Une démission « en attente » du maire-adjoint au commerce

Vous aimerez aussi...

30 réponses

  1. Peter dit :

    « la mise en place de mini-marché dans nos quartiers bien trop oubliés dans cette priorité centre ville » propose le maire-adjoint démissionnaire !!! Mais ils sont déjà là ! C’est les rôtisseurs sur le parvis gare, les filles de joie a la sortie de métro, les vendeurs de Marlboroboro, la contrefaçon partout et les ventes alimentaires sauvages !
    Bravo ! ces mini marchés fonctionnent – c’est fantastique 😛

    7

    0
  2. Mourad dit :

    Je ne vais pas me faire l’avocat de Julien Colas (l’avocat de l’avocat donc) mais lui au moins, il « bosse » … il réfléchit ; certains adjoints au maire seraient incapables de citer trois lignes de leur action menée depuis 2014 quant à leur réflexion …

    Maintenant que son action à Julien Colas soit en situation d’échec … il n’y a pas besoin de débattre … il suffit de constater en live sur le terrain !

    1

    1
    • Azzedine dit :

      Bonjour Mourad.
      Je veux bien entendre qu’il bosse, qu’il se démène… Mais les problèmes qu’il cite ne datent pas d’hier. Cela fait 4 ans qu’il est au conseil municipal. S’il y a une défaillance de l’exécutif sur la sécurité et la propreté, il fallait agir beaucoup plus tôt et peut-être monter une dissidence afin de provoquer des élections anticipées.

      Les opposants à Laurent Russier ne manque pas. Pas seulement pour prendre sa place, mais juste pour montrer qu’il y a une crise de gouvernance et que la ville ne tourne plus.
      Et le temporaire… signifie, vue de ma fenêtre, un retour pour 2019 pour être là en 2020 dans la bonne majorité.

      2

      0
  3. Suger dit :

    Le 1er novembre devrait se tenir une Braderie organisée par la municipalité et la MCA (Maison du Commerce et de l’Artisanat) dans le centre ville.
    Ce genre d’événement commercial pose toujours des problèmes de sécurité et la dernière Braderie a révélé des insuffisances inquiétantes dans ce domaine, notamment pour la circulation des véhicules de secours (pompiers, SAMU, ambulances).

    En particulier, les riverains des immeubles et des espaces construits de la rue de la République ont constaté que leurs habitations étaient inaccessibles pendant la braderie (porches bloqués par des stands par exemple) et ont signalé cette mise en cause de leur sécurité du fait de la mauvaise organisation de la Braderie.

    En l’absence d’un maire-adjoint à la « sécurité » (il a démissionné en juin) et d’un maire-adjoint au commerce (il est en train de démissionner…), le maire, Laurent Russier, qui assure l’intérim de ces deux délégations, va-t-il prendre le risque d’un incident grave dû à une mauvaise réflexion et à une organisation défaillante pour la sécurité de la Braderie ?

    4

    0
  4. Comité En Marche Saint-Denis dit :

    Dans une démarche de dialogue républicain, le Comité « En Marche » de Saint-Denis a fait parvenir au maire, Laurent Russier, le 17 octobre, une Lettre s’inquiétant des conditions d’organisation de la Braderie du 1er novembre et demandant quelques informations.

    Une douzaine de jours plus tard et à la veille de cette Braderie, le maire n’a toujours pas répondu et c’est pourquoi nous souhaitons rendre publics les passages de cette Lettre concernant la sécurité dans l’organisation de la Braderie. D’autres questions se posent, mais nous y reviendrons plus tard.
    Le plus urgent est d’alerter et d’éviter les incidents possibles :

    Monsieur Le MAIRE,
    Par la présente, je souhaite vous rapporter l’inquiétude de nombreux citoyens de SAINT DENIS, consécutivement à l’incident survenu le 17 octobre 2018, rue de la République, qui a vu le commerce « Optic 2000 » détruit par un véhicule automobile.

    Cette inquiétude se reporte sur l’organisation et la sécurité de la Braderie du 1er Novembre 2018.
    L’organisation matérielle et financière se doit d’être irréprochable.
    La sécurité d’un événement de cette ampleur mérite une investigation complète des moyens mis en œuvre pour protéger la population.
    Je ne doute pas que vous avez déjà organisé le comité de suivi et de mise en place de la Braderie.

    En conséquence de quoi, je vous serai gré de me faire parvenir les éléments, qui vont contribuer à la réussite de cet événement, à savoir :
    – périmètre de sécurité avec délimitation précise des accès pompiers et sécurité,
    – nom de l’adjoint en charge de la permanence sur place ou en mairie,
    – nombre de points d’accès et leur protection,
    – quelle société est en charge de la sécurisation des points d’accès, et de la circulation des personnes dans l’espace délimité,
    – quelle est l’amplitude de la présence des personnes chargées de la sécurisation de l’événement (police nationale et municipale, société privées, sécurité civile, etc…)

    (…)

    Monsieur, le Maire, suite à la défection de l’adjoint chargé de la tranquillité publique, et à celle probable de l’adjoint au commerce, vous vous retrouvez en 1ère ligne pour assumer pleinement et directement cet événement. Nous ne doutons pas que vous mettrez tout en œuvre pour que cela se passe bien, mais notre population, doit être rassurée.

    Je reste persuadé que la démarche citoyenne, aujourd’hui entreprise rejoindra votre souci de rassurer les habitants de Saint-Denis.
    Je vous prie d’agréer, Monsieur Le Maire, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

    4

    0
  5. Mourad dit :

    @Comité En Marche Saint-Denis – La lettre est signée je suppose … nom du ou des signataires ?

    0

    0
    • Suger dit :

      C’est une information que le blog “Saint-Denis Ma Ville” a obtenu des animateurs d’“En Marche” Saint-Denis et nous avons décidé de la publier, compte tenu des problèmes de sécurité d’un événement majeur que cette lettre soulève.

      2

      1
      • Mourad dit :

        Je me suis mal expliqué : j’adhère à l’intégralité du contenu de la lettre. Ma question portait sur son ou ses signataires … mais j’ai eu la réponse sur internet (atelier du 8 novembre).

        2

        0
  6. Suger dit :

    Comme c’était prévisible, après deux mois de « discussions » avec le maire, Julien Colas le maire-adjoint au Commerce a démissionné… définitivement !

    L’article du JSD est un modèle ce diplomatie pour éviter de mettre en difficulté le maire face aux démissions qui s’accumulent :
    https://www.lejsd.com/content/julien-colas-d%C3%A9missionne

    1

    0
  7. Mourad dit :

    Le commerce dionysien a vécu un sacré Black Thuesday hier : démission de Julien Colas – fermeture définitive de Bléret – Ouverture d’un nouveau salon de coiffure rue Gabriel Péri, côte à côte avec celui de Jean Louis David !

    Je me demande si nous devrions pas essayer un 3ème Maire pour cette « législature municipale » à la place de L.Russier … ou mieux une Mairesse (la 1ère ou la 3ème adjointe par exemple).

    … Ou alors, on tente le tout pour le tout, on met le paquet sur l’originalité et on fait un ALL IN avec Madjid Messaoudene comme Maire !
    Il nous fera bénéficier de son réseau de relations ; il organisera des Conseils municipaux en non mixité … cela va attirer énormément de monde … et relancera immanquablement le commerce dionysien !

    0

    0
  8. sonia dit :

    Le « nouveau  » salon de coiffure cité de la rue Gabriel Péri est en réalité un salon qui a plusieurs dizaines d’années d’existence rue Blanqui et qui tout simplement change de local.

    0

    0
    • Mourad dit :

      Mais la question n’est pas là. J’avais cru comprendre que pour diversifier l’offre commerciale de l’hyper centre, la municipalité avait un outil imparable : le droit de préemption élargi à tous les baux.

      Nous allons nous retrouver avec deux salons de coiffure, non pas à 10 mètres l’un de l’autre, non pas à 5 mètres … mais séparés par un mur ! Comment la municipalité a-t-elle pu valider ? En plus, il y a eu un changement de destination parce qu’auparavant c’était une banque et je suppose qu’un permis de construire a aussi été déposé pour travaux.

      Je ne sais même si le Jean Louis David ne peut pas se retourner contre la municipalité ou le bailleur … je précise (on ne sait jamais)… je ne suis client ni de JLD ni du salon Rue Blanqui.

      2

      0
  9. Mourad dit :

    Qui est au courant de cette histoire d’agression ?… Voici le communiqué de ce jour de Laurent RUSSIER. Sur le JSD, il situe l’agression le 16/11/2018, mais pour moi c’est aujourd’hui NON ?

    « Condamnation de l’agression d’un agent municipal de Saint-Denis – 23 novembre 2018

    Des faits d’une extrême gravité sont survenus vendredi sur le marché de Saint-Denis. Le responsable des placiers du marché, agent municipal assermenté, a été physiquement et très violemment agressé par le vice-président de l’association Maison du Commerce et de l’Artisanat (MCA). L’agent, gravement blessé, a une interruption temporaire de travail de 15 jours, au minimum.

    Ces faits sont inadmissibles.

    L’agent, dont je salue le courage, a déposé plainte. J’ai interpellé la Procureure de la République de Bobigny et le Commissaire de police de Saint-Denis pour une instruction rapide de la plainte.

    J’ai pris les dispositions nécessaires pour renforcer la présence de la Police municipale sur le marché.

    Je demande à la MCA de condamner fermement cette agression, en faisant part de son plein soutien à l’agent agressé et en m’informant des sanctions prises. Dans l’attente, je prends la décision de suspendre le vote de la subvention annuelle à la MCA. Je recevrai personnellement le Président de la MCA pour convenir d’un cadre de travail partenarial et respectueux des agents municipaux.

    Je demande aussi au Syndicat des commerçants du marché, acteur majeur du commerce à Saint-Denis, de condamner les faits et de m’informer des dispositions envisagées pour le respect du travail des placiers.

    Plus que jamais, il est nécessaire que les Dionysien-ne-s et leurs commerçants puissent bénéficier d’associations œuvrant à la dynamique et à l’animation commerciale de notre ville. Cette action doit se mener dans le respect de tou.te.s, riverains, commerçants et des agents de la ville et de Plaine Commune.

    Laurent Russier, Maire de Saint-Denis

    2

    0
    • Olivier dit :

      La guerre est déclarée entre la MCA et le maire.
      Cela peut avoir des conséquences inattendues avec les « gros bras » (abonnés aux collage d’affiches et au service d’ordre des meetings du PC…) , qui dirigent actuellement la MCA, mais qui n’ont pas le moindre sens politique.

      2

      0
    • Olivier dit :

      Petit rappel des dérapages de la MCA avec l’approbation de la municipalité en 2017, année électorale !

      « Le Canard Enchaîné » du 06/12/17

      2

      0
  10. Suger dit :

    Un article du « Parisien » reprend les informations concernant la démission du maire-adjoint au commerce et l’agression d’un agent municipal par un dirigeant de la MCA.
    Mais la confrontation de certaines de ces informations est assez surprenante et peut amener à s’interroger sur les liens entre le maire-adjoint démissionnaire et la MCA aujourd’hui mise en cause par le maire lui-même !…

    http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/saint-denis-l-adjoint-au-commerce-a-bien-demissionne-23-11-2018-7951923.php

    Extraits :
    Le maire (PC) n’a pas réussi à retenir l’élu. Ce dernier regrette de n’avoir pu avancer assez vite sur plusieurs projets.(…)

    Julien Colas invoque de son côté un calendrier trop incertain, sur deux projets. Il voulait créer une médiation pour lutter contre les vendeurs à la sauvette. Et il avait travaillé sur la mise en place de nouveaux horaires et lieux de marché, en contrepartie d’une hausse du forfait payé par les commerçants.
    « On m’avait donné un accord de principe, mais aucune assurance sur le fait que ça serait effectif début 2019. Pour moi, ça voulait clairement dire que ça ne se mettrait pas en place avant la fin du mandat. C’est peut-être vrai que je ne suis pas patient. Mais soit je peux réaliser des choses, soit ça ne sert à rien », tranche cet avocat de profession, âgé de 46 ans.
    L’homme semblait apprécié par une partie des commerçants. « On pouvait discuter avec lui, on le voyait sur le terrain », affirme l’un d’entre eux. Il avait aussi le soutien de certains membres de la Maison du Commerce et de l’Artisanat (MCA), moins tendres à l’égard du reste de l’équipe municipale.(…)

    LA VILLE CONDAMNE L’AGRESSION D’UN DE SES AGENTS
    Le maire (PC) Laurent Russier condamne « des faits d’une extrême gravité ». « Le responsable des placiers du marché, agent municipal assermenté, a été physiquement et très violemment agressé par le vice-président de l’association Maison du Commerce et de l’Artisanat (MCA) », affirme-t-il dans un communiqué, précisant que la victime s’est vue prescrire 15 jours d’incapacité totale de travail (ITT). L’édile a écrit depuis à la MCA, pour lui demander de « condamner fermement cette agression » et annonce qu’il suspend le vote de la subvention versée à la structure. Contactés, plusieurs responsables de la MCA n’ont pas répondu à nos questions.

    1

    0
  11. Dreed dit :

    Comment comprendre la démission de l’adjoint au commerce ?
    Les prochains jours permettront sûrement d’y voir plus clair et notamment sur la question : ou est passé l’argent ?
    A savoir 80 000 euros de subventions et 400 000 euros de chiffre d’affaire réalisé grâce aux diverses braderies et marché… Et ceci chaque année depuis 2014.
    Certains commerçants se posent des questions et évoquent, entre autres, des campagnes électorales comme semble le dire le clip vidéo de la MCA au bénéfice de S PEU pendant les législatives de 2017.
    Vivement que la justice et l’opinion publique se mobilisent.

    0

    0
    • lol2 dit :

      Bonjour, je pense que le chiffre de 400 000€ avancé est inexact, cela sans défendre le moins du monde cet organe inutile qu’est la MCA. De mémoire, une braderie génère entre 40 000 et 60 000€ de CA.
      La MCA devrait être simplement supprimée. Si elle ne l’est pas, on peut se poser la question : à quoi, ou plutôt à qui sert elle ?

      Quant au commerce, inutile (une fois encore) d’écouter et de croire les belles paroles de la Mairie. Ce n’est pas parce qu’elle va acheter des locaux que « des commerces de qualité » y viendront. Cela s’appelle la méthode Coué ou encore, de l’enfumage.
      UNE BONNE FOIS POUR TOUTES, LA MAIRIE N’A PAS LA MAIN SUR LE COMMERCE EN L’ETAT ACTUEL.
      Si elle veut faire venir du commerce, qu’elle cesse de chasser les classes moyennes, clients potentiels d’autre chose que du kebab, du coiffeur afro ou de la fripe à 2 balles.

      0

      0
  12. Mourad dit :

    Ma question liminaire demeure sans réponse pour le moment et elle me parait importante : l’agression a t elle eu lieu le 16 ou le 23 ? Si c’est le 16, ce n’est pas la même chose ; on a planqué l’affaire pendant une semaine. Pourquoi ?

    Je reviens sur le déroulé de la journée d’hier. Vers 10h30, disons « une source municipale », m’informe que le maire allait pondre un communiqué sur l’agression d’un agent par le Président ou le vice Président du MCA . 5 minutes plus tard, voilà ce que j’écrivais sur le JSD : « 23 novembre 2018 -il semblerait que le Président ou le Vice Président de la MCA aurait agressé violemment un employé municipal ce matin au marché … sous toutes réserves … je ne sais pas si il y a un lien avec la démission de Julien Colas. ».

    A 12h42 – le JSD pondait la brève suivante : « Vendredi 16 novembre, au marché de Saint-Denis, le responsable des placiers du marché a été violemment agressé par le vice-président de l’association Maison du Commerce et de l’Artisanat (MCA), a indiqué la Mairie dans un communiqué publié ce vendredi 23 novembre. L’agent, gravement blessé, a déposé plainte. Il a une interruption temporaire de travail de 15 jours. Laurent Russier a condamné l’agression et fait suspendre temporairement le vote de la subvention annuelle à la MCA. »

    Vendredi 16 novembre !!! Erreur du JSD ou pas ?

    0

    0
  13. Suger dit :

    Décidément la municipalité de Saint-Denis ne s’en sort pas des affaires liées soit au Marché de Saint-Denis soit à la MCA !

    « Le Parisien » – 14 février 2014 – « Un placier du marché suspendu »
    (…) Le 2 février, l’émission Zone interdite de M 6 dénonçait la pratique de bakchichs sur la ville, même si le nom de Saint-Denis n’était jamais cité. Suite à ce reportage tourné en juin, la municipalité a suspendu le placier incriminé à titre conservatoire et une enquête administrative est en cours. « Dans le reportage de M 6, on voit que ce placier, qui est en poste depuis 11 ans, ne rend pas la monnaie au commerçant volant au moment où il s’acquitte du prix de sa place, 16,20 € en principe, indique Christophe Girard, l’adjoint au commerce. Nous avons diligenté une enquête pour savoir ce qu’il en est. Si les faits s’avèrent exacts, nous déposerons plainte au pénal et nous prononcerons des sanctions à son encontre. Nous ne tolérerons aucune pratique de racket et de bakchich sur le marché de Saint-Denis. » Parallèlement, le régisseur du marché a assigné un commerçant pour diffamation pour avoir osé dénoncer sur le blog « Saint-Denis ma ville » ce type de pratiques. L’affaire doit être jugée prochainement devant le tribunal de grande instance de Bobigny. Enfin, la présidente du blog est elle aussi poursuivie pour diffamation suite à la présence sur son blog d’un autre commentaire du même type signé sous le pseudo de commerçants volants.
    N. Perrier – Publié le 14 février 2014

    Le blog rappelait, le 3 juillet 2014, les faits :
    https://www.saintdenismaville.com/marche-de-st-denis-affaire-regisseur-du-marche-de-st-denis-contre-mr-ali-leulmi-deliberation/

    Pour mémoire, la Ville s’était finalement désistée en janvier 2015 de sa plainte contre le blog « Saint Denis Ma Ville » et sa responsable Samira, que la municipalité avait cherché à faire taire à travers ce harcèlement judiciaire.

    0

    0
  14. Mourad dit :

    J’ai pris le temps de lire sur les réseaux sociaux tout ce qui se raconte sur cette MCA depuis 2014 … hallucinant !

    Cela m’a fait pensé à tout ce que j’entendais aussi sur la gestion du CTM quand les salariés étaient en grève. Fantasmes ? Réalités?

    Pour en revenir à la MCA, l’ancien Président affirme qu’il s’est fait viré en 2014 sur la base d’un audit bidonné diligenté par un adjoint au maire, membre du Conseil d’Administration de cette MCA (un insoumis !)

    Depuis 2014, aucun Business Plan, aucun budget prévisionnel, aucune comptabilité probante n’a été présentés par cette MCA ( malgré les demandes officielles de Philippe CARO) … ce qui n’a pas empêché la municipalité d’accorder des subventions conséquentes !

    N’importe qui peut légitimement se poser la question : n’y a t-il pas un détournement d’argent public ? Au profit de qui ? Je suis d’ailleurs surpris qu’aucune plainte contre X n’ait été encore formulée auprès du Procureur de la République … et il serait sain que la municipalité se porte partie civile … et il serait sain également, si matière il y a, qu’un Juge d’instruction s’empare du dossier.

    …Si on ajoute le folklore (encore que … s’agit-il vraiment de folklore?) : bistrotier Président, ancien boxeur vice président, la vidéo en soutien à Peu, les intimidations du personnel de la MCA pour obtenir des démissions pas chères … des agressions etc … çà fait beaucoup …

    0

    0
  15. Dreed dit :

    Juste une mise au point pour répondre a lol2 : les 400 000 euros sont une estimation qui tient compte du nombre de braderies et de l’évolution du prix du M2 linéaires. Un peu exagéré ? Pas si sûr, mais nous n’avons aucun document qui nous dit le contraire, et c’est quand même de la responsabilité de la MCA de fournir ces documents que l’on appelle pièces comptables…
    Merci pour m’avoir permis de préciser mes dires.

    0

    0
  16. Jean Marc Saint Picq dit :

    Bonjour a tous.
    Et je suis très impressionné par la qualité des échanges. Mourad particulièrement qui relance avec a propos l’installation du commerce de coiffure à la place de la Banque Populaire : sur cet endroit un appel d’offre avait été fait, mais devant les plaintes de certains (dont moi), sur les conditions juridiques d’attribution, Plaine Commune Habitat (qui dirige la gestion de propriété de la ville) a subitement a retiré l’appel d’offre litigieux. On voit qu’il y a une nouvelle attribution. Comment ? A quelles conditions? Les dyonisiens ont le droit de savoir comment on vend les biens de notre ville.
    Lol2 et Dreed, vous faites bien avancer le débat. Pour les chiffres, comme tout est opaque, on aura bien du mal a trancher.
    La seule réalite, c’est que la MCA a été dévoyée par la municipalité et notamment P. Vassalo.

    2

    0
  17. Jean Marc Saint Picq dit :

    Va-t-on vers une privatisation de la gestion du Marché de Saint-Denis ? Quel point commun entre la gestion de la Piscine municipale, la gestion de la Maison du Commerce et de l’Artisanat (MCA), et aujourd’hui la gestion des marchés de Saint-Denis ?

    C’est le même scénario que met en place la Municipalité de Saint-Denis : déstabilisation, puis pourrissement, et finalement fausse « privatisation ».

    1 – Déstabilisation des instances que ce soit les syndicats de professionnels, ou les regroupements de représentants élus : on les laisse sans contact avec les services de la Mairie, on n’écoute pas leurs revendications, ni leurs demandes, on les isole et on les fatigue avec des injonctions souvent hors de leur périmètre.

    2 – Pourrissement : en laissant souvent s’installer des équipes livrées à elles même, sans contrôle, sans garantie. Les élections professionnelles sont souvent contournées avec des pétitions, des pressions globales ou personnelles, des audits orientés.

    3 – Fausse privatisation à des petites structures déjà fragiles, auxquelles on impose des cahiers des charges souvent irréalisables et qui les conduisent à l’échec.

    Ce scénario se répète, et revient essentiellement à brouiller les messages des professionnels, à gagner du temps, à faire semblant.
    En fait on garde les décors, mais tout est en trompe l’oeil.

    1

    0
  18. Suger dit :

    C’est un véritable jeu de chaises musicales qui occupe la municipalité…
    On atteint ainsi les sommets du grotesque avec la nomination par le maire, Laurent Russier, de Didier Paillard, l’ancien maire démissionnaire il y a deux ans, pour remplacer le maire-adjoint délégué au commerce qui a démissionné !

    https://www.lejsd.com/content/didier-paillard-au-commerce
    Extrait :
    La nouvelle devrait être officialisée ce jeudi 29 novembre en conseil municipal. C’est Didier Paillard (maj.FdG), maire de Saint-Denis de 2004 à 2016, qui reprendra la délégation au commerce suite à la démission de Julien Colas. Une délégation que l’ancien édile connaît bien pour en avoir déjà eu la responsabilité de 1989 à 2001 en tant que maire adjoint aux affaires économiques, puis au développement économique. À l’époque, il avait notamment été à l’initiative de la création de la Maison du commerce et de l’artisanat. Didier Paillard ne devient pas maire adjoint pour autant et reste conseiller délégué (la délégation commerce s’ajoutant à la démocratie locale et aux grands projets). Son indemnité d’élu sera inchangée. Il conserve par ailleurs son mandat de vice-président de Plaine Commune en charge du développement économique. Enfin, Etienne Pénissat, suivant sur la liste, devrait remplacer numériquement Julien Colas au conseil.

    1

    0
    • Suger dit :

      On appréciera particulièrement aujourd’hui cette déclaration de Didier Paillard en septembre 2016 au moment de sa démission comme maire : il est «nécessaire que de nouvelles énergies, bien en phase avec l’évolution de la société, puissent s’exprimer» ! Les « nouvelles énergies » semblent manquer au sein de la municipalité…

      « Le maire communiste de Saint-Denis démissionne »
      « Le Figaro » du 27 septembre 2016
      (…) C’est sur Facebook que le maire de Saint-Denis a décidé d’annoncer sa démission, qui prendra effet en décembre. Après 12 ans à la tête de la ville et deux élections municipales remportées, Didier Paillard estime qu’il est «nécessaire que de nouvelles énergies, bien en phase avec l’évolution de la société, puissent s’exprimer». Une démission qui surprend, un an après une interview dans laquelle il affirmait vouloir aller au bout de son mandat, en 2020, le temps «nécessaire à fabriquer une relève, à donner naissance à une nouvelle génération qui fera avancer la ville» disait-il. (…)
      http://premium.lefigaro.fr/politique/le-scan/2016/09/27/25001-20160927ARTFIG00318-le-maire-communiste-de-saint-denis-demissionne.php

      0

      0
  19. Grain de sel dit :

    Vite , vite , il faut organiser d’urgence le transport de tout ce petit monde à Ville Evrard et à Sainte-Anne ! Si on en doutait, oui le pouvoir rend fou !
    Enfin, quoi , ils sont si à court de personnel politique pour remettre Didier Paillard en selle ? Ne serait-ce pas plutôt un manque de confiance de la part du maire envers les autres membres de l’équipe municipale pour lui confier cette tâche, qui pourrait » rapporter gros ». Didier Paillard sait faire en matière de levées de fonds et son carnet d’adresses est sûrement bien fourni car les temps à venir vont avoir besoin de financements…

    0

    0
  20. Bea dit :

    Peut être a t il besoin de quelqu un de confiance lol 😊je me comprends 😊

    0

    0
  21. Suger dit :

    A propos de l’agression d’un agent municipal par un dirigeant de la MCA, on peut lire cet article dans le journal municipal le JSD, article étonnant par son ton (on y parle de ce dirigeant comme un soutien de la municipalité communiste !…):
    « Agression du régisseur du marché/ Des coups et des questions »

    https://www.lejsd.com/content/des-coups-et-des-questions

    Si les faits relatés sont confirmés par l’enquête de police, la seule chose que l’on peut en dire est que la situation des organismes chargés du commerce à Saint-Denis (MCA, Marché, services de la ville) est particulièrement glauque !…

    1

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.