Les Dionysiens vont-ils financer le militantisme indigéniste ?

Vous aimerez aussi...

135 réponses

  1. Ibé dit :

    Bonjour, avez-vous adressé votre article au Théâtre Gérard Philipe qui accueille cet évènement communautariste et identitaire, en totale rupture avec la tradition de ce lieu? Il est aussi possible d’interpeler la DGCA, Direction Générale de la Création artistique, dont dépendent les Centres dramatiques nationaux, et notamment la Déléguée théâtre. Car aux points que vous soulevez s’ajoute le détournement des missions fondamentales d’un établissement public culturel.

    12

    0
  2. Fabrice dit :

    C’est scandaleux et inacceptable

    8

    0
  3. Myriam Grinberg dit :

    Et comment vont les marchands de sommeil, et surtout les ex habitants de la Rue du Cornillon ?

    0

    1
  4. Mourad dit :

    Il ne faut pas occulter l’aspect purement « business » de ces réseaux !

    Madame Diallo est déclarée officiellement comme exerçant une « profession libérale » (comme un toubib si vous voulez) en sa qualité d’éditrice.

    Je ne vois pas à quel titre une « profession libérale » pourrait bénéficier de subventions municipales ; il faudrait des explications complémentaires …

    9

    1
  5. Mer Yem dit :

    Ils sont drôles tous ces élus issus de la diversité qui s’allient à des identitaires et indigénistes pour grappiller une petite notoriété médiatique, ces racialistes qui prônent la haine et le communautarisme violent en crachant sur la nation …
    quand on sait que eux-mêmes (ces élus) ne doivent leurs écharpes que du fait de leur appartenance à cette diversité sans aucune relation avec leurs supposées compétences de base.
    Et que ces mêmes « rebelles  », quand ils sont en présence de ceux qui les ont fait rois (ces français de souche) ne mouftent pas même s’ils sont humiliés, ils s’écrasent et font profil bas ( les indemnités sans doute trop précieuses et qui valent bien de courber l’échine quelques fois ?).

    Ce qui serait héroïque et digne de respect serait qu’ils rendent leurs écharpes et qu’ils se présentent en leurs noms et qu’ils maintiennent le même discours que leurs « amis » sur les réseaux.

    9

    1
  6. Bea dit :

    Ça n’a l’air d’inquiter personne les idées portées par cette dame il suffit de voir que madame est reçue sur le plateau de Monsieur sourire (Pujadas) LCI!
    Tout est normal! Je suis écœurée !!
    Offrez lui ,messieurs les élus , un poste dans votre laboratoire dyonisien !! Elle nous apportera sans doute de belles initiatives !!

    9

    1
  7. Robert dit :

    Vous les voyez là les élus dont le maire et le député s’exprimer sur différents médias pour réclamer davantage de fonds de moyens pour la ville suite à ce terrible drame qui endeuille une nouvelle fois la ville ?
    Quelqu’un peut leur expliquer ? Que demander plus de sous si c’est pour financer des ateliers coiffures animés par des promoteurs de haine envers la République et la laïcité cela ne sert pas à grand chose ?
    Enfin je dis ça …

    10

    0
  8. Maïscho dit :

    Je propose la même subvention pour des ateliers cuisine africaine auprès des vendeurs de brochettes, maïs chaud et autre purée de manioc place de la gare; ou bien auprès de ceux qui jettent leurs déchets dans la rue, pour aider à la création du street art éphémère d’avant garde.
    Sûr que l’impact médiatique serait au rendez-vous puisqu’il s’agit de ça……peu importe de contenu du moment que ça buzz.
    Affligeant.

    11

    0
  9. citoyen93 dit :

    Les élus se foutent royalement de votre point de vue, ils vous considère comme d’odieux réacs voir pire comme d’horribles bobos.
    La stratégie opérée depuis des années est de dissuader toutes les personnes à peu près solvables et surtout conscientes des dysfonctionnements à tous les étages de cette municipalité de rester dans cette ville.

    13

    0
  10. Theodore dit :

    https://www.liberation.fr/france/2018/09/20/la-guerilla-judiciaire-de-generation-identitaire-contre-deux-elus-antiracistes_1675828

    Messaoudène est attaqué en justice par les identitaires, ce qui le fait passer auprès de cette journaliste dont on ne sait pas si elle connait la réalité de ses idées, pour un « militant antiraciste » depuis le lycée. Mais c’est Liberation…

    2

    0
    • Bill dit :

      Il pourra dire merci aux identitaires de droite qui lui offrent son moment de gloire… Messaoudene doit boire du petit lait en ce moment vu l’exposition médiatique que lui offre cette plainte. Il l’exploite un maximum pour se refaire une virginité à peu de frais. Ils sont vraiment c…. les identitaires de droite, aussi c…. que ceux de gauche.

      7

      0
  11. Marianne dit :

    Nous avions une lueur d’espoir quand le nouveau maire a été désigné ..un espoir que la mission droit des femmes soit enfin considérée et à la hauteur des vrais enjeux de société, visiblement ce n’est pas le cas les choses sont pires même avec en prime le mépris et la violence verbale envers celles et ceux qui osent critiquer et soulever le paradoxe entre les positions identitaires et racialistes et ce que subissent les femmes dans la vraie vie, au quotidien, à la décharge de ces personnes elles ne sont jamais en contact avec la population qu’elles prétendent défendre et représenter
    La nécessité d’un changement de cap car la majorité des femmes de cette ville ne se reconnaît pas dans ce discours indigéno-salafo-antilaico compatible ne semble pas intéresser le maire.
    Le maire en est déjà aux calculs électoralistes, partant du principe que ces personnes qui n’existent que par leurs provocations médiatiques lui apporteraient des voix hypothétiques … la claque risque d’être rude pour lui.

    11

    -1
  12. Bill dit :

    On pourrait croire que pour bénéficier d’une subvention de la ville ou de la délégation Droits des femmes et discriminations, il faille servir les intérêts de Madjid Messaoudene. Dans le cas de cette expo, l’intérêt est médiatique et personnel, financer la copine et se faire mousser au passage dans la sphère racialiste.
    Sinon, une autre solution semble être de le faire voyager. Si vous demandez une subvention à la Mission des femmes pour un projet incluant un séjour en dehors de St Denis, prenez soin de prévoir les frais de séjour du délégué dans votre demande de financement, il pourrait en faire une condition sine qua none… Ensuite cela permet de s’afficher à Avignon, en Roumanie (une photo avec son écharpe d’élu qui a bien fait rire), etc et bientôt au Maroc ?
    Dommage que personne n’ait pensé à faire une demande de subvention pour aller aider les migrants à traverser les Alpes, on aurait ainsi évité les insultes envers l’extrême droite sur Twitter et la si médiatique opération du « comité de soutien » + les communiqués municipaux pour soutenir le si courageux Madjid Messaoudene et son art de l’insulte par écran interposé… Les temps ont changé, les héros municipaux aussi.

    11

    0
  13. Mer Yem dit :

    @Bill
    Drôle d’époque effectivement .. à une certaine époque les héros étaient ceux qui prenaient le maquis … allez soyons pragmatiques plus proche de nous Cédric Herrou qui lui, au moins, a accueilli des migrants chez lui .. donc qualifier des identitaires de « nazis » est le summum de l’héroïsme !
    Et que dire des noms et des profils qui se côtoient sur cette fameuse liste de soutien ?
    On vit une époque où les valeurs sont complètement inversées !

    10

    0
  14. Gabriella dit :

    Encore une carte que joue le Maire……………….qui , en autres , en faveur de la cause palestinienne écrit à l’ambassade d’Israël en France ( Cf. JSD), il ferait bien de faire davantage preuve d’altruisme et d’écoute auprès de ses propres administrés, notamment de la classe moyenne, qui fuient le voisinage des guetteurs et des dealeurs, mais en effet ils ne représentent pas vraiment son électorat et chaque voix compte.

    10

    0
  15. Marion dit :

    Oui « chaque voix compte », mais à force d’outrager Saint-Denis et de mépriser sa population, le maire s’enfonce un peu plus chaque jour. J’ai toujours prétendu que messadoudene (pas de majuscule pour citer le nom de cet identitaire séparatiste) enterrerait cette mairie complice de ses actes et propos orduriers.

    La couverture médiatique du procès engagé contre génération identitaire va éclairer à point nommé la face très sombre de la municipalité. Ses accointances avec diallo (petit d là aussi pour cette racialiste haineuse qui en fait un business juteux) seront démultipliés si cette subvention est accordée, car diallo considère que toute rémunération (car c’est de cela dont il s’agit en réalité) crée un précédent que l’on ne saurait lui retirer par la suite.

    Nous pressentions tout cela pendant la campagne de 2014 , mais c’était alors étiqueté par l’équipe municipale sortante de « fantasmes », de « délires », de « mensonges fabriqués » . Or, de révélations en scandales, de prises de position outrancières en documentaires sur les pratiques clientélistes des maires de banlieues, d’enquêtes fouillées avec croisement d’informations en procès actuels ou à venir, tout se découvre publiquement et la vérité éclate.

    Une partie de classe moyenne continue effectivement à fuir Saint-Denis, mais elle est immédiatement remplacée par une nouvelle qui continue d’affluer pour se loger plus grand et surtout moins cher, comme nous en avons encore pu avoir la preuve suite aux récents témoignages exprimés sur ce blog. Les programmes privés neufs renforcent indéniablement ce fait.

    Les projecteurs n’ont donc pas fini d’être braqués sur les pratiques déviantes et scandaleuses de cette funeste mairie, et le décompte des voix, déjà enclenché par ses divisions internes et l’exaspération populaire, s’accentuera au fil des actions judiciaires et des déflagrations médiatiques successives. Résultat dans 18 mois…

    7

    0
    • Marion dit :

      La boutiquière indgéniste diallo éructe et chouine sur les réseaux sociaux à propos de la suppression d’ une subvention de 500 € à laquelle la maire du XXème Dominique Calendra l’avait malheureusement habitué …. Alors pour 20 000 €, qu’est-ce que cela sera ? Au passage elle a multiplié ses tarifs par 40 auprès de notre trop bonne mairie fort généreuse avec l’argent des contribuables dionysiens :

      https://twitter.com/efFRONTees/status/1043177739392626690

      10

      0
    • Olympe dit :

      Rappelons que Rokhaya Diallo fut signataire d’une pétition contre Charlie-Hebdo lors de l’incendie de ses locaux en 2011. Elle affirmait sur RTL, au sujet de la loi sur l’interdiction de la burqa, que « ce que dit Ben Laden n’est pas faux » quand il déclarait : « Si la France est en droit d’interdire aux femmes libres de porter le voile, n’est-il pas de notre droit de pousser au départ vos hommes envahisseurs en leur tranchant la tête ? ».
      C’est notamment pour ces raisons que Frédérique Calandra, la Maire du XXème arrondissement de Paris, avait déjà refusé la participation de R. Diallo en février 2015 à une conférence sur l’égalité hommes-femmes alors organisée par sa mairie. Et la Mairie du XX° vient de retirer une subvention de 500 euros à un prétendu « festival féministe » où la présence de Rokhaya Diallo a été rajoutée au dernier moment.

      9

      0
  16. Mer Yem dit :

    Du coup je ne comprends pas trop .. Mme Diallo est coiffeuse ou journaliste ? C’est elle même qui fera les tresses ?
    Sinon la ville vient de lancer pour sa 4ème édition une superbe initiative : Bourse Etudiant solidaire .. il s’agit de donner un coup de pouce aux dionysiens étudiants qui s’engagent dans la vie associative en donnant un peu de leur temps quand on est issu d’une famille modeste, je peux vous assurer que même la plus petite aide est la bienvenue..)
    Ce n’est pas une aide financière pour les associations ni un emploi déguisé je tiens à le préciser ..
    Le nombre de bourses allouées sera bien inférieur aux demandes pour raison de restrictions budgétaires… à en pleurer quand on sait le nombre d’étudiants que cela aiderait ces 20000€ offerts en guise de rémunération déguisée pour le coup !
    Je te gratte ..tu le grattes…
    Ces élu.es si ils sont honnêtes et veulent faire preuve de chevalerie devraient renoncer à voter cette subvention et pour ceux qui en ont fait leur cheval de bataille ( j’en vois 3 déjà ) la compenser par une part de leurs indemnités, puisque madame ne se déplace pas en dessous d’une certaine somme !
    Sur ce, bonne journée !

    10

    0
  17. Marion dit :

    Je m’apprêtais à rectifier mon post ci-dessus, car vous avez parfaitement raison Olympe. J’ai confondu Mme Calandra avec une autre élue socialiste, qui elle, pour des raisons sombrement électoralistes, s’était volontairement soumise aux exigences de diallo.

    Les élus PS qui seraient tentés de se compromettre avec de tels islamo-indigénistes feraient bien de se reprendre sérieusement, car les effets boomerang ne manqueront pas leur revenir sur la figure, notamment en vue des prochaines municipales.

    6

    0
  18. Olympe dit :

    Alors que le vote du conseil municipal sur l’attribution d’une subvention n’a pas encore eu lieu, les « indigénistes » locaux et leurs complices font déjà de la retape pour l’expo de coiffure de Mme Diallo au TGP.
    C’est dire la considération qu’ils ont pour les autres élus et à quel point ils se croient tout-puissants à la mairie pour distribuer l’argent public à une journaliste parisienne qui n’a pour elle que d’être leur copine politique.
    Et cela alors que tant d’associations et d’artistes dionysiens doivent pleurer pour avoir des subventions 50 fois moins élevées !

    6

    1
    • Theodore dit :

      Notre Théâtre Gerard Philippe, où pendant tant d’années on a vu tant de spectacles intelligents et souvent avec dans la salle des lycéens de Saint -Denis accompagnés de leurs professeurs, lieu de « Banlieues Bleues », lieu de solidarité, de liberté – et maintenant cette expo…

      4

      0
  19. caroline dit :

    SUR FB :

    Bally Bagayoko 2 h ·

    [#AFRO ! Une oeuvre de ROKHAYA DIALLO ET BRIGITTE SOMBIÉ soutenue par la ville de Saint Denis sous le pilotage de mes collègues élus-es Madjid Messaouden en charge de la lutte contre les discriminations, Sonia Pignot en charge de la culture et Raphaëlle Raphaele Serreau en charge de la mémoire. Une exposition à voir en famille et que nous sommes heureux d’accueillir dans une période où les discours racistes, de divisions ne cessent de prospérer. Bally Bagayoko]
    AFRO! Cette exposition propose des portraits de Parisiens d’origine africaine qui portent leurs cheveux naturels, non défrisés. Au fil des rencontres, des entretiens et des prises de vues, les deux artistes mettent en lumière l’estime de soi et la diversité de ces personnes affranchies du diktat capillaire occidental.
    Du 6 octobre au 2 novembre 2018
    Samedi 6 octobre à 19 h : vernissage
    Visite aux heures d’ouverture du théâtre.
    Samedi 13 octobre au TGP
    14h : visite guidée de l’exposition avec Rokhaya Diallo et Brigitte Sombié suivie d’un débat
    Samedi 20 octobre à la médiathèque Ulysse
    14h : atelier autour du cheveu
    15h30 : atelier d’écriture
    Mercredi 31 octobre au TGP
    14h : atelier autour du cheveu
    Entrée libre, sur réservation pour les visites guidées et les ateliers : 01 49 33 67 40 – 01 49 33 65 30
    action.culturelle@ville-saint-denis.fr

    0

    5
    • Louise dit :

      Une subvention de la ville de Saint-Denis pour lutter contre le « diktat capillaire occidental » que subissent des « Parisiens d’origine africaine » ! C’est sûr qu’il y avait urgence pour Saint-Denis de se préoccuper des traumatismes capillaires de pseudos-intellos parisiens… et d’y consacrer une partie de son budget qui paraît-il est en baisse…

      Remercions Madjid Messaoudene, Bally Bagayoko, Sonia Pignot et Raphaëlle Serreau de repérer ainsi les grandes causes, de dégager les hiérarchies et de savoir ce qui est essentiel pour les dionysiens !

      14

      0
  20. Robert dit :

    Bally Bagayoko, Sonia Pignot deux élus Rêve Insoumis l’un se voit déjà maire l’autre future adjointe et Madjid Messaoudene qui concrètement n’a rien réalisé de concret durant son mandat sauf bien sûr ses fameux tweets insultants ( des tonnes, à croire qu’il ne fait que ça !)
    Le mépris de ces gens envers les dionysiens ( qui, pour les deux derniers ignorent jusqu’à leur existence !) est hallucinant, leurs posts récents ressemblent à un doigt d’honneur à ceux qui osent émettre une réserve quant à la nécessité d’une telle dépense.
    A croire que cet argent est leur héritage et qu’ils peuvent s’en servir en toute impunité.
    Vivement les élections !

    6

    0
  21. Bea dit :

    Là il porte bien son appelation le théâtre Gérard Philippe en acceptant c’est bien un centre « dramatique!!! »

    1

    0
  22. Gabriella dit :

    Cet expo, à l’occasion de la Fête de Saint-Denis est programmée depuis des mois donc déjà subventionnée, ce n’est pas la première fois que le Théâtre Gérard Philippe propose des expos autour des thèmes sur l’identité africaine ou l’esclavage
    Par contre, l’attribution d’une subvention de 20000 euros ( on est chez les fous!!) qui devrait être soumise au vote du conseil Municipal devrait interpeller tous les dionysiens surtout ceux qui paient des impôts , peut on savoir comment cela a pu être seulement proposé ??? elle a bien sûr été motivée par la perte des 500 euros alloués à R.Diallo précédemment ……..

    4

    0
  23. Houari dit :

    20 000 euros ? On est chez les fous…
    Normalement, il faut 1 à 3 années d’existence pour obtenir 300 euros de subvention.
    Quels sont les avantages pour la population dionysienne ?

    4

    0
  24. Mer Yem dit :

    Visiblement le retour sur investissement est déjà enclenché !
    M Bagayoko prend la place de Mme Diallo chez Hanouna ..

    4

    0
  25. Mer Yem dit :

    « Touche pas à mon poste » ce 24 septembre :

    0

    0
  26. Suger dit :

    Où en est-on du projet de Mme Diallo, soutenu par Madjid Messaoudene et Bally Bagayoko et relayé par Sonia Pignot ?

    En partant des 20 000 euros envisagés, la proposition finale de subventions par la ville de Saint-Denis devrait être de 9 832 euros “seulement”… pour tenter de limiter le grogne montante et la colère de nombreuses associations locales.

    Le vote par le conseil municipal de la subvention et de la convention avec le prestataire de service organisateur de l’exposition doit avoir lieu le jeudi 4 octobre, si le projet n’est pas retiré d’ici là. De nombreux élus de la majorité et de l’opposition disent en effet qu’ils s’opposeront à cette subvention.

    7

    -1
    • Bill dit :

      Le budget est estimé à 15 000 € dans le document proposé au vote. On parle en plus des 9832 €, de 5000 € d’une subvention départementale (convention de coopération culturelle). Ce qui n’est pas dans ce document mais qui est évoqué dans les rumeurs ce sont encore 9 000 € à payer au TGP et qui seraient votés séparément.
      Subventions Afro

      4

      0
      • Bill dit :

        J’adore l’usage du mot « recettes ». C’est nous les recettes avec les subventions…

        4

        0
      • Mourad dit :

        @Bill – Je ne comprends pas très bien : doit-on additionner 15.000 + 9.832 + 9.000 euros ? Cela poserait un problème de mettre en ligne le document proposé au vote ?

        Quoi qu’il en soit, Houari a raison : ils sont devenus fous !

        Je vais aider la municipalité à faire des économies …

        Pour les personnes intéressées par le sujet :

        solution 1 — aller sur internet – taper « Google coiffures africaines » – vous avez à votre disposition six millions d’images pour constituer votre propre exposition.

        solution 2– vous avez à votre disposition également une vingtaine de salons de coiffure à Saint-Denis spécialisées (celui de l’avenue Edgard Faure est très réputé par exemple) ; vous aurez un accueil privilégié, des catalogues à votre disposition et vous pourrez bien entendu débattre du sujet avec des experts et des vrais sachants de la coiffure affricaine.

        2

        1
        • Bill dit :

          Au vu du document, ce qui est proposé au vote ce sont les 9 832 €. Ils font partie de la « recette » envisagée : 15 000 €. On a donc 9 832 + 5000 (du département) pour avoir 15 000 € de « recettes ». A cette somme, il faut éventuellement envisager 9000 € qui seraient versés au TGP. A suivre.
          Mais pour être claire, les recettes ne sont pas ce que la mairie prévoit en gain, mais bien le coût de l’expo « gratuite » financée par les subventions des Dionysiens.

          4

          0
      • Suger dit :

        Ceci voudrait-il dire qu’il y aurait un accord secret entre la municipalité et le TGP pour gonfler de 10 000 euros la subvention que reçoit le TGP chaque annéee de la ville ?
        Cela correspondrait au frais de location pour cette exposition. Ceci permettrait ainsi de dissimuler le véritable coût pour la ville de l’exposition de Mme Rokhaya Diallo qui ne serait donc pas de 9 832 euros « seulement », mais bien finalement de 20 000 euros.
        Les associations dionysiennes apprécieront !…

        3

        0
        • Bill dit :

          Et il faut noter que sans même parler de l’éventuelle subvention au TGP, on est déjà à 15 000 €. D’un côté les 9 832 € qui sortent du budget de la ville + les 5 000 € du département qui eux aussi auraient pu être utilisés par une association dionysienne ou soutenir un artiste local puisque cette subvention rentre dans le cadre de la coopération culturelle. Et ces 5 000 € sortent également en partie de notre poche à travers nos impôts locaux. Donc pour le moment, 15 000 € qui pourraient être utilisés plus en adéquation avec les besoins de la ville et de ses habitants + le temps de travail des agents municipaux mobilisés à la promotion de ce grand événement…

          0

          0
  27. Mourad dit :

    @Bill – mea culpa … « le document » a été publié entre temps

    0

    0
  28. Mourad dit :

    Au 60 avenue de Flandre (adresse officielle de l’association Soulajah for Arts, demandeur de la subvention), selon les pages blanches (désolé pour la couleur), … il y aurait un salon Jean Louis David !!!

    N’y aurait-il pas anguille sous roche ? bizarre … bizarre … je poursuis mes investigations …

    4

    0
    • Bill dit :

      Il faut croire qu’on n’a trouvé aucun coiffeur spécialisé dans le cheveu afro à St Denis … si au moins on faisait profiter un peu le commerce local mais non, les Parisiens, c’est plus tendance !

      3

      0
  29. Mer Yem dit :

    Encore une boîte aux lettres .. ou boîte aux chèques ?

    3

    0
  30. Mourad dit :

    … Et on trouve à la même adresse que l’association Soulajah for Arts (60 avenue de Flandre – paris) la société ROK’N PROD dont le gérant actuel est un certain Bachir DIALLO … et dont l’ancienne gérante était … était … était … une certaine Rokhaya DIALLO …

    Du grand classique : On mélange associations et sociétés commerciales pour ratisser large et amasser les pépètes des gogos

    https://www.societe.com/societe/rok-n-prod-522726637.html

    5

    0
    • Suger dit :

      Cette association « Soulajah for Arts » avait déjà bénéficié d’un versement de 5 000 euros pour « ses activités » (?), financé par la réserve parlementaire du député Alexis Bachelay en 2015…

      3

      0
      • Mourad dit :

        Alexis Bachelay en 2015 était Député du 92 ; or les fonds de la réserve parlementaire ne peuvent être attribués qu’aux associations de la circonscription du député … donc nous sommes en pleine illégalité ( Soulajah for Arts est située à Paris) mais je ne suis pas étonné du personnage au double, triple discours très proches de l’indigénisme.

        0

        0
  31. Gabriella dit :

    Ne faut-il pas les menacer, pour ceux qui ne sont pas mensualisés pour cet impôt :
    – De ne pas payer en totalité ou en partie les taxes foncières 2018 mais il faudrait que l’on soit quelques uns.
    en ce qui me concerne elles s’élèvent à plus de 1600 EUROS pour mi-Octobre

    0

    0
  32. Jean marc dit :

    Une subvention tirée par les cheveux.
    Nous restons admiratif par ce carambolage de communication : d’un côté la municipalité PCF, qui abonde les associations pour en faire des ayant-droit, et de l’autre les in-soumis, qui instrumentalisent cette com pour promouvoir leurs idées à tiroirs.
    Et la: Paf le chien.
    M. Russier sera bien avisé de ne pas proposer le vote au prochain CM, peut-être pour éviter la honte de s’être fait rouler dans la farine par ses propres adjoints.

    0

    0
  33. Mourad dit :

    @Jean marc – Sauf à penser que Laurent Russier est une marionnette manipulée par un ou plusieurs marionnettistes, je crois qu’il sait très bien ce qu’il fait.

    Par exemple, est-ce que Laurent Russier s’est aussi fait « rouler dans la farine » pour les « Rencontres populaires du livre » qui se déroulent du 4 au 7 octobre 2018 ?

    La marraine de l’évènement est Annie Ernaux … vous savez la personne qui a lancé la pétition pour soutenir Houria Bouteldja du PIR quand cette dernière a publié son livre scandaleux « Les Blancs, les juifs et nous », livre clairement antiféministe (la femme doit se soumettre), homophobe, raciste anti-blancs, antisémite, etc.

    … et, derrière, la municipalité va exposer sur le droit des femmes, les LBGT, etc … Zéro crédibilité.

    8

    0
  34. Louise dit :

    La subvention n’a pas encore été votée par le conseil municipal et donc le financement par la ville de Saint-Denis de l’exposition n’a pas été décidé, mais les services municipaux sont déjà mobilisés au bénéfice de cette expo !…

    En clair, le conseiller délégué Madjid Messaoudene et la maire-adjoint à la culture Sonia Pignot n’en ont rien à faire (et je suis polie…) de l’avis des élus et font comme si le vote des élus dionysiens n’avait aucune importance !!!
    Les règles de la démocratie locale ? Mais de quoi parlez-vous ?…

    Voici donc ce que les services diffusent :

    6

    0
    • Bill dit :

      Il faut aussi noter le coût de l’investissement en personnel humain. Une stagiaire qui ne travaille qu’à démarcher les associations pour faire venir du monde (ce qui prouve au passage que ce n’est pas facile d’intéresser les dionysiens à cette expo), sa directrice qui s’implique aussi. Le temps de travail de ces agents de la ville n’est pas compté dans le budget de cette expo qui nous est resservie après Paris. Et encore une fois, on peut s’interroger sur l’opportunité de mobiliser les agents de la ville sur cette thématique du cheveu africain, rien de plus urgent à faire ?

      4

      0
  35. Bea dit :

    C’est très curieux tout cela! Dans une boîte si l’on va à l’encontre de ce que les dirigeants décident on se retrouve direct à pôle emploi! Comment Peut on accepter cela???

    3

    0
    • Louise dit :

      Mais qui sont les « patrons » ? Apparemment ici ce sont les 3 ou 4 élus qui se sont auto-proclamés les maîtres de la ville ? Et non le conseil municipal qui est censé représenter légalement les dionysiens ?
      Bref ils ont décrété qu’ils pouvaient faire ce qu’ils veulent même si les dionysiens n’en veulent pas , même si le conseil municipal n’a encore rien décidé ! Et le maire alors ?… Il laisse faire !

      2

      0
  36. Gabriella dit :

    Tout cela est quand même difficile à avaler.
    Comme la subvention n’a pas encore été votée par le conseil municipal, quelles sont les possibilités pour s’y opposer puisque seules les voix de l’opposition n’y suffiraient pas ?

    0

    0
    • Suger dit :

      Une partie de la majorité va voter contre (déjà les élus du groupe EELV l’ont annoncé) et une partie va s’abstenir. On peut supposer que le groupe d’opposition PS va aussi voter contre.

      1

      0
  37. Gabriella dit :

    Si le groupe PS ne votait pas contre ou s’abstenait, il légitimerait les initiatives de ce genre qui sous couvert d’ouverture culturelle en faveur d’une partie de la population, la favoriserait et encouragerait , de part la personnalité même R.Diallo , des mouvements identitaires, les élections ayant lieu…….. après demain.

    2

    0
    • Bill dit :

      et il légitimerait les craintes de ceux qui disent que le PS local n’a aucune colonne vertébrale et utilisera les mêmes méthodes en cas d’accession au pouvoir. Ou autre thèse en vogue, qu’une alliance est en discussion… Espérons qu’il prouvera que ces hypothèses sont fausses !

      1

      0
  38. karima dit :

    On devra attendre jeudi car le conseil général co-finance l’exposition de Rokhaya ainsi que le TGP.

    1

    0
  39. Gabriella dit :

    @Bill il faudra (mieux que faudrait) parler de « ces hypothèses » pendant la campagne, on se rendra déjà compte avec ce vote.

    0

    0
  40. Mourad dit :

    La même discussion qu’il y a 3 mois … et les municipales c’est maintenant dans 18 mois (mars 2020)

    Mourad – 7 juin 2018 à 18 h 20 min

    C’est une conversation qu’on a déjà eu ici avec Gabriella.

    Pour réussir, il faut « une personnalité locale » sans casserole qui va porter le projet – il faut plusieurs « sachants » qui vont rassurer (gestion d’une ville de plus de 100.000 habitants) – il faut définir au maximum 5 / 6 thèmes (Sécurité / propreté / éducation / écologie / culture / sport …) – il faut des sous pour financer la campagne mais surtout il faut communiquer différemment, créer un « enthousiasme », « une envie » (reconquérir la démocratie sur le terrain pour que les électeurs se déplacent !)

    1

    0
  41. Mer Yem dit :

    Quand on fait un tour sur Twitter ( lieu de prédilection de nos activistes en herbe) on relève la teneur des débats lors de ce fameux festival féministe où était invitée Mme Diallo ..
    Donc au delà de toutes les problématiques sociétales auxquelles sont confrontées les femmes et notamment celles issues de l’immigration, Mme Diallo focalise sur l’oppression coloniale liée au textile, au wax précisément ( d’ailleurs ses références historiques sont fausses et encore une fois révèlent son inculture abyssale) donc l’excision, les mutilations génitales, le mariage forcé, l’éducation, les violences tout ceci n’est que secondaire dans le féminisme indigéniste ?
    Ce féminisme de seconde zone qui n’existe que pour réduire au silence les féministes, aussi issues de la diversité, qui ne jouent pas de la victimisation racialiste ou qui ne prônent pas une égalité conditionnée aux us et coutumes indigénistes.
    Le féminisme de Mme Diallo c’est la haine de la femme blanche ouvertement assumée ..
    En zoomant un peu son parcours et ses différentes fulgurances médiatiques on comprend vite qu’elle n’a aucune cohérence dans son cheminement militant, en terme d’illogisme on ne peut pas faire mieux : se déclarer copine d’une homophobe assumée et signer des tribunes avec elle, et par ailleurs se prétendre proche des luttes LGBT et animer des conférences sur cette thématique.
    Elle est inconstante, ses convictions sont oscillantes au gré de son intérêt du moment et surtout des rémunérations potentielles car c’est là que se situe le véritable problème .. sa vénalité ! Sa seule idéologie.

    Malgré cela il se trouve des pintades pâles pour soutenir, applaudir et défendre cette illuminée ?
    Certaines femmes sont les pires ennemies de la cause féminine !

    3

    0
  42. Mourad dit :

    @Mer Yem

    …Oui … la semaine dernière le débat portait sur le vocable  » pute  » : traiter quelqu’un de « pute » est-ce une insulte ou une référence à un métier ?

    Franchement je ne comprends les Bouvet, Enthoven et consorts qui s’abaissent à débattre avec R. Diallo …

    RIP Charles Aznavour … une chanson pour nos « camarades ».

    https://www.youtube.com/watch?v=sbJ1uY9Y83U

    4

    0
  43. Bea dit :

    Moi ce qui m’inquiète au plus au point c est de voir cette dame devenue « chroniqueuse  »sur le plateau de monsieur sourire alias PUJADAS !! Je suis évidement pour la liberté d’expression , mais que dirait on si monsieur sourire prenait Alain Soral comme chroniqueur sur son plateau ????

    4

    0
  44. Olympe dit :

    On peut sans difficulté dédicacer cette information à Rokhaya Diallo et à tous ses amis indigénistes.

    Trois universitaires américains – Helen Pluckrose, James Lindsay, Peter Boghossian – viennent de réussir à publier 7 articles dans des revues académiques en respectant tous les codes en la matière aujourd’hui. Les trois auteurs ont rédigé des textes délibérément absurdes et méthodologiquement scandaleux pour tester le degré d’endoctrinement de plusieurs revues à comité de lecture.

    Parmi les sujets de ces articles : interdire aux garçons blancs de parler en classe et les enchaîner à leur chaise dans une optique pédagogique d’expérimentation de la réparation ; les hommes pratiquant l’onanisme en pensant à quelqu’un sans lui avoir demandé au préalable sont des prédateurs sexuels ; l’astronomie occidentale devrait être remplacée par quelque chose de plus féminin, par une « science alternative », à base de mythologie, de danse… ; une étude de la culture du viol chez les chiens… et cet article « Human Reactions to Rape Culture and Queer Performativity in Urban Dog Parks in Portland, Oregon » a été classé dans les 25 meilleurs essais jamais publiés par la revue “Gender, Place and Culture”…

    Le point commun de tous ces articles : des mots-clefs tels que « genre », « race », « identité »… qui nous rappellent les «pseudos-intellectuels indigénistes qui sévissent dans les médias français !

    https://areomagazine.com/2018/10/02/academic-grievance-studies-and-the-corruption-of-scholarship/

    2

    0
  45. Lecteur du "Point" dit :

    Dans « Le Point » du jeudi 4 octobre 2018 :

    5

    0
  46. Suger dit :

    A l’ordre du jour du conseil municipal de ce jeudi soir, en point n° 35 on trouve la délibération et le vote sur le sujet suivant : « Exposition Afro ! au Théâtre Gérard Philipe du 6 octobre au 2 novembre 2018. Approbation d’une convention de partenariat avec l’association Soulajah For Arts – Versement d’une subvention ».
    En n° 35 ?!… A quelle heure de la nuit aura lieu ce vote ? Combien de conseillers municipaux seront encore présents ?

    Combien vont s’y opposer ? Et qui va l’approuver ?

    A ceux qui seraient tentés de voter pour ou de se contenter de s’abstenir, on va rappeler que le montant de la subvention qu’ils voudraient approuver est scandaleux : le budget de l’expo est de 15 000 euros (alors que cette expo a déjà été présentée à Paris) et la ville de Saint-Denis s’engagerait à verser les 2/3 de ce budget soit environ 10 000 euros
    Or 10 000 euros, c’est 30 fois ce que touche annuellement la plupart des associations dionysiennes et généralement après 2 à 3 ans de présence et d’activités dans la ville !

    Et si une « association » parisienne dont la seule adhérente semble-t-il est une « journaliste » parisienne (certes amie d’un élu…), peut débarquer à Saint-Denis et obtenir en quelques semaines une subvention d’environ 10 000 euros, pour une expo bidon, combien pourront demander légitimement dans l’avenir, pour leur activités utiles à la ville, des associations dionysiennes animées par des dionysien(ne)s depuis des années ?… Il faudra que les élus s’expliquent si ils leur refusent ces subventions !

    7

    0
  47. Louise dit :

    Compte-rendu au fil du visionnage de la séance sur le site de la mairie :
    De très nombreux absents à la séance du Conseil et les votes se font surtout grâce aux procurations

    5 octobre à 00 :36
    – Présentation du projet : Fausse citation de l’article de « Valeurs actuelles » par Sonia Pignot, Maire-Adjoint à la culture (REVE), totalement sur la défensive et qui assimile les opposants à ce projet à l’extrême-droite !
    Discours fumeux sur les cheveux et l’identité ! « Parler du cheveu concerne tout le monde à Saint-Denis… »
    Pas de problème du coût selon elle ! Ce débat est un faux débat. « Shakespeare vaut-il une paire de bottes ? »…
    Par contre, on a droit à un cirage de bottes par Sonia Pignot de l’artiste (?) Rokhaya Diallo, une « intelligence »…

    Une « exposition politique » pour Madjid Messaoudene, très agressif à l’égard des opposants à cette exposition, et notamment contre le blog Saint-Denis Ma Ville. Très énervé, il ira jusqu’à reprocher à des élus de « chuchoter » pendant son exposé et de le gêner !

    00:51
    – Intervention de Zaïa Boughilas (Maire-Adjoint aux associations, EELV) au nom du groupe EELV qui va voter Contre, compte tenu du coût de cette expo alors que des restrictions budgétaires sont imposés à d’autres projets culturels et associatifs

    00:54
    – Intervention d’Adrien Delacroix (PS) qui rappelle entre autres que la subvention couvre surtout des droits d’auteurs et des frais de tirage et souligne le décalage entre le montant des dépenses subventionnées et les moyens alloués aux associations

    01:03
    – Hervé Borie (PS) met en cause la violence des propos de Sonia Pignot et Madjid Messaoudene stigmatisant les opposants au projet
    Opposition au projet du fait des besoins de financement des associations avec des réductions ou même des suppressions brutales alors que le coût de cette expo parisienne est excessif. Vote Contre annoncé.

    01:08
    – Bally Bagayoko (REVE) très ennuyé et qui cherche de fausses excuses aux problèmes que posent ce projet. Il finit par tenter de racialiser le débat et de suggérer que c’est la couleur de peau de Rokhaya Diallo qui pose problème !
    01:17
    – Philippe Caro (Maj. PCF) qui rappelle qu’il est inadmissible de rejeter les opposants en les assimilant à des « fachos » !
    Il rappelle que la méthode et le coût de ce projet sont en contradiction avec les contraintes imposées aux associations dionysiennes.

    01 :21
    -Vincent Huet (REVE) très ennuyé d’intervenir et cela se voit ! Très polémique à l’égard des autres intervenants et à la limite de l’insulte.

    Etc…

    01 :35
    – Vote : Contre 6; Abstention 3; Pour, plus nombreux (grâce aux procurations semble-t-il), ne sont pas décomptés précisément .
    Le projet est donc adopté

    9

    0
    • Azzedine dit :

      Bonjour.
      Effectivement, c’était pas jolie à voir et surtout à écouter.
      Comment se fait il que le Maire n’arrive pas à tenir Madjid Messaoudene… ?
      Lui parle et demande qu’on le coupe pas, ne comprends pas qu’on soit contre et ensuite part en laissant sa majorité sur le carreau et ses opposants sans contradicteur.

      Tous les combats, aussi beaux soient ils, méritent de comprendre pourquoi on donne de l’argent publique pour une association. Ce fut le cas avec le conversatoire de D. PAILLARD, qui fut subventionné alors que les statuts n’étaient pas déposé. Les règles doivent s’appliquer à tous le monde. Personne n’est au dessus des lois.

      Et effectivement, cela reste qu’une expo sur les cheveux afro. La demande aurait du être demandé beaucoup plus tôt. Et pas quand les flyers et affiches étaient déjà imprimés. En gros, la décision était déjà acté contrairement à ce que dit L. Russier.

      Je pense que cette expo ne mérite pas cette subventions. Oui, l’urgence n’est pas sur les cheveux afro ou autres expo. L’urgence est ailleurs. Et ce n’est pas cela qui manque.

      Ce qu’on constate surtout, c’est une majorité désunie. C’est une fin de règne moche et chacun va compter ses soldats pour aller sur le front des élections municipales. Laurent Russier s’appuie sur REVE et FG car il n’y a personne d’autres. Le soucis, c’est qu’ils représentent peu de monde sur la ville.

      EELV tant qu’ils peuvent parler (pas faire…) d’écologie, cela leur va bien. PSG j’espère ne va pas faire l’erreur de replonger.

      Et le fin du fin, Laurent Russier a osé dire que Saint Denis était un phare. Mais on se demande pour qui.

      9

      0
  48. Mourad dit :

    @Louise – Quel courage Louise ! rester jusqu’à 1h35 du matin … vous méritez une subvention municipale. Je vais en parler à la « taupe ».

    Moi, je me suis arrêté aux deux premiers points de l’ordre du jour. Trop dur intellectuellement !

    Le premier : enfouissement de l’autoroute A1 – Je résume pour ceux que cela intéresse : point de départ du vœu 2010 – on le ressort en octobre 2018 – il est précisé en liminaire que rien ne sera possible avant 2024 because J.O. … et qu’après cela va être compliqué ( Michel Ribay nous dit qu’il faudra peut être détruire des infrastructures des J.O.) – et ensuite, il faudra une dizaine d’années pour concrétiser le projet … soit 2034.

    Le second : bilan climat énergie – j’avoue ne pas avoir tout compris notamment sur l »unité de mesure » qui permet de sortir des slides aussi précis; je vais revisionner la vidéo ce week-end mais la conclusion Michel Ribay est aussi épique que celle de Braouezec quand ce dernier affirmait que Saint-Denis était devenu « une référence mondiale » (Quito). Pour Michel Ribay donc, Saint-Denis est un exemple de maîtrise énergique et elle surperforme toutes les ville avoisinantes !!!

    Pauvre de moi, je ne m’en étais même pas rendu compte …

    Bonne journée à tous

    8

    0
    • Michel Ribay dit :

      @ Mourad,

      Vous avez du avoir une écoute un peu flottante. Les propos que vous me tenez n’ont pas été tenus. Écoutez, réécoutez bien. Précisément. Je persiste : quand 84% des émissions de GES relèvent des consommations énergétiques, le fait d’avoir développer un réseau de chaleur passant de 2,7 % d’énergie renouvelable en 2010 à 27% à partir de 2011 puis à plus de 50% en 2017 permet de dire sans benchmarking que nous sommes plutôt sur le haut du panier en matière de transition énergétique. A fortiori quand le réseau alimente près de 47 000 équivalents logements après l’adhésion de la ville d’Aubervilliers cette année.
      Portant ce dossier depuis le précédent mandat je me permets, en connaissance de cause, de l’affirmer.
      Erreur de ma part au conseil nous ne sommes plus le 4eme réseau en France mais le 3eme, j’avais omis l’arrivée d’Aubervilliers.

      Voir-ci-dessous le réseau, 2eme en Ile de France, cela donne un idée de l’impact positif en matière de réductions des émissions. D’ailleurs le prochain bilan intégrera l’impact positif de la centrale bois du Fort de l’Est non comptabilisé dans le bilan carbone de 2016. Pour ce qui concerne le bilan des GES, c’est une méthode normalisée, nationale, validée par l’ADEME et réalisée par un BE.

      https://www.smirec.fr/notre-reseau/la-carte-du-reseau.html

      Pour ce qui concerne le débat sur l’enfouissement de l’autoroute idem, d’où tirez-vous le propos que vous m’accordez : « Michel Ribay nous dit qu’il faudra peut être détruire des infrastructures des J.O. »

      Concernant les problématiques d’aménagement je vous invite à réécouter ce que j’ai dit concernant la densité, la Porte de Paris, la place de la Résistance ou le square Brise Echalas.

      En résumé sur ce sujet aussi que j’ai accompagné et défendu (dès le départ), comme sur d’autres je pars d’un état d’esprit et d’une conduite simple : j’ai en charge des dossiers. Je les porte. J’ai en charge des quartiers. J’en assume la charge et l’accompagnement des habitants.

      Cordialement,
      Michel Ribay
      Maire-adjoint
      Climat/Air/Energie
      Quartiers Pleyel/Confluence et Porte de Paris

      0

      0
      • Mourad dit :

        @Michel Ribay –

        Bilan climat énergie = merci pour vos précisions et merci pour le lien instructif vers la smirec.

        Enfouissement autoroute A1 = après réécoute, mea culpa … vous avez raison, je me suis trompé d’intervenant.

        Votre commentaire sur votre  » état d’esprit » – j’entends bien vos propos ( y compris ceux qui sont sous-jacents … ) mais vous concernant, je ne sais pas où se situe pour vous « le casus belli » avec la majorité municipale dont vous faites parti ou à tout le moins avec certains membres de cette majorité.

        Ceci étant précisé, j’ai noté que vous vous étiez abstenu pour la résolution 35 ; c’est plus courageux que le membres du PSG … qui eux ont préféré la fuite en rase campagne …

        cordialement – Mourad

        0

        0
  49. Suger dit :

    Pour compléter le compte-rendu « en direct » de Louise, on peut aller revoir le replay sur le site de la mairie et même choisir les passages auxquels on s’intéresse.
    On peut par exemple aller constater le caractère outrancier des propos de Sonia Pignot, la maire-adjoint à la culture, qui commence sa présentation du projet d’expo en assimilant les opposants à l’extrême-droite, ou pire encore…
    Et pour cela elle a utilisé une citation d’un article de « Valeurs actuelles » totalement inventée ! Sonia Pignot a donc menti délibérément.
    Pour ceux qui souhaiteraient le vérifier, il suffit de comparer les dires de Sonia Pignot et le texte de l’article de la revue « Valeurs Actuelles » : https://www.valeursactuelles.com/politique/afro-la-seine-saint-denis-finance-une-expo-de-rokhaya-diallo-99551

    Conclusions : on peut mentir effrontément devant le Conseil municipal, et plus le mensonge est gros et plus on croît qu’il va passer !…

    9

    0
    • Louise dit :

      Je crois que grâce à ce schéma, j’ai enfin compris les discours de Sonia Pignot, Bally Bagayoko, Vincent Huet qui considèrent que tous ceux qui ne pensent pas comme eux sont des « fachos ».
      Pour Madjid Messaoudene, c’est plus simple et cela fait longtemps que j’avais compris que tous ceux qui ne pensent pas comme lui sont des « fachos » soit 99% des dionysiens et au moins 90% du conseil municipal (il suffit de voir comment ils parlent à ces « collègues » qu’il traite comme des demeurés, car il n’y a que lui qui pense dans le conseil municipal, bien sûr !)

      8

      0
  50. Olympe dit :

    Et encore une invitation de Rokhaya Diallo pour une prestation (rémunérée ?…) à Saint-Denis ! Apparemment Rokhaya Diallo et Madjid Messaoudene ne peuvent plus exister politiquement l’un sans l’autre !

    Ce sera le 13 octobre et voici ce qui est annoncé dans le programme :
    « 17h30 : Débat : Quelles convergences des luttes LGBT+ avec la lutte antiraciste ? (salle du conseil municipal) animé par Rokhaya Diallo (journaliste, auteure) et avec Clémence Allezard et Clément Giuliano (AJLgbt), Alain Bonnineau (Aides), Francis Carrier (Grey Pride), Adrian de la Vega (militant LGBT+, influenceur), Sylvie Gras (SOS Homophobie), Hélène Hazera et Charly Rivière (Act-Up Paris), Jérome Martin (enseignant, ancien militant d’Act Up, lm), Madjid Messaoudene (conseiller municipal délégué à la lutte contre les discriminations), Julien Molesin (collectif LGBTI de la LDH), Océan (comédien), Mohammed Paz (MRAP), Giovanna Rincon (Acceptess-T), Clemence Zamora-Cruz (Inter LGBT) et autres intervenant-e-s. »

    http://ville-saint-denis.fr/communique/saint-denis-et-aides-s%E2%80%99engagent-contre-les-discriminations-lgbt

    9

    0
  51. Suger dit :

    Peut-on faire autre chose qu’ironiser sur la « pensée » de Rokhaya Diallo qui révèle, une fois de plus, l’inanité de ses connaissances et le vide de sa réflexion ?
    Et les dionysiens sont obligés par la municipalité de financer ses délires !…

    https://mobile.twitter.com/Enthoven_R/status/1047884764190035968

    7

    0
  52. Bea dit :

    Vous doutiez du vote ? Pas moi! Ils sont prêts à tout pour ne pas perdre leurs précieux électeurs quitte à vendre leurs âmes au diable ( faut il encore qu’ils en aient des âmes )
    La politique pour eux ce n’est pas un outil pour le bien commun , c est une rémunération qu ils espèrent à vie sans grand effort ,juste en brassant de l’air ! A quand ,Madame D en compagnie de son bienfaiteur Monsieur M sur le plateau de Monsieur Sourire allias Pujadas ?

    1

    0
  53. Saint Déni dit :

    Le tweet de Diallo cité précédemment montre surtout son manque de culture politique et historique abyssale. Parler du concept de « blanchité » dans les années 30 ferait bondir n’importe quel historien… Quand madame est mise devant ses contradictions sur Twitter , elle répond par un « MDR », un GIF animé ou un émoticon. Un peu court quand même…
    R. Diallo est une petite entrepreneuse identitaire dont le fonds de commerce est la victimisation des « non-blancs » (sauf les juifs…) et la haine de la France. Ses combats ? La lutte contre les compresses blanches racistes dans les pansements (authentique !) et les lunettes « Non conçues pour le nez de nombre de personnes d’origine asiatique ou africaine » (Re-authentique…).
    Par contre l’excision, les mariages forcés, le viol comme arme de guerre en Afrique , j’en passe et des meilleures, connait pas !
    Bref, elle forme avec MM un duo fort bien assorti…

    13

    0
  54. Bill dit :

    J’ai regardé en replay, c’est vraiment ridicule. On commence par l’adjointe à la culture qui commence son argumentaire avec un commentaire de Valeurs Actuelles, on imagine bien le niveau, et associant toutes les oppositions à cette expo à ce commentaire raciste. Ensuite, elle lit (difficilement) un texte manifestement écrit par un indigéniste plutôt abscon (pléonasme) pour expliquer en quoi cette expo est majeure. On assiste ensuite aux grandes envolées de vierges effarouchées découvrant le fascisme au sein du conseil et dans la ville, car bien sûr, ce n’est que parce que Rokhaya Diallo est noire que certains dénoncent d’une part l’opportunité pour la ville d’investir dans cette expo alors que les besoins sur la ville sont énormes et les assos à la disette, d’autre part la méthode qui consiste à voter la subvention 2 jours avant l’inauguration alors que toute la communication tourne depuis des semaines et que le personnel municipal est réquisitionné pour recruter pour les ateliers et l’expo.
    Et le Maire qui fait semblant de ne pas comprendre où est le problème… Bref, lamentable.

    8

    0
    • Karim dit :

      Lamentable, oui. Le courage, certains élus devraient prendre de la graine ! Comme le PSG qui sont partis à minuit avant le point 35 pour éviter de voter sachant que la municipalité a la majorité. Une honte, ils ne prennent aucune responsabilité.
      Et ces gens veulent faire de la politique. Et ça veut nous gouverner. Il fallait voter contre pour faire comprendre que nous dionysiens on était contre.

      8

      0
  55. Olympe dit :

    Pour comprendre les enjeux de l’événement organisé par Madjid Messaoudene et Rokhaya Diallo, et bien sûr à nouveau financé par les dionysiens…, ce samedi 13 octobre à Saint-Denis, il faut lire cette analyse d’Alexis Buixan, publiée sur sa page FB :

    « Il convient d’être relativement réaliste. Les conflits internes aux associations militantes contre les LGBT phobies ne passionnent pas des masses. Prenons en acte. Toutefois, lorsque certains événements sont organisés, il convient quand même de se poser un certain nombre de questions. En effet, des problèmes graves et sérieux risquent de se poser à terme sur l’ensemble de la société. L’événement organisé, sous le haut patronage du comédien Océan, à Saint-Denis le samedi 13 octobre prochain doit collectivement nous interroger ; et ce, qu’importe nos orientations affectives.
    Sous couvert de lutte contre les LGBT-phobies et de lutte contre le racisme, sont invitées à cet événement plusieurs personnalités qui s’évertuent à saper régulièrement les valeurs républicaines.

    Océan (ex-OcéaneRoseMarie) a écrit une tribune dans Libération défendant Houria Bouteldja, militante racialiste, antisémite, homophobe et misogyne. (https://www.liberation.fr/…/qui-a-peur-de-houria-bouteldja_…) Elle a également relayé une tribune du collectif « Les Irrécupérables » publiée dans Libération. Les militants de ce collectif considèrent que « le camp républicain » « instrumentalise la laïcité à la moindre occasion pour justifier son islamophobie et pour perpétuer les schémas coloniaux. C’est ce même camp qui, à propos des personnes musulmanes, oppose le concept d’«universalisme» à celui de «communautarisme» comme il l’avait fait il y a vingt ans face à nos revendications d’égalité. Nous sommes Irrécupérables pour le faux universalisme de votre «République» ».

    Jérôme Martin, ancien d’ActUp et membre du Conseil Contre l’Islamophobie en France (CCIF), s’épanche régulièrement sur son blog hébergé par Médiapart pour accuser la République d’avoir instauré un racisme d’Etat et une homophobie d’Etat. Jugeant qu’il y a un « racisme systémique » de la part de l’Etat, Jérôme Martin condamne l’universalisme républicain pour épouser la cause communautaire. Que cet homme ait souffert de la période durant laquelle la communauté homosexuelle a été décimée par l’épidémie du SIDA n’est pas à négliger. Toutefois, être aveugle au fait que les LGBT-phobie ne sont pas simplement le fait d’une personne blanche cisgenre hétérosexuelle issue de la classe bourgeoise et de confession catholique est la démonstration du prisme idéologique auquel il adhère. Il est donc un partisan du deux poids deux mesures. Cet homme ne mériterait pas de telles considérations s’il restait derrière son smartphone à tweeter des inepties au vu de l’écho relativement limité qui est fait à ses délires paranoïaques. Toutefois, il est professeur en Seine Saint Denis et le prosélytisme anti-République qu’il doit professer à ses élèves ne peut que nous désoler et nous inquiéter.

    Madjid Messaoudene, élu PG de Saint-Denis et initiateur de cet événement, est un vrai militant de la cause indigéniste. Proche de Rochaya Diallo et fervent défenseur de Tariq Ramadan, il s’est à plusieurs fois illustré par des tweet violents. Après l’attaque terroriste de Mohammed Merah contre l’école juive de Toulouse, sur un ton sarcastique, il avoue qu’il va « s’entraîner à pleurer », déplorant qu’il nous était presque invité « à arrêter de manger, de respirer et surtout de réfléchir !!! ». Il juge que le journal Charlie Hebdo est un hebdomadaire « raciste ». Il considère que « la laïcité écrase l’islam ». Le rassemblement du 11 janvier visant à apporter un soutien à Charlie Hebdo est, pour lui, le rassemblement d’ « une bande de racistes et d’islamophobes, dictateurs en première ligne ».

    Rochaya Diallo et son oeuvre… Nous pourrions en écrire un ouvrage en dix volumes.
    En réalité, on pourrait se dire « rien de neuf sous le soleil ». Un événement de plus qui vise à rameuter la tendance islamiste, décoloniale, indigéniste et communautaire. Or, ce n’est pas la première fois que le milieu militant LGBT est victime de ce type d’entrisme. En début d’année, en mars 2018, Rémy Hamai, président d’ActUp Paris, est poussé à la démission malgré le succès du film 120 Battements par Minute. Dans son communiqué de départ, il dénonce « les jeunes militantEs déjà politiséEs et expérimentéEs dans d’autres luttes, notamment antiracistes » qui « détournent et exploitent l’outil d’Act Up, en se servant de son historique, pour mettre en avant d’autres luttes ». Sous couvert d’intersectionalité, il s’agit bien d’une infiltration. Après l’entrisme qui a déjà bien fonctionné dans certaines associations féministes (entrisme caractérisé par l’organisation de rassemblement de « femmes racisées » visant à promouvoir la lutte contre le féminisme blanc etc.), il semble que la nouvelle cible soit le milieu associatif LGBT.

    Deux questions :
    – Que viennent faire dans cette galère des associations institutionnelles telles que « SOS Homophobie » et « Le Refuge » ? Quel est leur degré de soutien ? Sont-ils naïfs ou conscients de la stratégie qui se joue autour de ces questions ?
    – Qu’est-ce qui se passera quand des militants de cette veine pourront bénéficier d’agrément pour intervenir dans les écoles ? Pour se faire les porte-paroles des luttes antiraciste et anti-LGBTphobe ? A qui pourrons-nous vraiment faire confiance pour porter un message de cohésion nationale et d’universalisme républicain ?

    En cela, ce combat doit concerner tous les républicains et ce, au-delà de nos différences. »

    12

    0
    • Gauche universaliste dit :

      Excellente référence, mais évidemment à la Mairie, les habituels vont crier au fascisme, et chercher des poux dans cette analyse en la reliant aux pages Facebook où elle est apparue (Celine Pina, Printemps républicain, …etc., laïcs honnis par nos communautaristes et relativistes anti laicité et universalité – assimilées à du racisme).
      Le degré de délitement et d’entrisme auquel nombre de groupes, à gauche (dont je suis, mais tellement fatigué par tout ça), doivent se confronter devient problématique. Oui, il faut être antiraciste, oui, la laïcité est le contrat qui nous lie pour partager un projet de société, et refuser les discriminations, mais non, on ne peut s’appuyer sur le racisme qui existe dans la société pour diffuser l’idée que l’Etat républicain est raciste, ni réintroduire la notion scientifiquement et politiquement débilitante de « race » dans les débats (on n’est pas aux Etats Unis!)…. Saint-Denis, à cause de ces gens, est en train de devenir l’avant-pont du dévoiement de combats qui méritent pourtant d’être menés.

      4

      0
  56. Gabriella dit :

    Ce que j’ai retenu des propos des opposants au vote :
    Hervé Borie :
    « La ville n’a plus d’argent : baisse de 2% pour une subvention due à des associations sportives ,
    pour le culturel : suppression la subvention d’une petite association qui favorise l’apprentissage de la musique
    sans aucun respect pour les dionysiens.
    Adrien Delacroix : voter une subvention contrainte alors que tout est calé et hors cadre alors qu’ il aurait pu y avoir un dispositif plus global sur la diversité .
    Philippe Caro : On met le conseil municipal devant le fait accompli . Il y a des gens qui crèvent à La porte de la Chapelle mais il n’y a pas d’argent pour eux.
    Tout le conseil Municipal a écouté les propos de M.Messaoudène mais au cours de l’allocution d’Hervé Borie
    il est parti : ça n’est pas être un peu « facho »?
    Le maire » Jamais le maire de Saint-Denis ne rentrera dans un débat » ….. sûr ? et de rajouter « je suis fier de cette exposition  » trop élevée ou pas assez élevée »

    2

    0
  57. Amine El Khatmi dit :

    Sur la page FB d’Amine El Khatmi, le 7 octobre 2018 :
    « Les gesticulations et le spectacle permanent offerts par Rokhaya Diallo sur les réseaux sociaux ces derniers mois m’ont laissé relativement indifférent et je n’ai, à deux ou trois exceptions près, jamais souhaité contribuer à amplifier et entretenir un buzz continu mis au service d’une entreprise identitaire florissante. Car tout ce bruit n’a depuis bien longtemps plus rien à voir avec de la politique ou du militantisme mais sert à faire prospérer une petite entreprise personnelle.

    La France serait donc un pays truffé de racistes et les noirs et les arabes massivement persécutés.
    D’ailleurs, les preuves sont apportées par Mme Diallo elle-même. Chez sa coiffeuse ? Point de produits pour cheveux crépus. Chez son pharmacien ? Point de pansements de couleur noire. Chez son opticien ? Point de lunettes adaptées à la morphologie de son nez. Dans les loges maquillages des studios TV qu’elle fréquente avec la régularité d’un métronome ? Point de fond de teint adapté. Et la liste des plaintes et des complaintes est sans fin. Ce n’est pas une vie, c’est un calvaire.

    Qu’elle fasse désormais partie de l’élite et se soit mise à l’abri du vrai racisme qu’elle ne connaîtra sans doute plus ; que d’autres continuent à être discriminés dans l’accès au logement en raison de leurs origines (ce qui est autrement plus grave que la couleur d’un pansement) ; que d’autres encore attendent les réponses à des lettres de motivation comme on attend Godot : peu importe !

    Le combat de Rokhaya, c’est Diallo. Le métier de Diallo, être Rokhaya. Tout tourne autour d’elle, de sa vie, de ses déboires. Elle est sa cause, son engagement et sa raison d’être ; elle est la gare de Perpignan du combat antiraciste.
    Antiraciste, elle prétend l’être. « Anti » est sans doute de trop. Car en voyant le tweet posté ci-dessous, qui peut encore défendre une « pensée » politique qui puise directement son inspiration dans celle de l’extrême-droite ? Comment ne pas voir que l’obsession de la race ne peut pousser qu’au chaos ? Comment ne pas voir l’impasse offerte à un pays dans lequel tout tournerait autour d’une opposition entre les blancs d’un côté et les « racisés » (comprendre les noirs et les arabes) de l’autre ? Les dominants et les dominés ? (car même au fin fond de ta campagne, loin de tout, vivant avec 700 euros et le premier médecin à 30 kilomètres, parce que tu es blanc, aux yeux de Mme Diallo, tu resteras un privilégié).

    Alors rappelons quelques évidences :
    1/ La France n’est pas un pays raciste.
    2/ Il y a des racistes en France comme il y a des racistes aux quatre coins de la planète. Lorsque des faits de discriminations et de racisme sont connus, justice est rendue et les auteurs condamnés.
    3/ Les noirs et les arabes qui vivent en France ne subissent pas de discriminations organisées et voulues par l’Etat.
    4/ Passer son temps à exacerber les tensions entre des groupes de la population en raison de la couleur de leur pays est raciste. C’est ce que fait l’extrême-droite. C’est ce que font les indigénistes. C’est ce que fait Rokhaya Diallo.
    5/ Certains « blancs » (quelle horreur que d’en arriver à parler de la sorte !) peuvent aussi être victimes d’actes et de propos racistes (il suffit de tendre l’oreille à proximité d’une cour de récréation ou de faire un tour sur Twitter).
    6/ Mme Diallo, sans doute trop occupée à faire la tournée des plateaux parisiens, ne semble strictement rien connaitre de la réalité du pays et notamment des conditions de vie d’un certain nombre de nos concitoyens dans les territoires ruraux.

    Tout ceci est lassant et nous ne pouvons que former le vœu d’un retour à un débat public apaisé et débarrassé de tout ce cirque identitaire. L’espoir fait vivre, parait-il. »

    13

    0
  58. Gabriella dit :

    @Karim , et le courage et le défi des élus de l’opposition serait de proposer lors de prochains conseils municipaux qu’une subvention soit votée pour une autre communauté puisqu’il y a un enjeu de plus d’une dizaine de milliers d’euros ?
    MAIS ce serait favoriser la compétition communautaire!!!
    Une mairie devrait voir l’intérêt général de sa commune et la diversité de ses administrés avant de subventionner « UNE » association  » pour le profit d’une communauté parce qu’il s’agit aussi de cela.
    Ce qui m’a frappée c’est que des élus de la majorité en préambule parle de  » leur tristesse » de constater que cette exposition mais aussi la demande de subvention ait des détracteurs.
    Moi : ce que je trouve triste c’est qu’ils mettent tout sur le compte de l’idéologie (pour les sincères) et qu’ils soient totalement « hors sol »

    2

    0
  59. Bea dit :

    Bravo monsieur Amine El Kahtmi!

    2

    0
  60. habitant dit :

    @amine
    Rokhaya n’est qu’un élément de plus pour constater que les soit disant gauchistes nous impose une lutte des races pour masquer la lutte des classes, lorsque Russier parle de Saint-Denis phare, il a raison, St-Denis est phare dans la lutte des races comme on le constate aussi à Paris VIII où les blancs sont interdits à certains atelier, car ils sont blanc. Ce combat imposé par les journaux tel que Libération, le Monde.. et autres sont détenus par les grandes multinationales et banque spéculative, ce combat nous est donc imposé par le grand capitalisme et les gauchistes qui travaille main dans la main. On peut faire le même parallèle avec les migrants dont les bateaux comme l’aquarius et les associations pro migrants sont financé par l’open sociéty appartenant au magnat de la finance Soros qui avait fait sauté la banque d’angleterre.
    http://www.captaineconomics.fr/-comment-georges-soros-a-t-il-fait-sauter-la-banque-d-angleterre
    Et n’oublions pas la haine que provoque cette Diallo et consorts aux militants d’éxtrème droite qui se radicalisent encore plus et les Zemmour, finkelkraut…et consort font la démarche inverse en stigmatisant les jeunes de quartier comme si, c’était eux qui avait decidé d’interdire les blancs à des réunions ou de financer Diallo et bouteldjah pour qu’elle insulte les blancs, alors qu’ils savent parfaitement que ce sont quelques élus aux ordres qui décide de tout ça.
    Vous dites que l' »obsession de la race ne peut pousser qu’au chaos », vous avez parfaitement raison, tout est mis en place pour ce chaos, comme s’il était recherché…c’est flippant.

    2

    0
  61. Lecteur du Figaro dit :

    Un long article très documenté et analysant en profondeur l’idéologie indigéniste, par Barbara Lefebvre , dans « Le Figaro » du 8 octobre 2018 : «Quand l’indigénisme se passionne pour nos cheveux»

    FIGAROVOX/TRIBUNE – « La militante associative Rokhaya Diallo ouvre une exposition incriminant le diktat capillaire des «blancs» sur le cheveu «noir». Cette exposition révèle les stratégies victimaires des antiracistes professionnels, argumente Barbara Lefebvre. »

    Extraits :
    « L’exposition Afro! […] ouvre samedi à Saint-Denis, généreusement financée par la municipalité et le Conseil départemental du 93.
    Sur les 20 000 euros de subvention demandés par les organisatrices, Rokhaya Diallo et Brigitte Sombié, auteurs d’un livre sur ce sujet brûlant, plus de la moitié sera allouée par les collectivités publiques précitées. La mobilisation de l’opposition contre le versement de cette subvention fut vaine. On relèvera l’heure tardive (entre minuit et 1h35 du matin!) où le sujet fut mis au débat et soumis au vote le 5 octobre ainsi que le nombre important d’absents et donc de votes par procuration habilement collectés par la majorité.
    Mesdames Diallo et Sombié ignorent probablement que l’opposition à leur subvention n’était pas due à un racisme anti-noir comme cela fut évidemment suggéré par la majorité municipale, mais parce que le budget alloué aux associations dionysiennes (dont beaucoup doivent être animées par des «noirs») est inférieur à 500 euros annuels, subventions en constante diminution dans une ville où les besoins sont immenses. Mais une exposition de bobos afro, vus à la télé, qui «descendent» de la capitale pour animer des ateliers «coiffure nappy» à Saint-Denis, «ça vaut bien» 10 000 euros.  » (…)

    « Le discours de ces antiracistes indigénistes est fondamentalement séparatiste. Les plus habiles masquent tout cela derrière un discours anti-discrimination plus ou moins plaintif selon les icônes. À ce titre, Rokhaya Diallo et son Afro! est plutôt sur le registre «marche des fiertés», prônant d’ailleurs l’intersectionnalité, autre fumisterie intellectuelle venue d’outre-Atlantique. Les plus radicaux, qu’on retrouve dans les universités, dans les milieux associatifs, dans le journalisme communautaire actif sur le net, sont partisans de l’apartheid volontaire. Il faut se tenir loin de la souillure blanche.
    Il est intéressant de relever, au passage, l’obsession antijuive commune dans la mouvance indigéniste affiliée à l’islam politique, comme en témoignait le manifeste d’Houria Bouteldja Les Blancs, les Juifs et nous. Mais après tout, le sous-titre de la dirigeante du Parti des Indigènes de la République devrait nous rassurer: vers une politique de l’amour révolutionnaire. C’est comme avec le clip de Nick Conrad pendez les blancs, c’était «un message d’amour», s’est défendu l’intéressé, mais nous étions trop stupides ou foncièrement mauvais pour accéder à un amour d’une telle pureté. « (…)

    « L’époque est à la complainte victimaire – comme en témoigne l’inquiétant développement en Europe de la judiciarisation des rapports sociaux importée par la culture juridico-contractuelle américaine.
    Il en va de même pour les «cheveux des racisés»: jusqu’où ira le discours antiraciste de la victimisation puisque même le choix de la coiffure ne saurait échapper au diktat de la race? L’antiracisme racisé est un business qui fonctionne sur l’enfermement identitaire de sa clientèle. « (…)

    http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2018/10/08/31003-20181008ARTFIG00294-barbara-lefebvre-quand-l-indigenisme-se-passionne-pour-nos-cheveux.php

    1

    0
    • Bill dit :

      Pour illustrer le monde plein de haine dans lequel vit la grande intellectuelle portée aux nues par certains élus, voici un petit florilège issu de la poubelle appelée Twitter où Mme Diallo et ses copains sont omniprésents pour imposer leur vision raciste de la société et surtout harceler tous ceux qui s’opposent à leur idéologie ségrégationniste en particulier si leurs opposants par leur seule réussite démontrent la stupidité de leurs raisonnements.






      On remarquera que RD se contente d’envoyer des smileys à ses supporters après avoir lâché ses chiens, elle n’est pas folle et peut ensuite pleurer qu’elle est innocente de toute cette haine qu’elle n’essaie surtout pas de stopper.
      Dans la même veine et sur le sujet de notre grande expo Afro, phare culturel, on a aussi l’histoire d’Audrey Pulvar qui se fait attaquer sur ses coupes de cheveux. A lire sur HuffPost : https://www.huffingtonpost.fr/2018/10/08/audrey-pulvar-pousse-un-coup-de-gueule-contre-ceux-qui-se-permettent-des-reflexions-sur-ses-cheveux_a_23553926/
      Et dire que nous finançons, promouvons l’activisme racialiste de cette dame …

      1

      1
  62. Gabriella dit :

    Décider qu’Audrey Pulvar devrait se coiffer autrement c’est non seulement une enfreinte grave à sa liberté individuelle et son libre arbitre mais c’est émettre à son encontre un préjugé raciste car on décide pour elle de ce qui est bien ou de ce qui est mal en relation avec sa couleur de peau.

    5

    0
  63. citoyen93 dit :

    La culpabilité n’est pas héréditaire et les indigénistes l’utilisent à mauvais escient afin de d’envenimer un débat déjà pesant.
    Il aurait été intéressant qu’il y ait un débat contradictoire ou du moins une vraie discussion sur la place des minorités en France.

    1

    0
  64. Joann Sfar dit :

    Les Grandes Gueules/_RMC / sept. 18

    « Je suis très content d’être ami avec @RokhayaDiallo. On est d’accord sur rien. Ce serait d’une tristesse folle si je ne discutais qu’avec des personnes qui partagent mes idées … »
    Joann Sfar

    0

    0
    • Azzedine dit :

      Bonjour.

      Le sujet n’est pas la. On ne dit qu’il faut être d’accord ou pas. Il y a une subvention publique qui a été faite par le fait d’élus sans concertation alors que la situation catastrophique de la ville ne le permets pas.

      Je vous rappelle qu’il y a encore une quinzaine de jours, un enfants est mort, des gamins se mettent sur la gueule à longueur de journée, des gamins tiennent les murs (et deal aussi) au lieu d’aller en cours.

      La municipalité prétends serrer la ceinture à tous le monde mais se permets une grosse subvention à R. DIALLO car certains élus sont copains avec elle.

      Non, on accorde des subventions de 500€ pour des associations d’alphabétisation et 10 000€ pour flatter son ego (et celui des élus par la même occasion).

      L’urgence de la ville est certainement ailleurs que cette exposition.

      Ps: Alors les grandes gueules, c’est le caniveau de l’information.

      5

      0
      • Calvin dit :

        Bonjour,
        Mais si le sujet est là (aussi !). Il y a le sujet des subventions évidemment mais il y aussi ce titre. Pourquoi toujours vouloir faire rentrer certaines personnes dans des cases comme Mme R. Diallo dans celle des indigènes à part pour discréditer ses propos ?

        0

        0
    • Calvin dit :

      Je tiens à préciser que ce n’est PAS Joann Sfar qui a écrit ce commentaire, j’ai juste repris ses propos.

      0

      0
  65. Gabriella dit :

    Pour être ami il faut au moins pouvoir  » accepter  » à défaut de cautionner les propos de « son ami » ; sorti de son contexte ou sans plus amples explications je suppose que Joann Sfar qui a une identité d’immigré ou d’enfants d’immigrés est sensibilisé par le combat de reconnaissance identitaire de R.Diallo ?

    0

    0
    • Louise dit :

      Vous faites beaucoup de suppositions et je cris que vous faites surtout totalement fausse route !…
      Et puisque vous vous posez des question sur plus d’amples explications, pouvez-vous nous dire si Joann Sfar est lui aussi enfant de diplomate ?…

      0

      0
    • Calvin dit :

      Oui enfin V. Despentes n’est pas enfant d’immigrés et elle la cite dans ses écrivains de référence.

      0

      0
  66. Censuré par le JSD dit :

    Le JSD reprend ses habitudes de censure. Voici deux commentaires à propos de l’article de propagande du « journaliste » Aziz Oguz, dans le JSD de cette semaine, sur la journée du 13 octobre organisée par les « indigénistes » sous prétexte de lutte contre l’homophobie. Le 1er commentaire a déjà été censuré et le second le sera très certainement ! Merci de l’accepter ici sur le site « Saint Denis Ma Ville ».
    Thomas Hobbes

    11-10-18
    « Qu’un « journaliste » du JSD soit le porte-plume de la majorité municipale est une vieille habitude à Saint-Denis. Mais qu’un journaliste se transforme en militant idéologique au service d’une tendance ultra-minoritaire dans la ville est gênant. A part M. Messaoudene, qui défend les thèses du PIR parmi les élus ? M. Bagayoko, peut-être ?! Mais cela ne fait que deux élus et certainement pas la majorité municipale, et ne parlons même pas de la majorité des dionysiens qui financent ce journal. »

    12-10-18
    « Allo la censure ! Aziz Oguz est-il un intouchable ? Est-il interdit de signaler sa proximité idéologique avec Madjid Messaoudene ? A qui appartient le JSD ? Aux dionysiens qui le financent ? Non ! A la majorité municipale comme depuis toujours ? Même plus ! Au clan « indigéniste » ? Oui, apparemment ! »

    4

    0
    • Calvin dit :

      Je comprends que ce commentaire ai été censuré ! La journaliste du monde diplomatique et écrivain Mona Chollet relaie souvent les tweets de Mr Messaoudene et ça ne pose pas de problèmes à son journal ni à son éditeur.

      0

      0
  67. Mourad dit :

    @Censuré par le JSD

    J’ai pris pour habitude sur les réseaux sociaux de ne jamais contester une « modération » ni même solliciter une explication dans la mesure où c’est « l’hébergeur » qui prend le risque juridique principal.

    Je suis un contributeur régulier du JSD ; il serait ingrat (et surtout malhonnête) de ma part de parler de censure. De mémoire, ces derniers temps, seulement deux de mes contributions sont passées à la trappe. Pour une je perçois pourquoi (j’informais nommément que l’organisatrice FCPE de la manif Paul Eluard n’était autre que l’animatrice de la formation ségrégationniste interdite aux « non racisés » organisée par le syndicat Sud). Pour l’autre, je ne comprends pas la modération dans la mesure où ma prose est dans le domaine public ! (je reprenais une phrase du livre d’Houria Bouteldja « « Comme chacun sait, la tarlouze n’est pas tout à fait un homme. Ainsi, l’Arabe qui perd sa puissance virile n’est plus un homme » »).

    Je ne fais pas de statistiques précises mais il me semble que pour le moment les modérations sous l’ère Lalande sont moins fréquentes que sous l’ère Sanchez … mais çà peut bouger parce qu’il y a énormément de tensions internes au sein de la majorité municipale et les pressions sur le JSD doivent être courantes (exemple M.Messaoudene qui se plaint sur twitter d’une interview d’un prof et sollicite un « droit de réponse » d’un autre prof.)

    Concernant Aziz Oguz, je l’ai moi-même sollicité suite à l’altercation qu’il a eu avec Adrien Delacroix … il m’a répondu à côté ( je lui disais qu’il ne lui appartenait pas de décider ce qui était un vrai ou un faux débat) mais il m’a répondu … et il m’a publié !

    Ceci étant dit, je regrette que peu de contributeurs de Saint-Denis Ma Ville contribuent également au JSD. Si nous voulons faire bouger les lignes ( y compris au sein de la majorité municipale), il faut exploiter tous les supports …

    Bon week-end à tous

    1

    0
    • Calvin dit :

      « Comme chacun sait, la tarlouze n’est pas tout à fait un homme. Ainsi, l’Arabe qui perd sa puissance virile n’est plus un homme » »).

      La censure du JSD me semble évidente. Le mot « tarlouze » est un mot péjoratif pour les homo. Le JSD a une charte qui interdit ce genre de propos. (Soit dit en passant, les propos de Mme Bouteldja valent pour la plupart des hommes sinon il n’y aurait pas autant de suicide de jeune homo en france non ?)

      « Ceci étant dit, je regrette que peu de contributeurs de Saint-Denis Ma Ville contribuent également au JSD. Si nous voulons faire bouger les lignes ( y compris au sein de la majorité municipale), il faut exploiter tous les supports …  »

      Aucun débat démocratique n’est possible sur le JSD alors je n’y vais plus.

      0

      0
    • Calvin dit :

      (je me permets de replacer mon commentaire à la bonne place)

      Je comprends que ce commentaire ai été censuré ! La journaliste du monde diplomatique et écrivain Mona Chollet relaie souvent les tweets de Mr Messaoudene et ça ne pose pas de problèmes à son journal ni à son éditeur.

      0

      0
  68. Olympe dit :

    Comme Madjid Messaoudene ne s’intéresse que depuis peu à la lutte contre l’homophobie à Saint-Denis, il ne veut surtout pas aujourd’hui se couper de ses soutiens islamistes. Depuis longtemps, on pouvait constater qu’il n’y avait pas eu un geste, pas une déclaration officielle en tant qu’élu, de la part de Madjid Messaoudene sur les crimes homophobes commis dans les pays islamiques. Et aujourd’hui il met sur le même plan dans son discours les agressions de femmes voilées (où cela ? quand cela ?…) et les agressions homophobes (que la presse signale quasiment tous les jours) en France.

    Alors puisque les « indigénistes » pro-islamistes veulent essayer de récupérer les militant(e)s homosexuel(le)s, ce dessin de presse devrait les faire réfléchir :

    6

    0
    • Calvin dit :

      En même temps si on regarde le twitter de Joann Sfar, il ne s’intéresse que depuis 4 ou 5 mois à l’homophobie et de façon régulière et constante (il n’en avait jamais parlé avant). Mais on ne dira rien.

      0

      0
      • Bill dit :

        Peut-être mais Joann Sfar n’est pas notre délégué à l’égalité hommes-femmes et à la lutte contre les discriminations. De plus, il ne se prétend pas « défenseur des homosexuels ».

        1

        0
  69. Suger dit :

    Petite question pratique sur la journée du 13 octobre organisée par Madjid Messaoudene, le conseiller municipal délégué, et Rokhaya Diallo, la subventionnée capillaire de la municipalité :
    Est-ce que Houria Bouteldja, la porte-parole du PIR, est invitée à cette journée ?
    D’abord c’est une copine de Rokhaya Diallo. Et puis elle a été si souvent invitée par Madjid Messaoudene pour des meetings à la Bourse du Travail de saint-Denis qu’il est légitime de poser la question.
    D’autant plus que c’est une vraie spécialiste de l’homophobie, mais coté homophobe 😡…

    Quelques citations de son livre majeur :

    10

    1
  70. Bea dit :

    Il fut un temps quand j’avais lu ces lignes j’avais cru qu il s’agissait d’un faux tellement c est énorme !
    Et bien maintenant J’ai l’impression qu il n’y a plus rien d’exceptionnel à lire ou entendre ces propos!
    Nous avons accepté l’inacceptable sous de faux prétextes ! Nous fonçons tout droit dans le mur!

    5

    0
  71. Gabriella dit :

    Bonjour Louise,
    Je ne sais pas si Johann Sfar est fils de diplomate ou pas et je m’en moque, cela voudrait dire que ses grands parents ne seraient venus pas en France en tant qu’immigrés, le savez-vous ? mes suppositions gratuites (oui je ne suis pas allée chercher sur internet) ont été motivées par l’œuvre de Joann Sfar, entre autres le célébre « chat du rabbin » et c’est sa façon de traiter ses personnages si attachants entre l’Europe de l’Est et le Maghreb qui m’ont fait supposer qu’il pouvait être sensibilisé par le combat identitaire de R. Diallo alors dîtes moi tout : il serait très content d’être l’ami de R.Diallo parce qu’ils auraient les mêmes origines sociales ? en tous cas, je veux bien faire fausse route et que vous éclairiez ma lanterne
    Bien cordialement à vous

    0

    0
    • Calvin dit :

      « alors dîtes moi tout : il serait très content d’être l’ami de R.Diallo parce qu’ils auraient les mêmes origines sociales ? »

      Sfar dit juste qu’il est « très content d’être ami avec @RokhayaDiallo » même si il ne partage pas ses idées. Ca ne va pas plus loin ! Et c’est très clair, il parle juste d’être ami avec une personne avec lequel il ne partage pas les mêmes idées. Ce que vous projetez sur lui (combat identitaire, ect) cela vous apartient. Il ne parle pas ici d’identité.

      0

      0
  72. Mourad dit :

    Déclaration de La France Insoumise / Saint-Denis qui officialise quasiment la candidature de Bally Bagayoko aux municipales de 2020. Ce n’est pas une surprise, REVE ayant été créé pour cela. Derrière cette candidature, nous allons retrouvé les deux personnes les plus détestables pour le vivre ensemble à Saint-Denis : Brafmann et Messaoudene.

     » le 13 octobre 2018
    La politique de Macron frappe durement chaque jour un peu plus les dionysien-ne-s. Un jour, les droits sociaux sont cassés, le lendemain, les services publics et la protection sociale sont comprimés, le surlendemain, les droits démocratiques sont abimés. Le tout encouragé par l’Union Européenne qui impose partout l’austérité.
    A Saint-Denis, la résistance à cette politique anti-sociale a commencé dès l’élection présidentielle. Dans notre ville, Jean-Luc Mélenchon, le candidat de La France Insoumise, est arrivé en tête du 1er tour avec 43,4% des suffrages en défendant « l’Avenir en commun ». Ce projet porte l’espoir d’une autre société fondée sur la justice sociale, la solidarité, l’égalité, la paix et la nécessaire transition écologique.
    Ce combat s’est poursuivi dans les luttes sociales et écologiques ainsi qu’à l’Assemblée avec les députés Insoumis.
    De nouveaux rounds arrivent avec les élections européennes en 2019 et municipales en 2020.
    La France Insoumise (LFI) de Saint-Denis entend être à la hauteur de la confiance que lui ont accordé les dionysiennes et dionysiens dans ce contexte de grave crise écologique, politique et sociale. Elle s’engage d’ores et déjà dans la campagne des européennes. Elle sera également prête pour prendre toute sa place, aux côtés de toutes celles et tous ceux « qui ne lâchent rien », aux élections municipales dans notre ville et travaillera à la construction collective d’un projet.
    Pour conduire cette bataille, nous, militantes et militants insoumis de Saint-Denis, avons désigné Bally Bagayoko comme chef de file.
    Fidèle à Saint-Denis et aux dionysien-ne-s depuis son enfance, intraitable sur les valeurs de justice sociale et de fraternité, engagé au quotidien aux côtés des habitant-e-s de nos quartiers qui se battent contre les discriminations et pour l’égalité, militant de la première heure contre l’austérité, Insoumis ne cédant ni aux sirènes technocratiques ni à la démagogie, il nous ressemble et nous rassemble.
    A l’heure où Macron et son gouvernement cherchent à asphyxier financièrement nos communes, et alors qu’il faudra se battre pied-à-pied pour que les JOP de 2024 profitent aux dionysien-ne-s et non aux multinationales, il est le mieux placé pour incarner la détermination à ne baisser ni les bras ni la tête et à enclencher une dynamique populaire, particulièrement avec les jeunes auxquels il faut donner toute leur place, et pour construire, ensemble, un autre avenir en commun… pour notre commune.

    1

    0
    • caroline dit :

      Mourad,
      Comme tout le monde a pu constater, le groupe REVE ce sont les enfants de P Braouezec. Donc tous des anciens communistes. Bally Bagayoko est l’élève, Madjid Messaoudene est l’ancien collaborateur, P. Vassalo, et Dumoutier sont des proches de P Braouezec. J. Brafman aussi. Tout ceci est juste pour des places confortables et aussi, on retire les anciens pour remettre des anciens.

      1

      0
  73. Louise dit :

    Opération indigéniste à Saint-Denis hier : un BIDE de plus !

    Une dizaine de stands déserts devant la mairie, une soixantaine de personnes dans la salle du Conseil (des associatifs, beaucoup d’amis de Messaoudene et Diallo, quasiment aucun dionysien).
    La seule attraction de l’opération qui a attiré quelques badauds est le saut à l’élastique de Bally Bagayoko …

    La convergence des luttes indigénistes à Saint-Denis, c’est pas pour demain !
    Et ça irrite Messaoudene. 🙂

    7

    1
    • Mourad dit :

      Il s’agit effectivement d’une tartufferie mais c’est regrettable parce que les actes homophobes n’ont jamais été aussi nombreux et c’est un vrai sujet d’inquiétudes.

      Plutôt que d’informer, d’éduquer les jeunes et les moins jeunes, nous avons assisté à une grotesque tentative de récupération des légitimes luttes LGBT pour les entrainer vers des combats qui ne sont pas les leurs ou du moins pas leurs priorités ( en vrac Palestine/Adama/Police assassine/blanchitude/négritude/racisés/non racisés/racisme d’Etat etc.).

      … Mais ce n’est pas nouveau : j’ai assisté en live intégral à la tentative de récupération des « nuits debout » de Ruffin par les indigénistes, les décoloniaux, les islamistes radicaux … ils ont tellement pollué l’atmosphère que tout le monde a fini par fuir … pourtant le concept Ruffin était intéressant.

      4

      0
    • Suger dit :

      La grande journée de mobilisation des « indigénistes » (sous prétexte de lutte contre l’homophobie) ce samedi 13 octobre n’a pas rassemblé grand monde à Saint-Denis et pratiquement pas de dionysiens. Il n’y avait personne devant les stands. Le débat , dans la salle du Conseil municipal, n’a réuni que des « associatifs », souvent militants indigénistes et racialistes, et il est finalement parti en vrille comme l’article du JSD est bien obligé de le constater.
      http://www.lejsd.com/content/une-premi%C3%A8re-en-clair-obscur

      Comment expliquer cet échec ? Les « indigénistes » inquiètent, à juste titre, les militants LGBT, et surtout il apparaissait clairement pour les dionysiens que la méthode suivie cherchait uniquement à faire parler de Madjid Messaoudene et de Rokhaya Diallo, et non à combattre réellement l’homophobie à Saint-Denis.

      7

      0
    • Olympe dit :

      Très intéressant compte-rendu de la réunion dans la Salle du Conseil municipal sous prétexte de lutte contre l’homophobie par Alexis Buixan sur sa page FB :

      Alexis Buixan
      14 octobre, 17:53

      SERVICE APRES VENTE.

      Bon, la semaine dernière, j’ai encore fait mon rageux, comme dit notre cher Madjid. J’ai critiqué la tenue de cet événement qu’il a organisé hier avec AIDES. Cette réunion était sous la haut patronage du comédien Océan et orchestrée par Rokhaya Diallo.

      Avais-je raison de crier au loup avant que l’événement soit tenu ? Oui.
      Les causes LGBT ont-elles été une nouvelle fois instrumentalisé autres que la lutte contre l’homophobie ? Oui.

      Après avoir regardé qu’une heure de la vidéo des débats (oui, j’allais quand même pas tout regarder… on n’a qu’une vie et que deux oreilles), toutes les craintes que le camp laïc, républicain et universaliste avaient formulées se sont vues justifiées par le contenu des propos.

      Certes les LGBT-phobies sont évoquées mais toujours comme prétexte d’une autre discrimination qui elle, est toujours bien plus importante : le racisme ou l’islamophobie. Ce qu’ils appellent de la convergence relève davantage de la hiérarchisation. Il est davantage question de « voile » et de la loi de 2004 qui est mise à l’index, d’homonationalisme ou de pinkwashing. Un intervenant a même parlé de « suprématie blanche » (ce que ne manquera pas de soulever, en remerciant l’orateur, notre chère Rockhaya Diallo). Pour en fin de compte, on en vient toujours à ce point là chez ces militants : Israël.

      Alors, certes, la société n’est pas exempt de reproches vis-à-vis de certaines populations comme les transsexuelles, les transgenres etc.. Mais, tous ces gens, sous couvert d’initiatives disparates, peuvent-ils se permettre de faire la leçon à tout le monde ? Comment se fait-il qu’alors que la République et l’universalisme républicain sont en permanence au pilori, la relation entre religion et homosexualité n’est jamais questionnée ? A aucun moment, il n’est dit que TOUTES LES RELIGIONS – et particulièrement leur approche politique – détestent les homosexuels et les femmes.

      Discuter de l’homophobie en banlieue est une exigence nécessaire. Mais, c’est bien parce que c’est si important qu’on ne peut salir cette si noble cause. Il s’agissait juste d’un rassemblement d’associations avec en soutien des militants rodés à ces questions (événement qui a dû surement être bien subventionné par les pouvoirs publics… ce même Etat républicain qui serait, selon ces mêmes personnes, islamophobes, transphobes, racistes etc.). Mais, la population de Saint Denis ou plus largement de Seine Saint Denis ne s’est pas déplacée. Or, comment ça se fait qu’ils n’ont pas trouvé un seul homosexuel qui aurait pu témoigner de l’homophobie dont il a été victime à Saint Denis ou ailleurs ?

      Bref, le plus grave est le soutien dont profitent tous ces gens et l’aveuglement de leurs soutiens (Têtu, Komitid, SOS Homophobie, Le Refuge etc.). A force de ne pas vouloir voir la réalité, on se fait avoir. A force, leur bonne morale les couvrira de déshonneur. Qu’ils aient rendez-vous avec l’histoire.

      2

      0
  74. Bea dit :

    La France insoumise devrait se pencher d’un peu plus près sur ceux qui la représente à Saint Denis!!!!
    Ayant dans mon entourage des personnes sympathisantes de ce mouvement (dans d’autres départements ) je peux vous dire qu ils n’ont rien mais rien en commun avec tous ces énergumènes de notre ville!!!

    6

    0
  75. Laurent dit :

    Bonjour,
    Son nom circule depuis quelques temps pour les municipales. De mon point de vue, c’est prendre les mêmes et recommencer ! Et ça commence mal :
    L’hypothétique futur édile. … » travaillera à la construction collective d’un projet… » Ce qui se traduit par : il n’a pas de projet et il compte (ses amis aussi sans doute) sur de bonnes volontés aveugles et sourdes pour lui donner des arguments et des idées.
    J’ai pas déjà vu ça quelque part ? On vous laisse croire que vous participez à la construction politique d’une ville, d’une circonscription …. pour mieux vous endormir et in fine, conserver surtout le système en place.

    Rébellion à 2 balles je dis ! Ce monsieur fait partie de la bande et après quelques postures et cries d’orfraies pour le premier tour, il fera naturellement allégeance histoire de ne pas perdre un bon job.
    Que veut il nous faire croire en prétendant … »se battre pied à pied… » à propos des JOP ? Il le sait très bien, tout est déjà plié en ce qui concerne les retombées financières.

    Cette bande continue de nous prendre pour des ânes. Tant que l’un d’eux sera en place, RIEN NE CHANGERA, cette ville continuera son enlisement.
    Combien de fois n’ai je entendu lors des précédentes municipales « ça va peut être changer », sous prétexte qu’on a refaisait (un peu) la déco en chassant les sauvettes , en nettoyant, en verbalisant…

    J’ose espérer qu’il y aura moins de crédulité et de naïveté cette fois ci.
    J’ose espérer qu’un candidat digne de ce nom aura le courage de les affronter.
    J’ose espérer une prise de conscience qui fera déplacer en plus grand nombre électrices et électeurs.

    Bien d’accord avec Béa à propos des représentants de la France Insoumise à Saint Denis.

    Question pré-électorale : quelqu’un sait il quelque chose à propos de l’affaire du CTM ?

    7

    0
  76. Azzedine dit :

    Bonjour

    Ca y est, Bally Bagayoko est sorti du bois. Il a été déclaré (il était seul en lice) tête de liste pour les européennes et les municipales à la France Insoumise.

    http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/saint-denis-la-france-insoumise-se-donne-un-chef-de-file-15-10-2018-7919769.php

    J’en connais à la mairie qui vont faire la gueule à la mairie.

    S. PEU souhaite le rassemblement déjà…..

    Cela s’annonce sport les semaines qui arrivent.

    2

    0
  77. Mourad dit :

    Bonjour AZZEDINE

    Pour les européennes ( si j’ai bien compris), il s’agit d’un scrutin de liste national proportionnel ; je vois mal LFI choisir B. Bagayako comme tête de liste.

    1

    0
  78. Bea dit :

    Pour en revenir à la subvention scandaleuse allouée à Mme R.D je tiens à rappeler aux élus , que les décorations de noël des rues de notre centre ville ne sont disponibles que pour la place de l Hôtel de Ville , la rue de la république et un bout de la rue Gabriel Péri . Cela fait déjà quelques années que je demande aux services concernés pourquoi les rues adjacentes (surtout celles où se trouvent des écoles ) ne le sont pas et chaque année on me fait la même réponse « restrictions budgétaires!
    La magie des illuminations de fêtes coûte et pas une exposition qui n’interesse que ceux qui l’organisent!! Tout ce beau monde devrait avoir honte des choix qu ils font!!!! Et tout cela pourquoi ??pour le clientélisme !
    Je me souviens de Saint Denis illuminée décorée où il faisait bon vivre des moments de fêtes même quand on était fauchés au moins dehors c’etait Beau!!!! Et sans parler de toutes ces festivités entre soi qui ont lieu au frais du contribuable!

    6

    0
  79. Suger dit :

    Depuis le 18 octobre, on parle beaucoup à Saint-Denis des révélations sur son blog de Ph. Caro, le conseiller municipal communiste dissident, à propos des revenus très conséquents que touchaient le maire-adjoint Bally Bagayoko au début du mandat municipal (voir sa déclaration officielle à la Haute Autorité de la Transparence de la vie publique), soit environ 7150 euros par mois, et sur l’emploi dont il bénéficiait à la RATP, alors qu’à l’époque il cumulait deux mandats d’élu.

    Les questions qui se posent est de savoir si Bally Bagayoko, maire-adjoint et depuis peu « chef de file » des « Insoumis » de Saint-Denis pour les municipales de 2020, perçoit toujours des revenus aussi élevés (dont plus de la moitié sont des indemnités d’élu…) et s’il occupe toujours un emploi à la RATP.

    http://philippecaro.over-blog.com/2018/10/le-coeur-a-gauche-et-le-portefeuille-a-droite.html?fbclid=IwAR1157lDBqQepDkIiddYOGY5hy76l0CcvgV6IAxwzvBWVka6NRowFfFOnC0

    Or Bally Bagayoko ne répond pas aux questions précises qui lui sont posées à partir des révélations de son collègue Ph. Caro. Bien sûr, il envoie « au charbon » les rares soutiens, qui veulent bien se mouiller pour lui, pour insulter ceux qui posent des questions, s’attaquer aux personnes et ne jamais répondre sur le fonds. Lui-même élude les questions et tente désespérément de gagner du temps.

    Au bout de cinq jours, la conclusion est simple : ces révélations sont gênantes pour Bally Bagayoko , il ne les dément pas et n’a aucune explication à donner. Mais ce n’est que partie remise. Car il doit savoir qu’il ne pourra pas venir faire des promesses de transparence et se proclamer le représentant des déshérités dans les mois qui viennent, sans que ces révélations ne reviennent dans la mémoire des dionysiens…

    11

    1
  80. Mourad dit :

    Je n’ai pas pu « siphonner  » tous les échanges sur Facebook … beaucoup ont été effacés notamment celui de l’Hip Hoper « Frangin YAYA » quand il évoquait « la mafia bretonne ».

    Il va avoir du mal Bally avec toutes les casseroles qu’il y a en stock prêtes à mettre sur la table de cuisson !

    3

    0
  81. Olivier dit :

    Bally Bagayoko a un nouveau concept : la réunion publique sans contradicteur !

    Il croit pouvoir ainsi échapper à des questions gênantes sur le montant de ses revenus et le cumul de postes et d’emploi dont il bénéficie.

    4

    0
  82. Mourad dit :

    Je crois percevoir pourquoi B.B. organise cette réunion dans l’urgence … Ce qui est assourdissant c’est le silence de la majorité municipale et surtout des REVEurs pour soutenir B.B. … En résumé : démerde toi Max … Ou plutôt démerde toi Bally !

    2

    0
  83. Theo dit :

    Article très long du Monde de ce jour sur cette manifestation : Femmes noires et métisses : une libération qui commence par les cheveux
    Après des décennies d’injonction au défrisage et de canons de beauté édictés par les Blancs, elles affirment leur identité en laissant leurs cheveux au naturel.

    M le magazine du Monde | 02.11.2018 à 06h35 • Mis à jour le 03.11.2018 à 11h25 |
    Par Caroline Rousseau

    0

    0
  84. Exdionys dit :

    « C’EST UN SOUCI PERMANENT DE VIVRE DANS UN PAYS QUI NOUS DONNE LE SENTIMENT QU’ON N’EXISTE PAS PARCE QUE RIEN N’EST PENSÉ POUR NOUS, NI LES PANSEMENTS, NI LES COIFFEURS, NI LES FONDS DE TEINT. » ROKHAYA DIALLO Citée par Le Monde du 2 novembre en intertitres en gros caractères. mais qui a jamais songé à faire changer de cheveux aux personnes africaines? personnellement, je les trouve souvent très belles, comme elles sont. Ces obsessions « raciales » sont d’un triste..!

    0

    0
  85. Marion dit :

    Ce cumulard sans vergogne ni principes est un opportuniste de premier ordre. Ce bouffon communautariste s’est placé à la remorque de la « France Insoumise » qui ne mérite pas d’avoir ce suppositoire érigé en représentant, quoi que l’on pense par ailleurs de son leader et de son programme. Avec un rallié pareil et sa clique, la FI ne pourra que faire naufrage à Saint-Denis, puisque l’ère du gauchisme infantile et indigéniste vacille suite aux multiples enquêtes journalistiques.
    Saint-Denis est désormais dans l’oeil du cyclone et dans le collimateur médiatique, n’en déplaise au journal officiel de la mairie le JSD. Les multiples dérives des caciques de la mairie, qu’elles soient salariales, affairistes, ou spécieuses ont déjà été sous le feu des projecteurs. Cela va s’accroître considérablement avec la campagne naissante des municipales de 2020.
    Les animateurs et les contributeurs de ce blog, considérés à juste titre comme des lanceurs d’alerte, n’ont pas fini d’afficher les élucubrations et les méfaits de ces naufrageurs publics qui croient dégoûter les contradicteurs, acheter le silence des Dionysiens, et faire taire les opposants.

    8

    0
  86. Suger dit :

    R. Diallo mène des combats décisifs pour l’avenir du monde.
    Je me demande si les 20 000 euros versés par la ville vont lui suffire ?!

    5

    0
  87. Arlette dit :

    Il y a quelques mois, Rokhaya Diallo, a fait pleurer dans les chaumières, sur le sort des personnes noires qui n’auraient, selon elle, jamais eu accès à des sparadraps invisibles, preuve irréfutable du racisme ambiant ! Bien que ces sparadraps existent depuis des décennies, ce « sparadrapgate » a tout de même fait le buzz, notamment chez les adeptes du racialisme, du différentialisme, de l’indigénisme et autres idéologies à 2 balles qui font le régal de quelques sociologues.

    Aujourd’hui, toujours plus haut et plus fort, Mme Diallo, a franchi une étape sur tweeter : après le « sparadrapgate », on a droit aux lamentations concernant les ballerines de danse. Bon, va quand même falloir lui dire que même si des sornettes sont écrites sur le « New York Times », cette histoire de couleurs de ballerines est bidon. Mais oui, Mme Diallo, des ballerines de toutes couleurs sont en vente depuis des décennies chez Repetto, vous savez le spécialiste des costumes de danse…

    En fait, on s’en fiche des couleurs des ballerines et des pleurnicheries surfaites de Mme Diallo. La vraie question est que les entreprises « racialistes » et différentialistes ont l’habitude de faire du business en se parant des habits de l’antiracisme. Qu’elles fassent des bénéfices, pas de problème. Mais pas au nom de l’antiracisme et pas avec de l’argent public comme à Saint-Denis !

    11

    0
    • Bill dit :

      Cette histoire de sparadrap raciste m’a toujours fait rire. Je ne sais pas pour vous mais à part le sparadrap transparent, je ne vois pas qui arrive à porter un pansement qui serait accordé à la couleur de sa peau. Parce que le pansement blanc, excusez-moi mais qui a la peau vraiment blanche ? Le marron ne convient pas non plus à grand monde. Le pansement n’a jamais été un accessoire d’élégance mais bon, elle a le sens marketing, il y a un business à se faire… test colorimétrique de votre couleur de peau ou fond de teint puis impression personnalisée de vos pansements avec option tâches de rousseur, déclinaison hiver / été.

      2

      0
    • Bill dit :

      Prochain combat / business : les sous-vêtements couleur « chair ». Trop raciste ce concept !

      1

      0
  88. Bill dit :

    Voici un auteur dont la lecture ferait le plus grand bien à nos racialistes professionnels et, sait-on jamais, ouvrirait les esprits bornés à un peu plus de réflexions ? Mais c’est moins bon pour leur business… : « Appiah, le philosophe américain qui milite pour une libération de l’identité ». A contre-courant des thèses intersectionnalistes américaines importées à coups de buzz en Europe voici ce qu’on peut lire dans ce long article, extraits :
    « Désormais citoyen américain, Kwame Anthony Appiah a longtemps été, selon ses propres termes, «un Ghanéen avec un passeport anglais». Il est né à Londres en 1954 au sein d’une famille mixte: son père vient du Ghana, sa mère est anglaise; du côté paternel on est protestant méthodiste, du côté maternel anglican. Il a grandi à Coumassie, au Ghana, en Afrique de l’Ouest, jusqu’à la mort de son père.
    […] Qu’est-ce que l’identité? Doit-on en parler au pluriel? Pourquoi ces questions sont-elles essentielles? Peut-on s’autoproclamer porte-parole au nom d’une minorité? Que signifie l’autonomie, l’auto-détermination et la liberté si on est réduit à une seule identité et si on doit agir en fonction de ses règles? Délaissant le label de «people of color» qu’on lui a si souvent accolé, Anthony Appiah aborde frontalement ces questions en toute liberté dans son nouveau livre.
    […] Pratiquant le «langage de l’identité» depuis de longues années, Appiah n’est pas un nouveau venu dans le débat sur la question identitaire. C’est un universitaire de tout premier plan qui est aujourd’hui professeur de philosophie et de droit à l’université de New York, après l’avoir été à Princeton et Harvard (où il faisait partie du célèbre trio d’intellectuels noirs avec le philosophe Cornel West et le critique Henry Louis Gates Jr.).
    […] L’argument principal du livre d’Appiah est que la défense d’une identité figée, qui résumerait un individu, se fonde sur une erreur. Être noir, musulman ou lesbienne sont des étiquettes qui ne peuvent entièrement définir une personne, des étiquettes auxquelles on adhère librement et qui finissent par adhérer à nous à notre insu. «Si l’on suppose, écrit Appiah, qu’il y a au cœur de chaque identité de fortes similarités qui lient les membres d’un même groupe, on commet une erreur. Ce n’est pas vrai! Ce n’est pas vrai! Ce n’est pas vrai!», répète-t-il. Pour lui, l’identité lorsqu’elle est figée est source de dangers; elle affaiblit les solidarités humaines; dans les pires cas, elle peut produire des conflits et parfois des guerres.
    «Si parce que je suis “ceci” ou “cela”, je dois agir comme “ceci” ou comme “cela”, on a affaire à ce qu’un philosophe peut appeler un “sens normatif” [normative significance] à l’encontre des membres du groupe […] Cela crée des normes d’identification: des règles selon lesquelles on doit agir, en fonction de son identité.»
    Appiah milite ainsi pour une libération de l’identité, concept dont il parle d’ailleurs souvent au pluriel. Il réfléchit à l’articulation des différentes formes d’identités et émet des doutes sur le fait que quiconque puisse s’exprimer au nom d’une minorité plurielle. «Les identités sont des mensonges qui nous unissent», résume-t-il, en une formule qui a donné son titre à son dernier livre.
    […] Cette voie consiste d’abord à accepter de critiquer les «siens». Appiah n’hésite pas à rompre avec le présupposé communautaire qui veut qu’on ne peut pas dire du mal de sa propre «communauté» (mot lui-même piégé, que le philosophe emploie peu). Ce faisant, il n’hésite pas à mettre en débat les autres postulats classiques de protection du groupe: l’unité de la communauté, son histoire linéaire, les identités figées, la possibilité d’ériger des porte-paroles qui s’expriment en son nom.
    […] La vision pro-européenne d’Appiah est également claire. En parlant la langue d’un natif de Sa Majesté tout en ayant le regard d’un outsider, il assène aux Européens quelques vérités. Il montre par exemple que la défense des «racines chrétiennes de l’Europe», actuellement «essentialisée» par des leaders nationalistes et anti-musulmans en Pologne, Autriche ou Hongrie, est une impasse. Elle est aussi, sur le plan historique, un mensonge. «Nous pouvons vivre ensemble sans avoir besoin d’une religion commune ni d’ancêtres communs, écrit Appiah. Ce qui lie des citoyens ensemble, c’est un engagement [a commitment en anglais].» Et non pas des mensonges.
    […] Qu’elle soit raciale, religieuse, nationale, culturelle ou de classe, l’identité n’est jamais figée ni stable. On ne peut la rigidifier. C’est un contrat, toujours un peu en renouvellement. Il n’y a pas de portrait type qui idéalise le membre d’une identité donnée. Appiah conteste aussi la tentation de délimiter avec précision les contours d’un groupe qui serait uni par une seule identité.
    […] Autre élément central de la réflexion d’Appiah: «Nos identités sont multiples et peuvent interagir les unes avec les autres de manières complexes». Cette idée rejoint la thèse décisive d’Amartya Sen dans son livre majeur Identité et violence. Comme Sen, Appiah pense qu’on ne peut pas résumer un être humain à une identité. Si quelqu’un est noir, il est aussi un homme ou une femme, un hétérosexuel ou un gay ou une lesbienne, un intellectuel ou un ouvrier, un Anglais ou un Indien ou un Argentin –autant d’identités qui s’agrègent et se complètent d’une manière délicate et qu’on ne peut réduire à une seule identité.Voilà pourquoi Appiah se méfie des porte-paroles qui ne sont, au mieux, que «des représentants autoproclamés d’une abstraction»: «Avoir une identité ne vous autorise pas, en soi, à parler au nom de tous ceux qui partagent cette identité», écrit-il. Dans un essai récent publié dans le New York Times, il critique ceux qui s’arrogent le droit de parler au nom de «leur» communauté: on ne peut pas parler «au nom» des Noirs ou «au nom» des Blancs car chaque membre d’une identité donnée a vécu des expériences différentes. On ne peut parler que pour soi.
    Dans un registre plus culturel, Appiah critique naturellement les opposantes et opposants à l’appropriation culturelle, un débat très vif actuellement aux États-Unis et qui consiste à refuser à celles et ceux qui ne font pas partie d’une communauté d’en reprendre les codes. Appiah comprend que certaines appropriations culturelles puissent être malvenues, lorsqu’elles sont provocatives ou humiliantes, mais il défend les emprunts et les usages car toutes les cultures sont «mobiles», sont le produit de mélanges et ont besoin de se «diffuser». On le sent aussi prendre ses distances avec un mouvement radical comme Black Lives Matter, dont il partage les objectifs, mais pas nécessairement tous les combats. Dans un autre essai, il a pris l’exemple d’une personne qui est «hostile aux flics» en tant qu’homme noir mais qui a «besoin des flics» en étant un homme noir propriétaire immobilier.
    […] Il y a beaucoup d’Appiah dans le monde d’aujourd’hui, des êtres humains qui aspirent à vivre librement leur identité et à parler pour eux-mêmes. Mais ils sont rarement entendus car les porte-paroles des communautés, qu’elles se constituent autour du prisme religieux, racial, national, sexuel ou culturel, sont très bruyants: ils parlent plus fort, le verbe plus fleuri et la voix plus haute. Ils sont plus audibles quand ils exagèrent leurs différences avec les autres et accentuent leurs similarités avec leur propre groupe. Et Appiah de leur répondre, encore et encore: «Les identités pour lesquelles vous vous battez sont des mensonges». »

    3

    0
  89. Marcel dit :

    Désolé  » Bill  » : le Dionysien que je suis est dépassé par la lecture des extraits que vous avez pris soin de nous rapporter.
    Merci néanmoins.

    0

    0
  90. Grain de sel dit :

    J’en suis baba , tout ça pour des ballerines !!! Heureusement que le ridicule ne tue pas car Mme Diallo ne serait à cet instant plus de notre monde ! La table ronde animée par David Pujadas sur LCI tous les soirs à 18h et à laquelle participe comme journaliste la « mal chaussée » R. Diallo ,l’a ainsi échappé belle !!! Hâtons nous d’en rire avant d’en pleurer….

    1

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.