Les nuits Parisiennes, les nuits belles à Sienne, les nuits Dionysiennes…*

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. Grain de sel dit :

    Quel plaisir de lire à nouveau Bill.Une fois de plus nous pouvons partager ces belles nuits dionysiennes que nous passons tous les uns et les autres dans nos quartiers et où le temps de sommeil est bien court hélas. De la place du 8 mai au Barrage nous vivons sur un grand pied , pensez donc des restaurants les uns sur les autres , du tabac, des cigarettes à gogo ,des odeurs, des cris, des détritus , enfin quoi tout ce qui fait une ville agréable à vivre! Une ville apaisée comme dit l’édile en chef et son escouade de béni-oui-oui ! Dans cet Éden nous avons même repéré des espèces nouvelles , des singes hurleurs qui doivent avoir les oreilles sensibles au froid puisqu’ils portent toujours des capuches , et puis ils y en a d’autres qui semblent affamés , ils mangent à toute heure du jour une alimentation pas très variée… Ils ont aussi des habitudes tous les soirs vers minuit , ils pratiquent une sorte de rituel d’extinction des feux ,ils jettent leurs derniers hurlements aux vents qui les emporte…Dormez bonnes gens pourrait dire le veilleur municipal , s’il en existait un.Il n’en n’est rien il faut encore subir les bruits des commerces qui ferment , les départs bruyants des derniers clients, les radios des voitures en stationnement ,les klaxons d’adieu et puis ouf il est 1 h du matin! Quelques poivrots hurlent encore , le tramway s’arrête et sa voie va servir de piste d’entrainement …Les berlines foncées et aux vitres teintées espacent leurs visites d’approvisionnement, on va pouvoir dormir! Il est 5 h , 5h30 , les balayeuses-lessiveuses sont sorties du CTM et entrent en action…la nuit fût courte. Mais après les élections , elles ne nous dérangeront plus.

    2

    0
  2. Olivier dit :

    Dans « Le Canard Enchaîné » paru aujourd’hui 19 février :

    6

    0
  3. Theo dit :

    Voilà qui ressemble tellement à ce que nous avons subi il y a dix ans dans une résidence du centre-ville…et qui nous a fait partir, fuir, dégoûtés par l’atmosphère d’une ville qui avait tant à donner à une époque (1985-2000 pour moi) en revendant tout juste au prix d’achat un appartement acquis avec optimisme, proche de nos lieux de travail, en se disant que la situation allait s’améliorer (pourtant, nous connaissions la ville pour y travailler depuis 20 ans et y vivre déjà..) et surtout en se croyant protégés (résidence fermée).
    Nous avons subi pendant cinq ans : intrusions, bruits toute la nuit, et tout les étés, invivables – d’autant que la cité proche voyait les voitures brûler et les trafics s’intensifier – palettes brûlées sous nos fenêtres, interventions certes, mais sans effet notable, de la police, voitures personnelles dans le parking souterrain (fermé!) devenues lieu de repos pour les dealers, menaces « tu n’es pas chez toi, retourne chez toi ».
    Et pour couronner le tout, les derniers mois : installation de dealers dans le hall d’entrée, tentatives de dialogue inutiles, personnes qui à demi-mot nous font comprendre qu’ : « ils ne font rien de méchant » et ne nous soutient pas, cache creusée dans le local d’ascenseur et finalement, agression sauvage et hôpital pour l’un des résidents qui, nouvellement arrivé, a cru de bonne foi qu’il pouvait les sermonner parce qu’ils l’empêchaient de dormir depuis des jours…
    Si j’ajoute à ça les lignes téléphoniques et internet coupées par les voisins indélicats, avec la complicité d’un installateur qui a détourné notre réseau et m’a menacé quand j’ai exprimé mon scandale, je ne comprends même pas comment nous avons pu physiquement et psychologiquement ne pas tomber malades.
    C’est pour cela que je ne comprends plus que la ville ne soit pas plus désertée par tous ceux qui supportent cet abandon des pouvoirs publics. En partant, nous avons sauvé notre santé (au prix d’une baisse de revenus) et nos convictions.
    Nul ne me fera plus croire que les conditions sociales déterminent les comportements délictueux et si je reste fermement attaché aux valeurs d’égalité, cette expérience a transformé mon rapport à l’Etat et à l’autorité républicaine. Je ne dois pas être le seul.

    7

    0
  4. Rémi H. dit :

    Pour ma part je compte aussi partir, ce n’est plus vivable.
    Il y aura le mois prochain 21 ans que j’habite à Saint Denis mais je n’en peux plus.

    4

    0
    • Nouchma dit :

      Je vous comprends ! En même temps j’espère que vous allez tenir jusqu’aux municipales ! on peut rêver que les choses vont évoluer si le pouvoir change de main. le chemin sera sans doute long mais l’important est qu’on vire ce bastion en ruine qui ne fait que paupériser la ville tout en ne prenant pas soin de la sécurité des gens.
      Je vois bien que la police municipale ne met pas de priorité aux « nuisances » (je ne trouve pas ce terme approprié quand on vous empêche de vivre normalement chez vous, c’est vraiment une atteinte à la liberté) très souvent violentes des dealers et squatters de caves et autres.
      C’est le maire qui dirige la police municipale…et qui en définit les priorités. Certes pas assez d’effectifs, mais à qui la faute ? Quand on met tout ce qui ne marche pas sur le compte de l’Etat, alors qu’on ne cesse de cracher sur lui – et sur la police ! Souvenons-nous de « Urgence la police nous assassine ». Et qu’on ne continue pas à construire tous azimut tant que la sécurité n’est pas assurée !
      Je trouve que c’est effarant que la police ne réponde pas, ne se déplace pas pour des motifs soi-disant matériels , en tous cas je trouve ça suspect de non motivation et/ou de non priorité. Urgence, il faut changer de maire !

      5

      0
  5. Nomyme dit :

    @Remi H
    Comme je vous comprends! J’ai vécu la même chose ….et je suis parti.
    Oh, pas loin; à 20 mn de là en voiture, la vie est normale, les gens se disent bonjour, s’arrêtent pour laisser passer quand on est dans les passages cloutés et l’atmosphère de St Denis, palpable dans l’épaisseur de l’air chargée d’irrespect permanent, est évaporée.
    D’ailleurs certaines personnes de la mairie n’habitent pas dans la ville. On se demande pourquoi.
    Donc , fuyez l’ami! Fuyez!
    Ne laissez pas votre santé entre ces mains là.

    4

    0
  6. Mia dit :

    Ils nous est arrivé plus ou moins la même histoire dans notre immeuble mais nous avons réagit tout de suite et nous avons porté plainte tout de suite pour dégradation . Le syndic aurait du tout de suite réparer la boîte aux lettres. Et porter plainte tout de suite pour la porte d’entrée (vous n’en parlez pas ?) La police nous a dit « quand ils sont installés on ne peut plus rien faire ». Donc nous nous sommes soudés entre voisins pour empêcher ces gens de s.installer. Et la police nous a vraiment aidé en faisant des rondes. Nous avions un lien direct avec la police. Nous avons été vraiment pris au sérieux. Nous avions même un contact avec une dame à la mairie qui suivait notre dossier.

    La on a du mal à comprendre pourquoi les chaises ne sont pas jetées ? Et pourquoi la police n’a pas été appelée dès qu’ils sont dans la courette à 19h alors que c’est un lieu privé ? On ne peut pas juger la police sur un seul appel. Oui je sais c’est facile à dire et cela doit être dur à vivre mais je vous invite à demander à votre syndic de porter plainte.

    2

    0
    • Rémi H. dit :

      Mais sachez que les chaises ont été jetées bien sûr. Encore que… dans un premier je me suis contenté des scier les pieds arrières. Puis j’ai jeté les chaises le jour des encombrants.
      J’ai déconnecté la lumière de la courette.
      La police a été appelée à maintes reprises.
      Je crois qu’ils ne sont venus que 2 fois.
      Quant au syndic, c’est un syndic Dionysien, vous connaissez leur efficacité ? Le notre est le plus gentil des 4 Il nous dit toujours oui… Ne fais jamais rien.

      0

      0
  7. VALMY dit :

    Cet endroit mérite de figurer dans les guides touristiques concernant Saint- Denis.
    Il valorise en effet puissamment cette si belle ville !

    2

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.