de Franc-moisins en les répartissant dans les HLM neufs sur toute la ville. A leur place, on met des occupants HLM de la ville, histoire de mettre un peu de mixité et que les responsables comprennent mieux la vie dans ce quartier vu qu’ils ont prévu de le refaire.

        3

        0
      • Mourad dit :

        Vous avez parfaitement raison Azzedine ; questions à ajouter à celles formulées par Philippe Caro : Quand et par qui (composition de la commission) a été attribué cet appartement à l’individu ?

        3

        0
      • Mourad dit :

        J’ai poursuivi ma petite enquête sur l’immeuble Rue Jean-Pierre Timbaud. Le permis date de 2009. L’architecte (sans surprise) est le Cabinet Soucheyre. C’est un immeuble de 92 logements sociaux. Les premières attributions par la commission datent de 2011.

        Je rappelle les règles d’attributions : 20 % pour la Ville / 30 % pour le Département (Préfecture) / 50 % pour le 1 % patronal.

        Donc la ville a nominé environ 20 appartements … dont celui de ce Cyril Ferrari.

        1

        0
  56. goldo dit :

    que va t-il devenir ce logement puisque le locataire pour le moment a trouver un hôtel aux frais de l’Etat? Goldo

    0

    0
  57. Olivier dit :

    Selon « Le JSD » le 29 novembre : « Après la saisie record de 500 kg de cannabis au Centre technique municipal (CTM) le 17 novembre, l’enquête administrative décidée par la mairie a débuté mardi 29 pour déterminer les dysfonctionnements au sein de la structure. « Cette enquête est dirigée par une personnalité extérieure, un ancien magistrat en droit administratif. Les auditions devraient durer une dizaine de jours. Il pourra interroger toutes les personnes qu’il voudra. Un rapport sera rendu dans un délai de 15 jours », informe Fabienne Soulas, adjointe au maire en charge du CTM. « Il devra faire d’une part la lumière sur les faits, si par exemple des agents étaient au courant. Il fera d’autre part un diagnostic sur l’organisation du CTM en termes de sécurité pour qu’à l’avenir de tels faits ne se reproduisent pas. Selon les conclusions de l’enquête, des sanctions pourraient être prises », continue-t-elle. » (…)
    http://www.lejsd.com/content/l%E2%80%99enqu%C3%AAte-administrative-commenc%C3%A9

    Cet « ancien juge administratif » qui a été choisi par la municipalité va donc rendre un simple audit sur le fonctionnement du CTM, sur « les dysfonctionnements au sein de la structure » nous dit-on. Mais pourra-t-il aussi s’intéresser aux responsabilités des élus en charge de cette structure ?… On peut en douter. Et on a l’impression que l’on est en train localement de gentiment étouffer ce scandale en pointant du doigt quelques sous-fifres !
    Comptons sur la vraie enquête, celle menée par la police, pour mettre au clair au moins les responsabilités pénales, à condition qu’aucune pression politique n’entrave cette enquête.

    6

    0
  58. laurent dit :

    Rien en m’étonne plus de la part de nos cocos. Ce serait intéressant de savoir qui est cet ancien magistrat. Je reconnais que j’ai hâte de voir le résultat de cette enquête administrative !
    Nous aurons un premier indice avec la composition du « nouveau » conseil municipal. Mme SOULAS sera t’elle reconduite dans sa délégation ? Responsable, mais pas coupable certes, et vont ils uniquement garder le « pas coupable » pour appliquer le « circulez, y a rien à voir ! » ???
    Au fait, avec toute cette histoire, on ne parle plus des 25 ou 28 tentes du marché, toutes neuves, qui ont été volées. Elles étaient entreposées au ….CTM.

    6

    0
    • Grain de Sel dit :

      Mme Soulas n’est pas la seule concernée , une part de responsabilité revient aussi à l’adjointe en charge de la gestion du personnel , Mme Haye , me semble-t-il…
      Quant aux tentes neuves du marché c’est une autre histoire… c’est peut être la partie visible de l’iceberg…..
      Puisque nous sommes à la veille d’un « jour historique » ,le changement de maire, aura-t-on la satisfaction de ne plus voir l’adjoint MM figurer parmi les membres de la municipalité?

      7

      0
  59. nouchma dit :

    Je serais très heureuse de redevenir optimiste si le nouveau maire répondait à nos convictions que MM doit être viré et que chacune des missions de nos élus doit être remplie en assumant ses responsabilités…Mais je n’y crois pas beaucoup, je manque d’informations mais il me semble que les élus de la majorité auraient dû évidemment demander le départ de MM et évidemment s’exprimer publiquement sur le CTM, seul Philippe Caro l’a fait. Or le nouveau maire sera coopté par un ancien maire et une majorité d’élus au garde-à-vous dans la politique de l’autruche… dont il fait partie, alors je suis quand même pessimiste

    2

    0
  60. Suger dit :

    L’élection du nouveau maire a été marquée par le refus de participation à ce « déni de démocratie » des élus socialistes qui ont quitté la séance, laissant les élus de la majorité entre eux.
    Il y a eu deux candidats : Philippe Caro qui a obtenu 2 voix et Laurent Russier qui a été élu par les conseillers municipaux
    Voir : http://www.synople.tv/ville-saint-denis/index.php
    Pour l’élection des maires adjoints, le nombre est toujours fixé au maximum légal soit 21 maires-adjoints (qui ont été élus avec 42 votants sur l’unique liste présentée)
    Les délégations ont été très peu modifiées. Elles ont été indiquées par Laurent Russier lors de la remise des écharpes de maire-adjoint (voir vidéo en fin de séance / Elections des adjoints …)
    On peut noter que Florence Haye reste responsable du Personnel…
    Et il y aura 7 conseillers municipaux délégués et on peut constater que Madjid Messaoudene garde ses délégations ! Une seule réelle nouveauté : Didier Paillard sera conseiller municipal délégué à la Démocratie locale et aux Grands projets (?)

    6

    0
  61. Gaspard dit :

    «  Didier Paillard sera conseiller municipal délégué à la Démocratie locale et aux Grands projets ». Je croyais qu’il démissionnait de son poste pour se retirer de la vie politique de St Denis..?! Pas très clair tout ça.

    1

    0
  62. Nadia dit :

    Dans le Canard Enchaîné du jour, 07/12/16, un article intéressant, et drôle comme toujours dans le Canard, sur l’affaire du CTM…

    3

    -1
  63. Cephalophore dit :

    @Nadia, oui, article intéressant mais qui faire rire jaune… Ou l’on apprend que le groupe « stups » du commissariat de St Denis comprend 6 (six !) agents… : extraits : « La longue impunité dont jouit cet Escobar municipal plonge flics et magistrats dans une colère noire. L’un d’eux accuse même la mairie d’être « complice, par son laisser-faire, de ce trafic ». :
    « Impuissance, ou, comme l’affirment plusieurs sources judiciaires, laxisme volontaire ? dans le 93, l’économie de la drogue pèse un milliard d’euros,.. soit le double du RSA distribué annuellement par le département ! Ce business fait vivre des milliers d’individus…et une foule d’électeurs. A Saint-Denis, concrètement…un seul point stups écoule 200kg de « marchandise »par jour, s’appuie sur un réseau d’une vingtaine d’appartements (habités) et fait bosser entre vingt et trente garnements chargés de surveiller, de distribuer et et de ramasser la monnaie (20 euros en moyenne par consommateur). « Laisser le trafic perdurer, c’est s’assurer une certaine paix sociale » fait remarquer un haut gradé. « Depuis 2005, alors que c’est vraiment la misère ici, le 93 n’a pas bougé socialement. Ce n’est pas sans raison : les trafiquants trafiquent, et la plupart des élus ferment les yeux ».
    Un haut fonctionnaire : « Les trafiquants ont une approche particulière du suffrage universel. J’ai entendu certains d’entre eux se vanter d’être en mesure de décider du sort d’un scrutin ». C’est sans doute pour cette raison que que le plus gros trafiquant du 9-3 « , actuellement en liberté, se fait surnommer « le Maire de Saint-Denis ». Ca donne à réfléchir, non !?

    12

    0
  64. Béa roiselet dit :

    Article stupéfiant !

    1

    0
  65. Azzedine dit :

    Bonjour à tous.
    Les décisions « fortes » de la municipalité….
    Navrant encore une fois.

     CPresse_CTM-decisionsAdmin_24janv2017.pdf

    1

    0
    • Suger dit :

      Le communiqué de la municipalité n’est pas encore publié sur le site de la ville ( http://ville-saint-denis.fr/communiques).
      Mais en voici le contenu :

      Suite à l’arrestation en flagrant délit par les Douanes d’un agent du Centre Technique Municipal (CTM) le 17 novembre 2016, j’ai demandé la mise en place d’une enquête et la suspension de 24 agents à titre conservatoire. En réaction à cet évènement grave, l’ensemble des décisions administratives nécessaires ont été prises rapidement.
      Je condamne fermement les agissements de ces agents qui ont utilisé, à des fins délictueuses, des bâtiments dédiés au service public.
      Parallèlement à la procédure pénale pour laquelle la Ville s’est portée partie civile et au travail d’investigation mené par la justice, des sanctions administratives ont été prises vis-à-vis des agents interpellés par la police. Une suspension de la rémunération a été décidée pour l’un d’entre eux actuellement toujours en détention. Le conseil de discipline a déjà été saisi d’une demande de révocation de cet agent. Une procédure similaire va être engagée à l’encontre des deux autres agents ayant commis des fautes graves.
      L’enquête administrative a été confiée à Monsieur Fournier de Laurière, ancien magistrat et président honoraire à la Cour administrative d’Appel de Paris. Le rapport de l’enquête, rendu le 10 janvier 2017, a conclu à plusieurs dysfonctionnements. Les auditions ont mis en lumière une gestion insatisfaisante du service des Fêtes ainsi que la porosité du Centre Technique Municipal avec son environnement extérieur.
      En m’appuyant sur ce rapport, j’ai décidé de compléter les mesures disciplinaires d’une refonte du fonctionnement du CTM, notamment :
      • la réorganisation et l’externalisation du gardiennage,
      • la suppression des logements de fonction du CTM pour renforcer la sécurité des locaux,
      • le renforcement du système de vidéo-surveillance et d’alarme du site,
      • la dissolution du service des fêtes,
      • la géolocalisation de l’ensemble des véhicules du CTM,
      • la rédaction d’un nouveau règlement intérieur du CTM.
      L’ensemble de ces mesures sera à l’ordre du jour d’un Comité Technique Paritaire exceptionnel qui se déroulera courant mars. Il permettra également de présenter les mesures d’accompagnement des personnels concernés par la dissolution de leur service.
      Je souhaite faire part une nouvelle fois de toute ma confiance aux 3 600 agents municipaux qui œuvrent chaque jour, honnêtement, au bien-être quotidien des Dionysiennes et des Dionysiens.

      Laurent Russier
      Maire de Saint-Denis

      0

      1
  66. Bill dit :

    Dans le Parisien du jour :

    « Cela aurait pu être un soulagement pour les 23 agents communaux qui avaient été suspendus […] qui espéraient reprendre le chemin du travail dans les jours qui viennent. Mais le coup est rude, car en marge des sanctions visant trois employés (dont l’un placé en détention après la saisie de drogue), le maire (PC) Laurent Russier a annoncé ce mardi une série de mesures spectaculaires.
    A commencer par la dissolution pure et simple du service des fêtes. C’est là que travaillait l’employé arrêté en novembre . Les 17 salariés qui y travaillaient vont, dans les jours qui viennent, être provisoirement affectés dans d’autres services, en attendant un comité technique paritaire extraordinaire en mars. Laurent Russier invoque les conclusions de l’enquête administrative. « Le service des fêtes n’était plus adapté à nos besoins », explique-t-il. Il table donc sur la constitution d’un « petit service des événements » et le recours à des prestataires extérieurs. »

    Les Dionysiens apprécieront ce nouveau cas après la piscine « on n’arrive pas à gérer donc on refile au privé » qui évidement nous coutera plus cher surtout qu’on paie déjà des employés municipaux. Vive le communisme !

    « Six agents municipaux qui habitaient des logements de fonction, [..], vont devoir en partir. Il s’agit de gardiens, d’ouvriers d’astreinte et de chauffeurs, installés là depuis des années avec femmes et enfants. « J’appelle ça des sanctions déguisées, s’indigne Laurent Barthel, responsable FO des Territoriaux. Ce sont des familles qui sont expulsées ! Nous demandons que la ville leur propose d’autres logements de fonction. »
    […] Laurent Russier indique qu’un préavis de trois mois minimum, voire de six mois, sera laissé aux occupants. « Je comprends que certains agents soient touchés, affectés, indique l’élu. Mais il faut rétablir la sécurité au CTM, où se trouvent les ateliers, les véhicules, du matériel… ». Le gardiennage du bâtiment sera désormais confié à une société privée. »

    Et en plus on n’a pas confiance en ses employés ? Vive le communisme bis !
    http://www.leparisien.fr/saint-denis-93200/saint-denis-dissout-son-service-des-fetes-apres-la-saisie-de-drogue-24-01-2017-6613836.php

    3

    0
  67. Suger dit :

    Quelles sont les « fortes » décisions de la municipalité ?
    – La révocation de 3 agents seulement sur les 24 du service mis en cause dans les différents trafics organisés au Centre Technique Municipal (drogue, motos de luxe volées, ect…) ! Et bien sûr, les élues « responsables » du CTM et du Personnel municipal ne sont responsables de rien et continueront à assurer le mauvaise gestion de ces services…
    – L’abandon, une fois de plus, d’une gestion publique pour des délégations au privé à cause de l’incapacité de la municipalité d’assurer le fonctionnement normal des services municipaux (comme ce fut déjà le cas pour la piscine « La Baleine ») ! Le plus choquant dans cet appel au privé est que cela concerne jusqu’au gardiennage du CTM… Cela signifie que parmi les 3600 agents municipaux la municipalité est incapable de mettre en place une équipe de gardiennage. Se méfie-t-elle à ce point des agents de la ville ?… En tout cas ces délégations au privé ne sont pas gratuites et auront des conséquences sur le budget de la ville.

    4

    0
  68. Suger dit :

    La municipalité, qui n’est pas avare de gadgets pour tenter de faire oublier sa gestion de la ville, avait relancé à grand frais une campagne de « com » pour le remontage de la flèche de la Basilique, à l’automne dernier.
    Voir : http://www.saintdenismaville.com/saint-denis-la-fleche-se-devoile/

    La raison et le respect des Monuments Historiques l’ont emporté, semble-t-il, selon l’information donnée par « Le Parisien » hier soir :
    http://www.leparisien.fr/saint-denis-93200/saint-denis-avis-defavorable-pour-le-remontage-de-la-fleche-de-la-basilique-30-01-2017-6640296.php
    Extraits :
    « Saint-Denis : avis défavorable pour le remontage de la flèche de la Basilique » (« Le Parisien » 30 janvier 2017, 20h00) :
    Le projet de remontage de la flèche de la basilique Saint-Denis a essuyé un avis défavorable de la Commission nationale des Monuments historiques, réunie à Paris dans l’après-midi. (…) « il s’agit d’un avis de principe, d’un avis consultatif. Ce sera à la ministre de la Culture de trancher. »

    Espérons pour la Basilique que des considérations politiciennes, en cette période électorale, ne vont pas pousser la ministre à aller à l’encontre de l’avis des experts.

    2

    0
  69. Marion dit :

    Bien que n’y étant pas opposée sur le principe, car cela valoriserait les métiers d’art et le tourisme, j’ai néanmoins toujours redouté que cette reconstruction de la flèche ne soit préemptée par la mairie pour masquer son échec complet de la gestion de la ville, et par son mentor P. Braouezec dans le but exclusif de se glorifier avant sa sortie définitive de l’espace politique. Je crois qu’ils n’en ont rien à faire pas plus que de la basilique d’ailleurs – monument historique de renommée mondiale certes, mais fort gênant idéologiquement – alors ils nous ressortent ce vieux serpent de mer avant chaque échéance nationale et locale. Monsieur Peu espère encore que le retentissement médiatique de ce gigantesque chantier couvrirait la voix de ceux qui critiquent la bétonisation forcée de notre ville, faisant fi de tout esthétisme et des équipements indispensables à la qualité de vie des dionysiens.
    L’échiquier politique étant ce qu’il est, je reste persuadée que le bras de Madame Audrey Azoulay sera retenue avant la signature de cette énième proposition de chantier de reconstruction de la flèche, tout comme celui de Monsieur Thierry Mandon, empêchant ainsi le déblocage des crédits du dernier projet délirant de laboratoire imaginé par P. Braouzec, instrumentalisant au passage le philosophe B. Stiegler.

    J’observe que ceux qui nous maltraitent en nous prenant pour des cobayes viennent de tirer leurs dernières cartouches. Attendons la fin de non recevoir des ministres concernés pour mettre un terme définitif à leur sordide commerce électoral et à leurs fantasmes.

    3

    0
  70. Marion dit :

    Bien entendu, la promotion des métiers d’art avec de nombreux emplois à la clé est un des rares éléments positifs à porter au crédit de ce dossier de reconstruction de la flèche de la basilique. Mais voyez ci-après ce qu’un élu municipal pense des villes du 93 qui favorisent ces emplois qualifiés et durables :

    Madjid Messaoudene ‏@MadjidFalastine 29 janv.
    Madjid Messaoudene a retweeté Le Parisien | 93

    Cette ville c’est boboland

    .Madjid Messaoudene ajouté,
    Le Parisien | 93 @LeParisien_93
    Le Pré-Saint-Gervais veut attirer les métiers d’arts http://l.leparisien.fr/ivum-bdXl

    1

    0
    • Suger dit :

      Maintenant verrons-nous enfin la municipalité se mobiliser pour que soient réalisés les travaux indispensables à la conservation de la Basilique : l’état général de la Basilique exige des consolidations et il y a la nécessité urgente d’entreprendre la restauration de la grande rosace sud (dont les vitraux ont dû être enlevés et remplacés par des bâches en plastique !) ? Bien sûr, c’est moins médiatique mais c’est nécessaire.
      Et c’est tout autant, sinon plus, créateurs d’emplois qualifiés pour les entreprises spécialisées dans le restauration des bâtiments anciens.

      2

      0
  71. Olivier dit :

    Nous sommes en février 2017. Il y a donc à peine 2 mois et demi que la police mettait fin à des trafics divers, avec en particulier la saisie d’une demi-tonne de cannabis, trafics dont le coeur était le Centre Technique Municipal. Les principaux responsables ont été arrêtés et l’un d’eux, mis en examen, est toujours incarcéré. Trois des agents de la ville mis en cause devraient être révoqués et la vingtaine d’agents du Service des Fêtes qui avaient été suspendus par le maire ont repris leur travail ce lundi 6 février.
    Ce service a été dissous et la ville fera appel au secteur privé pour le remplacer. De même pour le « gardiennage » du CTM, qui n’avait pas l’air, en effet, de surveiller grand chose… Mais quelle est la réaction des syndicats (FO, Sud et CGT) ?… Ils appellent à une grève des agents du CTM le mercredi 8 février pour s’opposer à ces mesures.
    Ils dénoncent aussi plus particulièrement la décision de suivre par géolocalisation les déplacements des véhicules du Centre. Pourquoi s’y opposer ? On n’ose imaginer que les véhicules municipaux pourraient servir à autre chose que des déplacements liés aux besoins des services !… Qui pourraient croire le contraire, n’est-ce-pas ?
    D’ailleurs la municipalité ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin (sans jeu de mots…) et décider de la géolocalisation de tous les véhicules appartenant à la ville pour lever d’horribles soupçons certainement injustifiés – n’en doutons pas ! – quant à l’utilisation des véhicules municipaux.

    6

    0
    • Olivier dit :

      Des amis de province m’ont demandé ce qu’on cultivait dans les serres municipales à Saint-Denis… Je les ai rassurés : des pensées et des tulipes seulement !

      3

      0
  72. Suger dit :

    Philippe Caro, conseiller municipal FG, ex-délégué au Logement, devenu « frondeur » s’interroge à nouveau sur l’affaire du Centre Technique Municipal ce 16 février et pose de bonnes questions :
    « Malgré les sollicitations multiples, un petit aréopage de notre majorité municipale refuse toujours de rendre publics les résultats de « l’enquête administrative » commandée par le maire à la société ACL pour 12.500 €. Et réalisée par un « conseil pour les affaires et autres conseils de gestion ». Ceci alors que ce même aréopage fait référence à cette enquête pour prendre des décisions concernant la vie professionnelle et familiale des salariés, et privatiser des pans entiers du service public communal. » (…)
    « Une question reste et devient de plus en plus lancinante à mesure que certains s’obstinent à empêcher la transparence ; tout en prenant des décisions qui ont des conséquences lourdes pour des vies de salariés et notre service public communal : qui savait quoi ?
    À cette question, il y a un élément de réponse incontournable : Il y a des élus et des cadres supérieurs de l’administration communale dont les fonctions étaient de savoir et d’agir.
    Alors, soit ils savaient et n’ont pas agi. Et c’est un problème. Soit ils ne savaient pas. Et c’est aussi un problème car c’était leur fonction de savoir. » (…)

    Lire la totalité du billet de Philippe Caro sur son blog :
    http://philippecaro.over-blog.com/2017/02/alors-qui-savait-quoi-de-la-derive-mafieuse-au-ctm-de-saint-denis.html

    3

    0
    • Habitant dit :

      Franchement y en a marre de ses pseudos dictateurs, qui veulent nous imposer une pensée unique soit disant universelle mais qui n’avantage qu’eux même, toujours les mêmes..la preuve ils sont toujours au pouvoir..plus pour longtemps j’espère.

      1

      0
  73. Azzedine dit :

    Bonjour à tous.
    La municipalité chantre du service publique se comportent comme des gens de droite.
    http://www.leparisien.fr/saint-denis-93200/saint-denis-la-mairie-somme-fo-de-lever-le-blocus-du-centre-technique-municipal-15-02-2017-6683793.php

    Si la gréve est illicite, la municipalité peut attaquer le syndicat au tribunal administratif. Comme elle ne le fera pas, pour des raisons de transparence, la grève continueras.

    Quand à la justification ultime. « Les camions du service de propreté bloqués dans le CTM ne peuvent plus assurer le nettoyage des rues », déplore-t-elle.
    Je vous laisse juger par vous même l’état des rues de la ville avant l’affaire du CTM.

    En tout cas, félicitations à D. PAILLARD pour avoir laisser ce beau « merdier » à L. RUSSIER. Vu qu’il a pas la carrure pour être maire, il va juste pas tenir. De plus, je sens une cassure entre la municipalité, enfermée dans sa tour d’ivoire, et les employés pas capable et pas les moyens de gérer les « ambitions » de nos édiles.
    S. PEU peut commencer à avoir du soucis à se faire car on ne l’a pas entendu sur ce sujet.

    3

    0
  74. Mourad dit :

    Difficile pour moi de me faire une idée précise ; étant à 200 mètres du CTM (Paris VIII ), j’ai discuté hier midi avec deux salariés du CTM … ça part quand même dans tous les sens ( et bien au-delà du CTM) !

    Sans une publication immédiate du fameux rapport, je sens que cela va dériver grave dans les accusations de tout type.

    2

    0
  75. Suger dit :

    Il y aurait désormais 22 élus qui demandent la création d’une commission d’information et d’évaluation sur l’affaire du Centre Technique Municipal. Le nombre requis (1/6ème des conseillers soit 9 élus) est donc largement atteint pour imposer au maire la création de cette commission.
    Le groupe PS d’opposition (12 élus) s’est exprimé : « Face au refus du Maire de Saint-Denis de communiquer les éléments en sa possession et notamment le rapport de l’enquête administrative, les élus Parti Socialiste Saint-Denis d’opposition ont décidé de créer une commission d’information et d’évaluation du Centre technique municipal afin que toute la lumière soit faite sur ses dysfonctionnements qui ont permis à un trafic de drogue de grande envergure de s’y dérouler. »
    Mais c’est aussi le groupe REVE de la majorité (7 élus) qui demande la création de cette commission.
    On a appris, ce mardi matin, que le Maire avait annulé tous ses rendez-vous (officiellement pour raisons de santé).

    3

    0
    • Azzedine dit :

      Bonjour.
      C’est quand même une ambiance de fin de règne pour l’actuelle majorité (plurielle…) alors qu’il reste 4 ans de mandat.

      Le silence de S. PEU (son blog ou JSD) est quand même assourdissant. Lui si prompt à dénoncer la casse sociale devant le siège de SFR est quand bien absent face à ce mouvement de grève qui pénalise l’ensemble de la population (vu les débrayages sur d’autres services de la ville) au bout de 13 jours de gréve. Il est quand même bien embêté le Stéphane…. Il ne peut pas soutenir les grévistes sous peine de faire sauter la majorité municipale et ils ne peut pas non plus les condamner, il veut quand même être député.

      Le rapport doit cacher des choses et ne pas le rendre publique sème le doute par nature.

      Les chantres de la démocratie participative sont les premiers à cacher ce rapport. Peut-être montre t il les responsabilités effectives d’élus et de responsable de services.

      4

      0
    • Suger dit :

      Azzedine, vous avez raison de parler d’une « ambiance de fin de règne » car sur cette affaire du Centre Technique Municipal comme sur d’autres, les dionysiens peuvent se demander s’il y a encore une majorité municipale pour gérer la ville !
      Quand on entend un élu de la majorité, certes « frondeur » depuis qu’il a été mis à l’écart par l’ancien maire, poser ces questions lors de la séance du Conseil Municipal du 2 février :
      – « Y a-t-il eu des dérives clientélistes ou du laxisme dans les recrutements, la gestion du personnel, le management ? »
      – « Les failles qui ont pu permettre à un trafic de prospérer au CTM existent elles ailleurs ? Et permettent-elles à d’autres trafics de prospérer à d’autres endroits du service public communal ? »
      – « Y a-t-il une responsabilité des élus en charge de ces secteurs, dont la passivité ou le manque d’exigence envers l’administration auraient pu laisser prospérer un tel climat et se développer un tel trafic à une telle échelle ? »
      c’est tout un système de gestion de la ville depuis des décennies qui est mis gravement en cause.

      Quand le blog « saintdenismaville » dénonçait certains faits et posait des questions à propos de la gestion de la ville, les partisans de la municipalité et des maires successifs traînaient ce blog indépendant dans la boue ( certains continuent d’ailleurs ces campagnes de diffamation contre le blog…), la municipalité elle-même soutenait une procédure judiciaire qui avait pour but de nous étouffer. Mais nous avons tenu bon. Et aujourd’hui ce sont des élus de la majorité qui évoquent eux-mêmes ces dérives !

      9

      0
  76. Grain de sel dit :

    Suger, vous posez les bonnes questions , celles qui ne devraient pas manquer d’interroger les pratiques en usage dans un certain nombre de domaines municipaux et reposer une fois de plus la question de la responsabilité politique et administrative dans toute la chaine de commandement. Nous savons bien que certains domaines ,sensibles, sont plus exposés que d’autres et que tout naturellement ,le silence observé face aux demandes d’explications légitimes risque de générer des doutes et des supputations sur l’existence d’autres dérives.
    Le silence assourdissant combiné à une opacité organisée témoigne du crépuscule démocratique de notre ville.Il faudra s’en souvenir le moment venu!

    2

    0
  77. Bill dit :

    Ca y est, la Mairie a annoncé qu’ils allaient rendre le rapport public un fois anonymisé (en cours).
    L’ancien juge viendra présenter son rapport aux élus avant le prochain CM du 2 mars.
    http://www.lejsd.com/content/le-rapport-administratif-va-%C3%AAtre-rendu-public

    4

    0
    • Laurent dit :

      Enfin ! Merci à l’opiniâtreté de Philippe Caro, à l’initiative de cela. Je regrette vraiment le temps de tergiversation du groupe PS pour s’associer à cette action.

      0

      0
  78. Lecteur du "JSD" dit :

    Voila le témoignage que l’on peut lire dans le JSD dans les commentaires de cet article : http://www.lejsd.com/content/les-%C3%A9lus-socialistes-dopposition-demandent-la-cr%C3%A9ation-dune-commission-dinformation-et

    « De la discussion que j’ai pu avoir mercredi dernier avec deux salariés du CTM (j’étais accompagné d’un autre prof de Paris VIII), difficile de savoir ce qui tient du fantasme de la réalité notamment sur l’étendu des « dérives mafieuses ».
    J’ai quand même relevé une affirmation inquiétante qui est à bien entendu à vérifier : « la municipalité » aurait embauché tous les petits caïds des cités pour des emplois plus ou moins créés pour eux avec pour objectif de se payer la tranquillité , ces caïds ayant le privilège d’être systématiquement bisés (faire la bise) par certaines élues, les autres salariés étant plus ou moins méprisés … »

    1

    0
  79. Nouchma dit :

    Que penser de la réaction de Fabienne Soulas dans l’article du Parisien paru avant-hier « A Saint-Denis, la dissolution du service des fêtes ne passe toujours pas » :
    « Le problème, c’est que les décisions prises et annoncées me semblent justes et incontournables, soupire Fabienne Soulas, maire adjointe (PC) en charge du personnel. On peut discuter de la façon dont on les met en œuvre, dont on accompagne les agents. Mais on ne peut pas revenir en arrière. »
    Merci à Philippe Caro pour son initiative et j’attends beaucoup de cette commission pour la transparence.
    Le JSD dit que la confidentialité du rapport était limitée au seul maire et qu’il a pris ses décisions tout seul, est-ce possible en démocratie ? j’ai du mal à y croire, mais je me trompe peut-être ?

    1

    0
  80. Bill dit :

    Le fameux rapport tenu secret jusque hier est disponible ici Rapport CTM présenté aux élus le 27 février 2017

    2

    0
    • Bill dit :

      A la lecture de ce rapport, on se demande bien pourquoi la Mairie est allée au clash avec beaucoup pour préserver le secret.
      Sauf si elle voulait cacher l’ampleur du bazar et le laisser aller total qui perdurait depuis longtemps mais ce n’était pas vraiment un secret… et ce rapport se garde bien de désigner des coupables !

      1

      0
      • Dégouté ! dit :

        Ce rapport est tout simplement vide, ni fait ni à faire ! On se demande si ce n’est pas une version édulcorée car à aucun moment une responsabilité de la hiérarchie n’est évoquée, que ce soit élus ou administratifs. A noter que, et c’est quand même ahurissant, la longue liste des dysfonctionnements relevés, pointe en creux l’incurie totale et absolue de cette même hiérarchie. Pas de règlement, laisser aller total, pas le moindre contrôle de quoi que ce soit…. Mais bien entendu, ça, ce n’est pas sanctionné puisqu’on a reconduit les deux mêmes adjoints dans leurs fonctions et promu un cadre du CTM. On étouffe, on escamote.
        Comme le remarque justement Monsieur CARO (grâce à qui on peut lire cet embryon de rapport) ceux dont le rôle ou la fonction est de savoir pratiquent un éloquent silence radio. Qui peut croire une seconde qu’aucun responsable (mais pas coupable !) n’aurait pas été au courant de tout ce qui a pouvait se tramer au CTM ? Je ne parle pas que de la drogue bien sur, mais c’est tellement énorme.
        Nos staliniens de la Municipalité nous prennent pour des ânes….pour changer. Et ça se présente aux législatives ou ça soutien Macron !

        2

        0
        • Bill dit :

          Oui effectivement, merci à M. Caro de faire son possible pour plus de transparence tant en exigeant les informations qu’en les diffusant aux habitants, mais en même un remerciement de SDMV est un peu un baiser de la mort du point de vue de la Mairie…

          2

          0
  81. mourad dit :

    … Je pense que la Mairie n’a pas voulu diffuser le rapport tout simplement parce que c’est un rapport riquiqui !

    12.500 € çà …après le million de la famille Fillon, de toute évidence j’ai été mal orienté lors de mes études.

    0

    0
  82. Nouchma dit :

    Oui, Bill, incroyable, ce rapport qui, tel qu’il nous est présenté après un sacré long retard dû à son « anonymisation », se garde bien de désigner une quelconque responsabilité parmi les supérieurs hiérarchiques. Je me demande comment surligner des noms en noir a pu prendre autant de temps ? Ne serions-nous pas sur une version édulcorée voire coupée ?

    0

    0
  83. Marion dit :

    Ce rapport est , à n’en pas douter, expurgé des éléments compromettants et essentiels. Mais qui sont les responsables ?
    J’aurai quand même tendance à dire que c’est une partie des Dionysiens : ceux qui ne sont pas allés voter aux dernières municipales (parce qu’ils ne croyaient pas à une possible alternance, ceux qui se sont fourvoyés au premier tour, ceux qui ont regretté de ne pas s’être déplacés au bureau de vote, parce qu’il faisait beau ce dimanche là, ceux qui ont fait la fine bouche, etc …. Bref, n’avons-nous pas ce que nous méritons ? Encore 3 ans à être « pris pour des ânes »en attendant de ne plus jouer à faire les bourrins ….

    3

    0
  84. Grain de sel dit :

    Tout çà pour ça ! Allez circuler braves gens il n’y a rien à voir !!! De qui se moque-t-on? Du montant de la facture de cet audit si creux qu’il en est rempli de courants d’air? De l’ensemble des benêts qui constituent la cour ? Sans parler des grands infirmes de la majorité municipale qui souffrent de cécité et de surdité chroniques à laquelle s’ajoute hélas une grande difficulté d’élocution dans leur expression orale…..Ou bien tout simplement une fois de plus de la population ? Ce qui est curieux ce sont les mesures prises qui ne visent, en dehors des auteurs des délits, que le personnel dit d’exécution. Il n’y a donc pas de directeur, de directeur général adjoint , de directeur général des services ? Sans parler , cela a été dit à plusieurs reprises, de la responsabilité des élus en charge des secteurs concernés : le personnel , le CTM et la modernisation du service public.

    3

    0
  85. La Plaine dit :

    Bonjour,

    J’ai pu regarder récemment un documentaire intéressant sur l’incursion des trafiquants dans la vie politique locale.
    Cela s’appelle « Les gangsters et la République ».
    Exemple dans la vidéo, à 45’20, le cas de Bagnolet : https://youtu.be/pTsVBzCd7uk?t=2719
    Ou quand le Centre technique Municipal de la ville stockait de la drogue…
    Tiens, tiens !

    1

    0
    • Suger dit :

      Merci pour cette information. Ce documentaire de la 5 est extrêmement intéressant en effet !
      Le passage sur le Centre Technique Municipal de Bagnolet permet de mieux réfléchir sur le scandale du CTM de Saint-Denis… Et ce n’est pas le rapport financé par la municipalité qu’elle vient de rendre enfin public qui permet de comprendre.
      Il sera sans doute nécessaire de mettre sous les yeux des élus membres de la « commission d’information et d’évaluation », que le maire a dû accepter de créer, ces éléments d’information sur le cas du CTM de Bagnolet.

      1

      0
  86. Suger dit :

    Philppe Caro, conseiller municipal FG-PCF ex-délégué au Logement, fait part de ses inquiétudes, sur son blog et à travers la distribution d’un tract, quant à l’indépendance et l’efficacité de la commission municipale dont la création doit être votée ce jeudi 30 mars pour s’intéresser au scandale du Centre Technique Municipal :
     » Lettre ouverte aux dionysiennes et aux dionysiens. »
    Extraits :
    « Près de six mois après, aucune réponse n’est satisfaisante. Je constate l’empressement de certains à prendre des mesures inefficaces mais à grand renfort de communication. » (…)
    « Il y a pourtant une question incontournable : qui savait quoi ? Et une réponse qui l’est tout autant : Il y a des élus et des cadres supérieurs de l’administration communale dont les fonctions étaient de savoir et d’agir. Alors, soit ils savaient et n’ont pas agit. Et c’est un problème. Soit ils ne savaient pas. Et c’est aussi un problème ! » (…)
    « Nous sommes 21 élu(e)s, (sur 55) de la majorité comme de l’opposition, à demander la création de cette commission. J’ai bon espoir que cette commission pluraliste devienne réalité lors du conseil municipal du 30 mars. Et je demanderai à en faire partie et à la présider.
    Pour autant je souhaite vous dire ici mon inquiétude : De nombreux obstacles ont été dressés ces derniers mois pour empêcher la transparence indispensable. D’autres obstacles peuvent encore être dressés pour empêcher ou limiter le travail de cette commission. » (…)
    Lire l’intégralité de ce texte sur son blog : http://philippecaro.over-blog.com/si-vous-voulez-que-la-transparente-s-impose-il-va-falloir-que-vous-vous-en-meliez?utm_source=_ob_share&utm_medium=_ob_facebook&utm_campaign=_ob_share_auto

    On a le sentiment cependant que Philippe Caro découvre soudainement le fonctionnement d’une municipalité tenue par ses amis politiques depuis des décennies : priorité à la « com », opacité des décisions, mauvais fonctionnement des services, fuite du maire et des maires-adjoints devant leurs responsabilités, déni des réalités.
    Il a aujourd’hui le zèle des nouveaux convertis à la bonne gestion d’une ville et à la transparence démocratique. Mais pourquoi n’a-t-il pas agi plus tôt ? Pourquoi en fait-il une affaire de personnes alors qu’il s’agit d’un système au service de ses amis politiques PCF et FG ?

    5

    0
  87. Suger dit :

    Cinq mois après que soit découvert grâce à l’action de la police le scandale du Centre Technique Municipal, le Conseil municipal de ce jeudi 30 mars a enfin voté la création d’une « Commission municipale d’information et d’évaluation sur le Centre technique municipal (CTM) », réclamée par une vingtaine d’élus depuis des semaines.
    Cette commission est composée de 9 membres : 7 pour la majorité municipale et 2 seulement pour l’opposition… Mais le choix des membres d’une Commission censée faire la lumière sur les dysfonctionnements et les manques de la gestion municipale- et donc du maire et des maires-adjoints – est assez surprenant, puisqu’il n’y a pas moins de 4 maires-adjoints auxquels s’ajoutent 2 conseillers municipaux délégués parmi ces 9 membres. Difficile pour eux de mettre en cause la gestion de leurs collègues ou leur propre gestion sur cette affaire !…
    En voici la liste
    – pour la majorité municipale : 4 maires-adjoints : Elisabeth Belin (FDG), David Proult (FDG), Vincent Huet (REVE), Michel Ribay; deux conseillers municipaux délégués : Mathilde Caroly (FDG), Bertrand Godefroy (PSG), et un seul conseiller municipal sans délégation Kader Chibane (EELV),
    – pour l’opposition : Adrien Delacroix (PS) et Maud Lelièvre (PS).

    2

    0
    • Azzedine dit :

      Bonjour.

      Je n’ai pas pu suivre ce conseil municipal sur le net.
      Quelques questions
      – P. BRAOUEZEC fait toujours parti du conseil municipal???
      – Le nouveau DGS est il entré en fonction??? Sera t il auditionné lors de cette commission (en tant qu’ancien responsable du CTM)
      – Idem pour F. SOULAS, sera t elle auditionnée?
      – Le rapport sera t il publique???

      Des questions en vrac comme cela.

      Je vais essayer de le voir ce week-end.

      Bon week end à tous.

      0

      0
    • Bill dit :

      Et pas Philippe Caro…

      0

      0
      • Suger dit :

        Il s’était déclaré candidat et avait même proposé d’en être le président… Il n’en sera pas !
        On se demande pourquoi il se dit toujours membre de la majorité municipale et aurait même repris sa carte au PC.

        0

        0
  88. Suger dit :

    Que se passe-t-il Place du Caquet ? Dans le cadre du projet de rénovation du centre ville, la municipalité semble vouloir accélérer les travaux de destruction de l’Îlot 7 (comprenant l’Hôtel Campanile), mais les commerçants se plaignent de l’absence de concertation et de réponse à leurs questions de la part des maires-adjoints concernés. Ils craignent pour leur avenir s’ils sont expulsés sans mesures de reclassement, d’où ce mouvement de protestation.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *