Velcom, bientôt de retour…

Vous aimerez aussi...

18 réponses

  1. suger dit :

    Dans le contrat entre Plaine-Commune et JC Decaux, au-delà d’un certain taux de remplacement et de réparation de vélos, le coût de la maintenance est refacturé totalement à Plaine Commune (réparations ou remplacement).
    Concrètement, jusqu’à 18 vélos volés ou détruits par an (moins de 4 % du parc), JC Decaux devait payer seul le coût. A partir de 19 et jusqu’à 135 vélos volés ou détruits (4 % à 30 % du parc), Plaine Commune s’engageait à participer à hauteur de 400 € par vélo et dans la limite de 42 000 € par an. Pour l’agglomération, cela devait se traduire par une perte de recettes : cette somme viendra en effet en déduction d’une redevance de 300 000 € par an que J.-C. Decaux devait verser à Plaine Commune au titre de la publicité.
    Au-delà de 30 % du parc par an (ce qui est largement le cas désormais avec 252 % du parc à remplacer…), le contrat peut être renégocié. En effet, 428 des 450 Velcoms ont été volées ou détruits cet été 2010 et, depuis l’inauguration en juin 2009, 708 vélos avaient déjà été volés ou cassés (les vélos ayant été remplacées au fur et à mesure).
    Première question : le contrat a-t-il donc été renégocié et quels coûts cela représente-t-il pour Plaine Commune ?
    Surtout, le principe même de ce système du Velib est remis en cause même par ses partisans : ainsi on peut lire sur le site des Verts de Plaine Commune une interview de Ludovic Bu, présenté comme un spécialiste des transports, qui déclare que ce système est « peu fiable ». Pourquoi alors s’acharner à vouloir relancer le Velcom ? Qui profite vraiment de ces dépenses publiques ?

    0

    0
  2. Éric dit :

    @ suger

    Bonjour,
    avant de commencer à vouloir remettre en cause le système Velcom, il faut peut être s’interroger sur les raisons qui font que ces problèmes de vol/destruction à grande échelle ne touchent (à ma connaissance) que notre territoire.

    Quel est le principe? On traite le symptôme et pas le mal ?

    0

    0
  3. Cece dit :

    Je pense qu il faudrait montrer plus de respect envers le contribuable et ne pas renouveler ce système de location de vélos, qui a été un échec sur notre territoire, pas préparé du tout.
    La municipalité, voudra t elle donner le fer pour se faire battre

    0

    0
  4. suger dit :

    @Eric
    Hélas, le problème concerne aussi Paris puisqu’en juillet 2009, environ 8.000 vélos avaient déjà été volés (sur un parc total de près de 20.000). Et 16.000 dégradés (dont la moitié l’étaient tellement qu’ils n’étaient pas réparables).
    La situation était devenue telle qu’en novembre 2009, un avenant au contrat entre la Ville de Paris et JC Decaux a été signé : Paris s’engageait à prendre en charge le remplacement non plus de 20% mais de 25% du parc des vélos. Un engagement financier considérable puisque la Ville de Paris paye 400 euros chaque vélo remplacé, sur un prix à l’unité de 600 euros.
    Vu le coût du dispositif, à Paris et encore plus à Saint-Denis, il serait préférable de consacrer ces sommes à l’amélioration des transports en commun, notamment les bus toujours surchargés et inconfortables et les rames du RER D à bout de souffle, qui sont eux accessibles à tous.
    Prenons un exemple banal : pourquoi la Gare de Saint-Denis n’a plus d’escalier mécanique depuis plusieurs années, obligeant les personnes avec des valises ou des poussettes à des contorsions invraisemblables. Quant aux personnes handicapées ou âgées, c’est une contrainte supplémentaire qu’il leur est imposée. Mais faire pression sur la SNCF ou financer ce genre d’installation ne vient même pas à l’idée des élus. Seul ce qui est médiatique et « moderne », style Velcom, les intéresse et jamais le bien-être des habitants, surtout les plus faibles.

    0

    0
  5. citoyen93 dit :

    J’avais prédit un échec cuisant concernant Velcom. L’actualité a prouvé que j’avais 100 fois raison.
    Absence de pistes cyclables et d’un dispositif qui permet de faire la jointure avec les Vélib ce qui permettrait d’aller sur Paris et réciproquement.
    Les élus ont voulus frimer en singeant le dispositif Parisien.
    Le résultat est celui que l’on connait, une catastrophe totale.

    0

    0
  6. lost dit :

    A Paris le systeme marche, et après une période de vol ou destruction en progression ils ont réussi à stabiliser les actes de vandalisme
    Alors pourquoi pas ici ?
    Même en tenant compte de la spécificité de Saint Denis, pourquoi n’aurions-nous pas droit comme Paris ou d’autres villes limitrophes, a un système de vélo en libre service ? (surtout au frais de Decaux)
    La question soulevée par Suger sur la renégociation du contrat est intéressante
    Je me demande aussi pourquoi Plaine Co a voulu son propre système Velcom et non pas adhérer au système Velib ?

    0

    0
  7. oliv dit :

    Euh, des GPS sur les Velib’ ???
    Vous pourriez préciser SVP ?

    0

    0
  8. Sam dit :

    Pour localiser les vélos notamment quand ils sont volés.

    0

    0
  9. suger dit :

    Je reste sur ma faim. Je voudrais bien savoir en quoi un système Velib, ou Velcom, est meilleur que l’amélioration du réseau des bus (propres et sur voie réservée) et la marche à pied. La question se pose d’autant plus quand on constate que ce système est peu fiable et devient un gouffre financier pour les budgets publics. Je vois très bien l’intérêt de la société JC Decaux, et de tous ceux qui gravitent autour…, mais pas du tout l’intérêt des habitants qui financent ces dépenses par leurs impôts.

    0

    0
  10. oliv dit :

    @sam oui je m’en doute… Mais je demandais la précision par rapport à l’utilisation d’un tel dispositif dans Velib’. Je n’ai jamais rien lu de tel à propos de ce système, et la mise en place d’un dispositif permettant de géolocaliser n’importe quel vélo me paraît bien trop onéreuse par rapport aux bénéfices attendus.

    La radio-étiquette utilisée ne permet qu’à identifier le vélo sur la borne d’attache.

    Voilà pourquoi je suis très dubitatif sur votre affirmation…

    0

    0
  11. pey dit :

    400 euros le vélos , ils sont plaquer or ou quoi !! chez DECATHLON Saint-brice pour beaucoup moins cher , il y a des super vélos de ville …
    il doit y avoir quelques uns qui doivent se sucrer au passage , remarquer prendre un peu de sucre en faisant du vélo sa donne du tonus.

    0

    0
  12. pey dit :

    vélo de ville : b’twin elops city
    a partir de : 149..90 euros

    0

    0
  13. citoyen93 dit :

    Il faut arrêter de rêver. La population n’en a strictement rien à faire et cela est un véritable gouffre financier pour Plaine Commune et par effet rebond pour les habitants.
    Il y a 100 000 choses beaucoup plus importantes à faire que d’installer des Velcom dont je le rappelle la 1ère installation a été un véritable fiasco.
    Je ne comprends pas l’acharnement des élus sur ce dossier.
    Il faut des policiers municipaux pour faire traverser nos bambins aux endroit accidentogènes.
    Il faut des éducateurs.
    Il faut des subventions pour des assos qui font de l’insertion.
    Il faut des projets d’espaces verts et d’aménagements de pistes cyclables.
    En clair faisons des projets qui améliorent le quotidien des habitants.
    Avec Velcom on marche sur la tête.
    S’il vous plait arrêter de commencer par la fin alors qu’on a même pas amorcer un début de commencement.

    0

    0
  14. pey dit :

    se qu’il faut surtout , ce sont des gens compétant a la tête de la ville .

    0

    0
  15. Lolo dit :

    A noter que le JSD a retrouvé un Velcom dans sa dernière édition.
    Petite remarque:
    Il y a des « pistes cyclables/ voies de bus » entre Pleyel et Paris et bizarrement, il n’y a jamais eu de Velcom, aura-t-on un jour des Vélib, où faut-il demander un dégrêvement d’impôt en tant qu’habitant de second rang ?

    0

    0
  16. pey dit :

    un travail de fond avait été effectué par Jean-Pierre lerosay sur le manque flagrant de piste cyclable a saint-denis et du vélo dans la ville .

    se monsieur monsieur n’a jamais trouvé d’échos auprès de la municipalité .au contraire il l’ont prit pour un  » rigolo « 

    0

    0
  17. Pitch dit :

    la géolocalisation des vélos est d’abord et avant tout nécessaire pour optimiser la gestion de flotte (répartition des vélos entre les stations, optimisation de la tournée de l’équipe d’entretien,…).
    Petite anecdote vécue de l’intérieur : peu de temps après le démarrage de l’activité, un bug SI a rendu le suivi inactif pendant 2-3 jours. Après remise en service, un signal fût capté en Tunisie ! Paris-Tunis en 3 jours, il faut des bons mollets , n’est-ce pas ? 😉

    Pour ce qui est du tarif, il me semble difficile de comparer cela au prix d’une entrée de gamme chez Decath’. Le cahier des charges n’est pas vraiment le même.
    Un vélib c’est environ 20kg, éclairage intégré, vitesses dans le moyeu (pas de déraillement), etc… bref c’est taillé pour encaisser un usage intensif en milieu urbain. Pour ceux qui connaissent, le fabricant est le même que les vélos vendus sous la marque Lapierre (usine en Hongrie aux dernières nouvelles)

    Par contre, sur le sujet de la pertinence de ce type d’installation sur St-Denis, je dirais que c’est surtout trop tôt. Il m’aurait semblé beaucoup plus pertinent d’intégrer cela dans la réflexion sur les profonds projets de transformation que notre ville connait en ce moment (Trams, Porte de Paris,…).

    0

    0
  18. Bertrand dit :

    Rappelons quand même que le Velib à Paris n’est pas un succès total. 8000 Velib ont été volés entre 2007 et 2009 et 16 000 ont été vandalisés…

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *