A nouveau des dégradations à Paris 8…

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Dame Catule dit :

    Rappelons un article du “Monde” du 2 mai 2018 qui, pour une fois, faisait preuve d’une certaine lucidité sur les dangers que fait courir l’extrême-gauche à certaines universités publiques :

    « Les ZAD universitaires font peser un risque existentiel sur l’université »

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/05/02/les-zad-universitaires-font-peser-un-risque-existentiel-sur-l-universite_5293208_3232.html#sQf0Y0G55H1Jw1Ex.99

    « Avec le recul, le schéma de blocage de la douzaine d’universités perturbées pendant plusieurs semaines à Montpellier, Toulouse, Nantes, Rennes ou Paris devient très lisible. Au maximum un millier d’étudiants, encadrés par un noyau d’activistes chevronnés, fait voter en assemblée générale (AG) un blocage. Puis, sur cette base soi-disant démocratique, comme au temps des Soviets, transforme les facultés en ZAD [zone à défendre] avec le folklore altermondialiste et libertaire qui va avec : autogestion, paella partie, commune libre, groupes d’autodéfense, atelier non mixte, conférence anticapitaliste, slogans tagués, etc.
    Sur la durée, il apparaît clairement que la raison d’être des bloqueurs n’est plus la critique de la réforme universitaire du gouvernement et son volet Parcoursup, mais l’occupation des lieux qui devient la fin en soi. (…) Enfin, la conclusion du processus de blocage se caractérise par le phantasme des bloqueurs et leurs soutiens, d’une intervention des forces de l’ordre, de préférence rude, qui permettrait de dénoncer « l’oppression brutale » de l’Etat et, qui sait, d’attiser le feu de nouvelles protestations. »(…)

    3

    0
  2. laurent dit :

    J’ai surtout le sentiment que ces ultra gauchistes ne servent à rien, ce sont des nihilistes. Ce sont avant tout des parasites et des nuisibles.

    3

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.