Saint-Denis – Manifs lycéennes, les incidents dans le centre ville

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. LeParisien dit :

    (…) Un nombre impressionnant de policiers et CRS qui arpentent les rues,à pied, à moto, à cheval…Un hélicoptère de la sécurité civile qui filme.Des parents inquiets qui conseillent à leurs enfants de rentrer à la maison alors que les lycées publics comme privés sont bloqués…L’ambiance était particulièrement tendue, hier matin, dans la cité des rois.

    Les habitants qui ont assisté aux actes de pillage,notamment rue de la République et rue Gabriel-Péri, n’en reviennent toujours pas. Laure faisait ses courses vers 10 heures. « J’étais rue de la République lorsque j’ai vu arriver une centaine de jeunes qui couraient, raconte-elle. Un vigile d’une boutique m’a alors dit de rentrer et il a baissé le rideau de fer. Avec d’autres clients, on les a vus piller un magasin de téléphonie mobile. Franchement, on a eu peur. » La jeune femme est d’autant plus effrayée qu’elle a vécu la même scène vendredi en se réfugiant dans une pharmacie. «Dans le centre, tous les commerçants ont baissé leur rideau, poursuit-elle. On a l’impression que la ville est devenue morte. » (…) la parfumerie Marionnaud a été prise d’assaut par une dizaine de jeunes. (…). Le préjudice, toujours en cours d’évaluation, est estimé à plusieurs milliers d’euros. La police a procédé à six interpellations.

    Un peu plus tard, place du 8-Mai-1945,une dizaine de magasins ont été pris pour cible. Dans la galerie du centre commercial de la Basilique, des boutiques de jeux vidéo, de téléphonie mobile, d’appareils photo, dont le rideau de fer a été forcé, ont été touchées.
    « Tout s’est déroulé très vite, lâche ce cafetier. Ils sont arrivés en bande et ont tout cassé. C’est d’une extrême violence. (…). Le pire, c’est qu’on se demande tous si on va ouvrir demain (…). » Selon la préfecture, des carnets de correspondance ont été trouvés dans certaines des boutiques saccagées.
    Le trafic du tramway T1 a été interrompu pendant plus de deux heures (…). Vers 11 heures, le calme est revenu.

    SEBASTIEN THOMAS – Article publié le 19 octobre 2010

    0

    0
  2. cathy dit :

    Pas mieux , ce matin , à 10h pas de tram, des policiers partout , sur la place du 8 mai 1945 jusqu’à place des tilleuls des individus tentaient de casser d’autre vitrine, sana sport encore sacagé ce matin

    0

    0
  3. Nat dit :

    Pour rappel, la définition du mot « incident » : fait, évènement de caractère secondaire, généralement fâcheux, qui survient au cours d’une action et peut en perturber le déroulement normal » …
    Les « évènements » qui se déroulent dans notre ville depuis maintenant jeudi dernier, la tension qui règne, me semble être beaucoup plus que des « incidents ». A quand une déclaration ferme, sans ambiguité de Mr le Maire sur cette « situation » ???

    0

    0
  4. LeParisien dit :

    Nouveaux incidents à Saint-Denis

    (…)

    A Saint-Denis, une manifestation très encadrée par des élus et des parents a réuni dans le calme au moins 300 personnes. Plus tôt dans la matinée, des incidents avaient éclaté devant le lycée Paul-Eluard : deux voitures ont été renversées par des groupes violents qui ont aussi brisé les vitres d’autres véhicules. Dans la rue de la République, où des vitrines ont été saccagées lundi, vendredi et jeudi, une majorité de commerçants avaient baissé leur rideau hier matin. Cela n’a pas empêché un groupe de très jeunes casseurs de vandaliser le magasin Sana Sport, déjà pris pour cible la veille. « Ils ont soulevé le rideau métallique avec une barre en bois et ont pris quelques vêtements, raconte un témoin. Mais la police est intervenue rapidement en lançant du gaz lacrymogène. »

    Article publié le 20 octobre 2010

    0

    0
  5. LeJSD dit :

    Retraite à 60 ans : la jeunesse s’en mêle

    Ce 19 octobre au matin, la mobilisation des scolaires est importante à Saint-Denis. Paul-Eluard, JBS, Suger, Bartholdi, l’ENNA… sont des lycées bloqués, et plusieurs collèges sont également concernés. Une manifestation est partie à 11 h de l’université Paris 8. (…)

    Aux abords du lycée privé JBS, c’est le grand embouteillage aux premières heures de ca matin du 19 octobre. Les élèves ont à nouveau organisé un blocus avec des poubelles renversées sur la chaussée. La masse des lycéens est calme. Quelques jeunes le sont beaucoup moins. Ils partent rue Gabriel-Péri à la recherche de poubelles et de barrières.

    A 9 heures, une femme sonne à la porte du JSD. Choquée, elle vient de voir, rue de la République, un jeune homme en costume se faire agresser par une quinzaine d’ados. Déjà, les sirènes des véhicules de police résonnent à rythme soutenu. Devant l’Hôtel de ville, le maire Didier Paillard et plusieurs élus échangent leurs informations. Place Jean-Jaurès, les commerçants du marché sont nettement moins nombreux que les autres jours. Ils font part aux élus de leurs craintes et aussi du manque à gagner.

    (…)

    Article publié le 19 octobre 2010

    0

    0
  6. sam dit :

    LeJSD dit « La masse des lycéens est calme. Quelques jeunes le sont beaucoup moins. »
    Quantitativement qu’est-ce qu’entend le JSD par « quelques » ? Une dizaine ? Plusieurs dizaines ? Une centaine ? Ou plusieurs centaines ?

    D’après les témoignages des habitants, commerçants et nos propres témoignages, le nombre est bien au-delà de l00…

    0

    0
  7. édith dit :

    D’après la jeune boulangère angle Guesde/Moreau, les « ici, mettre un mot au choix : incidents graves, agressions, etc. » ont continué ce matin. Elle a bien besoin de soutien, elle et ses frères. Sa vitrine est désormais en bois, ce qui n’est pas exactement la finalité d’une vitrine, on en conviendra.
    Par ailleurs, il semble que le préfet Lambert soit intervenu : la protection policière serait enfin visible dans St Denis et aux abords des établissements scolaires et universitaires.
    Quid de la déclaration des édiles dyonisiens (je reprends la très bonne question de Nat ci-dessus) ?

    0

    0
  8. sam dit :

    Effectivement, c’est important que ceux qui nous lisent et qui désapprouvent ces actes inadmissibles passent voir les commerçants les plus proches de chez eux pour soutenir et discuter. Je passerai ce soir après le boulot à cette boulangerie que je connais très bien…

    0

    0
  9. louis dit :

    8h52 : un très important groupe de collégiens de Gustave Courbet très excités entre 50 a 100 malgré l’heure matinale et la fraîcheur partent vers le centre de Saint-Denis. Certains ont des bastons .

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *