Vous êtes victime de nuisances sonores à Saint-Denis, démarches à suivre…

Vous aimerez aussi...

16 réponses

  1. reveplus dit :

    Bonjour Sam je partage sur les reseaux sociaux si cela peu aider Merci

    0

    0
  2. goldo dit :

    Reveplus
    Merci ca peut toujours servir .

    0

    0
  3. Claudine Saur dit :

    @ Sam ,
    ce texte qui pointe les nuisances sonores ,peut être adapté à TOUT autre TROUBLE ( comme par
    exemple le SILENCE ILLEGAL des Elus aux questions des Citoyens sur leurs EFFORTS pour REMUNICIPALISER l’EAU ,ce qui ,en dehors du PRINCIPE , permettrait à terme , de faire baisser le prix du mètre cube . . . )
    Alors , continuons collectivement et publiquement ( bientot ) , ce qui n’est , pour le môment , qu’INDIVIDUEL .
    Bravo Sam . Cordialement

    Claudine SAUR POSPIECH .

    0

    0
  4. Bel-Air dit :

    Il est 2h30 du matin et ca va certainement durer jusqu’au petit matin, le quartier Bel-Air/Franc-Moisin peine à s’endormir sous les feux des pétards et les policiers jouent aux chats et à la souris avec des mecs qui se répondent entre eux par petards interposés d’une barre à l’autre depuis plusieurs heures, ce qui fait qu’il est impossible de les localiser précisément. Mes parents qui sont venus de la Guadeloupe hallucinent une fois de plus, eux qui ont connus les coupes gorges du temps des campagnes d’alphabétisation. A chaque fois qu’on essaie de s’endormir, ça pête en bas de l’immeuble ou quelque part plus loin. Du coup on entend dans la mêlée quelques voitures de police qui ne savent pas où se diriger exactement . C’est en tout cas une belle démonstration de leur domination totale de l’espace et je les imagine bien se réjouir de leur prouesse car c’est de toute évidence fait pour ridiculiser les autorites et épuiser la population. Ils sont super bien organisés ils sont plutôt loin les uns des autres ce qui fait que l’espace dominé est super large. La loi c’est eux pas nos institutions. Les policiers sont démunis mais alors là totalement! Pendant ce temps-là bien évidemment il n’y a ni cambriolage, ni vol, ni agression, c’est d’une efficacité redoutable. La conclusion est facile. Une mascarade, à conséquences lourdes!

    0

    0
  5. Bel-Air dit :

    Ma mère dit que ce sont des 13-14 ans, délinquants en formation. Hé ben je trouve qu’ils se débrouillent déjà très bien ; remplaçons les pétards par des cocktails molotovs…

    0

    0
  6. bill dit :

    @Bel Air

    Le Parisien confirme l’analyse de ta maman : bilan de la nuit du 13 juillet :

    « Le bilan de cette nuit de violences, entre lundi et mardi, en Seine-Saint-Denis […] 133 suspects ont été arrêtés. 109 d’entre eux ont été placés en garde à vue. Ils ont été surpris « des engins explosifs, des barres de fer ou divers projectiles à la main, indique une source policière.

    Pour la plupart des mineurs, les plus jeunes sont âgés de 14 ans ». Mais les forces de l’ordre ont croisé des auteurs, plus jeunes encore, « des enfants de 10-11 ans en possession de mortiers », confie cette source. 800 policiers ont été déployés la nuit du 13 juillet. Quatre d’entre eux ont été légèrement blessés. Le dispositif sera renouvelé la nuit prochaine, renforcé par les forces mobiles retenues jusque-là sur les festivités parisiennes.

    Un officier relativise néanmoins ce bilan dévastateur : « Il y a eu moins de voitures brûlées et moins de jets de mortiers. La nouveauté ce sont des attaques de bâtiments ». Elles ont été dignes de scènes d’émeute. A Saint-Denis, celui du peloton autoroutier de la CRS7 a été la cible de jets nourris de mortiers. Un véritable guets-apens avait été monté pour accueillir la police. Sur le toit des immeubles de la cité Joliot-Curie qui jouxte les locaux de la CRS7, des jeunes projetaient des barres de fer sur les patrouilles. « Ils veulent nous attirer pour nous canarder », explique un fonctionnaire de police.

    La nuit du 14 juillet sera placée sous haute surveillance. A Aulnay-sous-Bois, restée calme, les policiers redoutent des débordements. Il y a une semaine, ils avaient déjà été avertis par de jeunes provocateurs qui promettaient « des bouteilles d’acide contre la BAC (brigade anticriminalité) pour la nuit du 14 juillet ».

    0

    0
  7. Bel-Air dit :

    C’est dingue de voir ça en direct. Dans l’article ils parlent de guets-apens, Nous, à l’écoute, on comprend direct l’organisation. C’est très impressionnant car le « mal » ne vient pas d’individus sans cervelles. Ceci dit ce matin sur le chemin du boulot à part l’inacceptable fatigue des gens aux traits tirés sur les quais Porte de Paris, il n’y a pas eu de voitures brûlées; peut-être plus loin…Ma mère était tout de même intriguée par le fait qu’il n’y ait pas de ricanements entre eux comme déjà vécu dans un quartier de Paris 20 qui a entre temps beaucoup évolué en bien. Ce n’est déjà plus un jeu. Ils s’entraînent.

    0

    0
  8. Thierryb dit :

    En ce qui concerne l’âge de ces délinquants (très inquiétant), on peut signaler que dans certaines petites villes du département de l’ouest où j’habite, il y a eu cette année une recrudescence considérée comme anormale de la délinquance juvénile, avec violences sur les biens et les personnes. on peut essayer de lier cela au chômage, aux fermetures d’usine, aux revenus du tourisme en baisse, à l’alcool, mais ça n’explique pas comment toute une partie d’une génération se reconnaît dans des pratiques violentes…

    0

    0
  9. reveplus dit :

    consternante et affligent Je Me Pose une question au vu de l article du parisien mais ou sont les parents de ces gamins de 10/11 ans ? cela me révolte en t en que parents que de enfants de cette ages n on rien a faire dehors
    Les parents ce pose t ils la question d’ ou sont leurs enfants qu’es ce qu il peuvent bien faire dans les rues ??

    0

    0
  10. goldo dit :

    Je stuis en normandie ou je vais pour fuir st denis ville folle.
    1h du matin le telephone sonne.je n aime pas cela surtout quand je suis la et mon epoux au domicile.contente de voir que cet appel ne correspond pas a une mauvaise nouvelle.,je reponds.c est un habitant du 23 rue charles michels qui me dit  » j ai besoin d un soutien psychologique,je comprends les gens qui prennent un fusil,ceque nous vivons rend fou.
    n en peut plus de ne pas pouvoir dorrmir.il me dit ce que nous vi ons rend fou.je lui demande de quoi il s agit.il me dit « ils mettent la musique et chantent dans les locaux qui servent d eglise.effectivement je me rappelle que ce monsieur m avait deja contacte concernant ces nuisances mais je pensais que c etait regle.j avais oublie qu a st denis rien ne se reglait
    J’ai don ecoute ce monsieur et lui ai donne les numeros des elus concernes et indique lle site.ceci ditje pense qque je vais demander une indemnite car ce que je fais et etre reveillee la nuit ne releve plus de simple citoyennete mais d un travail qui devrait etre fait par ceux qui sont payes pour ca.Quand je dis que ds cette ville on subit de la maltraitance etbien voila une preuve de plus.
    Goldo

    0

    0
  11. bill dit :

    Les policiers n’en peuvent plus.  Un communiqué de presse de leur syndicat UNSA dénonce l’insécurité dont ils sont victimes en citant St Denis.

    On aimerait qu’ils soient écoutés. Quand les policiers sont attaqués, quel espoir de sécurité reste-t’il pour les habitants lambda ?

    0

    0
  12. goldo dit :

    Plus d espoir mais si notre maire reagissait avec les habitants au lieu de tout cautionner peut etre que l on pourrait faire bouger quelque chose.il critique la politique mais que fait il avec nous.je ne sais plus quel maire est alle faire une greve de la faim pour se faire entendre.en ce qui concerne paillard il n est malheureusement pas adsez energique,la preuve c est qu on l appelle la guimauve.
    Bon je suis eencore a mon mobilhomme et je vais aller faire comme les vendeurs a la sauvette de la gare ,faire mes brochettes.goldo

    0

    0
  13. goldo dit :

    Maintenant en plus de toutes les nuisances connues, une autre apparaît? Pour ceux qui ont l’occasion de passer rue du Port, venez sentir les bonnes odeurs. Les roms installés depuis plusieurs sur un chantier font leurs besoins et avec la chaleur les odeurs remontent? Plusieurs habitants nous ont interpelés pour signaler certains quand ils passent ont du mal a respirer et d’autres envie de vomir. Nous avons donc interpellé l’élue a la santé car je penses que ces faits relèvent de son domaine. En plus est prévu autour de ce camp et de la voie ferrée une école en préfabriquée pour la rentrée. Mais jusqu’où devons nous subir cette maltraitance, je le répète car c’est de cela qu’il s’agit? Goldo

    0

    0
  14. bill dit :

    @goldo

    Il y a eu plusieurs évacuations de camps dans les villes alentours, nos propres bidonvilles / squats risquent de s’étendre en profitant de l’été…

    0

    0
  15. goldo dit :

    Bill
    celui là ne concerne pas une évacuation d’une autre ville, il s’agit du camp qui était place cognet là où justement l’école préfabriquée va être. Ils se sont déplacés de 100m et malgré nos appels a la mairie et la police municipale et Nationale ils sont arrivés a s’installer. Nous étions pourtant intervenus avant 48h. Les associations les ont soutenus et la mairie a dit avoir été dépassée. Il Ya une décision de justice qui leur a donné la date du 9 septembre pour quitter les lieux mais comme je pense qu’ils ne partiront pas d’eux mêmes cela va durer plus longtemps.goldo

    0

    0
  16. Bel-Air dit :

    Et voilà, « l’entrainement » pour certains a porté ses fruits :

    « Nouvelle soirée agitée dans le quartier du Franc-Moisin. Cette cité de Saint-Denis a été le théâtre d’un affrontement entre des bandes de jeunes et les forces de l’ordre, mercredi soir. Deux hommes, âgés de 33 ans et de 18 ans, ont été interpellés. Aucun blessé n’est à déplorer mais les échauffourées ont contraint la police à utiliser à plusieurs reprises des grenades de désencerclement et des armes de type Flash-Ball.

    L’origine de l’affrontement est floue. En début de soirée, vers 20 h 40, la police intervient dans le quartier après une tentative de vol à l’arraché, à la suite d’un appel au 17. Les fonctionnaires prennent en chasse un scooter sur lequel se trouvent deux jeunes. L’un parvient à fuir dans la cité, le deuxième, âgé de 18 ans, est interpellé, à l’angle des rues de Lorraine et du Languedoc. Dans le même temps, à quelques pas de là, sur la place Rouge, un homme est victime d’une agression, à la suite d’un différend consécutif à un accident rue Danielle-Casanova. « Il semble qu’en représailles après l’accident, un membre de la communauté rom ait été roué de coups devant sa famille par une quinzaine de jeunes », précise un membre du syndicat Unsa-police.

    Ce jeudi la cité a retrouvé son calme
    A la suite de ces deux faits, les policiers présents sur place sont pris à partie par une trentaine de personnes, rassemblées sur la place Rouge. Ils sont la cible de jets de projectiles. « Ces individus ont chargé les fonctionnaires », explique la préfecture. Des véhicules sont appelés en renfort, dont des policiers venus de Paris, selon l’Unsa. Finalement, après l’usage « d’armes collectives » comme les grenades de désencerclement, les forces de l’ordre parviennent à disperser les agresseurs. Un homme de 33 ans est interpellé pour violences sur policiers.

    Ce jeudi, la cité semblait avoir retrouvé son calme. Au pied de certaines tours, des Vélib’ et un scooter calcinés subsistent, témoins d’incidents passés. La rue Casanova, elle, porte encore les stigmates des feux de poubelle de la nuit du 15 au 16 juillet, lorsque des bandes avaient déjà barré la route et s’étaient mesurées aux policiers. « C’est malheureusement assez fréquent dans ce quartier », indique la préfecture. »

    Publié dans Le Parisien le jeudi 30 juillet 2015, Jean-Gabriel Bontinck

    0

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *