Fin du communisme municipal à Saint-Denis…

Vous aimerez aussi...

19 réponses

  1. Louise dit :

    Dans cet article de France 3, la discorde autour de Madjid Messaoudene est évoquée à la fin. Il va y avoir à mon avis de sacrés règlements de comptes (en plus de ceux qui ont déjà commencé).
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/seine-saint-denis/saint-denis/municipales-2020-saint-denis-candidat-ps-emporte-maire-sortant-1847816.html

    Et surtout j’aime bien ce passage de l’article :
    « À l’époque, le conseiller municipal communiste Philippe Caro avait vilipendé cette forme de transmission du pouvoir en la qualifiant de « tradition d’inspiration Bréjnévienne »

    13

    0
  2. Laurent dit :

    Bonjour,
    Je suis effaré par cette abstention qui se répand chaque fois un peu plus.
    Elle est incompréhensible, d’autant plus pour une élection locale, celle qui nous touche de plus près, celle qui a le plus d’influence sur notre quotidien.
    On peut toujours revendiquer “élections piège à cons”, ou encore “aucun candidat ne m’intéresse”, ou encore “ tous pareils”, “ tous pourris”…. et pourquoi pas la pandémie !
    A mes yeux, ces arguments n’en sont pas. Je les considère comme des caches misère, comme un moyen de se donner une contenance face à une absence de conscience politique, sociale et civique.
    Si on regarde de plus près, cet état d’esprit, ce choix, n’est que le triste reflet de nos comportements au sein de la société. Le chacun pour soi y règne en maitre, on se moque de beaucoup de choses tant qu’on ne quitte pas sa zone de confort.

    Malgré cela, nous avons enfin réussi à faire partir l’équipe en place qui se qualifiait de communiste. J’ai lu récemment quelque part “ à Saint Denis, les communiste sont partis depuis longtemps”. C’est sûr, ils n’avaient de communistes que l’appellation.
    C’est une très bonne nouvelle, ne serait ce que par l’alternance nécessaire et vitale que ce départ provoque. Au passage, j’ai relevé une remarque de M. Russier d’hier soir :
    Monsieur Russsier parle du maire le plus mal élu.
    Si je regarde,
    Paillard 2008 : 7800 voix
    Paillard 2014 : 9200 voix (Hanotin 9000)
    Hanotin 2020 : 8600 voix

    Ce genre d’affirmation n’est pas malin puisque on peut facilement vérifier les antécédents. Il est d’autant plus idiot que Monsieur Russier n’a, lui, JAMAIS été élu !
    Mettons cela sur le compte de l’amertume de la défaite.
    Malheureusement, il semble qu’à St Denis on élise depuis un certain temps nos maires avec moins de 10 000 voix (un peu plus de 46000 inscrits)

    Enfin, ça devient cocasse quand il promet qu’avec ses quelques élus (toujours les mêmes) il veillera à la bonne conduite de la ville, etc… Soyons tranquilles, il ne se passera donc pas grand chose. Il ne vont quand même pas s’y mettre maintenant !
    En revanche, Monsieur Hanotin et son équipe ont un sacré défi à relever, j’espère et je veux croire en leur réussite.

    13

    0
  3. Azzedine dit :

    Bonjour.
    Bien sûr que je suis content…
    Les réactions de de Laurent Russier sont encore une fois irréelles. Il a dit que Mathieu Hanotin était le plus mal élu. Bah non, c’est lui. Il a été nommé en petit comité. Et il se demande encore pourquoi les habitants ne l’ont pas élu.
    Laurent Russier a encore la même explication de la défaite « on a pas su mettre en valeur nos réalisations… » Donc selon lui, c’est un problème de communication mais que la situation est acceptable à Saint Denis. Que dire face à un tel déni ?
    Le seul éclair de lucidité vient de Didier Paillard. Il est sorti de sa torpeur. Il a compris les problèmes étaient plus profonds et qu’ils avaient oublié les habitants dans leurs démarches et qu’ils pensaient être en terrain conquis.
    Bref, il faudra attendre quelques mois avant de voir les premières réalisations et les premiers effets.

    7

    0
  4. Béa dit :

    Je n’ai ni lu ni entendu Monsieur RUSSIER remercier ses électeurs. J’ai zappé ou c’est la confirmation du mépris pour le Dyonisiens?

    1

    0
    • Azzedine dit :

      Il a remercié les électeurs de s’être déplacé…. mais il n’a pas compris leurs choix visiblement car il a critiqué ceux qui ont fait ce choix. Mais encore une fois, la vision démocratique du PCF local est quand même bizarre.
      Il faut aller sur le site de la ville de Saint Denis pour voir sa réaction à chaud.

      Si certains on l’occasion de le faire, c’est d’allez à Malakoff ou la maire PCF a été réélue au premier tour. Ville bien gérée ou l’ensemble des classes sociales vivent dans la même ville. Bétonnée certes mais vraiment à taille humaine….
      Un exemple, une grande supérette en centre ville. Pas un énorme carrefour qui tue le commerce local.

      Certains ont parlé de vouloir plumer « la volaille communiste »…. Encore faut il être communistes ? Quand Patrick Braouezec appelle ouvertement à voter Macron, c’est que l’étiquette PCF n’est qu’un pin’s à ces yeux.

      0

      0
    • goldo dit :

      @Bea,
      non moi non plus je n’ai pas entendu.En tout ca bien contente qu(ils soient éjectes. Nous étions sur le parvis de la mairie a attendre les résultats et on se disait »si jamais il repasse qu’allons nous devenir.Ouf une lueur d’espoir »

      0

      0
  5. nat dit :

    Bonjour,

    Moi aussi je suis tres heureuse de ce résultat, enfin une alternance ! Seulement, je ne pense pas que nous verrons des changements rapides, il faut bien que cette nouvelle équipe tienne les engagements pris par l’ancienne, et ça ça peut durer longtemps ….
    Donc calmons nous sur les changements rapides et laissons leur le temps. Défaire 70 ans (grosso modo) de réseaux et d’alliances fortement ancrés ne vas pas être simple !

    2

    1
  6. Bea dit :

    Je ne suis pas d’accord sur le nombres d’années, je dirais 30 ans et non 70. C’est vers le début des années 90 que la destruction a commencé avec la construction du centre Basilique, un Carrefour en plein centre ville – je crois que cela ne s’était jamais vu – la fuite des magasins de très belle qualité lorsque la rue de la République est devenue piétonne et les fonds de commerce vendus à des bazars et friperies diverses et variées. Les magasins du centre Basilique n’ont pas pu tenir bien longtemps, la circulation et le stationnement (création tram) étant devenus mission impossible , nous avons perdu tous les clients potentiels pour de belles enseignes (ils venaient de tout le 95), c’est comme cela que la fuite en avant a débuté ! Et je me souviens très bien d’une réflexion que m’a faite un jour monsieur Paillard qui n’était pas encore maire (c’était les debuts de monsieur Braouezec ) concernant la médiocrité des nouveaux commerces : « mais, madame, vous croyez que tout le monde peut s’acheter des chaussures à 200 ou 500 francs ? » Ma réponse fut : « non, monsieur mais rien n’empêche d’avoir des boutiques qui proposent des chaussures à 50 francs et d’autres à 500 !! » Il a tourné les talons et est parti sans dire un mot 😊 voilà ce que j’ai vu et vécu ! Une belle ville même si en effet il fallait y apporter des modifications concernant le logement, etc… mais il fallait préserver ce qu il y avait de mieux ! Heureusement qu’ils ne se sont pas attaqués à la Basilique 😊

    3

    0
    • ddavid dit :

      Toucher à la basilique : ils auraient bien voulu:
      https://www.dailymotion.com/video/xes2vy

      Quant au communisme municipal, il a 100 ans pile !
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Denis_(Seine-Saint-Denis)#Liste_des_maires
      (soit depuis la création du parti communiste au congrès de Tours).
      Avec une interruption quand Jacques Doriot, vexé que Staline lui préfère le falot mais docile Maurice Thorez, a carrément basculé nazi!
      (Les communistes adorent cette histoire…du moins ceux qui la connaissent).

      1

      0
    • BEN dit :

      Bonjour Béa,

      Vous décrivez ce que j’ai vécu pendant mes longues années vécues à Saint-Denis. Que de lutter contre la misère ils l’ont parfois accompagnée en mépris de celles et ceux qui les alertait. l’élu dans sa suffisance et ses certitudes , la baronnie locale en somme. Belle vie à Saint-Denis, classée parmi mes plus beaux souvenirs néanmoins.
      HB

      1

      0
  7. Bea dit :

    Je voudrais ajouter à mon post que évidement ce n’est qu’une petite vue du problème mais c’est ce que moi dyonisienne du centre ville j’ai pu constater et croyez moi ça n’a pas l’air mais c’est comme cela que la détérioration de tout le reste est arrivé ! La fuite de certaines familles a cause des écoles et la paupérisation voulue, ce qui a contribué au maintien des équipes successives ! Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain et je reconnais avoir eu à faire il y a une vingtaine d’années au professionnalisme de certaines personnes en charge et en responsabilités mais elles n’étaient pas élues, c’étaient des gens qui faisaient leur boulot !

    1

    0
  8. VALMY dit :

    Bon et net succès pour Mathieu Hanotin qui nous débarrasse de personnes incompétentes.
    Mais attention : que Mathieu Hanotin ne nous déçoive pas et qu’ il n’ oublie pas que dans les suffrages qu’ il a recueillis il n’ y a pas que des  » pro Hanotin  » mais aussi ( beaucoup ? )  » d’anti Russier « .

    3

    0
  9. Olivier dit :

    Un premier bilan du 2ème tour coté communiste :
    « Le Parti communiste perd plusieurs bastions historiques » dans « Marianne » le 28/06/2020 à 23:53

    « Saint-Denis est peut-être le cas le plus emblématique : dans la ville de la basilique des rois de France, le PCF conservait la mairie depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. (…)
    Le PCF est également en déroute à Aubervilliers, une commune qu’il a dirigée depuis la Libération excepté entre 2008 et 2014. La maire sortante Meriem Derkaoui a été largement battue au second tour (…) par Karine Franclet de l’UDI : l’une des plus grandes villes du « 9-3 » passe donc sous domination de la droite. (…)

    Dans le Val-de-Marne, les pertes sont également lourdes pour les communistes. Ce département emblématique de la « ceinture rouge » est marqué par la passage à droite de Champigny-sur-Marne, la ville de Georges Marchais, pourtant conservée par le PCF depuis 1950. Laurent Jeanne, soutenu par LR, le MoDem et l’UDI, est venu à bout du maire sortant Christian Fautré. A Villeneuve-Saint-Georges, c’est une autre défaite pour les « cocos » : la maire Sylvie Altman (27,60%) est largement battue par le divers droite Philippe Gaudin (61,67%). Défaite également à Choisy-le-Roi et à Valenton, bastions PC depuis l’après-guerre (…)

    Le tableau n’est pas plus reluisant hors de la région parisienne pour les communistes : dans le Nord, Seclin, dans la banlieue de Lille, était sous gouvernance PCF depuis 1929. Mais le maire Bernard Debreu (47,13%) y est battu de 245 voix par le centriste François-Xavier Cadart. A Saint-Pierre-des-Corps (Indre-et-Loire), à l’est de Tours, PCF depuis 1944, c’est un candidat divers droite, Emmanuel François, qui l’emporte. Dans le Rhône, à Givors, les communistes déplorent la perte d’un autre bastion détenu depuis 1953 (…)

    Autre lieu d’implantation majeur, Arles (Bouches-du-Rhône) est à compter au rang des défaites : l’adjoint communiste Nicolas Koukas n’a réuni que 42,77% des voix, et c’est l’ancien patron de France Télévisions Patrick De Carolis (57,22%) qui devient le nouveau maire. (…)
    En guise de maigre consolation, le PCF peut se satisfaire d’avoir reconquis une ville importante perdue en 2014 : Bobigny. (…) Les communistes conservent également sans surprise une autre ville aux portes de la capitale, Ivry-sur-Seine (…). Reste que ce 28 juin 2020 marque une défaite particulièrement salée pour le communisme municipal. »

    https://www.marianne.net/politique/le-parti-communiste-perd-plusieurs-bastions-historiques

    3

    0
  10. Suger dit :

    A Saint-Denis, soyons attentifs à ne pas nous laisser enfermer dans une vision politique purement locale et nous isoler du reste du pays au risque de se retrouver dans un « solo funèbre » (comme disait cet auteur si cher aux communistes quand ils connaissent encore leurs classiques…) !

    Il faut bien comprendre que la droite et le centre n’ont jamais été aussi forts aux municipales, et la gauche aussi faible depuis au moins 40 ans.

    Certes le graphique ci-dessous ne reprend que la répartition par communes et non en électeurs, et ne sont prises en compte que les villes de plus de 30 000 habitants. Mais pour les communes dans la tranche inférieure à 30 000 habitants, qui constitue plus des deux tiers de l’électorat, l’avantage à la droite est encore plus marqué.

    4

    0
    • cording dit :

      La gauche ne cesse de s’affaiblir quand elle préfère jouer la carte des minorités ethniques et religieuses plutôt que le monde du travail dans son ensemble.
      Saint Denis reste une exception par rapport au paysage politique national. Les Verts ont perdu toute représentation. Et il est possible que les vainqueurs de ce moment soient les vaincus de 2022.

      1

      0
  11. Suger dit :

    Et en passant le pont, le taux de participation est de 59,7%… C’est à L’Île-Saint-Denis !
    Et de notre côté de la Seine; le taux de participation n’est que de 32,5%, pratiquement la moitié par rapport à nos voisins.
    Comment expliquer un tel écart alors que d’un côté à l’autre il n’y a pas deux populations différents ?
    La taille des deux villes ne peut pas tout expliquer.
    Alors ?

    5

    0
  12. Azzedine dit :

    Bonjour

    Un éclair de lucidité de … Juste un éclair. Pas plus.
    Il parle enfin de la responsabilité des élus…. mais il reprend vite ses envolées lyriques et ses jeux de mots.

    https://www.lejournaldugrandparis.fr/p-braouezec-fondre-saint-denis-dans-la-metropolisation-serait-faire-fausse-route/

    Bonne lecture.

    0

    0
  13. Arnaud L. dit :

    Dimanche, les urnes ont parlé. On peut, certes, déplorer le taux d’absentention, mais ce qui est clairement ressorti de ces municipales, c’est une volonté de changement ; on pouvait donc comprendre la joie des vainqueurs (j’étais de ceux-là) et la forte déception de l’équipe sortante. Ce sont là les règles du jeu démocratique. Mais fallait-il ajouter au verdict des urnes ces scènes pitoyables largement diffusées sur les réseaux sociaux ?
    Quelques élus de la majorité sortante ont eu le mérite de sortir par la grande porte de la mairie, alors qu’ils pouvaient aisément quitter les lieux par d’autres accès. Les vociférations, les cris et les insultes sexistes dont ils ont fait l’objet avaient tout simplement la gueule de la haine à l’état pur ; et qui nous dit que dans ce troupeau d’abrutis, il n’y avait pas quelques citoyens qui, quelques semaines auparavant, sollicitaient encore une aide auprès d’élus qu’ils assuraient de leur soutien ? Le combat politique est, par nature, dur et cruel ; on n’est pas obligé d’y ajouter la veulerie et la bêtise crasse…

    7

    0
    • Azzedine dit :

      Bonjour.
      @Arnaud
      J’ai pas vu les scènes mais je pense que c’était pas joli à voir.

      Sans les justifier, c’est aussi la conséquence d’une équipe municipale qui s’est volontairement coupé de ses habitants.
      Le moment le plus symbolique est le stationnement payant qui a été imposé suite à une pseudo concertation.
      Les habitants se sont déplacés au conseil municipal et Laurent Russier a choisi de se barricader en se protégeant avec la PM.
      Les habitants se sont fâchés et ont eu leurs petites vengeances. Nulle et crasses.

      Mais je rappelle en 2012, ou les partisans de Braouezec ont donné des coups de poing contre les équipes de Mathieu Hanotin…. C’était encore moins jolie.
      Oui, la politique est dure et moche. Mais ils ne feront plus JAMAIS les fiers.

      2

      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.