Qui sera maire de Saint-Denis en 2020 ?

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Suger dit :

    L’annonce, il y a une semaine, de l’investiture officielle d’Alexandre Aïdara par le mouvement « En Marche » et les premières distributions de tract aux bouches de métro par les « marcheurs » dionysiens ont provoqué une campagne d’insultes, de dénigrements, de menaces mêmes, contre le candidat et les militants « En Marche » de Saint-Denis, sur certains sites Facebook locaux.

    Cela montre que tous les opposants n’ont qu’une crainte : c’est que le le changement soit enfin possible à Saint-Denis avec la liste que ménera Alexandre Aïdara. De l’extrême droite à l’extrême-gauche, tous les conservateurs se sont coalisés , tous ceux qui veulent que rien ne change à Saint-Denis pour pouvoir continuer comme toujours leurs petits jeux politiciens au détriment des dionysiens.

    Certains ont même cherché à salir et ridiculiser le candidat d’En Marche, sans doute parce que son parcours les gêne et montre surtout la médiocrité de ce qu’ils proposent pour notre ville. Saint-Denis mérite mieux que ces politiciens incompétents qui s’accrochent à leurs postes. C’est même indispensable vu l’état actuel de la ville !

    11

    1
    • Dionysienne dit :

      J’ai lu les commentaires de certains sur une page Facebook donnant des infos sur Saint-Denis.
      On sent que certains militants proches de la municipalité sont nerveux. Sans parler des manoeuvres de bas étage des petits camarades-soldats du conseiller municipal d’un jour de 2014 Hanotin, qui ne sont pas les derniers à encore espérer se partager une part du gâteau municipal avec la majorité actuelle …

      7

      0
    • Citoyen dit :

      Au niveau national, je suis un opposant à la politique sociale menée par LREM, mais pour note ville, qui n’a que trop souffert depuis 20 ans, je serais prêt à voter pour un candidat crédible, même issu de LREM, mais attendons les programmes…

      3

      1
  2. Olivier dit :

    Et si on faisait le tour des biographies des têtes de liste pour voir un peu à qui on a affaire !
    Pour cela, un petit tour sur Google et Wikipedia, et les articles de journaux peuvent déjà donner une idée…

    Voici déjà des élèments sur la bio d’Alexandre Aïdara :

    « Alexandre Aïdara est né au Sénégal il y a cinquante-et-un ans dans un milieu « pas spécialement privilégié ». Sa mère gère des petites boutiques. Son père est instituteur, mais joue aussi les médiateurs dans son quartier, à Louga, une ville moyenne à environ 70 km de Saint-Louis, à l’ouest du Sénégal. Il se bat par exemple pour que tous les habitants aient accès à l’électricité… et que le petit Alexandre n’apprenne plus à lire à la lumière des lampes à pétrole.
    À 18 ans, grâce à une bourse, cet amoureux des sciences part étudier les mathématiques à la faculté de Strasbourg. (…) « J’avais une chance unique, je ne voulais pas la gâcher. » Maîtrise en poche, il tente et réussit l’École Centrale, creuset de l’élite des ingénieurs français. (…)
    Tandis qu’il travaille dans la société de consulting Accenture, il prend sa carte au PS. (…) Après dix ans dans le privé, en 2006, il décide de servir l’État. Et, comme toujours, il voit les choses en grand : il vise l’ENA. Personne n’y croit, il réussit du premier coup. Le voilà bientôt administrateur civil à la direction du budget.
    Et , en 2012, il rejoint le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Il y contribue notamment au projet de pôle universitaire Condorcet, situé à La Plaine. Deux ans plus tard, il rejoint Christiane Taubira au Ministère de la Justice, de 2014 à janvier 2016, ministère dont il gère le budget .
    Il adhère au mouvement « En Marche » en 2016, où il va se voir confier la responsabilité départementale d’En Marche 93 qu’il anime depuis trois ans, tout en continuant à travailler. « 

    8

    0
    • citoyen dit :

      Ce parcours, contrairement à celui d’éternel politiciens, est celui du mérite, par le travail et le talent. On peut voter à gauche et le reconnaître. il reste à voir son degré d’indépendance, sa capacité à fédérer, son projet.

      1

      0
  3. Grain de sel dit :

    La rentrée risque d’être agitée tant les enjeux sont d’importance pour notre ville et ses habitants. La désillusion , le vif mécontentement à l’égard du bilan de la municipalité seront-ils suffisants pour redonner à nos concitoyens l’envie d’aller voter ?
    Face à l’usure des « éternels candidats », des discours convenus et rabâchés au fil des mandats et relookés style 2020, des petits arrangements entre amis, des trahisons, des lâchetés …. Un vent de dégagisme se lèvera-t-il?
    Maintenant attendons les programmes ! Bien sûr toujours alléchants, seront-ils en mesure de susciter un élan populaire vers les urnes ? Mais au delà de ces exercices, il reste l’Humain et là …

    5

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.