Vidéo-protection à Saint-Denis ?

Vous aimerez aussi...

33 réponses

  1. Lu dans le JSD dit :

    Extrait du compte-rendu du conseil municipal dans le JSD :
    « Y a-t-il une inflexion municipale sur ce dossier ? Assurément oui. Stéphane Privé (maj-PSG), qui a connu les mandatures précédentes, note « une vraie évolution » et s’en félicite. Corentin Duprey (opp-PS) dit « la satisfaction des élus du PS » et annonce que le groupe votera le rapport. « Vous nous rendez grâce de ce que nous disions lors de la campagne des municipales », lance-t-il sourire en coin en prévenant toutefois : « Il ne faut pas que la Ville se défausse mais fasse ce qu’elle doit faire à son niveau. » Les effectifs de la police municipale sont visés. Ils augmenteront de 50 % dès 2015 mais le calendrier des 50 % restant n’est pas encore décidé. « J’aimerais que quand nous annoncerons l’augmentation des effectifs de la police municipale dans les tout prochains mois, l’État annonce aussi l’augmentation des siens », explique Laurent Russier (maj-PCF).
    La vidéo protection divise
    Nonobstant quelques pics dans le débat, le choix de faire de la sécurité un enjeu premier fait l’unanimité dans le rang des élus. Mais il n’en est pas de même du dispositif de vidéo protection que le rapport dit vouloir développer. Vincent Huet (maj-Ensemble) souligne que « plusieurs villes s’interrogent sur sa pertinence ». Kader Chibane (maj-EELV) estime nécessaire d’encadrer le dispositif par « un comité de suivi pour préserver les libertés publiques » et demande : « Quelle est l’efficacité des quarante caméras déjà installées en ville ? » Martine Rogeret (maj-Ensemble) veut « un débat spécifique et approfondi » sur le sujet et prévient que le bilan « des grandes métropoles qui l’utilisent n’est pas tip-top ».
    Au moment du vote final, cinq conseillers appartenant au groupe Front de gauche s’abstiennent sur le rapport.

    0

    0
  2. julie dit :

    Merci à Alain de nous rappeler tous ces épisodes, projets réduits à néant par une démagogie et une idéologie stupides. Merci encore à lui, je ne sais s’il s’en souvient de nous avoir beaucoup aidé Villa Franklin alors que nous subissions des exactions. Mettre presque dix ans à se rendre compte que tout n’est pas rose à Saint Deniis, je ne trouve nous pas le terme pour qualifier ces yeux demi ouverts.

    0

    0
  3. claude dit :

    Regardez-bien la séance du conseil municipal de Saint-Denis du jeudi 18 septembre 2014 :

    http://www.synople.tv/ville-saint-d

    Ce qui a été voté est une étude sur la vidéoprotection pas la vidéoprotection.

    Une étude ça permet de temporiser et de continuer d’écœurer les citoyen(ne)s de Saint-Denis.

    De provoquer le départ des classes moyennes effarées devant la progression des vendeurs à la sauvette et de des trafics.

    Depuis trente ans à Saint-Denis la stratégie du Parti Communiste Français est de faire fuir les classes moyennes.

    LE PCF va tout faire pour retarder l’installation d’un système de vidéoprotection à Saint-Denis, par des demandes d’études, des demandes de contre-expertises, etc..

    Les élus PSG et PS se laisseront-ils manœuvrer ?

    0

    0
  4. goldo dit :

    moi je suis écœurée de cette ville, je n’en peux plus et je crois bien que je ne suis pas seule. Que pouvons nous faire?Goldo

    0

    0
  5. suger dit :

    @claude :
    M. Ribay prétend ailleurs sur ce blog que (je cite): « Pour ce qui concerne la videosurveillance, cela a été acté par le conseil municipal du 18 septembre », mais comme le mot « acté », typique du vocabulaire des militants des partis, n’a pas grand sens et surtout n’a aucun sens juridique, j’ai quelque doute…
    Vous qui avez eu le courage de visionner la séance du conseil municipal, pouvez-vous nous éclairer ? Il s’agissait du vote d’un voeu qui faisait allusion à la vidéosurveillance, si j’ai bien compris l’article du JSD. Mais que disait exactement ce voeu sur la vidéoprotection ?

    0

    0
  6. MR dit :

    Voilà ce qui a été voté, dans le cadre d’un vœu demandant l’augmentation des effectifs de fonctionnaires de police sur la ville. Demande de passage à 500 fonctionnaires au lieu des 300 actuellement déployés.

    Il est écrit dans ce vœu, dans ses conclusions :

    « Confirme la détermination de la Municipalité à développer ses efforts en vue de contribuer, pour ce qui la concerne, à la sécurité publique notamment par l’augmentation de ses effectifs de Police Municipale, mais aussi par la mise en œuvre de la vidéo protection dans la ville sous la supervision par la Police Nationale ».

    0

    0
  7. Marcel dit :

    Le Dionysien que je suis vous dit que vous avez surtout le rôle du petit rapporteur en langue bois de la Majorité Municipale – que vous êtes obligé de soutenir bec et ongles sans faille !

    0

    0
  8. Bill dit :

    J’ai pu lire sur le JSD qu’une vingtaine de caméras sont déjà en service. J’aimerai bien savoir où, qui les gèrent et ont-elles déjà permis une évolution ?

    Quand au voeu de la mairie, il me semble qu’il reste assez flou. Voter l’augmentation de policiers nationaux, cela ne mange pas de pain, ce n’est pas eux les responsables et cela fait des années que la seule réponse à l’insécurité de notre mairie est cette réclamation.

    Quand à cette phrase « Confirme la détermination de la Municipalité à développer ses efforts en vue de contribuer, pour ce qui la concerne, à la sécurité publique notamment par l’augmentation de ses effectifs de Police Municipale, mais aussi par la mise en œuvre de la vidéo protection dans la ville sous la supervision par la Police Nationale », n’ayant aucun engagement dans la durée… Et si la vidéo protection est sous la supervision de la PN, cela veut-il dire que c’est conditionné à l’affectation d’une équipe dédiée par le ministère de l’intérieur ? Dans ce cas, ce n’est pas demain que les caméras vont être mises en place. Cela ressemble à une nouvelle façon de dire « ce n’est pas nous, c’est l’Etat ». 

    0

    0
  9. Sam dit :

    En septembre 2009, un audit sécurité fait par la police sur ordre du préfet Mr Medah avait été remis à la municipalité. Parmi les préconisations émises il y avait entre autres la mise en place de l’outil vidéosurveillance à des points noirs du quartier.

    La municipalité n’a jamais donné suite à cette étude malgré la demande que nous avons réitéré sans cesse de faire une expérimentation et de juger sur résultats.

    J’ai encore une copie de cette étude qui, comme l’étude faite sous la responsabilité d’Alain Laute, n’a rien changé à l’idée pré-conçue des responsables aux commandes malgré un semblant de revirement lors d’une cellule de veille sanitaire le 22 juillet 2009. Oui Mr le maire a demandé ce jour-là la mise en place de la vidéosurveillance au quartier de la gare, lisez le compte-rendu que nous avons publié à l’époque en cliquant sur ce lien.

    Bref, c’est encore du vent pour gagner du temps en calmant les esprits échaudés …et le temps est une denrée précieuse pour les politiques.

    @MR

    Cette équipe doit agir et non réfléchir (encore et toujours…) pour redevenir crédible. Les dinoysiens ont grâce à ce blog une très bonne mémoire et une riche base de connaissance, utilisez-la pour capitaliser sur vos erreurs passées et non pas pour berner les nouvelles bonnes volontés « citoyennes ».

    0

    0
  10. LeParisien-29072009 dit :

    Voilà, ce qui nous a été promis à l’époque…on avait bien cru au revirement, puis non !
    Nous avons respecté notre promesse de « nous retrousser les manches pour assainir le quartier », la municipalité n’a pas respecté la sienne et s’est encore une fois défaussée sur l’Etat en la personne morale La SNCF… »c pas ma faute mais c la faute des autres » toujours ces autres qui nous veulent du mal.
    Voilà pourquoi il faut rester prudent.
    Sam

    LeParisien – « Des caméras pour chasser les dealers »

    La mise en place de la vidéosurveillance dans le quartier de la gare à Saint-Denis est l’une des principales mesures annoncées aux habitants pour enrayer l’insécurité.

    (…)

    « La date avait été fixée dans l’urgence par la mairie de Saint-Denis, pour dresser un bilan des événements de la semaine passée dans ce quartier de la gare où le trafic de crack en pleine rue et les agressions minent depuis deux ans la vie des riverains. Lundi soir, près d’une centaine d’habitants, particulièrement attentifs, se sont massés dans une salle de l’école Brise-Echalas pendant plus de deux heures.

    « Nous allons appliquer un traitement de fond à ce quartier, enrayer le climat d’insécurité, agir sur les conséquences du trafic de crack mais aussi sur les causes », a martelé Stéphane Peu, l’adjoint au maire (PC) chargé du logement, avant de revenir sur les engagements pris par l’Etat et la mairie lors de la réunin du 22 juillet à la préfecture. […]

    Parmi les actions immédiates, et c’est un revirement pour la municipalité communiste qui s’y est longtemps opposé, un dispositif de vidéosurveillance va être installé sur le parvis de la gare par la ville en partenariat avec la SNCF d’ici à la fin de l’été. Un audit sur l’extension du système de caméras aux rues alentour est actuellement mené par la préfecture, qui rendra ses conclusions d’ici à mi-septembre.

    Dès la rentrée et la mise en place de la nouvelle organisation de la police Paris et la petite couronne travailleront ensemble , la ville alertera le préfet de police de Paris sur la problématique particulière du quartier. « Car de Stalingrad puis Château-Rouge (Paris XVIIIe) à la gare de Saint-Denis, on se passe depuis des années le mistigri sans résoudre le problème », a rappelé l’adjoint au maire. En outre, le préfet, Nacer Meddah, a demandé à la DDSP (Direction départementale de la sécurité publique) de renforcer la présence policière 24 h/24 et 7 j/7. Une « cellule de crise », constituée de représentants de la ville, de l’Etat, de la police et de la SNCF, se réunira chaque semaine à partir de demain pour établir un suivi des problèmes du quartier. C’est demain également que la ville dépose au ministère du Logement un dossier de candidature pour que la résorption de l’habitat insalubre du quartier de la gare soit financée, à hauteur de 40 M € , par le programme national de requalification des quartiers anciens dégradés lancé par l’Anru (Agence nationale de rénovation urbaine).

    Dans le public, ce bataillon de mesures a été accueilli très favorablement par les riverains, résolus à se « retrousser les manches pour assainir le quartier », selon leurs propos. Comme cette habitante de la rue Catulienne, qui a témoigné, au bord des larmes : « On vit le jour, ils vivent la nuit. J’appelle la police mais elle ne vient jamais. J’ai peur des représailles. On se sent seuls, démunis, on a besoin d’aide. » »

    Publié le 29 juillet 2009 – Lien vers article du blog publié à l’époque

    0

    0
  11. Sam dit :

    En relisant l’article du blog cité ci-dessus, ça fait bizarre de relire les commentaires 5ans plus tard…t’in le coup de vieux pour nous habitants mais nos édiles eux n’ont pas changé 😉

    MR a raison, on tourne en rond en effet.

    Bref, belle hypocrisie des responsables aux commandes…

    0

    0
  12. citoyen Saint-Denis dit :

    A Saint-Denis les délinquants sont prêts à tuer pour défendre leur territoire.

    Les dealers surveillent la Police Nationale, la Police Municipale et l’ensemble de la population.

    Ils sont mieux organisés que beaucoup d’entreprises.

    En établissant des amendes pour transport de marchandise prohibée, les Douanes peuvent dissuader les consommateurs de cannabis des Hauts de Seine et de Paris de venir s’approvisionner en Seine-Saint-Denis.

    Je propose de manifester devant la Direction Régionale des Douanes Paris-Est au 9 rue de l’Arche Guédon à Marne-La-Vallée pour réclamer la multiplication par cinq des transactions douanières dans les quartiers de Saint-Denis impactés par le commerce du cannabis et notamment dans les quartiers Pleyel et Gare.

    0

    0
  13. goldo dit :

    Citoyen, ça s’est une bonne idée. Si ça se réalise je serai présente. Goldo

    0

    0
  14. Bel-Air dit :

    Quand j’entends dire que le dispositif coûterait bien trop cher à la mairie, ça me met en colère! Encore plus quand je lis ici qu’une étude (payante) a déjà été réalisée et qu’ils en redemandent encore une autre, qu’il y a eu une main tendue de l’état pour sa mise en oeuvre… C’est pire que l’histoire du chien qui se mord la queue là, c’est carrément donner le bâton pour se faire battre. Pourvu que cette 2ème étude aboutisse sur une action concrète!

    0

    0
  15. karima dit :

    Sans compter vers 2005-2007, une enquete a été effectué par la ville car lelle avait une subvention de 150 000€ pour la vidéo surveillance pour le centre ville par le CUCS que la ville n’a jamais réalisé.
    A cette époque, toutes les caméras du centre commerciale de la ville n’ont jamais fonctionnées depuis le début, et l’état subventionnait la ville pour la mise en route à hauteur de 150 000€.
    De plus, lors de l’enquète, la ville a refuse de divulguer le compte rendu et c’était sur l’insécurité à Saint-Denis.

    0

    0
  16. suger dit :

    « Acté » ?… Les politiques adorent ce néologisme pour faire croire qu’ils sont capables de prendre des décisions. Mais si cela a le moindre rapport avec les mots « acte » et « agir », alors, pour la vidéosurveillance à Saint-Denis, rien n’est « acté », comme ils disent…
    La municipalité a proposé au vote un voeu sans aucun contenu : ni précisions sur l’ampleur du dispositif de vidéosurveillance, ni délais de mise en oeuvre, ni chiffrage du financement, alors qu’une étude avait déjà été menée en 2007 (il y a sept ans !).
    Et astuce suprême : la Police Nationale est impliquée dans ce voeu municipal, ce qui permettra à notre chère municipalité de dire une fois de plus : « si cela n’est pas fait, c’est pas nous, c’est l’Etat, c’est les autres qui sont responsables… ».
    Combien de temps encore cette comédie va-t-elle durer ? Le cauchemar continue.

    0

    0
  17. mimi dit :

    @karima, vous semblez renseignée sur les caméras du centre commercial , aussi je me permets de vous demander:
    1) comment savez -vous que ces caméras n’ont jamais fonctionné?
    2) qui a fait installer ces caméras?
    3) qui est en charge de leur maintenance?
    Personnellement, je pensais que la société qui gère le centre commercial en était la responsable.
    Les réponses à ces questions permettront sans doute d’apporter plus de clarté aux faits exposés. Merci.

    0

    0
  18. Marcel dit :

    Il est quand même étonnant que Karima – connaissant bien le système dionysien affirme respecter et/ou considérer Didier Paillard.
    Pour mon part ayant été à même d’apprécier la structure mentale de l’Elu zélé suiveur au long cours ainsi que son parcours de bon militant discipliné du Parti ayant pu accéder à la succession de l’EX, j’ai bien compris dès son précédent début de mandat qu’il ne pouvait être à la hauteur ………
    Si Plaine Commune a désormais maintes prérogatives, l’absence de volonté et de vision claires du 1er Magistrat de la Ville de Saint-Denis – qui quoi qu’on en pense – dispose de pouvoirs significatifs – n’arrange rien pour son 3° mandat à sa paupérisation et ghethoisation persistantes.

    0

    0
  19. karima dit :

    A cette époque, l’association contre la violence participait à toutes les réunions . Nous avons vu, le sous préfet, le préfet, le procureur de Bobigny, 2 Ministres de l’intérieur, le député et le maire.

    C’est le préfet et le sous préfet, qui nous ont dit pour les caméras et la subvention.
    Les caméras du centre ville n’ont jamais fonctionnées, et il devait y avoir un partenariat entre la ville, le bailleur et l’état.
    Mais à ce jour, je ne sais pas si les caméras fonctionnent et si le Bailleur et la mairie ont fait le nécessaire.

    0

    0
  20. thomas dit :

    Depuis quarante ans à Saint-Denis le Parti Communiste Français fournit des logements sociaux aux trafiquants de drogue et aux criminels.

    Les délinquants dionysiens savent que le tribunal de Bobigny est contrôlé par le Syndicat de la Magistrature et que leurs crimes resteront impunis.

    Ils sont organisés. Pour eux la vie humaine n’a aucune valeur. Les délinquants de notre ville tuent pour avoir ce qu’ils veulent :

    http://www.leparisien.fr/espace-pre

    http://www.leparisien.fr/espace-pre

    Le Parti Communiste Français va user de toutes les ficelles pour empêcher la mise en place de la vidéo-protection dans notre ville (études, contre-études, etc.)

    Le PCF va faire ce chantage avec l’État «Si vous n’affectez pas des gardiens de la paix supplémantaires à Saint-Denis, en plus des 299 policiers nationaux déjà en poste, alors nous ne créerons pas de vidéo-protection.»

    C’est scandaleux.

    Le but du Parti Communiste Français est de maintenir un climat de violence dans notre ville, de déstabiliser en permanence les dionysiens pour les empêcher de réfléchir, de dissuader les classes moyennes franciliennes de venir s’installer à Saint-Denis, et de rester au pouvoir.

    0

    0
  21. citoyen93 dit :

    @thomas
    Vos propos sont inadmissibles.
    Dire que le PC fournit depuis quarante ans des logements sociaux aux trafiquants de drogue et aux criminels est d’une bêtise sans nom.
    La situation s’est dégradée dans le logement social depuis plus de 30 ans maintenant et il faudrait être aveugle pour ne pas le voir.
    Il est vrai également que certaines cités sont de véritables supermarché de la drogue.
    Le logement social a été initialement prévu pour loger des personnes à faible revenu à une époque ou il y avait une pénurie de logements.
    Par ailleurs, tous les habitants des logements sociaux ne sont pas des délinquants.
    Ce que l’on peut reprocher à la municipalité c’est sa totale incapacité à mettre en place une vraie politique de mixité sociale pour des raisons électorales évidentes.

    0

    0
  22. goldo dit :

    j’ai toujours le sentiment que l’on pense que le logement social n’abrite que des personnes relevant de difficultés sociales. Je rappelle que dans les années 50 60 le logement social était ouvert a tous. Les trafiquants de drogues peuvent se trouver aussi parmi les propriétaires.
    J’habite en logement social avec un bailleur privé. Longtemps je gagnais de trop pour accéder a ce type de logement et je ne gagnais pas assez pour avoir un logement suffisamment grand et correct dans le privé, est-ce normal? Il a fallu que mon époux soit placé en situation d’invalidité pour que je puise y accéder. Oui effectivement maintenant dans ces logements il manque de la mixité sociale. Heureusement que nous sommes encore quelques uns de la classe moyenne a y habiter car ce sont ces mêmes gens qui luttent dans le quartier et la résidence, pour amener les gens vers le haut et non vers le bas. Bientôt vivre dans ce type de logement va être vécu comme une tare. goldo

    0

    0
  23. thomas dit :

    @citoyen93
    Oui les habitants des logements sociaux ne sont pas des délinquants et travaillent pour gagner leur vie. Il n’est pas écrit l’inverse dans la contribution du 27 septembre 2014 à 13h29.

    Depuis les années 70 à Saint-Denis les responsables communistes laissent de nombreux logements sociaux aux trafiquants de drogue.

    Les expulsions pour trouble sont exceptionnelles alors qu’elles devraient être régulières.

    Si les dealers guetteurs nourrices étaient expulsés du parc de logements de PCH alors la criminalité baisserait dans notre ville.

    @goldo
    Oui à Saint-Denis les trafiquants de drogues peuvent se trouver aussi parmi les propriétaires du parc privé immobilier.

    Ces réseaux ont d’énormes moyens et doivent recycler l’argent liquide. Ils investissent dans l’ancien le récent et le neuf.

    A Saint-Denis dans chaque résidence neuve les réseaux criminels acquièrent des locaux, qui deviennent les lieux de « travail » de leurs esclaves.

    Prenez l’exemple de Néaucité construit par Brémond dans le quartier Confluence. Il est probable que des proxénètes cherchent à y acheter des appartements et que le promoteur immobilier leur vendra sans se rendre compte.

    0

    0
  24. suger dit :

    Le voeu voté par le Conseil municipal du 18 septembre aboutit à une conclusion en 8 points :
    – 4 mettent en cause l’Etat et 2 demandent à la population de soutenir cette position (donc les 3/4 du voeu en reviennent comme toujours à une critique de l’action de l’Etat…) ,
    – 1 point est un simple rappel de l’engagement de la municipalité dans le Contrat Local de Sécurité (qu’elle a soutenu du bout des lèvres dans le passé, sinon saboté, comme le démontrent abondamment les comptes-rendus des réunions à ce sujet sur ce blog)
    – 1 point seulement comporte une vague promesse d’augmenter les effectifs de la Police Nationale et d’envisager la vidéoprotection (à condition qu’elle dépende – on y revient toujours – de la Police Nationale…).
    Ils ont gagné les élections de justesse et assuré qu’ils en tiendraient compte, mais la comédie continue et le cauchemar pour les habitants aussi !

    0

    0
  25. Habitant dit :

    @suger
    Bien résumé, nous sommes repartit pour 6 ans de cauchemars, encore beaucoup de victimes à prévoir ds cette ville, du sang et des larmes

    0

    0
  26. suger dit :

    Erreur de ma part dans mon précédent message : 1 point du voeu concerne les effectifs de la Police Municipale (et non « Nationale ») mais c’est bien à la Police Nationale que devrait revenir la charge de la vidéosurveillance selon la municipalité. C’est bien, je le répète, une façon grossière de se débarrasser du problème, tout en tentant de faire croire que la municipalité fera quelque chose dans ce sens… Oui, la comédie municipale continue et les conséquences en sont tragiques pour la population.

    0

    0
  27. Lolo123 dit :

    Et pourtant la ville est en position de force vis à vis de l’Etat du fait du foncier disponible. Si la ville voulait vraiment plus de policiers elle n’aurait qu’à dire: très bien on ne délivre aucun permis de construire pour les logements collectifs pendant 1 an. Et l’Etat lâcherait le morceau. On ne peut que regretter la mauvaise volonté de nos élus.
    Comme ils ne font rien,la situation s’aggrave de jours en jours au fur et à mesure que la population augmente.
    Concernant le logement social, je rappelle que la ville n’applique pas les surloyers Boutin qui auraient permis de réduire les listes d’attente.

    0

    0
  28. Thierryb dit :

    On peut aller vivre ailleurs…et croyez-moi, aussi attaché qu’on ait été à cette ville, au bout de quelques mois, d’un ou deux ans, on comprend soudain qu ‘ on a été victime d’une sorte de syndrome de Stockholm, et pourquoi on est parti.
    Je ne peux m’empêcher de venir visiter cette page une fois par mois, mais la constance dans le pire de ce que j’y lis me convainc, définitivement, que le risque pris à tout changer en partant était plus intéressant et productif que d’essayer, encore, et encore, de modifier ce qui ne pourra plus se modifier à Saint-Denis. En tout cas pour ce qui me concernait. C’est personnel, bien sûr.

    0

    0
  29. citoyen93 dit :

    Comme le dit Thierryb a un certain moment il vaut mieux plier la boutique et allez voir ailleurs si l’herbe est plus verte.
    De toutes façons la mairie ne fera aucun effort allant dans le sens d’une amélioration de la qualité de vie.
    Si j’étais élu de la majorité, quel intérêt aurai-je à satisfaire les réclamations d’habitants qui ne votent pas pour moi ?
    Plus la situation se dégrade, plus il y a d’abstention et plus je suis sûr d’être reconduit dans mon fauteuil.
    La ville est un dépotoir à ciel ouvert, les quartiers sont gangrénés par la toxicomanie et la délinquance.
    Ou est le problème ?
    Les gens de ces quartiers ne se déplacent même pas pour aller voter.
    Je n’ai aucune raison de changer cela car dans le cas contraire c’est mon job qui saute indemnité comprise.
    Je fais donc tout ce qu’il faut pour surtout ne rien changer.
    La seule chose qui pourrait éventuellement m’inquiéter c’est qu’un ténor politique ayant une réelle assise auprès de la population se présente contre moi mais comme Saint Denis est devenu totalement ingérable aucune pointure digne de se nom n’a envie de s’y coller.

    0

    0
  30. goldo dit :

    Les sur loyers ne sont pas appliqués parce que nous sommes dans une ville en difficulté. Ceci dit je ne pense pas que cela ferait partir les gens car cela voudrait dire qu’il faudrait se loger dans le prive Comme je l’ai dis dans un commentaire précédent nous serions trop riches pour le logement social et trop pauvres pour le privé. J’habite le quartier de la gare et je trouve normal que le sur loyer ne soit pas applique quand on sait comment est ce quartier. Ce serait encore une autre manière aussi de limiter la mixité et de transformer ces logements socialement par le bas.Goldo

    0

    0
  31. Marcel dit :

    Le raisonnement qui consiste à dire que ne pas appliquer le surloyer dans les immeubles locatifs est une bonne chose , est faux.
    D’une manière générale, il n’est pas exact non plus de dire que l’appliquer diminuerait la mixité sociale bien comprise , pour des immeubles ayant une bonne situation urbaine.
    Seules des raisons électorales ont motivées les autorités Dionysiennes en la matière………………………….
    Si des immeubles avaient été conçus dans ce sens et depuis longtemps à Saint-Denis par les Organismes concernés Dionysiens , la Ville de Saint-Denis aurait pu échappé à sa paupérisation galopante !

    0

    0
  32. Louis dit :

    Il faut lire cet article du 26 septembre 2014 du journal la tribune :

    http://www.latribune.fr/vos-finance

    Le 25 septembre 2014, à Dijon, Mr Peu Adjoint au Maire de Saint-Denis a tenu ces propos :

    « Les maires, en ne voyant pas plus loin que la durée de leur mandat, ne peuvent pas être le réceptacle des égoïsmes et des comportements individualistes ! »,

    « L’envie de voir augmenter l’offre de logements à prix abordables est croissante pour des raisons individualistes. »

    L’Adjoint au Maire semble traiter les habitants de Saint-Denis d’égoïstes et d’individualistes.

    C’est l’image que donne de nous l’élu du Parti Communiste Français.

    Dans les années 90 le maire de Saint-Denis gelait les terrains disponibles.

    Aujourd’hui en Île de France beaucoup de maires ont un comportement malthusien, bloquent le foncier et réserve celui-ci à l’immobilier d’entreprises.

    Alors en 2014 dans notre région des dizaines de milliers de jeunes adultes galèrent pour se loger.

    Saint-Denis reste sous-peuplé avec 110000 habitants pour 12,6 km2.

    Est-il normal que, le soir venu, les 130000 salariés travaillant à La Plaine, fuient notre ville et ne songent pas à y habiter ?

    Au lieu de traiter les habitants de Saint-Denis d’égoïstes et d’individualistes, Mr l’Adjoint à l’Urbanisme est chaleureusement invité à promouvoir la construction en masse de logements dans les parcs privé et social, pour les classes populaires et moyennes.

    Espérons qu’au 1er janvier 2016 tous les pouvoirs en urbanisme permis de construire et préemption soient transférés à la Métropole du Grand Paris. Espérons que la MGP parvienne à casser la bulle immobilière francilienne ayant grossi de 1999 à 2011.

    0

    0
  33. suger dit :

    @Louis : Je pense que vous vous trompez sur l’interprétation de la première citation de S. Peu dans cet article (« Les maires, en ne voyant pas plus loin que la durée de leur mandat, ne peuvent pas être le réceptacle des égoïsmes et des comportements individualistes ! »).
    Il s’agit pour lui de dénoncer les maires qui refusent ou même annulent des projets de construction de logements notamment sociaux sous la pression de certains de leurs administrés, qui ne veulent pas voir grandir leur ville ou y accueillir des populations nouvelles.
    S. Peu a raison de mettre en cause ces maires qui bien évidemment cherchent aussi à éviter à tout prix la mise en place de la Métropole du Grand Paris, qui limiterait leur pouvoir dans le domaine du foncier et de l’immobilier.
    Par contre, je m’interroge sur la deuxième citation de S. Peu dans cet article (« L’envie de voir augmenter l’offre de logements à prix abordables est croissante pour des raisons individualistes. »). S’agit-il de s’attaquer au souhait d’accéder à la propriété de nombreux ménages, ce qui a poussé d’ailleurs de nombreux ménages à quitter Saint-Denis depuis 20 ans car ils n’y trouvaient pas l’offre correspondante à ce désir de devenir propriétaire, la municipalité ayant privilégié le logement social locatif.

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *