Véronique Avril, la fin de la calomnie ?

Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. Mourad dit :

    Dénonciation calomnieuse plutôt que diffamation, non ? Avec CPC (constitution de partie civile), il y a la nomination d’un Juge d’instruction normalement … ce qui peut se terminer également par un non lieu.

    0

    0
  2. Suger dit :

    Un juge d’instruction est effectivement en charge d’instruire cette plainte en diffamation avec constitution de partie civile.

    4

    0
    • Mourad dit :

      Ok … La procédure risque qu’en même de durer plusieurs mois.
      Sinon, les mis en cause vont être convoqués par le Juge d’instruction pour ce qu’on appelle « l’interrogatoire de première comparution » … il sera intéressant de voir qui en ressort avec le statut de mis en examen …
      A suivre de près donc …

      4

      0
  3. Suger dit :

    Certains calomniateurs ne veulent pas lâcher leur proie et s’acharnent par différentes manoeuvres sur les réseaux sociaux locaux à vouloir maintenir leurs mensonges, allant jusqu’à remettre en cause l’indépendance de la justice et la probité du juge !…

    La seule réponse possible est d’ignorer ces tristes personnages, mais on peut au moins leur dédicacer « L’air de la Calomnie », un air de l’opéra italien «Le Barbier de Séville» (inspiré de la pièce de Beaumarchais).
    En voici la traduction :

    La calomnie est un petit vent
    Une petite brise très gentille
    Qui, imperceptible, subtile,
    Légèrement, doucement,
    Commence, commence à murmurer.
    Piano, piano, terre à terre,
    À voix basse, en sifflant,
    Elle glisse, elle glisse
    Elle rôde, elle rôde
    Dans l’oreille des gens
    Elle s’introduit, s’introduit adroitement
    Et les têtes et les cervelles
    Étourdit et fait gonfler.
    En sortant de la bouche
    Le tapage va croissant,
    Il prend force peu à peu,
    Vole déjà de lieu en lieu,
    Il ressemble au tonnerre, à la tempête
    Qui au cœur de la forêt
    Va sifflant, grondant,
    Et vous glace d’horreur.
    À la fin elle déborde et éclate, se propage, redouble,
    Et produit une explosion
    Comme un coup de canon,
    Comme un coup de canon,
    Un séisme, un orage,
    Un tumulte général
    Qui fait retentir l’air.
    Et le pauvre calomnié,
    Humilié, piétiné
    Sous le fléau public,
    Par grand malheur s’en va crever.

    8

    0
    • Mourad dit :

      J’ai rien trouvé sur le net mais c’est du pain béni pour Véronique AVRIL et le Juge d’Instruction !

      La diffamation ou la dénonciation calomnieuse sont toujours difficiles à démontrer, les protagonistes s’abritant le plus souvent sur « leur bonne foi », sur l’ambiguïté au moment des faits … S’ils récidivent après « un classé sans suite » … ils sont cuit cuit cuit …

      J’espère que les étudiants en DESU ou L3 Pénal de l’UFR Droit de Paris VIII révisent tout cela à fond !

      2

      0
  4. Suger dit :

    Mathieu Hanotin, Edwy Plenel, directeur de Mediapart, Michaël Hajdenberg, le journaliste auteur de l’article, ont été mis en examen le 13 avril.

    Le juge d’instruction considère qu’il a terminé son travail d’instruction. On attend désormais leur renvoi devant le Tribunal correctionnel qui devrait être signifié à la plaignante Véronique Avril avant le 14 août.

    7

    0
    • Mourad dit :

      En droit pénal français, même quand le Juge d’Instruction informe les parties que l’information judiciaire est terminée … c’est loin d’être terminé.
      S’ouvre une période de 3 mois + éventuellement un mois supplémentaire pour que le Procureur de la République émette son avis sur le contentieux. Pendant le même délai, la partie civile et les personnes mises en cause peuvent formuler des « notes  » et des demandes d’actes complémentaires. Le Juge d’Instruction peut accepter ou refuser ces demandes d’actes.
      Ensuite le Juge d’instruction ordonne soit un non lieu, soit un renvoi en correctionnel … mais ce n’est toujours pas fini. La ou les parties pas satisfaites peuvent faire appel auprès de la Chambre de l’instruction qui confirme ou infirme la décision du Juge … mais ce n’est toujours pas fini, il y a toujours la possibilité d’aller en cassation.
      Si la décision du Juge est infirmée à un moment, on repart à zéro … Si le renvoi en correctionnel est confirmé, il faut attendre au moins 6 mois pour obtenir une audience (délai de prescription pour les délits = 3 ans).

      0

      0
      • Suger dit :

        Mourad rappelle les très (trop ?…) longs délais des procédures en matière de diffamation. C’est d’ailleurs là-dessus que comptent les calomniateurs ! Une personne diffamée attendra des mois avant que son innocence soit définitivement établie par la justice et que les calomniateurs soient condamnés.
        Ceci a une conséquence concrète pour l’ancienne candidate « En Marche » à Saint-Denis, Véronique Avril, puisqu’elle a décidé de se retirer de la vie politique locale (alors qu’elle avait été la deuxième en voix au 1er tour et qu’elle avait obtenu 42% des voix face à Stéphane Peu au 2ème tour), et ceci jusqu’à la fin de ces procédures judiciaires concernant la plainte en diffamation qu’elle a déposée.
        La calomnie est une arme terrible pour abattre un adversaire politique, pour étouffer le débat démocratique, et la presse de caniveau en est l’outil au niveau national et local.

        4

        0
  5. Suger dit :

    La plainte en diffamation publique déposée par Véronique Avril vient de connaître une nouvelle étape, décisive.

    Edwy Plenel, Michaël Hajdenberg et Mathieu Hanotin ont tous trois été mis en examen. Par réquisitoire définitif du 31 mai dernier, le procureur de la République a requis leur renvoi devant le Tribunal correctionnel du chef de diffamation publique envers un particulier.

    9

    0
  6. Suger dit :

    En dehors du fait majeur de contribuer au rétablissement de la vérité et de l’honneur d’une femme, l’intérêt de ces mises en examen est de rappeler à la presse que l’on ne peut pas traîner dans la boue une personne, même si elle est candidate à des élections…, et de prévenir la classe politique locale, à deux ans des élections municipales, que l’on ne peut pas impunément monter des campagnes mensongères contre ses adversaires politiques.
    Espérons que cet avertissement soit entendu !

    4

    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.