Vente à la sauvette …

Vous aimerez aussi...

17 réponses

  1. magico dit :

    C’est pas que je me rejouisse de ce qui se passe dans les villes voisines mais ca me rassure , on est pas les seuls à avoir droit à ces commercants !
    Comme quoi certainement des actions doivent être menées aussi dans les villes sans qu’on le sache mais si aussitot la PM partie, ils reviennent !!!!
    Drôle de vie quand meme quand je pense que la police n’arrive pas à mettre fin à ces ventes illicites qui se font en pleine rue !!!
    Qu’est ce que ca doit être pour le trafic de stupéfiants ??

    0

    0
  2. goldo dit :

    Moi j’ai quand même du mal à comprendre comment des vendeurs à la sauvette peuvent rester postés jusqu’à je ne sais quelle heure sur le parvis en toute tranquillité alors que le commissariat est situé juste à côté.
    Ce soir je suis rentrée à 22h  :on m’a déposée au coin de la rue Brise Echalas et suis allée à pieds jusqu’à la rue Charles Michels. J’ai rencontré des vendeurs à la sauvette de chaussettes (2€ les 3 paires), des vendeurs de maïs et de DVD. Pourtant deux policiers étaient dehors sur la place de la gare là où ces mêmes vendeurs criaient, »3paires de chausettes pour 2€ et maîs chaud. » Par la suite en arrivant à mon immeuble devant le café de tous les trafics une bande d’alcooliques hurlaient en consommant de la bière sur leurs motos ou leurs voitures. Pourquoi n’existe-t-il pas un contrôle d’alcootest quand ce café ferme? La plupart des consommateurs sont véhiculés et cela ferait rentrer de l’argent dans les caisses. D’ailleurs à ce sujet depuis que les travaux raccourcissent la rue, ils sont tous garés sur le trottoir si bien que nous n’avons plus de place pour marcher. je sais que les choses s’améliorent mais quand je vois encore ce qui se passe, je me dis que la bagarre est loin d’être terminée.

    0

    0
  3. thierryb dit :

    Goldo, ces ventes à la sauvette ne sont pas locales, il s’agit d’un trafic d’une ampleur internationale et Saint-Denis subit, comme pour beaucoup de choses, sans en être responsable, la déréglementation généralisée. il y a deux ans , il y avait eu des opérations rue de la Republique, ils étaient partis puis vite revenus. C’est trop tard, je crois , pour espérer endiguer le trafic.
    Autre chose, le trafic d’êtres humains :
    J’ai même revu, il y a peu, avec un haut-le -cœur, l’être difforme digne du film Freaks de Tod Browning, ramper en hurlant rue Gabriel Péri…Les salauds immondes qui exploitent cet être-là méritent la corde.

    0

    0
  4. Sam dit :

    @Thierryb,
    « J’ai même revu, il y a peu, avec un haut-le -cœur, l’être difforme digne du film Freaks de Tod Browning, ramper en hurlant rue Gabriel Péri…Les salauds immondes qui exploitent cet être-là méritent la corde. »

    Euuuh, dis-moi mon ami, qu’est-ce que tu entends par « (…) méritent la corde.«  ?

    0

    0
  5. Lettre d'un dionysien dit :

    Monsieur Patrick BRAOUZEC
    Député de la Seine- Saint-Denis

    Saint-Denis, le 16 août 2010

    Monsieur le Député,

    Je souhaite par la présente vous interpeller sur les nombreux vendeurs à la sauvette qui sévissent en continu dans les rues de Saint-Denis, et principalement aux alentours des entrées de métro et dans l’avenue de la République.

    En effet, il est facile de constater que chaque week-end, des dizaines – j’en ai compté jusqu’à 34 dans l’avenue de la République un samedi – de vendeurs de parfums falsifiés, de copies de sacs et de lunettes de marque, de cigarettes, etc. se rassemblent en toute impunité dans les rues commerçantes de la commune.
    Aux entrées des métros Basilique et Porte de Paris, s’ajoutent les vendeurs de maïs et de pop-corn fabriqués sur place dans des braseros de fortune dans des conditions d’hygiène déplorables.

    Pouvez-vous me dire quelle est votre doctrine sur ce sujet, en tant que député et ancien maire, et pourquoi rien n’est fait pour palier à ces ventes sauvages.

    Je ne pense pas me tromper en rappelant que la  police municipale de Saint-Denis, située à quelques dizaines de mètres de la rue de la République, est censée lutter contre les ventes à la sauvette (c’est en tout cas ce qui est annoncé sur le site internet de la ville dans le 1er § du chapitre sur la Tranquilité publique.) La législation donne d’ailleurs toute latitude à la police municipale pour agir sans la présence de fonctionnaires de la police nationale.

    Alors pourquoi ces étalages sauvages ne sont-ils pas systématiquement détruits plusieurs fois par jour le samedi et le dimanche ? et pourquoi aucune amende n’est-elle délivrée ?
    J’ai fais moi-même une expérience, annonçant à un vendeur que la police municipale approchait – ce qui était faux – et la rue s’est vidée rapidement… J’ai de plus interpellé une fois deux policiers municipaux qui stationnaient sans rien faire à l’angle de la rue de la République et de la rue Gabriel Péri et ils n’avaient aucunement l’intention de déranger les trafics qui se déroulaient sous leurs yeux… pourquoi une telle inaction ?

    Si des rondes étaient effectuées régulièrement, la lassitude prendrait certainement le pas sur les bénéfices, si la marchandise était confisquée et détruite et les vendeurs – et les acheteurs – verbalisés, la situation s’améliorerait certainement.

    Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, Monsieur le Député, l’assurance de mes salutations distinguées.

    0

    0
  6. thierryb dit :

    C’est un expression (peu amène, mais purement métaphorique, rassure-toi, » j’ai confiance dans la justice de mon pays »…etc) qui exprime mon dégoût de l’exploitation de l’ infirmité d’autrui pour faire de l’argent. Tu me vois en adepte de la peine de mort ou du lynchage – même pour les salauds?? Point du tout, jamais de la vie 😉

    0

    0
  7. Réponse de Monsieur Braouezec dit :

    Saint-Denis, le 3 septembre 2010

    Monsieur,

    Dans une lettre datée du 16 août 2010 vous m’interpelliez sur la présence de vendeurs exerçant sur la voie publique sans autorisation administrative dans certains quartiers de Saint-Denis. Tout d’abord, je souhaite vous présenter mes excuses pour cette réponse tardive. Celle-ci est due au ralentissement de l’activité parlementaire durant le mois d’août.

    La situation que vous décrivez ne respecte en rien la législation en vigueur, et plus précisément l’article L 442-8 du code de commerce. Il appartient donc aux autorités de combattre cet état de fait.

    Cependant, force est de constater que Saint-Denis, comme tout lieu de tourisme et de commerce, attire invariablement ce genre de marchands. Par ailleurs, les moyens alloués par l’Etat aux services de police sont en l’état, inversement proportionnels, à la politique d’affichage du gouvernement. C’est pourquoi, ces nuisances ne sont pas spécifiques à notre ville.¨

    Pour entrer dans le détail, je souhaite mettre en avant l’effect désastreux de la révision générale des politiques publiques. Prévoyant, au fur et à mesure, le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux, elle oblige les agents de police à sélectionner leurs priorités d’intervention. Parallèlement, la suppression de la taxe professionnelle réduit considérablement le budget des collectivités locales et annihile toute politique ambitieuse. La situation que vous décrivez résulte, en partie, de ces décisions hasardeuses du gouvernement.

    Dans une plus large mesure, je me permets de vous inviter à venir rejoindre le Comité d’initiatives et d’action des habitants de Saint-Denis, qui se réunit chaque mois à l’Hôtel de ville pour discuter, partager et agir quant aux dossiers qui constituent l’actualité. Les prochaines dates sont inscrites sur mon blog.

    Vous souhaitant bonne réception, je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de ma considération distinguée.

    0

    0
  8. stephanie dit :

    J’adore la réponse de Mr Braouezec. Tout d’abord Sam cela nous rappelle des souvenirs non ? « C’est partout pareil » !

    Et surtout que l’on comprenne bien que cela est la faute du gouvernement et de la politique actuelle. Même si sur le fond cela n’est pas totalement faux, il ne faut pas exagérer quand même : que fait la police municipale par exemple ??

    Et alors, quelle com’ : bravo ! Il arrive à glisser l’adresse de son blog … J’avoue qu’il y a vraiment des professionnels de la réponse pour ne rien dire …..

    0

    0
  9. édith dit :

    M’enfin, Stéphanie, tu sais bien, le vivre-ensemble …c’est vivre ensemble avec tous, vraiment tous, les vendeurs à la sauvette aussi, enfin voyons…il ne faut exclure personne, personne ne sera exclu de ce territoire, personne (répété avec force et conviction), l’exclusion c’est atroce, personne ne doit être exclu (répété ad libitum).

    0

    0
  10. Sam dit :

    @Thierryb
    Ahhh les expressions 😉
    @Edith & Stéphanie
    C’est la faute à l’Etat, on connait la chanson…cela résume bien le manque de volonté politique et le refus d’assumer ses propres responsabilités.

    Bises au beurre salé de l’île aux moines 😀

    0

    0
  11. goldo dit :

    « St Denis lieu de tourisme attire tous ces vendeurs à la sauvette et de maïs », est-ce que je peux rire car bien d’autres villes attirent des touristes et ne connaissent pas ce phénomène (Nice, Cannes,…etc).
    A force de ne vouloir exclure personne tout le monde se sent exclu.
    Enfin samedi, fête de quartier gare, brocante et Assises feront peut-être fuir ces vendeurs et ce sera grâce à qui cette fois-là.

    0

    0
  12. Marcel dit :

    « Enfin samedi, fête de quartier gare, brocante et Assises feront peut-être fuir ces vendeurs et ce sera grâce à qui cette fois-là. »

    Bah……ce sera grâce à la Municipalité qui est à l’initiative et organise ces manifestations du quartier Gare…………………….avec le concours des Associations désignées pour y participer.

    A noter que la réponse type oiseuse du Député via son secrétariat parlementaire, invite à rejoindre son Comité d’Initiative et d’action des habitants de Saint-Denis .
    Est-ce un trompe-l’oeil ou une initiative de récupération en plus ?

    0

    0
  13. édith dit :

    17h10, gare du Nord : un vendeur de maïs se fait verbaliser par deux gardiens de la paix. No comment.

    0

    0
  14. koil dit :

    Gare du nord il doit y avoir au total 200 flics en postes par jour de 5h à 1h. A ça, il faut ajouter les militaires qui patrouillent, les gars de securitas et la surveillance générale de la sncf. Malgré ça il y a quelques larcins.

    Travaillant à la SNCF, les deux gares qui pètent les records en délit sont Aubervilliers/La Courneuve et Sevran Beaudottes.

    0

    0
  15. Lilia dit :

    C’est bien beau le coup du « manque d’effectif » mais si déjà l’effectif en place sévissait! Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai vu la municipale discuter tranquillement avec les vendeurs à la sauvette de la pluie et du beau temps et pire encore, acheter des DVD piratés!! Mais ce que je trouve encore plus fort, c’est le magnifique étalage qu’il y a maintenant devant Carrefour. Je ne sais même pas si on peut vraiment les qualifier de vendeurs à la sauvette, vu que je ne les ai jamais vu se sauver devant un flic!

    0

    0
  16. Stéphane dit :

    Bonjour à tous,

    Je suis à l’origine de la lettre à P. Braouzec. je tiens tout de même à rajouter, pour une complète info, que j’avais envoyé la même à Didier Paillard… qui évidemment ne m’a pas répondu !

    0

    0
  17. Stéphane dit :

    Pour info, le JSD publie aujourd’hui un article sur le « concasseur de la police municipale pour broyer la contrefaçon ». Au prix de 20.000 € la bête, va falloir qu’ils bossent un peu au lieu d’attendre sagement au coin de l’avenue de la république et de Gabriel péri comme je les ai déjà vu faire alors que des dizaines de vendeurs se trouvaient à quelques mètres d’eux !

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *